37
Commentaires

Bastille : la police réclame des images aux journalistes

Au moins cinq journalistes ont reçu une requête inhabituelle cette semaine : la préfecture de police de Paris leur demande "l'intégralité des séquences" tournées sur la place de la Bastille lors de la manifestation du 28 novembre, qui a fait de nombreux blessés parmi les forces de l'ordre. Enquête.

Commentaires préférés des abonnés

Des esprits malveillants pourraient penser à  leur transmettre  les images, mais à condition qu'elles soient  floutées , comme pour les policiers .....

En échange, donnez toutes les vidéos du tir qui a tué Zineb Redouane. Et toutes celles de citoyens blessés par la police.

"ils voulaient des images de black blocs" 


Eh beh ? Ils enquêtent sur leurs collègues maintenant ?...


Plus sérieusement, on aimerait/aurait aimé qu'ils fassent preuve d'autant de zèle, ne serait-ce que pour le millier de gilets jaunes blessés.

(...)

Derniers commentaires

Entendu Macron appeler les citoyens à dénoncer les personnes qui seraient violentes avec la police.

Déjà, il y a un mois, il avait appelé à une "société de vigilance " face à l'hydre islamiste...


Je ne sais pas vous, mais moi, ça me rappelle mes cours d'Histoire...

Un message fort qui, je pense, rassemblera tous les Français et la communauté internationale :


La pandémie ne doit pas servir de prétexte :

- aux restrictions de l’espace de la soc. civile

- au recul de l’Etat de droit

- aux atteintes à la liberté d’expression

- à la détention arbitraire d’opposants - à une remise en cause de la lutte contre les violences faites aux femmes


Et ce message est livré par un fervent défenseur des droits de l’Homme.*

(Lien vers un message Twitteur)




* ou de quelqu’un qui se fout de votre tronche...

...ce qui tendrait à dire que les FdO ne prennent que peu d'images pendant les actions punissables ?

Déjà en 1976 Marie-Paul Belle chantait le blues du CRS.


https://www.youtube.com/watch?v=WYkHwe2R8Kc


A cette époque les autonomes venaient dans les manifs avec tout un attirail :  barres de fer, manches de pioche, cocktails Molotov, lance-pierres alimentés avec des boulons ou des billes d'acier, nunchaku… et il y avait pourtant moins de blessés que maintenant. 

Serait-ce parce qu'on a surarmé la police et désarmé les manifestants ?

En échange, donnez toutes les vidéos du tir qui a tué Zineb Redouane. Et toutes celles de citoyens blessés par la police.

Et les images de la police, pourquoi ne seraient elles pas publiques sur les affaires sensibles ? Imaginez l'agression du producteur de musique filmée depuis la caméra embarquée des fonctionnaires ? En voilà un point de vue intéressant.

Est ce qu'une video est suffisante pour poursuivre en justice quelqu'un ?


Est ce que balancer les visages des casseurs a la police c'est faire du mal au mouvement social ou au contraire le proteger ?


Gaspar Glanz Taha Bouhaf et ces nouveaux cowboys/journalistes de terrain sans peur, vendent de la violence et des conflits. 

Ces personnes n'ont aucun interet a balancer leurs sources principales de revenu.


Le metier de journaliste est mort depuis un moment. N'importe quelle personne avec un smartphone fait du travail journalistique. SI parmis eux certains veulent balancer les visages des casseurs contre retribution financiere, je n'aurai aucun probleme avec ca.

Des esprits malveillants pourraient penser à  leur transmettre  les images, mais à condition qu'elles soient  floutées , comme pour les policiers .....

"ils voulaient des images de black blocs" 


Eh beh ? Ils enquêtent sur leurs collègues maintenant ?...


Plus sérieusement, on aimerait/aurait aimé qu'ils fassent preuve d'autant de zèle, ne serait-ce que pour le millier de gilets jaunes blessés.

décrédibiliser les journalistes et pourquoi pas créer une défiance de la part de personnes qui pourraient être incriminées par ce genre d'images, qui de ce fait participeraient, avec certains policiers, à limiter le droit d'images ?

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.