77
Commentaires

Barroso, profession épouvantail

Feu sur Barroso ! Quand Guetta et Quatremer, le même matin, déchainent leur mitraille sur le président de la commission européenne, c'est qu'il se passe quelque chose.

Derniers commentaires

« la construction de la nation européenne est un idéal » et « Maastricht est un compromis de gauche » Jean Luc Mélanchon

Extrait de la séance du 9 juin 1992 au Sénat

http://www.youtube.com/watch?v=Dq8CyzMJNWY Jean Gabin et l’Europe.

Je veux donc, une fois de plus, préciser ma pensée sur ce grand sujet. 1° Je crois que l’existence des patries autonomes est nécessaire à l’humanité. Je crois notamment que la disparition ou la domestication de la France, serve d’une volonté étrangère, serait un désastre pour la race humaine, pour la liberté et pour la justice universelles."

jean Jaurès

http://www.lecanardrépublicain.net/

ce que je ne comprends pas chez lui c'est qu'il à été vice-président de la commission des affaires étrangères.

passages du rapport de la Commission des affaires étrangères du Parlement européen a publié un le 1 mars 2010

41. réitère son attachement au partenariat transatlantique en tant qu’élément important et l’un des principaux piliers de l’action extérieure de l’Union européenne ; demande instamment à la vice-présidente/haute représentante de s’assurer que l’Union européenne agisse comme un partenaire des États-Unis...souligne que les travaux du Conseil économique transatlantique doivent être renforcés dans le sens de la réalisation d’un véritable marché transatlantique intégré et que ce marché doit jeter les bases d’un partenariat transatlantique renforcé...

http://www.politique-actu.com/osons/melechon-serait-atlantiste-michel-mengneau/208018/

Quel est l’intérêt de Jean Luc de faire le tapin comme ça ?
Peut être de vouloir changer les choses de l’intérieur ?

On pourra toujours me rétorquer à juste titre que pour les autres parties (vert et FN compris), eux aussi siège tous, dans des commissions européenne.
www.eurogersinfo.com/actu2209.htm

mais la ou je ne trouve aucune circonstance atténuante à méluche c’est sa position atlantiste.

Coprésident du Parti de gauche (PG) et député européen, Jean-Luc Mélenchon s’est prononcé en faveur de l’opération militaire en Libye sous mandat de l’ONU*. Libération

*organisation totalement inféodée aux intérêts occidentaux et principalement aux États-Unis .


En fait la moral , à Chavez « Le président Chávez doit comprendre que l’intérêt des progressistes du monde est qu’aucun tyran ne vienne à bout de son peuple. »

Encore mieux dans une interview toujours sur libération.

-Dans le cas de la Libye, vous êtes donc d’accord avec le droit d’ingérence…
« Non. Le droit d’ingérence n’existe pas et j’espère qu’il n’existera jamais. »

http://www.liberation.fr/politiques/01012326704-il-faut-briser-le-tyran-pour-l-empecher-de-briser-la-revolution http://blogs.rue89.com/restez-assis/2011/03/22/guerres-le-parallele-douteux-de-melenchon-entre-libye-et-espagne-1936-196272

Jean Luc je te rappel le programme du front de gauche : « La France rompra avec l’alignement libéral et atlantiste, la politique de force et d’intervention militaire et avec les logiques de puissance, pour agir en faveur de la paix » http://www.placeaupeuple2012.fr/wp-content/uploads/humain_dabord.pdf

Et 1991 malgré toute sa rhétorique chauviniste anti-américaine, il est un défenseur de l'impérialisme américain : il a appuyé la guerre menée par les États-Unis contre l'Irak .
http://www.wsws.org/francais/News/2012/avr2012/mele-a11.shtml

Encore aujourd’hui, Mélanchon relaye la propagande anti-iranienne. « Là, c’est la première fois qu’on voit un pays dire : ‘si on a une bombe, on ira taper sur Israël’. Personne ne peut accepter une chose pareille, que sur le plan international, quelqu'un décide qu'il va détruire (et à coup de bombes atomiques) son voisin [...]. Moi j'ai pas peur de le dire : un régime théocratique est toujours un danger pour le reste de l'humanité. »(alors pourquoi vouloir la guerre en Libye ?).

Manque de chance le vice-premier ministre israélien, Dan Meridor, interviewé par la chaîne Al-Jazeera a reconnu que la propagande sioniste comme quoi Ahmadinedjad et l’Iran « voulaient rayer Israël » de la carte était fausse!

Jean Luc sur la révolution tunisienne . « J’ai tenu à souligner que la révolution tunisienne n’est pas un cas tunisien, ni arabe, mais universaliste. »
http://www.humanite.fr/monde/jean-luc-melenchon-tunis-tue-l-un-des-notres-515100.

Sans souligner, que la révolution tunisienne à des causes financières, Ben Bernanke que Bush a nommé à la tête de la Réserve fédérale en 2006 .qui avec son premier QE, permis que le nombre de contrats futurs sur les matières premières a été multipliés par 1000 et même 10000 avec le deuxième.Ce qui à fait mécaniquement monter les prix(comme c’était le cas en Tunisie).

Mais il préfère , un gloubiboulga sur l'universalisme (comprendre vivre et penser à la façon des occidentaux) et les dictateurs.

Mélanchon et pour un protectionnisme ,internationaliste et européen, n'est-ce pas le parfait exemple d'oxymore ?

Le protectionnisme figure dans le programme, mais dans une version plutôt light. Le programme prétend "combattre le principe du libre-échange de l’OMC", mais précise juste après qu’il ne s’agit pas de l’abolir, mais de "le changer profondément‘, en donnant la priorité aux normes sociales et environnementales sur celles du commerce.
http://ecointerview.wordpress.com/2012/01/10/melenchon-et-le-protectionnisme-internationaliste/

Les éternelles contradictions de Mélenchon et l’Europe .

« La France, en tant que pays fondateur de l’Union européenne, a les capacités de la transformer si elle conjugue action souveraine et bataille d’opinion européenne. »

On appréciera ce grand numéro d’équilibriste




En mars 2002, alors qu’ils clamaient leur attachement « à cet élément central de notre modèle de civilisation », au Conseil européen de Barcelone, Jospin et son ministre Mélenchon avec Chirac signèrent un accord pour privatiser l’électricité et allonger de 5 ans la durée du travail dans tous les pays de l’UE.

En déplaise aux asinautes qui font de mélanchon un saint, il n'a pas quitté le parti socialiste,par une révélation dans son église franc maçonne, et défendre l'ouvrier mais uniquement qu'après la défaite de Jospin, il s'est retrouvé isolé au PS.

En 30 ans de mandats électoraux, de chômeurs mis sur la paille par la concurrence imposée par Maastricht signée par l’ami Jean-Luc.C'est la même personne qui à inoculé le poison, qui nous propose l'antidote .
Je ne comprends pas trop la logique de cette chronique. À quoi peut-il servir de faire de Barroso un épouvantail alors qu'il est le président en exercice ? C'est un peu tiré par les cheveux. J'ose une autre explication sur le fait qu'il est critiqué : c'est qu'il ne dit que des conneries ! Et que ça finit par se voir. Trop simple ?
La campagne des élections européennes de 2014 a déjà commencée sur ASI. Je sens que les fédéralistes vont en prendre pour leur grade dans les mois à venir ;-)
Avec l'UE, on assiste à l'éternel retour de "L'opération Astra", que décrivait Barthes dans Mythologies, et notamment de cette escroquerie intellectuelle qu'est la vaccine, "qui consiste à confesser le mal accidentel d'une institution de classe pour mieux en masquer le mal principiel. On immunise l'imaginaire collectif par une petite inoculation de mal reconnu ; on le défend ainsi contre le risque d'une subversion généralisée." (R. B.)
Il manque un juif dans votre complot ...

Comme cela a déjà été remarqué, Quatremer et Guetta (et plus généralement les « eurolâtres », les fédéralistes comme on dit quand on reste neutre) ne se sont jamais privés de critiquer Barroso, créatures des gouvernements (très majoritairement conservateurs alors) et qui leur renvoie constamment l'ascenseur. Ainsi, sa réélection a été poussée en 2009 pour être effective avant le traité de Lisbonne, qui aurait donné voix au chapitre au Parlement européen, qui aurait probablement bloqué sa réélection.

De fait, les 10 ans de Commission Barroso ont été 10 ans de démission de la Commission Européene, laissant aux États une initiative qu'ils n'ont nulle part dans les textes. Cela a toujours été critiqué par les fédéralistes, et c'est plutôt vous qui semblez découvrir le ressentiment, si ce n'est la haine que nous éprouvons contre Barroso.
Cependant, comme vous le relevez, le sieur n'est qu'un rouage dans une Union Européenne contrôlée, contrairement aux élucubrations des europhobes, par les État-Nations et leurs égoïsmes. On s'est donc plutôt concentré sur une critique du système intergouvernemental, plutôt que sur des attaques ad hominem improductives.
Vu le succès de Mélenchon d'un côté, de Le Pen de l'autre (vous avez vu hein, j'ai bien fait la différence, ce n'est pas la même chose), on va peut-être changer, il semble que les invectives personnelles payent plus que les propositions pour changer le système.
Parfois je m'interroge en lisant ce terme (ou ceux moins gentils employés par Mélenchon) sous la plume de journalistes critiques ; voir aussi ce que dit CMB plus haut
l'exception culturelle en france recouvre quoi car je cherche la culture et je ne trouve que des jeux et des téléréalités quand aux artistes ils font souvent de l'optimisation fiscale donc l'exception culturelle je m'en fou .
Ce serait tout de même pas mal, après le constat posé que le Sieur Barroso, qui est censé, dans les négociations du Grand marché transatlantique, défendre les intérêts des pays Européens face aux intérêts Nord Américains, semble finalement tomber à bras raccourcis sur TOUS les Européens qui ne se calent pas exactement sur les positions américaines, de se poser des questions, non ?

Pourquoi Monsieur Barosso n'a-t-il droit, pour toute analyse médiatique qu'à : "c'est un libéral", voire à l’infamant : "c'est un ultra-libéral" ? D'accord, c'est un regard porté par le biais du dogme politique, mais encore une fois, pourquoi personne ne cherche au delà ? Car il y a un hiatus tout de même. Que Barosso soit de droite libérale, c'est une chose, mais en quoi ceci justifie-t-il un alignement perpétuel et total sur les positions des USA ? Il pourrait parfaitement être de droite, mais se positionner comme le garant des intérêts de l'Union et des pays qui la composent dans les discussion sur les modalités du Grand Marché Transatlantique... mais non... c'est pas le cas...

Alors on peut peut-être chercher un peu... dans sa biographie par exemple. C'est qui Monsieur Barosso ?

Hé bien, après la chute de Salazar, après la révolution des oeillets, le jeune Borosso était le leader très actif du syndicat des étudiant maoïstes portugais. A cette époque un peu troublée pour le pays, les Etats-Unis avaient envoyé en qualité d'ambassadeur, non pas un diplomate pur jus, mais un agent de renseignements (on y reviendra), Monsieur Franck Carlucci. Ce n'est pas illogique : en 1974, les USA cherchaient absolument à juguler la possibilité que des pays politiquement en transition ne tombassent en plein communisme ravi (le PC Portugais, devenu légal, était très puissant et bien entendu très soutenu pas l'URSS, tu penses !)... Et Monsieur Carlucci repère ce jeune étudiant d'extrème-gauche, activiste et agité. Tout un symbole ! Dangereux... alors il va l'approcher, et le guider dans sa carrière...

L'année d'après, on retrouve le même Barosso qui poursuit ses études... où ? Quelqu'un a une suggestion ? En Suisse, temple bien connu du communisme le plus frénétique. A l'université de Genève. Il y devient assistant du professeur Dusan Sidjanski à l'Institut universitaire d'études européennes... tiens tiens... déjà... Mais au fait, qui finance la poursuite des études du jeune Barosso ? Sa tatie Lopez Da Cruz ? Hé bien non, elle est fauchée, alors c'est une bourse qui lui est accordée, une bourse de la Fondation Volkswagen... oui, oui... (ne riez pas, c'est vrai !) Ha, ces révolutionnaires...

Allez, on continue. Il reste un an à Genève, et on le retrouve sur les barricades à Porto, le drapeau portugais à la main... non, je déconne. Il part finir ses études à l'Université de Georgetown... Hou, c'est cher ça ! Ca ça douille un max. Mais qui paye ce coup-ci ? Ses parents ? Non, pas les moyens, faut pas déconner. Il bénéficie cette fois-ci d'une bourse de l'OTAN, qui, c'est vrai, ça on peut pas leur enlever, a toujours eu un regard plein de bienveillance à l'endroit des extrémistes de gauche. Toujours ! C'est leur truc. (Mais ne riez pas, tout ceci est rigoureusement exact !). Georgetown, à Washington est un peu l'université qui correspondrait à notre ENA... de plus, énormément de hauts dirigeants des services secrets américains en sont issus... voilà, c'est un fait, c'est comme ça...

Avec tout ça, j'allais oublier Monsieur Carlucci ! On arrive à 1978 là, il est devenu quoi Monsieur Franck Carlucci ? Oh, rien que du plan plan, du banal... il a été nommé directeur général adjoint de la CIA. Il le restera 4 ans, jusqu'en 1981. Ha ben, décidément ! Les hasards de la vie...

Et puis, retour au Portugal où il entame une carrière politique au sein du parti social-démocrate... fructueuse la carrière puisque malgré son jeune âge encore, il occupe des postes ministériels dès 1985... il a 29 ans et d'aucuns (des mauvaises langues) on pu trouver que son irruption sur la scène politique de son pays fut portée par des choeurs de louanges médiatiques assez... intenses... omniprésentes... mais ça, le talent, les médias ont toujours su le déceler !

Allez, on en vient à 2002 : Premier Ministre ! Formidable ! Oh, ça va pas durer longtemps. Deux petits point saillants : le premier, c'est qu'il se range, avec un activisme et une fougue déconcertants derrière les Etats-Unis dans la volonté de déclencher une guerre en Irak. Son zèle ira même jusqu'à initier et organiser un sommet des chefs d'Etats pro-Bush aux Açores portugaises ! (je rappelle quand même que la guerre d'Irak était illégale au regard du droit international). Sa politique se révèle de plus en plus atlantiste...

Le second point est un scandale rarement évoqué. Monsieur Barosso, en 2003, organise la vente d'un fleuron du Portugal, la Société nationale portugaise de pétrole, de gré à gré (c'est à dire sans consultation de la représentation nationale) au fond d'investissement américain Carlyle, un fond d'investissement gérant les avoirs de... ah, tiens, la famille Bush ! (et aussi la famille Ben Laden, mais c'est une autre histoire). Carlyle, un fond dirigé par... par ? Une idée ? Franck Carlucci !
- Non !!!!
- Siiiiiii !
- Mais il était pas directeur général adjoint de la CIA lui ?
- Naguère, dans une autre vie, c'est fini tout ça ! Il a fait dans la diplomatie, dans le renseignement, et puis là, dans la finance... ha mais, quand on a un talent pareil, ce serait ballot de gâcher...

Ca a tout de même fait tiquer au Portugal, la vente a capoté, il a dû quitter ses fonctions et l'année d'après, on a donc propulsé à la tête de la Commission Européenne un type qui venait quelques mois avant de tenter de truander son peuple pour renvoyer l'ascenseur à ses bienfaiteurs ... il y sévit toujours et la boucle est boulée... elle est d'autant plus bouclé que cet ascenseur, d'où il est aujourd'hui, et dans les tractations pour lesquelles IL porte notre voix et nos intérêts, il continue à tenter de le renvoyer... et c'est à cette lumière-là qu'il faut interpréter ses positions hallucinantes des derniers jours. Sans quoi, à mon sens, on passe à côté d'une pièce appréciable du puzzle. Barosso n'agit pas comme il agit parce qu'il est libéral... il agit comme il agit parce qu'il est... REDEVABLE.

Ce qu'il faudrait détailler, et peut-être des journaliste (d'@si, on peut toujours rêver) peuvent-ils nous donner des clés, c'est la question suivantes : quels jeux d'influence se sont noués en 2004 pour que ce soit cet homme, justement lui et pas un autre, à qui échoie le poste (non élu, je répète, cet homme n'a été élu par personne !) de président de la Commission ? Dans le contexte que je détaille ici sur son parcours (je déconne sur la forme mais aucunement sur le fond, tout est absolument, rigoureusement et facilement vérifiable), ce serait tout de même intéressant non ?

Chacun en pensera ce que bon lui semble. Je ne vais pas truffer le post de liens renvoyant vers les sources, mais sa bio est de toute façon de notoriété publique pour peu qu'on se donne la peine de cliquer trois fois dans une barre de recherche.
d'accord avec "cultive ton jardin". c'est quoi, cette phrase mettant en symétrie les mélenchoniens et les lepenistes. comme si leurs idées et propositions étaient les mêmes ? je ne comprends pas. on n'est pas obligés d' être d'accord avec Mélenchon, mais de là à le mettre sur le même plan que Le Pen......
La théorie de DS me semble pertinente. La meute au pouvoir va jeter un de ses membres en pâture pour conserver son assise.

Par contre, est-ce que ça suffira... ?
[quote=DS]l'irruption massive, au Parlement, de mélenchoniens et de lepénistes de toutes nationalités

Mélenchon/Lepen, même combat? Vous dédiabolisez Lepen, ou vous diabolisez Mélenchon? Ou les deux?
Je crois que c'est plutôt bien vu.

En effet, quand on voit le nombre de sanctions financières décrétées par l'UE qui devraient s'appliquer à notre pays, alors qu'on y échappe toujours par la bonne grâce des commissions, je me dis qu'il y a franchement pire comme ayatollah de l'application rigoureuse des Traités européens que Barroso.

En tout cas, si je ne me prononce pas sur Barroso, une chose est claire et nette dans mon esprit, c'est que la réaction de Montebourg est digne des plus grands pipoteurs de nos temps modernes : abjecte et vide de portée.
vlà que les libéraux se bouffent entre eux. Pourvu que ça dure .
Vous avez voté pour vous, Loran ?

Quatremer semble avoir du mal (sur twitter) à digérer ces "piques" schneidermaniennes. Moi très rigolarde ;o).
Il serait temps que la presse à la botte parle de ce traité transatlantique si cher à M'sieur Barroso et envisage d'autres conséquences que celles énoncées par ce président non élu. Au passage, prenez le temps de regarder le documentaire tourné au Zacatecas, Mexique, où on voit que les conséquences de la signature par le Mexique de l'ALENA (traité Nord-Américain) ont été ravageuses pour la populations pauvre mexicaine, la plupart paysans. En effet, le maïs transgénique et subventionné amerlocain a, dès 1994 (signature mexicaine de l'ALENA), envahi les rayons des supermarchés mexicains, contribué à faire monter les prix du maïs pendant que les pauvres paysans mexicains étaient obligés de prendre les routes de l'exil.

D'autre part, oui, c'est vrai : les élections européennes arrivent... Ce doit être pour cette raison qu'on (les cons des media) a sorti une phrase de son contexte, prononcée par Mélenchon, dans laquelle il disait qu'il voyageait en classe affaire (ensuite, il critiquait les compagnies aériennes mais ça, personne n'en parle), reprise aujourd'hui par tous les plus cons (des media) y compris par un certain William Leymergie qui s'est permis de dire à Pierre Laurent qu'il ferait bi'en de contrôler les petites phrases de son pote Mélenchon ! Leymergie, Apathie... tous ces grands moralisateurs... qu'on a pourtant vus léchant les bottes des puissants un moment de leur vie ;o((
Nous voyons donc que les élections européennes font peur aux grandes gueules des media mainstream... Ils préfèreraient peut-être que la droite européenne continue à croître ?
Baroso, ce matin, dans ma radio expliquant qu'il ne défendait pas les pays, mais l'union européenne, a été brillant.

Il a clairement montré en une phrase que si l'intérêt macroscopique (comprendre big business) de l'UE était de favoriser l'Allemagne au détriment de la France, cela serait la politique de L'UE...

Hors le big business est allemand.

Etre de gauche aujourd'hui c'est être souverainiste.
Le reste c'est du flan.
Heu, Daniel faut arrêter le lynchage gratuit de Quatremer sur Baroso. Tu n'as qu'à lire ses archives de 2009 et 2010 sur l'élection du Président de la Commission, sur la gestion de la crise et tu verras qu'il a toujours été plus que critique sur Baroso. Même chose pour Guetta. Certes ce sont peut-être des euro-idolâtres par rapport à Todd ou Lordon mais faut pas pousser le bouchon trop loin ...
"il va falloir organiser les choses pour que tout change, afin que rien ne change"

Ce qui est une autre façon de dire :

56ème étage, jusqu'ici tout va bien

50ème étage, jusqu'ici tout va bien

45ème étage, jusqu'ici tout va bien

Par celui qui s'est jeté du 57ème étage
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.