62
Commentaires

Avions, trains, hôtels : se fait-on flouer en achetant nos billets sur Internet ?

Alors comme ça, les compagnies aériennes et ferroviaires utilisent des méthodes de voyous pour nous inciter à acheter rapidement leurs billets ? Cette méthode, appelée aussi IP tracking, a été dévoilée par une journaliste du Monde puis relayée par une eurodéputée qui a enjoint la Commission Nationale Informatique et Libertés (CNIL) à enquêter sur ces pratiques commerciales douteuses. La CNIL vient de s’y coller sans que l’on sache, à ce jour, si cette pratique est bien réelle ou si elle relève du mythe.

Derniers commentaires

Je suis très étonné de la naïveté de cet article qui découvre candide les procédés très ingénieux utilisés par ce monde mercantile qui ne cherche que le profit. Il suffit de lire l'article de wikipedia sur les cookies pour comprendre que l'ip tracking n'est rien par rapport aux utilisations scandaleuses des cookies et notamment les cookies tierces qui sont de véritables espions permettant à un site d'un être informé de ce que vous avez consulté sur un autre site. Dans les pages web, se cachent les pixels espions qui permettent aux grandes régies publicitaires de vendre a leurs partenaires nous données. Sans parler du fameux cookie que Facebook dépose sur votre ordinateur et qui permet de vous identifier de manière unique sur tous les sites partenaires. Facebook collecte ces données et peuvent allègrement les revendre à tous leur partenaires.

En bref, il serait nécessaire de consacrer une émission entière sur le sujet de la vie privée de notre identité numérique.
Si ça existe ( ce que mes expériences passées m'aideraient à croire, mais encore faut-il le prouver), tester avec deux ordis de la rédaction, ça peut pas marcher, parce qu'ils auront la même IP et parce que c'est une rédaction de presse.

Et puis, deux ... ça fait pas beaucoup.

Mais Anne-So, vous tenez ici, sur ce forum, des gens qui ne demanderaient pas mieux que savoir et se prêteraient peut-être à un petit test grandeur nature, on est tous à des endroits différents !
On choisit quelques trajets, on définit les dates et le nombre de passagers,et le transporteur... et on teste, à des heures définies et un nombre de fois défini chacun.

Vous pouvez me compter dans les volontaires.
Bonjour,
Moi aussi j'ai déjà eu cette sensation du billet qui monte juste parce que je m'étais déjà connecté. Pourtant j'essaie de configurer au minimum mon PC, mais pour certains sites on est obligé de faire une exception pour les cookies.
Alors IP-Tracking ou cookies, je ne sais que dire, mais algorithme assurément.
N'étant qu'un spécialiste en logiciel embarqué et non PC/Réseaux je ne puis avoir un avis tranché, mais la réflexion d'Antoine (et d'autres...) me semble des plus justes.
Je ne crois absolument pas à la fable qui consiste à dire que c'est tellement difficile à mettre en place. Je pense bien au contraire qu'ainsi qu'il a été dit pas un de vos internautes que c'est de la portée d'un étudiant !
Pour en venir à la comparaison avec l'obsolescence programmée, ce n'est pas la même problématique. Pour une entreprise concevoir un produit au minimum pour une rentabilité maximum est concevable sans pour autant être une réelle volonté " l'obsolescence programmée" bien qu'y ressemblant, d'ou confusion.
Dans ce cas je ne vois pas de confusion possible, la volonté est réelle.
Merci Anne-sophie pour votre article et continuez ! Bon courage
Anne-Sophie,
J'ai, comme pas mal d'entre nous, deja eu cette impression que les prix de certains sites variaient d'une heure a l'autre en fonction de mon utilisation.
J'ai constate ca plusieurs fois sur des sites de billets d'avion, genre opodo, ou de location de voiture, genre hertz. A chaque fois, je n'ai eu ni le reflexe ni le temps d'essayer de reproduire la variation de prix en faisant des screenshots pour essayer de prouver la forfaiture, etc.
Cependant je reste convaincu que ce genre de pratique existe.
Etant moi meme developpeur depuis longtemps, j'aimerais preciser qu'a mon humble avis, point besoin d'algorithme sophistiquee ni de methode de marketing particuliere pour mettre en place ce type de comportement. La plupart des gros sites d'e-commerce utilisent des "moteurs de regles", qui savent executer des milliers de regles simples a chaque requete.
Une "regle" est un morceau de texte qui sera traduite automatiquement dans un langage comprehensible par le server hebergeant le site. Ces regles sont typiquement ecrites par des non-programmeurs, mais qui connaissent le metier, donc des gens du marketing, des ventes, etc.
Des exemples de regles:
"si le client a une carte frequent flyer gold, lui faire un discount de 5%"
"si le client a deux enfants ou plus et la voiture choisie est categorie A, proposer categorie C pour 30 euros de plus"
et donc pourqoi pas:
"si le cookie du client est deja enregistre, et que la derniere visite etait il y a moins de 24h, alors monter le prix de 5%"

Les possibilites sont infinies. Il me semble que ces pratiques sont legales. Techniquement elles sont tres simples a mettre en place. Je ne vois pas pourquoi ces sites se generaient. Seul frein possible, un potentiel probleme d'image si lesdites pratiques sont mises au jour. Si eles existent, ces pratiques ne sont donc probablement pas systematiques...
Mais ca n'est pas une raison pour se decourager. Je pense que c'est tout a fait le travail d'un journaliste (pas necessairement arrets sur images - a vous de voir) d'essayer de demontrer l'existence de ces pratiques et d'en detailler les mecanismes, et a defaut de les faire interdire, d'aider tout un chacun a s'en premunir.

PS: comme dit plus haut, si le matching est rellement fait sur l'IP et pas sur des cookies, il est probable que Francois Rose et vous apparaissent a l'exterieur avec la meme adresse IP, celle de votre box. cf http://whatismyipaddress.com...
Vous achetez vos billets de transport sur Internet ? Alors nul besoin de vous expliquer le bazar des prix qui y règne.

L'enquête n'aborde que le cas des achats en ligne.

Or pour démontrer qu'il existe une tarification (beaucoup) plus fluctuante voire spéculative sur Internet, il serait intéressant de comparer le prix d'un billet donné, avec celui proposé au même moment sur les bornes automatiques en gare, ou auprès des agences SNCF, ou aux guichets de gare.

A moins que l'algorithme en question utilisé pour la vente en ligne soit le même aux guichets, en agences, et sur les bornes automatiques ?

J'ai également constaté des fluctuations notables de prix en l'espace de 30mn pour un billet donné, aussi je me demande si le prix du même billet au même moment ne serait pas moins fluctuant s'il est acheté hors ligne ?
C'est évident que nous sommes grave-fliqués sur le net...
Mais, puisqu'on parle de méthodes pour le moins "étonnantes" de compagnies aériennes, j'aimerais citer Easy Jet qui prend vraiment ses clients pour des cons... grâce au Speedy Boarding...
Les speedés boardés paient un supplément (en plus du supplément bagage en soute) pour embarquer (et débarquer) avant tout le monde... Dans beaucoup d'aéroports, on les appelle donc en premier pour .... aller attendre, parqués dans un couloir -là je parle de l'embarquement à Nantes- alors que l'avion n'a même pas atterri de son voyage précédent... ou être les premiers à être embarqués à bord des bus qui vont mener les speedés-bordés et les non speedés-bordés au pied de la passerelle de l'avion.
D'autre part, en serrant les sièges au maximum, Easy Jet toujours arrive à me coller des lumbagos car je ne sais pas où placer mes jambes, surtout les fémurs et si je continue à me goinfrer de chocolat comme je le fais actuellement pour lutter contre le froid... je vais avoir du mal à glisser mon postérieur dans le siège et à fermer la ceinture de sécurité. C'est pour mieux nous tasser, bien sûr, mais ce doit être aussi dans le but de pousser les surchargés pondéralement à payer pour être dans les premiers rangs où l'espace est un peu moins restreint que chez les sardines derrière.
L'un dans l'autre, on ne gagne absolument rien en voyageant avec les low-cost... Et bon, on sait que les rabais dans l'avion signifient aussi rabais dans les vérifications usuelles et obligatoires des zincs... Avions révisés en Chine, etc...
Bref, un peu (voire très) marre d'être une moutonne rasée à vil prix.
L'IP et le cookie ne sont pas des données suffisantes pour identifier les visiteurs.
- Du fait du manque d'adresse IP, les fournisseurs d'accès regroupent les internautes sur des grappes d'adresse IP (NAT ou Network address translation) ce qui fait que plusieurs internautes peuvent avoir la même IP, et si vous naviguer depuis votre travail, il est probable que tous les employés ont la même IP.
- Les cookies peuvent être interdits au niveau du navigateur ou effacés régulièrement.

Pour vous identifier, les sites vont collecter toutes les données accessibles vous concernant :
- User agent qui est l'empreinte de votre navigateur,
- Données acceptées par votre navigateur,
- Données d'affichage d'écran
Les sites peuvent aussi vous placer dans la mémoire cache de votre navigateur de fausse images qui contiennent des clés d'identification.
A partir de toutes ces données, il vous fabrique un identifiant unique.
Un indice:
Vous pouvez regarder des sociétés comme Bluekai (http://www.bluekai.com/) et Excelate (http://exelate.com/) dont c'est la spécialité de vendre du profilage. Les sociétés abonnées à ces "data providers" peuvent acheter en temps réel des profils visiteurs et donc "tout connaitre" du visiteur.

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Le traçage IP, ça existe. Sur un Paris Nice, les moteurs de recherche donnent Bravofly comme meilleur choix. Et là, scénario exactement identique à celui décrit dans l'article. Effacement des cookies, ou changement de navigateur, et les prix reviennent comme annoncés initialement.

Mais il y a d'autre magouilles... un Paris-Nice annoncé à 136€ tous frais compris se transforme finalement en plus de 250€ en comptant les frais de dossier et la pathétique arnaque des frais de payment, 40€ quelque soit le mode de payement !

Finalement, c'était moins cher en le prenant directement chez Air France !
Faites un essai simple
depuis une IP Suisse sur Amazon sans être authentifié constatez le prix d'un livre
authentifiez vous avec un compte ayant une adresse en France
Le prix aura baissé
Je vous fait les captures d'écran dès ce soir
Je note au passage un bel exemple de novlangue néolibérale de la part de notre estimé chargé des Transports à la Commission européenne :

"cela ressemble à une distorsion de la concurrence"

Le rapport avec la choucroute ? Personne pour lui expliquer qu'il est à côté de la plaque, que c'est une histoire de protection du consommateur et pas de concurrence entre opérateurs ? Ok, je n'ai pas sa réponse complète, mais il me semble que les notions d'intérêt général et d'utilité globale se font bien rares dans les discours des technocrates. C'est sans doute un indicateur d'une pensée politique mécaniste qui semble considèrer le marché libre comme seul outil et tout dysfonctionnement comme une atteinte au fonctionnement dudit marché libre et rien d'autre. Apparemment, dans leur tête, il ne peut pas y avoir de problème vertical, entre vendeurs et acheteurs, c'est tout juste impossible, c'est forcément transverse, entre vendeurs... S'il vous plaît, qu'on ne reprenne pas ce vocabulaire-là.

Pour moi le yield management n'est pas neutre du tout : peut-être le jeu est-il à somme nulle pour les clients pris dans leur ensemble, peut-être ces méthodes permettent-elles de mieux remplir les avions et les trains. Mais on ne peut pas se limiter à l'aspect purement financier de la transaction. Ce serait négliger qu'il y a une déportation de travail et de risque vers les clients. Je ne sais pas vous, mais je n'ai personnellement pas assez de temps à perdre pour avoir envie de passer une heure cloué sur mon écran à comparer les prix des opérateurs pour chaque voyage. Et je n'ai pas envie ni de tout planifier un an à l'avance, ni de devoir gérer mon budget avec un poste de dépense voyages qui est incertain d'un facteur du simple au triple.

En plus, la quantité de travail reportée sur nous autres acheteurs est virtuellement infinie, puisque nous nous retrouvons en concurrence les uns avec les autres. C'est une décision collective. Si le jeu est à somme nulle et si tous les kékés du monde passent des heures en ligne à optimiser leurs prix parce qu'ils ont l'illusion de gagner des euros en le faisant, le malheureux qui n'a pas que ça à faire se fait d'autant plus plumer que le système est volatil et opaque.

Quelle est la vraie utilité globale de ce système ? C'est quoi la prochaine étape ? L'apparition d'une couche supplémentaire de courtiers en billets de transports, qui moyennant commission se chargeront de ce travail d'optimisation de vos prix et d'absorption du risque ?
[quote=Anne-Sophie Jacques]Je fais alors le test sur les sites d’Air France, Easy jet et Ryanair depuis chez moi et depuis le bureau, avec la complicité de François Rose. Raté. Si mon billet pour Istanbul augmente de quelques euros en l’espace de quinze minutes sur le site d’Air France, il vaut aussi cher si je me connecte depuis l’ordinateur de François. Air France ne m’a donc pas tracée depuis mon adresse IP. Idem sur les sites des compagnies low-cost. Après des tas d’essai, on jette l’éponge : nous ne prendrons pas ainsi les compagnies en flagrant délit.

Avec un IP tracking, ce comportement est tout à fait normal si vous partagez la même connexion Internet : vous et François Rose avez la même IP.
Voilà, rien ne prouve la réalité des scénarios de traque de l'internaute, qui aboutiraient à un flicage, à une virtualité totale de la valeur des biens de consommation, à la dérive des prix à la gueule du client. Rien ne le prouve, mais tout le monde en témoigne. Donc ça n'existe pas... puisque ce n'est pas scientifiquement prouvé. C'est comme le climat, tu as des gens qui viennent de se prendre le toit de leur maison sur la tronche dans la première tornade le l'histoire de leur petit coin de pays, que te disent que c'est normal, pas de chance. Peu importe alors que cinquante études sur cent expliquent ce phénomène par la réalité d'un dérèglement quelconque.

Ainsi pour les prix du billet internet, tout le monde a fait cette expérience, sauf les aveugles, cela va de soi comme dirait Brassens, et sauf les compulsifs qui passent 5 minutes pour acheter leur billet pour Pékin. À titre personnel, ce qui n'a donc aucune valeur, je témoigne que pour trouver le meilleur prix, j'ai souvent renouvelé des simulations d'achat de billets et constaté que d'un quart d'heure à l'autre, les prix ne cessaient de monter. Au moment de me décider, je renonçais vu l'inflation, et il est arrivé plus d'une fois que le jour suivant les choses se présentent à nouveau mieux. Bref, tant qu'on nous prendra pour des c...s, et qu'on le restera sans défense, il est certaine que le rapport entre le prix d'un bien et sa valeur n'existera plus. Parce que Barcelone et retour pour 29€, affiché en format mondial dans toutes les grandes villes européennes, ça me rend malade, et peut-être même d'autant plus qu'il est rare de pouvoir acheter un billet à ce prix. L'un dans l'autre, ce système me dégoûte (n'en dégoûte pas les autres, me disent ceux qui croient en la concurrence libre et non faussée).
La première fois que j'en ai entendu parler, j'ai fais le test sur le site de Ryan Air : après avoir vidé le cache, moins 20 euros quelques secondes après sur mon billet. Je sors et je reviens, le prix est revenu à +20 euros
Une autre solution assez simple est celle que j'ai adoptée depuis longtemps :
acquérir un jet et une limousine.
Ouais, moi je mets des ptits sous de côté pour m'en payer aussi.
Je devrais y arriver dans 4,9 milliards d'années.
La rédaction d'@si doit être blacklisté. Genre blacklist de toutes les IP des sociétés qui touchent de pres ou de loin au domaine du journaliste (et de 60millions de consommateurs en particulier).

Pour un test de tracking IP, comme dit plus haut, ça ne marchera pas si vous prenez deux postes connectés au même accès internet, puisqu'ils auront la même adresse IP externe.

Ou par les cookies, on peut aller voir combien de fois le gallinacé est allé sur le site de TF1 ou M6 au cours des 30 derniers jours, et si le nombre est assez élevé, on sait qu'on à affaire à un très roucoulant spécimen et qu'on peut charger la mule. ;)
Vous avez répondu à la question que je me posais, DonGiedo : si l'IP tracking existe, essayer de le contourner en changeant d'ordinateur ne fonctionne pas si ces deux ordinateurs ont le même accès à internet, n'est-ce-pas ?

Donc Anne-Sophie, y a plus qu'à refaire l'expérience en allant squatter la box du voisin :)

Mais sinon, c'est super intéressant comme sujet. Je serais ravie de voir une émission sur le thème de "qui trace quoi sur internet", ce que font les régies pub avec nos historiques de navigation etc. D'ailleurs y a une loi en train d'être votée au Parlement Européen, dans laquelle les lobbies se sont immiscés comme jamais (Google, Apple, Facebook etc), avec plus de 4000 amendements déposés, un record dans l'histoire du Parlement Européen -> ne serait-ce pas là une de ces actus bouillantes qui passent totalement sous le radar des médias ?
Une émission avec ce thème serait très bien, sauf que c'est mission impossible de savoir qui utilisent de tels procédés. Ils vont pas lever la main et dire: oui, moi j'entube le client avec cette méthode, voilà, je fais comme ça...

Mais parler de ce qui est aujourd'hui possible avec des experts (dont je ne suis pas), ça serait pas mal.

Je découvre dans le commentaire ci-dessous de PIerre Antonini qu'il existe une sorte de super-cookie sous forme d'image crypté dans la mémoire cache du navigateur, ce qui a l'avantage de court-circuiter la désactivation des cookies. Et il y a certainement pas mal de techniques relativement nouvelles qui gagneraient (pour nous en tout cas) à être connues.
Sur quels sites stp Obliv' ? Je ne trouve rien de tel sur "le bon coin" ;o))
Je préfère en général garder jalousement mes adresses pour les bonnes affaires.
Mais bon, je t'aime bien et j'aime bien les asinautes, alors cadeau ! pour la limousine, c'est ici que je me fournis.
Aaaah, quelle horreur : un "taureau limousine" !!! Pis quoi encore !
Tu les mets dans ta salle de bains, tes bovins ?
Voilà ! J'essaie d'aider à trouver des solutions, et voilà : des critiques ! Pfff…
AS je pense que vous avez le bon réflexe : si cette pratique existe, il ne devrait pas être trop difficile de le prouver en testant chaque compagnie suspecte. Certes remonter la filière jusqu'aux programmeurs étayerait la démonstration, mais s'il s'agissait réellement d'une pratique répandue ça devrait être facile d'en voir au moins les effets, tout simplement.

Sinon il est assez facile de voir monter les prix sur voyages-sncf par exemple : comme le billet vous est réservé pendant 5 ou 10 minutes, il suffit de refaire la manoeuvre une dizaine de fois de suite sur un train déjà assez rempli (sans annuler à chaque fois). Il est possible que certains utilisateurs se croient ainsi piégés, alors qu'il leur suffirait d'attendre un peu pour retrouver le prix initial. Il se peut aussi qu'ils aient simplement eu la malchance de réserver en même temps que d'autres utilisateurs, ce qui fait baisser le nombre de places et donc augmenter le prix.

Bref je suis plutôt sceptique, c'est un peu comme sur les sites de poker en ligne, vous trouverez facilement des "témoins" qui disent que le jeu est truqué par le site : en réalité l'entreprise n'a aucun besoin de truquer le processus pour être bénéficiaire, elle n'a aucune raison de courir ce risque.

Le "yield management" est neutre en soi : ce n'est qu'une façon de fixer le prix en fonction de la demande de façon optimale. N'oublions pas que c'est souvent aussi à l'avantage du client s'il est prêt à prendre son billet très tôt, ou bien à prendre un billet au dernier moment au risque de ne pas en trouver.

ps: à mons avis pour tester cette pratique il faut cibler des trajets/périodes où la probabilité qu'un autre utilisateur réserve en même temps est faible, autrement vous ne pouvez pas savoir si l'augmentation constatée vient bien uniquement de votre action. Par ailleurs certains sites (notamment voyages-sncf) indiquent le nombre de places restantes à ce prix, ce qui peut aussi être une indication.
Bien souvent, l'IP visible par le site est la même qu'on consulte de son ordinateur ou de sa tablette par exemple: c'est celle de notre accès Internet. De la même façon, les entreprises utilisent généralement un proxy qui rend donc l'adresse IP identique pour chaque employé.

La plupart du temps, ce sont plutôt les cookies qui sont utilisés à ces fins là, car ils sont pour le coup stockés sur chaque ordinateur jusqu'à expiration ou suppression. Les cookies servent à stocker des informations diverses et variées sur le navigateur de l'utilisateur, afin par exemple de garder un numéro de session identifiant ses actions.

L'avantage des cookies est que c'est également une technique bien moins risquée juridiquement que l'utilisation de l'adresse IP, qui peut être considérée comme une donnée personnelle.

Pour contrer ce mécanisme, il suffit donc de supprimer les cookies du site visité. (dans firefox: Options -> Vie privée -> Supprimer des cookies spécifiques)
Comme dit l'immense penseur Alain Minc, cofondateur de la CNIL sous Giscard, " l'informatique peut donner le meileur ou le pire, selon l'usage qu'on en fait".
Très intéressant.
J'imagine que ce procédé n'existe pas, jusqu'à ce qu'on attrape une compagnie qui le pratique...
Y a plus qu'à guetter un éventuel message laissé par erreur sur un éventuel répondeur...
La déprime n'est pas loin...
Très bon article qui permettra surement à beaucoup d'internautes de se rendre compte des possibilités commerciales offertes par choses techniques (adresse IP, cookies etc...).

Pour revenir sur le yield management, il est clair des mécanismes utilisent les adresses IP afin de catégoriser des populations néanmoins elles ne sont pas utilisées pour chaque achat. Ainsi l'augmentation des prix sur un site n'est pas systématique après avoir fait une première recherche. Il faut bien voir qu'une entreprise ne possède en général qu'une adresse IP pour l'ensemble de ses ordinateurs ce qui fausse l'identification unique des utilisateurs.

Tout ça pour dire que nous sommes traqués qu'on le veuille ou non sur Internet et qu'il faudrait que les CNILs européennes puissent commencer à plonger leur nez dans tout ça !

--
Benjamin
Je ne sais pas si précisément, tous ces secteurs pratiquent l'IP tracking, mais c'est techniquement possible, surtout si les paramètres de navigation sont réglés par défaut pour l'utilisateur lambda.
Après, à part une enquête menée à donf et avec les moyens qui vont avec...
Pas mal cet article. J'ai fait l'expérience sur le site de la SNCF où suite à une erreur, j'ai commandé deux billets au même horaire, mais une fausse manip m'a fait annuler la commande. Une minute après, en la recommençant, le prix avait augmenté de 10 euros. Le site avait donc pris en compte que les places à ce prix étaient prises et il me proposait la gamme suivante, plus chère.
Je viens de refaire le test : les places sont retombées au prix initial aujorud'hui, soit deux jours après. Bref yield management.

En tout cas, tout ça nous rappelle que sur Internet comme ailleurs, quelques pratiques minimales de protections sont nécessaires. On peut rouler sans accident avec un peu de chance toute ça vie du moment qu'on respecte les règles du code de la route, qu'on suit les consignes de sécurité. Internet me semble du même accabit. Et du coup, en couplant un anti popup, un plugin comme adblock-plus et un anti traqueur comme Gosthery, on arrive à un résultat convenable et une navigation un poil moins fliquée. Ajoutez à ça un petit proxy et un DNS et ça se passe encore mieux.

Pour les néophytes qui souhaiteraient sécuriser sa navigation un petit lien utile : http://sebsauvage.net/safehex/

(ps : non, je ne suis pas payé pour faire de la pub pour ce site, oui je l'apprécie, non je n'en fais pas partie. Dès fois qu'il y en a qui auraient des doutes !)
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.