11
Commentaires

Avent #10. Plenel et Debray enterrent Mitterrand

Commentaires préférés des abonnés

Dans la mesure où c'est quand même daté, l'émission reste assez longue à regarder.


Mais pour qui a connu cette époque, et qui connaît la nôtre, c'est passionnant. Et c'est presque de l'ordre des témoignages.

La première chose que je voudrais dire, c'es(...)

Excellente émission. Plenel égal à lui-même..., Debray brillantissime, et dans la retenue. Félicitation pour vos rétrospectives... 

Derniers commentaires

Excellente émission. Plenel égal à lui-même..., Debray brillantissime, et dans la retenue. Félicitation pour vos rétrospectives... 

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Dans la mesure où c'est quand même daté, l'émission reste assez longue à regarder.


Mais pour qui a connu cette époque, et qui connaît la nôtre, c'est passionnant. Et c'est presque de l'ordre des témoignages.

La première chose que je voudrais dire, c'est que personnellement, en 1981, au fin  fond de ma Bretagne natale, je savais très bien que Mitterrand avait été un ministre de Pétain, et qu'il venait de l'extrême droite, et évidemment qu'un intellectuel parisien tel que Debray le savait également. 

Mais être dans le déni en se rappelant ce qu'on savait à une période donnée, c'est un sport national pour les intellectuels français...

C'est d'ailleurs parce que je savais cela que j'ai trouvé assez curieuse cette liesse populaire qui a accompagné sa victoire : ça partait mal et ça n'allait pas aller loin. Mais ne boudons pas notre plaisir, j'étais contente que la gauche vienne au pouvoir, et pendant quelques années, on a pu respirer...


Mais l'émission montre également à quel point nous avons changé d'époque.

Comment le Mainstream occupait tout l'espace médiatique, contrairement à aujourd'hui, où existent tant de médias alternatifs que le Mainstream peine à s'imposer, et est en recul continu. Nous ne sommes plus un groupe avançant aveuglément avec des infos qui d'une façon ou d'une autre nous racontaient toutes une même histoire, un flot qui va dans le même sens et déborde rarement de son lit : des milliers de petits cours d'eau secondaires nous abreuvent et sculptent notre connaissance, et empêchent le flot d'aller jusqu'à la mer où il se noierait dans une histoire collective qui serait dictée et initiée par une minorité parasite.


Cette phrase pour rendre hommage au sous-commandant Marcos qui dans la selva lacandone, aux confins du monde, pendant que cette émission avait lieu, créait la politique par Internet.

"Il est très possible qu'après le fédéralisme européen reviennent la nation et la république", suggère Régis Debray en 1996... On ne parlait pas encore de Frexit à l'époque. Le De Gaulle de Debray aurait du succès de nos jours, sans doute !

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.