32
Commentaires

Avant les décrocheurs du climat, les malheurs des effigies présidentielles

Commentaires préférés des abonnés

Excellent format qui met en avant Mme Larrère dans ce qu'elle sait faire et bien faire. 

Une mise en relief extrêmement pertinente d'un fait de société que je ne savais trop comment interpréter. 

Merci à toute l'équipe ! 

(...)

Voté pour accès libre. D'habitude j'ajoute "et rapide", mais là, non, cette histoire va rester "actuelle" encore un certain temps. Merci aux décrocheurs. J'apprécie particulièrement ceux qui "renversent" le portrait. Et merci à Mathilde, cette revue (...)

Approuvé 6 fois
Enfin !(...)

Derniers commentaires

Excellente chronique ! Juste un petit bémol de "forme" : Mme Larrère pourrait-elle éviter de "tripoter" sa chevelure (fort belle, c'est sûr) car je trouve cela perturbant pour l'attention qu'on porte à son discours, par ailleurs passionnant !

Le parti communiste français avait prévu cette procédure pour dépendre ces  tableaux.


L' éminent secrétaire général de 1964 à 1969 s'appelait  Waldeck Rochet.

Dégueulasse ce Macron !

Vers la 14ème minute.

Mathilde Larrère : On ne fait pas de buste de Macron

Je pense : Va pas lui donner des idées !

Voté pour accès libre. D'habitude j'ajoute "et rapide", mais là, non, cette histoire va rester "actuelle" encore un certain temps. Merci aux décrocheurs. J'apprécie particulièrement ceux qui "renversent" le portrait. Et merci à Mathilde, cette revue historique est riche de significations. 


Les racines monarchiques, le premier rétablissement par le futur Napoléon III, les réticences après pétain dont le portrait avait pénétré même dans les familles, les atteintes diverses et "violentes"*, bustes brisés, fosse d'aisance et autres indignités, la différence entre une allégorie, qui peut être acceptée par tous et un portrait perso très différent, c'est l'histoire comme je l'aime, qui aide à penser le présent. 


*violentes: la modification de notre tolérance à la "violence", même celle qui ne touche que les objets, est criante dans cette précaution, ironique mais quand même, de mettre le portrait dans une housse protectrice, par rapport aux bustes brisés et portraits souillés des siècles précédents.

Pas le droit de décrocher le portrait de Macron mais il faut le mettre au panier si on veut l'acheter sur internet. Faudrait savoir!

Excellent format qui met en avant Mme Larrère dans ce qu'elle sait faire et bien faire. 

Une mise en relief extrêmement pertinente d'un fait de société que je ne savais trop comment interpréter. 

Merci à toute l'équipe ! 

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Je ne peux pas visualiser votre image, euh…

Moi non plus

J'en suis désolé. Pourtant quand je l'ai collée elle était visible jusqu'à la publication.


Même l'URL intégrée ne semble pas fonctionner.

Je jette l'éponge.

Enfin !

Super, ça valait le coup d'insister

Merci !

Pour une fois que j'étais sûr d'être dans le thème de la chronique, je trouvais dommage d'échouer.

Il est cro mignon. Un petit air serpentin... le léviathan peut être?

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.