54
Commentaires

Gaspard Glanz est "interdit de paraître à Paris" tous les samedis

Au moins deux interpellations, et plusieurs blessés par des forces de l'ordre. C'est le bilan, coté journaliste, de cet Acte 23 des Gilets jaunes à Paris. Parmi les interpellés : Gaspard Glanz, fondateur du site Taranis News, "interdit de paraître à Paris" tous les samedis, et le 1er mai, après une garde à vue de 48 heures. Point d'orgue de mois de tensions entre ce journaliste indépendant et les autorités policières et judiciaires. Si le Syndicat National des Journalistes et Reporters sans Frontières ont condamné ces mesures, France 3 a renoncé à un reportage en raison de "l'engagement politique" de Glantz et de l'autre journaliste arrêté, Alexis Kraland.

Commentaires préférés des abonnés

Libérez Gaspard Glanz !


Et dire que si on avait eu Marine le Pen au pouvoir, on aurait pu redouter de graves atteintes à la liberté de la presse (quelques exemples de choses à redouter par ici : http://surlaroutede.canalblog.com/archives/2018/06/19/36(...)

Marine Le Pen aurait envoyé en privé un petit mot à Macron: "merci pour avoir installer l'état policier dont je rêvais. Je n'aurai plus grand chose à rajouter, si ce n'est l'obligation des manifestants et des journalistes à se soumettre préalablement(...)

On a parfois employé le terme de fasciste à propos de Macron et de sa bande de bras cassés mal rasés. A chaque fois de nombreuses voix se sont élevées pour condamner cet usage impropre. Il serait peut-être temps d'appeler un chat un chat, non ? On ne(...)

Derniers commentaires

" La rédaction aurait annulé le sujet en apprenant que ni Glanz ni Kraland n’avaient la carte de presse. "

La profession de journaliste n'est pas reglementée comme celle d'avocat ou de médecin, la carte ne fait que prouver que l'activité est régulière est procure l'essentiel des revenus. France 3 ne saurait pas cela? Je me demande combien de soutiers y pratiquent leur métier de journaliste sans l'avoir.

Tout ça commence à "sentir mauvais"...

Et l' Attali qui fait semblant de pousser à la roue ("situation révolutionnaire", qu'il dit...)

mais c'est pour mieux préparer le terrain à celle qu'il annonce comme "La future Présidente de la République", une certaine Marion...

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Je note que la fiche S de Glanz date d'avant 2016, bien avant Macron donc.

Idem, sur la video, il est évident que Glanz n'est pas "ciblé" puisqu'il fait plusieurs allez retour au milieu des CRS sans encombre. C'est la poussette du gendarme suivi par son doigt d'honneur qui enchaîne à son interpellation.


Je ne crois donc pas DU TOUT à un complot ou même à un ciblage et ceux qui le croient sont à mon humble avis paranoiaques.


Cela dit, le comportement du parquet est inqualifiable. 48h de GAV pour cela c'est absolument abusif, sans parler de la peine disproportionnée qui va clairement nuire à son exercice professionnel. 


Pas glop DU TOUT.

petits extraits d'un article


"A l'heure à laquelle j'écris, les participants de ce rassemblement parlent déjà de "violence policière" et de "dictature" pour rendre compte de la répression à leur encontre. "

[...]


"Si le but n'est pas de provoquer une évolution démocratique pacifique [...], il s'agit donc bien de se victimiser. Les manifestants refusent ainsi de se disperser quand ils reçoivent l'ordre de le faire. Puis ils résistent. L'objectif étant d'attirer les caméras sur les policiers qui usent de la force. 

Rappelons que ce refus de se disperser ou le simple fait de bloquer le passage peut être considéré comme un délit de rébellion."















vérité un jour vérité toujours, ou pas.

Eric Glanz, père de Gaspard sur Twitter :

Libérez mon fils, putain de fascistes !

Connaissant les dits fascistes, il prend des risques.

Une saloperie de plus à mettre sur le compte du petit président.

Qu'en penser ? 

La "presse" devenue inattaquable "garante de la démocratie" , devenue pouvoir inféodé au pouvoir. Sa critique devenue impossible (ou extrêmement difficile) car la critiquer revient à attaquer la "démocratie" elle même. Son usage redondant des vocables "populisme" "complotisme" "antisémitisme" sans même apporter une authentique preuve de leur véritable existence dans notre contexte sociétal , ses "analyses" binaires avec ses "extrêmes" et son vide d'analyse du "médian" , sa psychologisation des faits ou des personnes , ses condamnations hâtives et sans réel fondement.


Que reste-t-il donc de cette presse ? La "liberté" d' "exprimer" n'importe quoi sur n'importe quel sujet sans jamais avoir à vérifier la "vérité" de ses propos et sans jamais avoir justifier des "mensonges" qu'elle pourrait proférer ... la presse est elle encore donc la Presse , au sens ou nous devrions la comprendre et peut être l'aimer ?

On a parfois employé le terme de fasciste à propos de Macron et de sa bande de bras cassés mal rasés. A chaque fois de nombreuses voix se sont élevées pour condamner cet usage impropre. Il serait peut-être temps d'appeler un chat un chat, non ? On ne peut pas trépigner le matin en apprenant ce que Erdogan a encore inventé pour jeter les journalistes en prison et apprendre sans réagir l'après-midi les "nouvelles" idées de Macron et de sa police pour empêcher l'expression de toute forme d'opposition.

CQFD ! La logique est souvent implacable !

Déjà, Glanz n'est pas en taule.


Putain mais il vaut mieux être sourd plutôt que d'entendre que Macron est plus fasciste qu'Erdogan ...


Franchement, allez faire du reportage en Turquie, on va se marrer !


Vous vous rendez compte que ce genre de propos discrédité complètement l'opposition politique que vous souhaitez ?

L'utilisation systématique de l' "argument homme de paille" , ce qui se passe ici ne parle pas de ce qui se passe ailleurs, n'est pas un argument ! La comparaison n'est aucunement "raison". Les faits sont : Mr Ganz gêne le pouvoir , Mr Glanz doit être écarté de la scène publique. 

Le moyen d'y parvenir , dans sa catégorisation , importe finalement peu à ceux qui ne voient pas venir , ou du moins se profiler , le monstre en train de grossir à vue d’œil.


Évoquons donc les propos tenus par certains: "Tirer à vue sur les GJ" (Ferry) "Il faut les mettre dans un stade " (Calvi) et tout le reste à l'encan (antisémite , extrémistes , violents , homophobes , populistes). Ces figures "revitalisées" par les tenants d'une parole "officialisée" ne vous choquent ils donc plus ?


 Cette interdiction de circuler d'un reporter (certes militant) dans un espace où la presse , "garante de la démocratie" , régit opinions et pensées toutes prêtes revient bien à au moins une forme consommée de censure , prémisse d'un fascisme rampant lentement d'esprit à esprit.


Ne pas s'en rendre compte et invoquer un "c'est pire ailleurs" n'enlève rien à ce qui se déroule sous nos yeux "ici".


Pour conclure , le discrédit que vous attribuez ici , n'est il pas le vôtre , purement et simplement ?


Relire Kelmperer et Kraus relève de l'indispensable : le langage "dévoyé" comme véhicule du pire à venir (ou avenir).

Ajoutons que, pragmatiquement, on a intérêt à protester pendant une dérive qu'on juge fascisante, parce qu'une fois le fascisme advenu, c'est un tantinet plus compliqué.

Voilà. 

Merci

Je suis 100% d'accord sur le scandale de l'interdiction de "reporter" qui me semble complètement abusive. Même les 48 heures de GAV semblent déjà excessives.

Tous les reculs sur l'état de droit sont à souligner et à combattre, mais pas par l'excès, ou alors on décrédibilise la lutte.


Je suis très conscient de ne pas être de l'avis majoritaire sur ce site, mais ça ne m'empêchera pas de penser que c'est ceux qui comparent la France à la Turquie d'Erdogan qui "dévoient" le langage.

C'est juste qu'ils comparent la France de 2019 à la Turquie de 2015 et là ça colle pas mal. Mais patience ... quand la France de 2024 sera devenu la Turquie de 2019 et qu'avec un peu de chance la Turquie aura encore progressé vous pourrez de nouveau parler de dévoiement du langage car ce ne sera toujours pas comparable selon vous.


Le problème c'est que vous comparez des faits et que M.Pacalet compare des logiques de fonctionnement. Il compare l'arbitraire qui est le même et vous la peine qui est effectivement plus légère chez nous. 

Mais quel est le plus important pour comprendre la situation et ses possibles évolutions en fait ? En quoi la différence que vous relevez des conséquences de l'arbitraire pourrait-elle nous rassurer plus que la similarité des principes sous-tendant cet arbitraire ne nous inquiète ?

Bien vu et bien dit.

Encore merci.

Mais la France est bien moins arbitraire que la Turquie, même en 2015. Vous savez combien de journalistes étaient emprisonnés en Turquie en 2015 ?

J'ai moi aussi la rage quand je vois des décisions aussi injustes, mais en Turquie, Glanz sera en taule depuis 3 ans sans aucun motif, façon lettre de cachet.

C'est sur que la Turquie étant le pire, sauf a exécuter les journalistes, elle ne peut guère reculer.


Bien sur qu'il faut lutter contre les dérives, mais pas en déformant la réalité. On ne peut pas lutter factuellement contre  les dérives macronniennes en les mettant dos à dos avec le pire.

C'est comme dire : Orban à encore fait un dérapage homophobe, on dirait Hitler, c'est faux et con.



Je vois que vous vous accrochez toujours aux conséquences et que vous confondez comparaison et identité. Quand les lois anti-terroristes sont utilisées contre les militants de la COP21, ils sont "assignés à résidence" dans un département. Alors oui, en Turquie ils seraient en taule. Mais qu'est-ce que ça change en fait sur le plan du droit ? Il y a usage de lois anti-terroristes pour museler l'opposition dans les deux cas. C'est sur cette logique que porte la comparaison, pas sur les peines qui n'ont effectivement rien à voir.

D'ailleurs je ne vois pas où vous voyez une déformation de la réalité. Les mécanismes sont les mêmes et paraissent en plus aller dans la même direction, l'aggravation. Je n'ai pas l'impression que le gouvernement français cherche à infléchir sa course vers le pire.


Vous comprenez ? Il ne s'agit pas de dire que la France est égale à la Turquie ou que Macron est Erdogan. Vous combattez des moulins si vous tentez de répondre à ça. Le message initial de M.Pacalet disait qu'il est incohérent de condamner les manquements démocratiques en Turquie et de ne pas relever ceux de nôtre gouvernement qui relève du même schéma. L'ONU et la cours européenne des droits de l'homme ont été logiques sur ce point malgré les cris d'orfraie de nos éditorialistes bon teint. Ils avaient les mêmes arguments que vous pour s'en offusquer d'ailleurs.

"On a parfois employé le terme de fasciste à propos de Macron et de sa bande de bras cassés mal rasés (...) Il serait peut-être temps d'appeler un chat un chat, non ?"


Non je n'ai pas tordu les propos de M. Pascalet, il traite Macron de fasciste car un juge (indépendant du parquet) avais jugé bon de limiter les libertés de G. Glantz.
Je pense que la décision du juge était injuste et d'une connerie abyssale et je l'ai dit, mais faire le raccourci pavlovien avec une pseudo ingérence du pouvoir me semble aussi hâtif que contre-productif.


Etonnement, la peine stupide à été levée et très rapidement, ce qui prouve s'il en était besoin qu'elle n'était pas politique. Au final Glantz s'est fait financer son media pour une semaine d'emmerdes, je ne suis même pas sur qu'il en sorte perdant.


Concernant l'infection vers le pire, j'entends et je comprends, mais honnêtement, je ne suis pas sur du tout que ce gouvernement soit vraiment pire que les trois précédents sur ces sujets, notre mémoire et courte et les haines vivaces, elles tendent à obscurcir nos objectivités.


Offusquons-nous de l'utilisation abusive des LBD, des lois d'exceptions, des fichages secrets, mais pas de la moindre connerie judiciaire corrigible en un claquement de doigts.


Le "fait du prince de Macron" tentant de s'affranchir d'une douzaines de réglementations diverses pour mener à bien sa décision unilatérale de reconstruction quinquennale de Notre-Dame me semble étonnamment bien plus la preuve d'une absence totale de recul que la minuscule histoire de G. Glantz.

La GAV est longue, j’imagine qu’ils lui expliquent tendrement pourquoi la police a le droit d’utiliser des GLI-F4, pourquoi il est fiché S et ce que signifie être fiché J. Et pourquoi il n’obtiendra pas les raisons de ces fichages.


Elle risque d’être prolongée pour fêter dignement son anniversaire (c’est aujourd’hui).


J’ai une question : ne serait-il pas arrêté car fiché J (judiciaire) ? Si j’ai bien compris, le J est pire que le S.

Si quelqu’un s’y connait…

La fiche S : un arbitraire légal


Macron, le petit bébé charmant qui cause pendant des heures dès que vous le mettez en face de plusieurs personnes et dit des choses aussi captivantes que "l'argent ça ne se mange pas"


et ce même bébé charmant qui éborgne, défigure, ampute et tue par police interposée


et au Touquet les riches se bousculent pour toucher la sainte relique


Bravo, vous êtes le meilleur président des ultra-riches : ils n'ont pas encore besoin de la fille de Le Pen

curieux de savoir ce que dit la fiche S effectivement

Le début de la fin.

C'est "mathématique" :-)

Pour ceux qui n'auraient pas compris, nous sommes dans un enchainement d'évènements qui mènent inéluctablement à la chute d'un Régime politique.

Tôt ou tard...

Quand j'ai appris que Gaspard Glanz avait été arrêté,  la première chose que je me suis dit, c'est : "Quoi ? Encore ?".
Ils aiment bien le garder longtemps en plus. J'ai lu quelque part 33h pour Calais.
Faut voir sur Twitter les honnêtes gens grands défenseurs des droits se féliciter qu'on mette ce trublion en GAV, paske un doigt d'honneur c'est illégal (ah bon ?).
Twitter des fois, c'est flippant ! J'y passe trop de temps...

"fulmine-t-il" ??

Libérez Gaspard Glanz !


Et dire que si on avait eu Marine le Pen au pouvoir, on aurait pu redouter de graves atteintes à la liberté de la presse (quelques exemples de choses à redouter par ici : http://surlaroutede.canalblog.com/archives/2018/06/19/36499356.html)


Heureusement on a eu droit à Emmanuel Macron. Ouf !

Marine Le Pen aurait envoyé en privé un petit mot à Macron: "merci pour avoir installer l'état policier dont je rêvais. Je n'aurai plus grand chose à rajouter, si ce n'est l'obligation des manifestants et des journalistes à se soumettre préalablement  à un examen anal obligatoire pour soupçon de dissimulation d'objet dangereux. D'ailleurs, pour les empêcher d'envoyer leurs excréments, tout manifestant devra nettoyer ses intestins 24 heures à l'avance et le prouver par un certificat médical"......Je déconne (c'est permis?) ....quoiqu'à la vitesse où vont les choses.... Allez, arrêtons de faire de l'humour, et prions pour que notre Dame soit vite refaite pour qu'on puisse célébrer le droit démocratique de dire "police partout, justice nulle part" comme Victor Hugo, que tout le monde aime, le disait (et celà sans craindre d'être ficher S). On n'est pas en Russie que diable avec des médias se comportant en porte parole de l'Etat.....Apathie et Calvi veillent au grain.....

Tout ça est de plus en plus inquiétant.

@si peut-il nous dire si les nombreuses violences envers les journalistes, ainsi que les arrestations de deux d'entre eux, lors de l'acte 23 ont été relayé dans la presse "mainstream", et notamment à la télé svp ?
N'ayant pas de TV ça m'intéresse.

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.