Gaspard Glanz est "interdit de paraître à Paris" tous les samedis
article

Gaspard Glanz est "interdit de paraître à Paris" tous les samedis

Offert par le vote des abonné.e.s
Au moins deux interpellations, et plusieurs blessés par des forces de l'ordre. C'est le bilan, coté journaliste, de cet Acte 23 des Gilets jaunes à Paris. Parmi les interpellés : Gaspard Glanz, fondateur du site Taranis News, "interdit de paraître à Paris" tous les samedis, et le 1er mai, après une garde à vue de 48 heures. Point d'orgue de mois de tensions entre ce journaliste indépendant et les autorités policières et judiciaires. Si le Syndicat National des Journalistes et Reporters sans Frontières ont condamné ces mesures, France 3 a renoncé à un reportage en raison de "l'engagement politique" de Glantz et de l'autre journaliste arrêté, Alexis Kraland.

Gaspard Glanz est finalement sorti de garde à vue, 48 heures après son interpellation. Lundi 22 avril en début d’après-midi, le reporter indépendant été déféré devant un magistrat pour une convocation ultérieure. Il lui a été signifié une "interdiction de paraître à Paris tous les samedis, et le 1er mai, jusqu'à la date de son procès, le 18 octobre. Le matin même, devant le commissariat, une cinquantaine de personnes ont manifesté en solidarité avec le journaliste. 

Son arrestation a été filmée - et largement diffusée. Ce samedi 20 avril, le fondateur de l'agence Taranis News (que vous pouvez retrouver sur notre plateau ici, ici ou encore ), a été arrêté par les forces de l'ordre alors qu'il couvrait l'Acte 23 des Gilets jaunes à Paris. 

Partager cet article

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.