51
Commentaires

Aux JT, les violences policières n'existent pas

Violences policières, vous avez dit violences policières ? Depuis le début du mouvement des Gilets jaunes, on compte plus de 90 blessés graves, victimes des forces de l’ordre. Les réseaux sociaux abondent en vidéos et témoignages. Il y a pourtant un lieu médiatique ou la question des violences policières est rare : les 20 Heures. Arrêt sur images a épluché les JT de 20 Heures de TF1 et de France 2, du 17 novembre au 13 janvier.

Commentaires préférés des abonnés

Pas encore eu le temps de lire en détail, mais je tenais vraiment à vous remercier pour cet article. Quel boulot héroïque! et quel résultat impressionnant. On le savait plus ou moins qu'ils ne parlaient presque jamais des violences policières. Mais l(...)

Sur BFMTV ils ont diffusé un reportage intéressant sur les violences policière, avec témoignage d'un policier qui était pas en service et qui voulait voir le travail des collègues.
Il a pris une flashball dans les jambes et a indiqué qu'il n'y a pas e(...)

 Merci pour cet article qui a dû vous demander pas mal de temps de visionnage. Un travail de fond tout à fait convaincant qui vous honore. 

Derniers commentaires

Bonjour, 

Arret sur Image lanceur d'alerte et point de bascule sur le traitement de ce sujet dans les médias, car depuis :


- M. Schneidermann constate lui même que le JT de France2 a fait quelques minutes sur le sujet dans les jours suivants ;


- france info, version web, en plus des articles déjà cités, sort ce matin :  

                          - un décompte des blessés graves

                          - lance un appel à témoin


- dans les matinales que je suis, ce matin , celle de radio classique de 6h30 (et suivantes) évoquent le sujet et font un  'reportage' (bref, mais habituel pour une matinale)  (00'35 puis  2'40 à 4'30)


Donc encore merci, car votre article et décompte, en plus d'informer aura été le point de bascule d'un traitement médiatique un peu plus conséquent.




 

je n'ai pas lu votre artcle. ce soir ils en ont un peu parlé au 20h de France 2, pour évoquer la personne dans le comas. mais c'était vraiment plus que léger. Ils ont expliqué les différents types de balles.

j'ai été surpris qu'ils ne parlent pas de l'adolescent, non manifestant, qui a reçu un tir flash ball dans la joue et qui a la mâchoire en bouillie, il va devoir manger avec un paille pendant 6 mois (la vidéo fait le tour des réseaux sociaux).

 

Le journaliste de TF1 qui ose affirmer le 10/01/2019 qu'il n'y a pas eu de blessés graves, c'est vraiment un champion. Ca donnerait presque envie de lui crever un oeil pour qu'il  lui donner une leçon de déontologie.

Il n'y a pas pas qu'aux JT...


Pour Castaner, non plus. 


Doit sans doute jouer au poker devant les écrans de son Poste de Commandement, en se roulant un joint avec les feuilles de signalement de David Dufresne.

Bonjour, 

merci pour ce gros travail de visionnage/comptage. 


Je ne regarde pas la TV, et vos chiffres me confortent dans ce choix : quel traitement journalistique ...


Pour une mise en comparaison complète, auriez vous un décompte du temps d'antenne consacré aux blessés côté force de l'ordre ?

Existe t il un même décompte , avec même définition de 'blessé grave', côté force de l'ordre ? 


Merci à tout les contributeurs de com' et pour vos liens et références. 

ma pierre à l'édifice, personnellement dès décembre , france info citait le sujet

puis en janvier pondait un article plus complet sur flashball/LBD et décompte de M. Dufresne


Enfin, objectivement, pour reprendre un des com' ci-dessous : ne pas confondre main arrachée en ramassant grenade explosive et violence policière.    J'ajouterai que comme témoin visuel, j'ai vu des blessés par LBD, mais j'ai aussi vu des blessés ayant reçu des projectiles lancés contre les forces de l'ordre. 


Enfin, je ne crois pas qu'il fut traité dans les médias, de plusieurs lancements de bombes de dés-encerclement en hauteur au dessus des têtes de manifestants.


YM

Voilà pour les faits. La prochaine question est "pourquoi cet aveuglement ?" .

1) Pas par manque d'information (surtout que de nombreux journalistes clairement affichés comme tels ont été blessés, voir ici juste pour début décembre https://www.europe1.fr/societe/gilets-jaunes-24-plaintes-de-journalistes-pour-violences-policieres-3821339). 

2) Pas par manque de moyen pour enquêter, d'autres journaux le font très bien et souvent avec moins.

3) Pour protéger un gouvernement que la direction des journaux ne veut pas voir être remis en cause ? Pression indirecte du gouverment pour France 2 chaine d'état, pression des actionnaires ou auto-censure pour tf1 chaine privée ?

4) Par un trop grand entre-soi d'une classe sociale qui n'écoute plus les gens à l'extérieur ? 

5) Par la peur que ce mouvement ait quelques chances d'abouttir à une remise en cause profonde des privilèges des plus riches, dont font partie l'équipe dirigeante ces chaines ?

Et après les journalistes s'étonnent de la méfiance,du dégoût,de la colère des GJ et des citoyens envers eux!!!!!!!!!

Au passage, sur l'usage de flash-ball et autres, jugement de la Cour Européenne des Droits de l'Homme condamnant la Turquie : Kilici vs Turquie pour un plaignant légèrement blessé, jugement qui met en question l'usage de ces armes et conclut à une violation de l'art. 3 ("Nul ne peut être soumis à la torture ni à des peines ou traitements inhumains ou dégradants.").


De ce que j'ai lu venant de la CEDH, notamment le cas Giuliani décédé pendant les affrontements à Gênes en 2001, la responsabilité de l'Etat peut être engagée sur des défauts d'enquête concernant les "bavures" mais aussi sur les moyens généraux mis en oeuvre dans le maintien de l'ordre. Le simple fait d'autoriser l'usage de telle ou telle arme engagerait la responsabilité de l'Etat (cf P.S. ci-dessous), il faut notamment qu'il prouve que les conditions d'utilisation ont été bien définies règlementairement pour éviter les usages abusifs.


Je ne sais pas si les Gilets Jaunes se sont organisés pour du suivi juridique mais il y a de quoi faire et rien qu'au niveau politico-médiatique, il serait intéressant de multiplier les plaintes contre l'Etat auprès de la CEDH, qu'on sente que le parallèle avec des Etats considérés plus autoritaires (Russie, Turquie...) devient pertinent.


P.S. extrait du cas Giuliani  :

"205. Le Gouvernement observe tout d'abord que le droit italien ne permet pas l'utilisation de balles en caoutchouc. Ces dernières seraient susceptibles de provoquer la mort en étant tirées à une distance de moins de 50 mètres (décision Kathleen Stewart précitée).  (...). L'expérimentation des armes et munitions « non létales » effectuée dans les années 1980 aurait été suspendue à la suite d'incidents ayant montré que celles-ci pouvaient provoquer la mort ou des blessures très graves. De plus, les balles en caoutchouc constitueraient un encouragement à utiliser des armes, dans l'illusion de ne pas provoquer de dégâts."


Le document date de 2011, quand la perception de ces armes a-t-elle changé ?


P.P.S. : ça m'intéresserait une émission sur violence d'Etat et maintient de l'ordre avec un.e juriste spécialiste de ces questions. A partir de quel moment sort-on du maintien de l'ordre (légal) pour entrer dans la répression de l'opposition (politique) ?

Les médias sont souvent qualifiés de quatrième pouvoir, par allusion aux trois pouvoirs constitutionnels, dans le processus de la formation de l'opinion publique et dans l'influence que la révélation de ces faits peut avoir dans les prises de position des citoyens. Les faits, analyses ou commentaires qu'ils rapportent sont porteurs de sens…
[Source Wikipédia]


En ces temps trouble où l'opinion public peut faire basculer un mouvement, le spectateur se DOIT de se poser la question sur la véracité d'une information délivré par un média.


Pour en revenir à l'article, le simple spectateur que je suis constate la "prise de position" de certains Médias en rapport au mouvement actuel.

Peut-on parler de Propagande ?



Apparemment il y a une différence entre LBD et flashball, voir ici : (comme quoi presse écrite et radio d'Etat, elles, en parlent) https://www.ouest-france.fr/societe/police/gilets-jaunes-la-police-des-polices-enquete-sur-78-cas-de-violences-policieres-presumees-6167415

il veut la reussite du mouvement, mai sil apeur .. Daniel vous n'avez jamais fait qq chose d'aussi fort, et oui on est humains et ont a des emotions. Pas de division. 

Grenade explosive qui a arraché une main : est-ce que c'est cela des violences policières ? 


Je ne suis pas sûr. Je fais des sciences sociales, et je crois qu'il ne faut pas tout confondre.

tiens ... la reponse de Eric, et je l'ais pas vu avant mon post et j'avias raison , entre eux un debat .. pas une scission . Degeullasse Daniel . https://www.facebook.com/eric.drouet/videos/10218201156803196/UzpfSTExODAyMzQ1MjQ4MTg4OTpWSzoxMjEwNTMxNDM1NzkwNzQ5/

A quand des états généraux du journalisme ? Votre profession est en train de se discréditer définitivement. 

Ne faudrait-il pas que les journalistes de terrain ( les prolos du journalisme comme dit Lordon dans son excellent papier du Monde Diplo ) se désolidarisent de leurs rédactions de temps en temps ? Car c'est à ce niveau là qu'on choisi de montrer (ou pas ) et de commenter (ou pas ) les violences policières


Parce que ces journalistes de terrain, non seulement  ils assistent aux violences policières eux, et qui plus est, il subissent directement celles-ci parfois, tout comme ils subissent la colère des Gilets Jaunes qui constatent que ces violences ne sont pas relayées dans les médias ! (cf la journaliste de Sud Ouest le week end dernier )


Après je comprend que ce n'est pas facile de ce désolidariser de sa rédaction voire de sa chaine quand on est un pigiste de base qui a du mal à trouver du boulot.


Mais quand même un peu de rébellion à ce niveau là les grandirait et leur rendrait service aussi ... Et puis on vit une période particulière quand même à ce niveau là; donc il faudrait que chacun y mette du sien

et toujours pas de flics suspendus.....

Pas beaucoup mieux dans la presse écrite :

Il faut attendre le 12 janvier pour voir évoquer le décompte macabre de Dufresne dans Libé, et le 14 dans le JDD. On attend toujours dans Le Monde, ou dans La Croix, Le Parisien, Le Canard Enchaîné ou l'Humanité...

Par contre, surprise, Le Figaro en parle dès le 9 décembre, puis le 23 décembre et encore le 6 janvier.

Très intéressant. Mais c'est bizarre, il y avait pas tous ces blessés avant.

Merci Juliette Gramaglia et Tony Le Pennec (qui peut être a commencé ce travail lorsqu'il était le seul a tenir la boutique avec des sujets plus accessoires et moins urgents ça me réconcielierai avec lui) ! Je boue depuis des semaines de ne pas avoir lu un vrai et long article de ce genre et je dois vous avouer que je ne l'ai pas encore lu complètement. J'y retourne!

Sur BFMTV ils ont diffusé un reportage intéressant sur les violences policière, avec témoignage d'un policier qui était pas en service et qui voulait voir le travail des collègues.
Il a pris une flashball dans les jambes et a indiqué qu'il n'y a pas eu de sommations.


Il y a aussi l'interview du couple qui s'est fait tabassé dans le burger king, ainsi que l'enregistrement pendant qu'elle prenait des coups de matraque.

Diffusé un weekend vers 23h, discrètement, sans en discuter plus que ça en dehors de cette diffusion. Du coup je vous la mets ici en espérant contribuer à la faire émerger un peu car ça ressemble à un reportage pas trop assumé, juste pour dire qu'ils ont traité des violences policières.

https://www.bfmtv.com/mediaplayer/video/violences-l-engrenage-revoir-le-grand-reportage-bfmtv-1131442.html

 Merci pour cet article qui a dû vous demander pas mal de temps de visionnage. Un travail de fond tout à fait convaincant qui vous honore. 

Pas encore eu le temps de lire en détail, mais je tenais vraiment à vous remercier pour cet article. Quel boulot héroïque! et quel résultat impressionnant. On le savait plus ou moins qu'ils ne parlaient presque jamais des violences policières. Mais le voir affiché clairement avec des chiffres, nombre de mentions et temps passé, ça fout le tournis. Et c'est vraiment grave.


Heureusement qu'il reste des journalistes. Chapeau.

Coquille : "un manifestant à Bordeaux a eu la main arrachée en voulant ramasser l’explosion d’une grenade explosive  "

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.