7
Commentaires

Autun et Couthures, deux festivals de journalisme à couteaux tirés

Pourquoi deux festivals de journalisme ont-ils lieu pile à la même date ces 13, 14 et 15 juillet ? Histoire d'une rivalité entre la revue XXI et le groupe Le Monde, organisateurs de ces deux événements, intimement liés, sur fond de brouille et d’ambiance à couteaux tirés.

Commentaires préférés des abonnés

Et si vous profitiez de votre été pour rencontrer enfin, en chair et en os, l'homme-tronc le plus célèbre de France, aka David Pujadas ?


Excellente façon de commencer un article ! Merci, j'ai beaucoup ri à cette petite blague.

(...)

Il est probable que plus la profession s'enfonce dans le discrédit, plus elle va tenter de s'auto-glorifier par des manifestations et communications diverses (festivals, prix, distinctions, etc) et on aura bientôt autant de festivals de journalisme q(...)

Deux festivals, deux ambiances et une inimitié compréhensible. Mais en dehors du naufrage d'Ebdo puis de Vraiment, n'y en aura-t-il aucun pour évoquer la crise globale rampante sur le web et dans le papier qui risque de mettre sur la paille un bon no(...)

Derniers commentaires

Deux festivals, deux ambiances et une inimitié compréhensible. Mais en dehors du naufrage d'Ebdo puis de Vraiment, n'y en aura-t-il aucun pour évoquer la crise globale rampante sur le web et dans le papier qui risque de mettre sur la paille un bon nombre de publications (et de journalistes) ? Parce que c'est un peu ça le sujet aujourd'hui. Tandis qu'une bonne dizaine de média libre sont maintenant en campagne de crowdfunding pour survivre à la fin des contrats aidés, la crise Presstalis bégaye encore (merci pour vos émissions sur le sujet) et les sites web non payants coulent les uns après les autres (Vice, Buzzfeed, ...)


prochaine étape ? Tiens, @si, ça vaudrait le coup d'aller jeter un œil du côté de la remise en cause des annonces égales qui font vivre toute une presse indépendante hebdomadaire papier au niveau local, qui tente de surnager à coté des mastodontes de la presse régionale qui bouffent les pubs des entreprises et des collectivités. Un bon sujet à venir d'ici un ou deux mois !

L'année dernière j'avais été déçue que XXI et 6 mois ne soient plus de l'aventure à Couthures. Pour moi les choses étaient simples : je n'avais pu venir l'année d'avant, et je tenais à me rattraper. Question dates, c'était tout aussi simple : le premier festival était bien trop tôt, restait Couthures. Adjugé ! Et je n'ai pas regretté. J'étais sceptique au départ. Mais il y a eu de belles rencontres. J'ai fait les trois jours et avec mon cher et tendre, on a fini sur les rotules. On a bien profité.
Après, je ne sais pas comment un village et une région à qui on a fait le coup des impayés va réagir.
Ils étaient bien sympas les bénévoles et les commerçants rencontrés à Couthures. Il y a comme un air de gâchi aujourd'hui dans tout ça. Revenir alors que les soucis précédents ne sont pas réglés, je ne sais pas si c'est très pertinent. Couthures s'est créé sur une idée de proximité. Et si la proximité on la traite mal, c'est comme introduire le ver dans le fruit.
Quant aux 8000 festivaliers attendus alors qu'on a été que 4000, mais on les aurait mis où ? Il y avait beaucoup de débats où les espaces étaient plein comme des œufs. On chauffait sous les tentes. S'il y avait eu deux fois plus de monde, ça aurait été invivable. Ou il aurait fallu des espaces plus grands...

Ceci étant dit, j'avoue que cette année, c'est le programme du festival des Histoires Vraies, quii me semble le plus allèchant. Mais question dates, c'est mort. On verra en 2019...

Merci pour l'enquête.


Rue89 qui fait une enquête sans concession (si je comprends bien) sur un festival parrainé par le Monde : cela vaut peut-être le coup, ici, de rappeler que Rue89 fait partie de l'Obs qui appartient aux mêmes actionnaires que le Monde, et du coup saluer l'indépendance de Rue89 sur ce coup-là.  

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Il est probable que plus la profession s'enfonce dans le discrédit, plus elle va tenter de s'auto-glorifier par des manifestations et communications diverses (festivals, prix, distinctions, etc) et on aura bientôt autant de festivals de journalisme que de journaux. Vu tout ce qu'on peut le reprocher et leur surdité face aux critiques, on regardera avec un paquet de popcorn ce nouveau spectacle circassien des professionnels de la profession. 

A part ça, c'est hors-sujet ici, mais je profite du message pour une petite question à ASI: quand est-ce que vous vous penchez sur le traitement de l'affaire Tariq Ramadan par les médias ? sans préjuger de la culpabilité ou pas du prévenu, on n'a quand même rarement vu un tel déferlement de fakenews, de parti pris et de haine autour d'un homme. Et au train où vont les choses avec son avocat (excellent Me Marsigny dans les interviews - voir Elkabbach et cie), il pourrait bien être reconnu innocent, ce qui serait un véritable camouflet pour l'ensemble de la presse française. Manifestement et à l'unanimité, malgré la présomption d'innocence, elle l'a désigné coupable et ce avec une incroyable violence. Islamophobie, #Meetoo, lynchage médiatique, sans parler du fiasco judiciaire genre Dreyfus ou Outreau, le cocktail est potentiellement explosif. Discrédit total du journalisme français en ce cas. Prévoir un second paquet de popcorn.



Et si vous profitiez de votre été pour rencontrer enfin, en chair et en os, l'homme-tronc le plus célèbre de France, aka David Pujadas ?


Excellente façon de commencer un article ! Merci, j'ai beaucoup ri à cette petite blague.

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.