275
Commentaires

Au marché du mardi matin, la banalisation du FN

L'image est simple: un duel Le Pen-Mélenchon, dans une ville sinistrée du Pas-de-Calais, sur fond de PS gangrené par "les affaires". Trop simple ? C'était l'occasion de tenter de passer "derrière l'image". Suite de notre reportage. Le premier épisode est ici, le dernier en date là.

Derniers commentaires

Je remercie RST pour son lien ! Pour ma part, je trouve les reportages intéressants: on y parle de "banalisation du FN". Cette banalisation n'existe que si il y a stigmatisation. Le FN fait bien l'objet d'un traitement médiatique particulier qui, à mon avis, a pour effet de stabiliser son électorat. En effet, cette stigmatisation renforce chacun dans ses positions et ça donne le status-quo : l'électeur FN est renforcé dans son attitude anti-système et l'électeur anti-FN est renforcé par les leçons de morale assénées par les médias sur le FN à longueur de journée (bien sûr, DSK c'était ce qu'il nous fallait...). Le statut-quo se vérifie par les chiffres: on est à environ 20% des suffrages exprimés depuis 20 ans en gros (avec une abstention à peu prés stable). A noter que le FN joue également de ce traitement médiatique (si on ne parle plus d'eux, ils sont morts).
Donc, finalement, l'attitude des médias à l'égard du FN est totalement schizophrène: ils prétendent combattre le FN mais ils rassurent son éléctorat (on ne convaint personne avec des leçons de morale, c'est évident). Tout ça pour dire que la stigmatisation du FN, ça marche pas et si on veut que ça change, il va falloir que les médias traitent le FN différemment. Mais le veulent-ils vraiment ? à mon avis non, parce que, d'abord, le staut-quo c'est bien (on est quand même loin des 50% et trés important, ça reste stable) et ensuite parce que le traitement actuel permet d'éviter de réfléchir sur les vrais sujets comme l'euro (et le MES et la situaton en Grèce) ou la dette ou la défense (l'OTAN et ses guerres), la société de consommation à outrance, les services publics: on préfère parler du halal ou des piscines à Lille, c'est mieux, c'est plus simple: y a les racistes du FN et les bons anti-FN qui eux ne sont pas racistes parce qu'ils sont contre le FN.
C'est tellement mieux quand il ne faut pas réfléchir.
l'électorat du FN qui serait stable depuis 20 ans autour de 20%, c'est tout simplement un énorme mensonge, depuis 20 ans le FN fait le yoyo entre 8% et 16%, ce qui permet de dire qu'il repose sur un socle nationaliste et xénophobe qui se situe autour de 8 à 10%
Il a fait 17% en 1995 (il y a 17 ans), j'ai arrondi . Moi, je pense que le socle c'est surtout l'anti-système plutôt qu'un socle
nationaliste et xénophobe. Et même si c'est vrai, quelle conclusion doit-on en tirer ? parce que quand l'UE nous condamne judiciairement à manger du maïs Monsanto 810, là y a des conséquences concrêtes. Le coup des nationaliste et xénophobe, c'est trop simpliste, il n'y a pas les bons d'un coté et les méchants de l'autre je pense; ça c'est bon pour faire le buzz, des reportages de 30s maximum au JT. Bref, la réalité est plus complexe que ce qu'on nous vend.
si tu veux lutter contre Monsanto et les OGM vaut mieux militer avec greenpeace ou la confédération paysanne ou les faucheurs d'OGM ou ATTAC qu'avec Le Front national :p
et même sur le terrain politique a de quoi faire sans se tourner vers le front national et y en a pour tous les gouts:
alternatifs, Décroissants, EELV pour citer les plus hostiles aux OGM

vaut mieux lutter pour soutenir les faucheurs d'OGM poursuivis par la justice

les militants du FN seraient plutôt du genre à coffrer des faucheurs d'OGM qu'à interdire les saloperies de Monsanto
D'accord avec toi sauf que je ne crois pas qu'on puisse faire un portrait type de l'électeur FN. Moi, je souhaiterai que les médias nous foutent la paix avec le FN, qu'ils parlent d'autre chose (et y en a des sujets de fond), qu'ils insistent sur autre chose que de savoir comment les autres partis se positionnent vis à vis du FN, c'est sans intérêt, sauf pour le FN que ça renforce.
Je prends le train en marche avec 24h de retard. 256 messages : pas le temps de les lire sauf les trois en "gondole d'exposition". Tant pis si je répète ce qui a déjà été écrit par les asinautes.
Je suis encore émue, Daniel, de la lecture de ce beau texte. Parce qu'il est terrible, effrayant, mais juste. Je ne veux pas (voeu pieux, vain, impuissant) qu'on traite ces gens de cons. Je les connais, c'est une partie de ma famille et de gens que j'ai cotoyés sans pouvoir les "détester" pour leurs opinions "malsaines". Ils se sont laissés prendre au piège d'un espoir de changement, le vrai, pas celui qui multiplie les ministères pour caser les potes, pas celui de façade. Un espoir devenu radical pour avoir trop souvent été déçu, battu, maltraité. Comme un enfant. Comme un adulte qui s'est laissé aller à croire au père Noël de la fraternité, de l'égalité, de la justice de la République du mérite et qui s'est réveillé, naïf, en entendant des phrases du genre "les promesses n'engagent que ceux qui les croient". Cette petite phrase assassine dont les médias se sont emparés comme d'une bonne plaisanterie humilie profondément les gens qui y ont cru, au changement, au vrai. Ils se laissent prendre au piège aujourd'hui d'un discours peaufiné par les experts en communication qui les trahira autant que feu celui de la gauche de 81.
Texte touchant car il montre qu'au fond, ces gens, ils veulent juste exister aux yeux des politiques, de ceux qui décideront de leur vie. Un peu comme les Frères musulmans, le FN a réussi à créer cette proximité rassurante avec eux... parce que la place était vacante... ou abandonnée à son sort pendant les quatre années trois-quart entre deux présidentielles.
Je suis dubitative sur le duel dans lequel s'engage Mélenchon. Après l'échec de la lutte contre la réforme des retraites, j'ai contacté le groupe militant du Front de Gauche de mon secteur. Nous étions plusieurs nouveaux, "jeunes" aux yeux des "déjà-là" (à 41 ans, ça fait toujours plaisir, mais cela ne va pas sans un certain étonnement). Bref, trois ou quatre nouveaux, décidés à s'investir, à reconquérir la population pour qu'elle vote, pour qu'elle s'implique dans les choix politiques. A deux, nous avons proposé de faire du porte à porte, d'aller rencontrer les gens, parler, les écouter, discuter. La réponse a été catégorique : "le porte à porte, on a déjà donné, alors non, on fait les boîtes à lettres, c'est bien suffisant". Je l'ai encore dans l'oreille cette réponse mal sonnante qui m'a mise très mal à l'aise. Nous avons argumenté, pas de changement, sauf qu'on s'est fait traité de naïfs, de jeunots sans expérience de terrain (et cela, sur notre bonne mine : sidération! ). Et nous sommes partis pour ne plus revenir, la gorge serrée par la "réalité de terrain". On a continué à discuter sur le marché avec les gens.
Merci, Daniel, de nous montrer cette tranche d'humanité pas spécialement haineuse, sans doute revancharde comme on peut l'être quand on se sent blessé, mais qui comme toute humanité s'intéresse à qui s'intéresse à elle.
Ce Steeve est peut-être charmant, mais il est indiqué à plusieurs reprises qu'il claque les bises. C'est méchant, ça, non ?
Bo, c'est le cocktail d'Albert pour faire sa nuit ...
Mais le FN est un parti comme les autres !
Bien sûr qu'il faut le banaliser et heureusement que les médias le traitent d'un regard plus conciliant depuis que Marine est là ...
Il n'y a que les comunistes les amis de Melanchon, pour penser le contraire !
Je suis tellement révolté par ce genre de reportage que je n'ai pas pu lire tous les mots. Voilà comme on banalise l'insupportable. Ce reportage n'apporte rien car il n'éclaire pas sur l'idéologie de ce parti. Il peut vous remercier car vous l'avez une fois de plus ancré dans le quotidien.
C'est une honte. Si vous voulez être utile plutôt que de raconter le bistrot ou le marché analysez le programme du FN. Pensez- vous un seul instant que vous avez pu introduire, par ce reportage, une seconde, le moindre doute dans l'esprit d'un adhérent ou d'un électeur non averti. A contrario comme ce représentant est finalement comme tout le monde. Eh oui même les pires salauds conscients ou inconscients sont la majeur partie de la journée comme tout le monde.
Excellent article.
Et c'est vraiment tordant de lire certains commentaires...
(message mal placé)
Il est probable que si Bernard Schneidermann était allé en 1937 au marché de Séville ou de Cadix, il y aurait rencontré un certain nombre de Steeve Briois à l'apparence tout autant joviale, et bénéficiant d'une assise civile aussi calme et persuadée de celle décrite à Hénin-Beaumont ; pour autant - toutes comparaisons historiques considérées - l'heure était-elle de "passer derrière l'image" pour y chercher une quelconque issue ou réponse ou même explication ?!
Bon, resumons : le gars Steeve Briois est sympa, apprecie de beaucoup, il est du coin, il n est pas raciste avec les gens des environs, denonce la gestion calamiteuse des socialistes et navigue sous le pavillon Le pen.

Au fond , qu est ce qui surprend le matinaute ? Que l ami Steeve soit sympa, humain , un poil timide et milite dans un parti qui ne l est pas ? Que les gens viennent taper la bisea Steeve en public qui est un militant FN ? Que parmi ces gens , il y ait meme des arabes ?
Peut etre qu il faut analyser ceci avec trois idees : d une part l ami Steeve , tout sympa qu il soit n est peut etre pas un modele d equilibre psychologique ,un peu a l instar de sa patronne qui dans un beau melange de cynisme ou de perversion ou de desordre affectif - les ou ne sont pas exclusifs ici - declarait a de pauvres bougres echoues en Italie, apres avor risque leurs peaux, qu elle avait beaucoup de compassion pour eux (sympa) mais qu il allait falloir se casser fissa (moins sympa).

D autre part, il y a l idee de proximite et d aide ou de clientelisme comme le disent les esprits chagrins..
Un peu comme dans ce billet de Pascale Robert Driard qui est touchant et tellement humain
http://prdchroniques.blog.lemonde.fr/2008/04/15/la-chute/ .
Qui joue ce role de la main tendue, a part le fn a Henin Beaumont ? Je l ignore .En tout cas , eux le font et on peut gager qu il est difficile de mordre la main qui secourt et de ne pas eprouver de la reconnaissance ou d etre devenu l oblige du FN . Les idees politiques passent en second plan. Peut etre meme que l epicier marocain a eu un coup de pouce de Steeve, va savoir !

Enfin , il y a evidemment la betise humaine tellement repandue et finalement juste rendue visible par des situations anormales. Mais bon , on ne va pas s etendre la dessus. Il n y a pas beaucoup de remedes pour cela.

Au fond, c est peut etre aussi que c est ce que Melenchon a vu . Que le politique en place n assure plus son devoir et que le role que tient Steeve Briois etait tenu dans les annees 70 -80 par des militants du PC.
La seule phrase intelligente de Villepin : la montée du FN est la rançon de la médiocrité du bipartisme.

Plus je vois les nominations à des hauts postes de décision, cabinets, et encore confirmé par le Canard Enchaîné ce matin, plus je me dis que l'UMPS est en route. Et qu'effecivement, le FN, ce ne sera plus du 80%-20% comme en 2002, mais du 50%-50% en 2017.
que fera le FN s'il prend la mairie d'Henin Beaumont?
peut-être des indices dans les villes où le FN a déjà eu le pouvoir comme Orange, Toulon et Marignane ou Dreux?

http://www.lexpress.fr/actualite/politique/ces-villes-que-le-front-national-a-deja-gerees_767233.html

Marignane élus grace au soutien de l'UMP: Le bilan de 13 ans de municipalité de Daniel Simonpieri est sans appel: promesses non tenues (hausse des impôts, projet d'un complexe de loisirs remplacé par l'installation d'un supermarché, travaux de réhabilitation du centre ancien reportés), divorce avec la communauté des pieds noirs, endettement important.

Dreux élus grace à une liste commune avec le RPR

Toulon : Le bilan des 6 années de municipalité d'extrême-droite est lourd: croisade "contre une culture élitiste" et pour une culture provençale (l'affaire Chateauvallon et celle de la Fête du Livre), détournements des fonds du service jeunesse, discrimination à l'embauche, propos diffamatoires, affaires politico-judiciaires et surtout endettement très important de la ville de Toulon.

Vitrolles : L'équipe municipale de Catherine Mégret a laissé un bilan bien maigre: lutte contre "l'insécurité", et mise au pas des associations locales (affaire du Sous-marin, Les incompris de Vitrolles).

Orange: la culture selon le FN : http://www.lexpress.fr/informations/orange-le-rapport-qui-denonce-la-censure-fn_615328.html
Avec ce genre de décisions imposées supra nationale: levée prévue de l'interdiction de cultiver des OGM en France.
Hénin-Beaumont, ville frontiste ?
Sûrement pas.

Les chiffres du premier tour :

La Pen : 35,4 % (le borgne à 18,6 en 2007)

65 % des électeurs n'ont donc pas voté pour le Fhaine.

Mélenchon : 11,9 % (soit plus que la moyenne nationale, qui est à 11,1 %), alors que Marie George Buffet était à 3,89 % en 2007...

Et au deuxième tour, Hollande l'emporte avec 57,8 % des suffrages, c'est ce que j'appelle, moi, un vote de gauche (même molle).

Petit rappel aussi sur la campagne électorale, où la Marine a été "banalisée", systématiquement présentée comme "la troisième voie" dans tous les jités de France et de Navarre, et Mélenchon ridiculisé, ou invisible, devinez par qui ? Nos z'amis les médias ...

Alors, le "Steeve" (quel prénom, pour quelqu'un qui dit aimer la préférence nationale) il a des raisons d'être sympa, parce que, même comme ça, en "brave type", il a quand même peu de chances d'y arriver...
Valery, ci-desus, fait un parallèle justifié avec des méthodes des sectes. Le poison est sucré, mais une fois qu'on y aura trempé les lèvres, il fera son effet. Ces gens-là seront encore pires que les politiques qu'ils dénoncent. Les cuisiniers de la cantine d'Hénin peuvent déjà préparer les plateaux repas, s'ils viennent à être élus. Ce qui n'empêche pas de se poser des questions quand à l'adhésion qu'ils suscitent. DS fait allusion aux "savants bien coiffés" de chez Yves Calvi, qui dissertent gravement de la "poussée des extrêmes" (amalgamant joyeusement droite et gauche sans le moindre recul) et donnant des leçons de démocratie au vil peuple qui ne mériterait pas le droit de vote. Une certaine connivence saute aux yeux, criante depuis le début de cette crise, qui réunit autour de mêmes tables que nous sommes priés d'admirer devant nos postes, les "bien coiffés", journalistes, analystes, politiques, qui nous disent ce qu'il faut penser - et voter - tout en faisant semblant de représenter des opinions divergentes, car il faut bien nous laisser un minimum l'llusion d'un débat, s'pas. Difficile de ne pas voir combien ces gens-là se moquent de la démocratie, et méprisent le peuple qui les écoute. En votant pour le FN, certains ont l'impression de reprendre le pouvoir, d'une certaine manière, et à tout le moins de se venger des humiliations ressenties. Sans voir qu'ils votent pour des gens qui les méprisent tout autant, sinon davantage.
Je connais également des gens très sympas, qui m'ont avoué qu'ils avaient voté MLP à la présidentielle, ça jète un trouble, parce que ce ne sont pas tous des fachos abrutis, simplement des pigeons attirés par un discours qui s'adapte au fil du temps, au doigt mouillé, suivant la direction du vent. Quand le libéralisme avait le vent en poupe, Jean-Marie Le Pen vendait un programme néo-libéral inspiré du programme de Reagan. Aujourd'hui, l'anti-libéralisme trouve un écho dans la population et fifille nous la joue Chavez en perruque blonde, le socialisme en moins et l'islamophobie en plus.
Alors oui, on peut trouver des gens souriants et polis au FN, reste qu'ils ont un bilan, eux aussi et contrairement à ce qu'ils disent (Vitrolles, Marignane, Toulon et Orange), et que quand on le parcoure dans un article publié sur Le Grand Soir, ça fait froid dans le dos. Ces gens sont dangereux en plus d'être incompétents.
Mélenchon a raison, il faut combattre le FN sur le terrain des idées et des faits, pas celui de la diabolisation, et leur bilan ne plaide pas pour eux.
A titre personnel, et tant qu'ils n'ont pas le pouvoir, j'accepte encore de discuter avec ceux que je connais pour tenter vainement de les ramener à la raison, mais si un jour ils sont aux manettes, je les combattrai, pied à pied, avec toutes les armes dont je disposerai et je ne sourirai plus.
Il me semble avoir déjà lu ce genre d'article dans Marianne.
J'attends de voir quels seront les résultats de votre cure de journalisme en milieu non tempéré.
Le ravi, journal satirique de PACA, a aussi consacré sa grosse enquête d'avril 2012 au FN: "Bienvenue à facho-land!"
http://www.leravi.org/spip.php?article1298
http://www.leravi.org/spip.php?article1306
Les rhinocéros sont de retour...
Merci à Daniel de nous transmettre honnêtement son trouble, de ne pas faire celui qui a les réponses. Se méfier des attitudes faciles face au FN.
A force d'être dans la caricature de l'extrême droite, Mélenchon et les médias français finissent effectivement à rendre ce parti sympathique. Avec l'arrivée de Marine le Pen à la tête du parti, le Front National fait sa révolution. N'en déplaise aux mauvais coucheurs, Le programme du FN n'est ni fasciste et ni raciste. A aucun moment il ne parle de changer la constitution ni de mettre en place une dictature. La seule question qui se pose est de savoir à qui profite le FN ? Celui qui accuse l'autre de fasciste ne s'attribue-t-il pas de fait le statut du résistant ? cet acharnement mélenchonien à enfermer le FN dans le racisme, le fascisme et la haine est pour lui le moyen de montrer aux autres qu'il est l'unique représentant du souverain bien. L'histoire nous apprend que c'est précisément au nom de ce souverain bien que l'on commet les pires atrocités. (cf toutes les guerres de religion).
"cet homme, qui s'est fait (...) aimer de toute la ville en y vendant, naguère, des abonnements à Numéricâble."
Sont vraiment pas rancuniers, les héninois.
Je n'ai pas encore vu le film mais brunes sur la ville (http://www.lamare.org/mainsbrunes), l'ayant loupé ai ciné mais je pense que c'est intéressant. En Vaucluse, nous connaissons l'extrême droite au pouvoir: Orange, Bollène... Je ne le souhaite en rien au Pas de Calais...
Ce qu'ils feront de leur pouvoir ?Des exemples nous reviennent en mémoire. Ils l'ont eu,ce pouvoir à Orange,Marignane et Toulon...Les médias ont raconté leurs exploits.Les habitants s'en souviennent encore. Mais ce qui est décrit ici fait froid dans le dos. Comme leur égérie,ils avancent masqués profitant de la misère,de l'ignorance voire de la bêtise des gens.Et aussi,malheureusement des turpitudes de certaines brebis galeuses du PS. Mélenchon a du courage. Puisse-t-il assainir le terrain.
Ce que vous décrivez, en particulier l'accueil au "local" me fait penser aux méthodes des sectes... sympathie, empathie, endoctrinement... manipulations.
Contrairement au traitement médiatique réservé au FN et à ses caciques, les photos du marché sont sous-exposées.
En revanche, bon éclairage sur La Pen dans son élément.
Il arrive à Henin-Beaumont ce qui est arrivé à beaucoup de villes moyennes dirigées par les communistes. Au bout d'un moment les gens en ont eu marre de voir la réalité de la pratique municipale (embauche d'employés municipaux sur critères syndicaux, nepotisme, utilisation de la caisse à des fins militantes via des subventions à des associations amis). Tout ça n'est pas le seul fait des communistes (ou des socialistes du nord assez semblables) mais c'est d'autant plus insupportable quand on se drape par ailleurs d'un discours égalitaire.
Moralité, ces municipalités sont tombées au main du gars qui rompait le plus avec les pratiques antérieures.
Chez moi c'est un UMP, à montreuil les écolos et à Henin beaumont ce sera le FN. Pas forcément parce que les gens sont UMP, écolo ou FN mais juste parce que cette forme de république bananière municipale les insupporte.

L'intelligence de MLP c'est de ne pas s'être implantée, comme son père, à un endroit ou l'adhésion avec les idées du FN sont fortes (sud de la france) mais dans un endroit ou le rejet des élites locales est important..
"Et la préférence nationale ? "Je suis pour, aussi. Moi, je suis une famille monoparentale, et j'ai un seul enfant, un fils étudiant de 23 ans. Eh bien, je n'ai droit à rien. Aucune aide". Mais si le FN était au pouvoir, à quelle sorte d'aide pourrait-elle prétendre ? Une seconde de silence. "Aucune, c'est vrai."

Voilà le visage ordinaire de la connerie frontiste, cet égotisme, si moi je n'ai rien, les autres ne doivent rien avoir, le nivellement par le bas comme seul horizon, la jalousie comme seul principe.

En ce qui me concerne, ces gens-là ne me sont pas sympathiques, ils vivent entre eux, tous aussi méprisables et je ne les loupe pas lorsqu'ils s'expriment ainsi devant moi. Aucune proximité ne me les rendra sympathique, la banalité du mal commence ici, d'un côté dans ce genre de réflexion qui n'est le fruit d'aucune, de l'autre dans cette complaisance, lâcheté qui nous fait accepter inacceptable.

yG
Daniel Schneidermann pris au piège du journalisme. Bien sûr que Steeve Briois est sympathique ! Sinon comment serait-il élu et le FN en passe de prendre la mairie ? D'ailleurs ça coûte rien de laisser tous le monde rentrer dans la permanence, pas plus que de taper dans le dos.

Mais la politique, c'est des idées.

Questions simples: comment le FN va-t-il contenir gérer la crise sociale ? OK, plus de clientélisme, mais dans la pratique le FN éconduira vraiment (avec le sourire) tous ceux qui viendront demander un appuis pour un boulo ou une place de crêche ? Et a poser des questions politiques vous avez ces réponses:

"Mais si le FN était au pouvoir, à quelle sorte d'aide pourrait-elle prétendre ? Une seconde de silence."
Daniel , ce reportage a toute sa place dans la revue XXI.
Je retire toutes les horreurs que j'ai débitées sur le journalisme depuis un an sur ce forum.
Ca fait un peu froid dans le dos quand même, mais il est évident qu'on n'attire pas les mouches avec du vinaigre...
Je ne sais pas quoi dire, si ce n'est bravo.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.