20
Commentaires

Au Front ! À quoi sert le vocabulaire de guerre ?

Commentaires préférés des abonnés

Approuvé 21 fois

C’est pour découper la langue de bois.

Bravo Laélia vous touchez la encore ou ça fait mal. Ben oui ça m'avait énervé le discours guerrier de Super Macron et le voir répéter en léchant l'écran avec ses yeux de veaux  exorbités "guerre, guerre, guerre" avait qq chose de grotesque. ça s(...)

Bonjour, et merci à tou-tes de poursuivre votre stimulant travail dans ces conditions peu ordinaires.


Deux remarques :

 - tout d’abord, un bémol concernant un usage possiblement positif du concept a priori fondamentalement très dangereux d’“union (...)

Derniers commentaires

Formidable, très belle analyse, bravo. Et depuis votre intervention, la quête désespérée d'une solution magique a encore pris de l'ampleur autour du professeur foufou. Je pense que vos suggestions concernant le leader charismatique que Macron cherche à incarner sont extrêmement productives, et mériteraient qu'on y revienne. 

Bravo ! Oui l'union sacrée est un piège. Faire croire que nous sommes tous dans le même camp et que nous avons tous les mêmes intérêts va permettre au gouvernement de casser le code du travail pour permettre aux grands actionnaires et aux banques de réactiver leurs dividendes. 


Se passer d'une nouvelle voiture, d'un nouveau smartphone, d'avions, etc...n'est pas un problème pour la majorité d'entre nous. 


A la reprise, c'est là qu'il faudra démontrer notre force; sans nous les travailleurs, rien n'est possible. 

Nos intérêts à nous c'est l'organisation de la société: santé, logement, répartition du travail, salaires... et pas les valeurs boursières obtenues sur notre dos. 


Merci encore Laélia

Dans le filage de la métaphore guerrière, on trouve bien évidemment "Silence dans les rangs!" (variante: "Je ne laisserai personne dire blablabla").

Brillantissime, Lélia !

Sur le leader charismatique guérissant et faisant des miracles souvenez vous de Raspoutine (même si cela 'e lui a pas porté chance...)

.

Bonjour, et merci à tou-tes de poursuivre votre stimulant travail dans ces conditions peu ordinaires.


Deux remarques :

 - tout d’abord, un bémol concernant un usage possiblement positif du concept a priori fondamentalement très dangereux d’“union sacrée” : on pourrait toutefois s’appuyer sur lui pour réhabiliter les idées d’intérêt général et d’utilité commune (auquel cas le différend de classes entre salarié-es et actionnaires d’Amazon, par exemple, se verrait trancher en faveur des premie-ères) ;

- j’ai remarqué, dans la parole gouvernementale et sur les médias que j’ai l’habitude de subir (principalement les chaînes de Radio France et de France Télévisions), l’emploi systématique du terme “polémique” pour désigner les questions mises en débat et susceptibles de contester les mesures prises ou à prendre par les autorités. Le mot comporte traditionnellement une dimension péjorative, qu’on entend bien dans l’injonction courante : “Pas de polémique !” – laquelle n’a alors même pas besoin d’être formulée. Qui, en effet, oserait ordonner franchement : “Pas de débat” ou : “Pas de discussion”… sauf à passer pour un candidat à la tyrannie (lequel, dans ce qui nous concerne, doit se limiter à : “Je ne laisserai pas dire que…”) ?


Encore merci à tou-tes. Et belle confijournée.

On remarquera que le "chef de guerre" n'a plus  son épouse en talonss aiguille derrière lui .....

Merci.Belle émission


Merci Laélia pour cette excellente analyse encore une fois. Petite remarque technique, la séquence TF1 est tronquée à 2:56.



Rony Brauman : « La métaphore de la guerre sert à disqualifier tout débat »


La preuve par Darmanin.


Ça va finir avec du goudron et des plumes, j'espère qu'il n'y pas pénurie. Sort réservé à ces guerriers d'opérette.

Macron a sans doute été coaché par sa prof de théâtre. Cette dernière étant à la retraite  depuis plus de cinq ans,  la qualité laisse forcément à désirer

Bravo Laélia vous touchez la encore ou ça fait mal. Ben oui ça m'avait énervé le discours guerrier de Super Macron et le voir répéter en léchant l'écran avec ses yeux de veaux  exorbités "guerre, guerre, guerre" avait qq chose de grotesque. ça sentait le spin doctor derrière , la grosse ficelle de com. En passant je remercie France Inter ce matin et Augustin Trappenard pour le texte joliement dit de Annie Ernaux elle y dénonce aussi fort élégamment le langage guerrier tout comme vous Laélia.

Et puis l'autre avorton Lallement, Edouard le couard qui se cache derrière des pronoms impersonnels. Il ne manquait plus que si bête Ndaye (elle se tait depuis qq jours) et là on avait le bouquet de la fine équipe d irresponsables qui gère la crise. Guillaume Meurice au secours je me sens mal...

Bonsoir,

et merci pour l’analyse. Je pense que l’Opération Résilience serait à étudier aussi. En tout cas, j’ai vu que l’utilisation de ce terme a déplu à certain.es.

Une autre ruse de sioux qu’utilisent ces gens est le nous agissons en fonction d’un avis scientifique.

En cas de contestations, ils sortiront la carte joker avis des scientifiques pour se dédouaner.

J’en fais le pari dès aujourd’hui... 50 000 £$ø.

Qu'est-ce que c'est , la machine , derrière Mme Véron ? Une relieuse ? Une machine à bois ?

Merci pour ce roboratif décorticage.


Perso, je trouve la scie à ruban très...charismatique.

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.