18
Commentaires

Asnières, la ville où les videos volent bas

Chaude, très chaude ambiance à Asnières. Cette commune des Hauts-de-Seine est devenue, en quelques semaines, une vedette du net français.

Derniers commentaires

et ou les pigeons virevoltent au-dessus des cieux ^^
Tiens, j'y habite, et je n'étais au courant de rien.
En même temps, faut dire que je ne me tiens pas vraiment au courant des âneries politiques qui peuvent s'y passer.
Conseil technique par rapport à Dailymotion (et YouTube):

Quand vous voulez nous inviter à voir des videos sur ces sites, NE FAITES SURTOUT PAS un lien de recherche avec des mots-clés comme vous l'avez fait...

Car, des petits malins pourraient publier des vidéos trompeuses en choisissant des titres/descriptions/tags qui leur assureraient d'être en premier résultat, et nous détourner de ce que vous voudriez nous montrer.

La solution :
- Si il y a une seule vidéo, faire un lien direct vers celle que vous avez vu.
- Si il y en a plusieurs, vous faire un profil officiel au nom de ASI sur Dailymotion/YouTube, et regrouper ces videos dans une "playlist" dont vous nous donneriez le lien direct. Ou insérer son "player" dans votre article ;o)

--
Olivier D. alias ze kat
http://life2front.com/oliezekat
.. exactement ce que je disais plus haut, de manière plus laconique il est vrai.
Donc, Hervé Alexandre, il faut prendre position tant que le fer est chaud, car après, c'est comme prendre position après les présidentielles, ça fait élire un président grave.
Bref, Code 18, fais chauffer le goudron (je garde mes plumes de canard si tu le permets ;-)
En tout cas la video de ce maire ressemble vraiment à de la propagande et est détestable à regarder. Les nazis et les bolchéviques utilisaient les mêmes procédés. Témoignages bidons et musique de fond dramatique, c'est vraiment basique comme procédé et répugnant.
La vidéo de l'UMP est un chef-d'oeuvre de propagande. Ou comment reporter la faute de projets non aboutis non à une mauvaise gestion de la municipalité sortante mais à l'opposition. Si quelqu'un s'y connaît en musique, pourrait-on savoir quel est la musique employée (musique de film ou musique classique, en tout cas du violon bien dégoulinant)? Par ailleurs, ces asnierois-types me font penser aux parisiens typiques de la vidéo de campagne de Panafieu: il ne serait pas étonnant d'apprendre qu'ils ont une carte à l'UMP. Surtout, je me permets de poser une question de droit: n'est-il pas interdit au maire sortant de rappeler qu'il est l'élu de la précédente mandature le temps de la campagne électorale? Dans ce cas, Manuel Aeschlimann violerait la loi. Mais peut-être que la campagne officielle n'a pas commencé, auquel cas la loi ne serait pas enfreinte.
"L'opposition" ça ne veut rien dire. Il y a un vieux contentieux à droite. La transition du gaullisme vers la droite libérale s'est mal déroulée. Bockanovsky, gaulliste de stricte observence s'est fait piquer la mairie. Usure du pouvoir, sans doute. Ca a été assez saignant, déjà à l'époque. Donc en cours de mandat, le "vieux" gaulliste se fait démonter par le "jeune" gaulliste Taitinger (des champagnes du même nom) qui rallie les libéraux, dont Aeshlimann qui avait déjà quitté la barque depuis quelques temps. Aux municipales suivantes, c'est l'affrontement entre ces deux clans. C'est là qu'Abiker et Fisher entrent aux côté de Aeshlimann au Conseil Municipal dans une majorité de droite complètement explosée. Le chef, c'est Taittinger. Et tout ça, c'est la droite. Aeshlimann va consciencieusement démolir Taittinger et ses potes pour lui prendre sa place.
Abiker s'est barré, Fisher est restée.
Mettre dans un même sac toute "l'opposition", c'est totalement farfelu. Dans la première séquence, les personnes qui sont assises la mine basse, c'est la gauche, dans la troisième séquence, le Monsieur à lunette en costume clair, c'est Pietrasanta, le chef de file local du PS.
http://pietrasanta.over-blog.com/
Il n'est pas question pour eux de se commettre dans une pareille mascarade dont le résultat si on lit cet article un peu merdique de Dan Israel, laisse entendre que l'alternative à la droite hyper dirigiste (j'euphémise), c'est la droite clownesque.
Le sujet a aussi été traité sur Agoravox

http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=33829

Ce M. Aeschlimann, fait partie de cette "Droite décomplexée" qui gouverne d'une main ferme les Hauts-de-Seine comme son copain M. Balkany et un autre de ses potes... Comment s'appelle-t-il déjà ?... :-))
Pour avoir lu l'article de l'Express à l'époque de sa parution (http://www.lexpress.fr/info/region/dossier/hautsdeseine/dossier.asp?ida=451838), cité dans l'enquête, ce maire est l'archétype du Seigneur de sa ville. Un peu à l'image de ce qui se passait à Puteaux (où un blogueur critiquait haut et fort la gestion de l'équipe municipale, ce qui a donné lieu à procès), ça dénonce sec contre lui aussi http://www.asnierois.info/index.php, ou http://asnierois.org/fw/html/index.php

Douce France, cher pays de notre enfance, tralala ;-)
IL serait interressant de pas prendre position avant d'en savoir plus
Il serait intéressant d'avoir l'avis de David Abiker sur cette affaire.
J'imagine que les fais et gestes du maires sont aussi importants pour être la cause de ces excès publics, et bien sûr que la majorité actuelle n'est pas non aussi claire que l'indique la vidéo.
La deuxième vidéo, avec la musique qui enfonce le clou, est l'exemple type de la manipulation mensongère par l'image.
C'est bien connu, l'opposition a toujours mené le débat.
Post scriptum

L'enquête pourrait s'élargir aux Hauts de Seine, ex fief de Sarkozy, où sévit son ami Balkany avec notamment des drôles d'hstoire d'eau...
Ce serait quand même utile de savoir qui sont ces opposants, d'avoir des détails sur la façon dont ils ont (ou auraient) été empêchés de s'exprimer, que font-ils par ailleurs pour la ville? On aimerait leur point de vue face à la vidéo du maire. On reste sur sa faim au delà de l'ahurissement suscité par la première vidéo.

À COMPLÉTER PAR UNE ENQUÊTE!
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.