56
Commentaires

Arrêt sur hors-jeu

Derniers commentaires

Personne n'a remarqué l'extraordinaire combinaison de laboratoire italienne qui démarre par un corner et qui oblige la défense adverse à se replacer à la hate tout en permettant au retour du ballon l'excellent coup de tete italien?
Donc très beau but.
Avez vous vu l'arbitre central à deux mètres de dos du buteur?
L'arbitre de ligne qui annule le but avec la banderole est à 20 mètres de l'action, et des nombreux joueurs lui cachent l'action(le revoir près de la publicité adidas).Il fait grosse erreur et trompe l'arbitre central bien mieux placé pour juger.
Sébastien, reviens !!!!!
Bonjour Sébastien-absent-depuis-bien-longtemps-je-me-demande-d'ailleurs-bien-pourquoi,

Pourquoi est-ce que sur la plupart des unes consacrées à la crise, on voit des gens mettre la main devant le visage? Est-ce un simple réflexe de protection?

Cordialement,
A.
Quand on lit Sébastien, on est convaincu : vive la vidéo ! alors pourquoi autant de résistances à la vidéo ? uniquement une question de sous ? à mon sens la raison principale, c'est la tchatche. Un des grands intérêts de ce sport, pour beaucoup, c'est de pouvoir en *parler*, de pouvoir discuter, voire se disputer. La vidéo couperait un gros bout de discute.
Je ne comprends même pas ces débats sur la vidéo. Le foot est le sport qui brasse le plus de fric et déchaîne le plus de passions, et paradoxalement il va finir par être le seul où l'arbitrage vidéo n'existe pas!
L'argument de la rapidité du jeu ne tient pas à mon avis, l'arbitre n'a pas besoin de polémiquer deux heures s'il a la possibilité de consulter rapidement une image vidéo prise sous un angle où la visibilité est bonne. S'il est capable de juger ce genre de situations rapidement en situation de jeu, il doit être capable de juger très vite sur un replay... Au pire il peut avoir un assistant qui consulte les images et lui communique les conclusions si besoin est, je pense qu'à notre époque ce genre de chose ne doit pas poser un immense défi technologique!

Cela fait des années que le cyclisme utilise la "photo finish" dans les sprints les plus serrés. Le rugby dispose de l'arbitrage vidéo, le tennis aussi désormais, et même en patinage artistique il y a une possibilité pour les juges de revoir un élément avant de mettre la note technique, en cas de doute sur l'arrivée d'un saut, etc.

Pour ce qui est des abus, il y a des solutions: en tennis, les joueurs ont droit à un certain nombre de "challenges" dans un match. S'il s'avère qu'il avait raison de contester, on ne lui retire évidemment pas de droits au challenge, mais s'il s'est trompé et a interrompu le jeu pour rien, alors on lui en retire un, et si le joueur abuse du droit de contestation il épuise ses recours.
Je ne vois pas pourquoi on ne pourrait pas appliquer cela au foot, avec 1 ou 2 challenges par match je ne crois pas qu'on finirait par avoir des matchs qui s'éternisent, quand même.

Franchement, la résistance à l'introduction de l'arbitrage vidéo me paraît très suspecte dans le foot. C'est à se demander si on ne cherche pas à préserver les erreurs d'arbitrage, avec les scandales qu'il y a eu sur la corruption on peut se demander si cela a un rapport. Ou alors il faut croire qu'effectivement on aime bien polémiquer pendant des heures sur une erreur d'arbitrage.

Je ne suis pas une grande fan de foot, mais je suis souvent un peu les matchs internationaux, et je trouve quand même que le nombre d'erreurs d'arbitrage qui pourraient être rectifiées avec la vidéo est énorme et influe beaucoup sur les résultats. Quand on refuse des buts qui sont rentrés dans la cage, et quand on sait le peu de buts qui sont marqués dans ce sport, ça peut quand même tout changer!
Dernièrement encore, le match France / Pays Bas aurait pu tourner si le penalty et le carton rouge avaient été accordés (et pour celui-là, une demi-seconde avec la vidéo aurait suffi à voir la main du joueur hollandais qui empêche le ballon d'aller dans les buts). Certes, les Français ont perdu largement, mais à ce moment-là, il y avait possibilité d'égalisation à 1-1 si je me souviens bien. Connaissant l'importance du mental en sport, et la frustration qui doit naître à ce moment-là, je pense que cet incident peut être vu comme un des moments clés du match.

Quand aux comparaisons avec les caméras de surveillance, je ne vois pas le rapport. On est quand même dans un sport hyper médiatisé, et de toute façon, le match est filmé intégralement et diffusé sur des millions d'écrans. Il est quand même tout à fait paradoxal que tout le monde, sauf les arbitres ait accès à la vidéo...
ptit prez a un autre point commun avec l´Italie, cést la tactique de la Squadra azzura :

-occuper le terrain
-faire déjouer l´adversaire, l´empêcher de développer son jeu
- le provoquer
-se rouler par terre en hurlant pour apitoyer l´arbitre
-jouer en contre- attaque
-saisir la moindre occasion de se jeter dans la surface de réparation
- insulter les jouers portant un nom pas chrétien ( par exemple, au hasard , zinedine)
mais....
-ce sont des matchs qui terminent très souvent avec séance de tirs au but ( et non penalties !)
-l´équipe se qualifie toujours de justesse ( et on finit par en être navrés, puisqu´ils ne construisent pas de jeu, ils cherchent à détruire celui de l´adversaire)
-Attention aux coups de boules
- cette année la squadra n´a pas passé les quarts (ça donne de l´espoir)
J'y connais rien au foutbôle, et ça ne m'intéresse pas. Les illusions d'optique, en revanche, ouiche !
Il y a, par exemple, cette histoire de persistance rétinienne qui a longtemps servi à justifier le fait qu'on voit, au cinéma, des images qui bougent alors qu'en réalité elles sont fixes.
La persistance rétinienne n’est pas la bonne explication, et voici une manière simple de le prouver : un film est tourné à la vitesse de 24 images par seconde, vitesse idéale pour restituer une impression de mouvement. parfaitement fluide. Si on regarde un film tourné à la vitesse de 5 images par seconde seulement, notre œil a largement le temps d’effacer les traces de la première image quand arrive la seconde. Et pourtant on a toujours cette impression de mouvement, même s’il est saccadé.
L’explication est ailleurs, on l’appelle l’effet Phi. L’œil transmet au cerveau la première image, puis la deuxième. Et comme il n’y a pas d’enchaînement entre les deux, il comble les vides en inventant ce qui lui paraît le plus logique : le mouvement. Voilà pourquoi les images fixes d’un film ont l’air de bouger quand on les projette.
Étonnant, non ?
parceque les arbitres ne sont pas au niveau .Manque de formation
Le flash lag, c'est le contraire de la lune en photo?
(Pour ceux qui ne connaissent pas cette illusion d'optique, c'est qu'un point de lumière fixe très éloigné a l'air plus gros qu'il ne l'est réellement. Exemple, c'est la pleine lune, vous croyez voir qu'elle est de taille honorable, vous visez avec l'appareil photo, tout va bien et puis quand vous regardez l'image finie, la lune est toute petite.)
Il y a moyen de parler d'autres sports que le foot ?
La variété, ça ne fait pas de mal, et il y a plein d'autres images d'autres sports très intéressants.
Question d'équilibre, comme dirait Cabrel.
Les journaux, la télé, et maintenant ASI de plus en plus souvent.
Les footeux sont gâtés, la tribune leur est toujours ouverte.
L'esprit de la règle du hors-jeu, c'est d'empêcher qu'un petit malin se planque ni vu ni connu à côté du but, et on lui fait une longue passe et paf, il marque the fingers in the noze, tout seul contre un gardien débordé par la largeur du but. C'est pas d'empêcher des belles contre-attaques. Pour moi quand c'est litigieux le hors-jeu, il n'y a qu'à pas siffler, car à quoi ça rime?
Voir une défense qui remonte pour provoquer le hors-jeu, pour moi c'est le comble de l'absurdité du jeu de foot-ball. Le seul sport où les champions finissent les matchs par un score zéro à zéro. Dans d'autres sports d'équipe, il n'y a que les petits de 7/8 ans qui débutent qui font ça, zéro à zéro... Et au ping-pong, jamais.
Mais l'introduction de la vidéo au football n'intéresse pas les autorités de ce sport. En effet, quand il n'y a de vidéo, il y a des erreurs, et donc des injustices. Et il n'y a rien de mieux qu'une injustice pour déchaîner les passions, entraîner des débats (comme celui-ci). Et hop, quand il y a plus de passion, il y a plus d'audiences... Cela est sûrement purement mercantile, mais d'un point de vue sportif, cela reste un piment appréciable pour les amateurs, non ?
C'est article est-il une blague ? Je me pose des questions tant c'est baclé. C'est dommage qu'on ne puisse pas joindre l'auteur pour en discuter en tout cas.

Sinon, une question que peut être vous vous posez :
La vidéo dans le football est-elle de droite ?

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

si un jour la vidéo fait son apparition sur un terrain, elle sera immanquablement détournée de sa destination première. certes elle aidera à valider un but ou un hors-jeu mais je pense qu'on l'utilisera comme partie intégrante du jeu : j'imagine des joueurs provoquer des adversaires ou créer des situations de fautes afin de faire pleuvoir cartons jaunes et rouges.
avec la vidéo, l'arbitre perdra sa crédibilité et son autorité sur le terrain.
les télé/spectateurs n'attendront qu'une chose la vidéo comme on attend le ralenti après chaque action.
puis, qui va lire la vidéo, plusieurs autres arbitres ? seront-ils tjrs d'accord ? combien de temps cela prendra-t-il ?
statistiquement parlant, l'arbitre vous avantage ou vous désavantage pas plus que les autres, chacun y trouve son compte à la fin.

autre remarque : on se plaint de la vidéosurveillance omniprésente et bizarrement on la réclame sur un terrain de sport, etonnant non ? :-)
Pour ma part, je suis convaincue par la démonstration de Sébastien, même si elle ne s'appuie pas forcément sur les images les plus appropriées (because l'angle de vision). Je lui fais confiance au sujet du phénomène de perception qu'il décrit.

En ce qui concerne Platini, qui reste farouchement opposé à l'aide de la vidéo, son argument est que pour lui le football doit être pratiqué dans les mêmes conditions, quel que soit le niveau des rencontres, de la Ligue 1 à la division la plus pourave. Pour lui, il ne doit pas y avoir des règles pour lélite et d'autres pour les petites équipes. Euh, il rigole ou quoi ? Entre le spectacle sportif opposant Lyon à Bordeaux et le match Bécon les Bruyères contre Champignole, il y a tout un monde. Il n'a jamais vu, au fin fond des provinces, des matchs se jouer sur un champ de betteraves, arbitrés par un bénévole d'une des deux équipes, qui connait à peine les règles.?
Pas mal le terme "supporters post-préhistoriques". C'est bien trouvé. Chapeau
D'ailleurs, sur la deuxième vidéo, Toni n'est pas du tout hors jeu, c'est sur un de ses coéquipiers (celui sur la même ligne que le joueur roumain) qu'il pourrait il y avoir doute, pas sur lui.
Que ceux qui vienne a parler de sarkozy sur une chronique comme ça m'explique le rapport. Et sinon c'est un des aléas faisant parti intégrante du foot et ça ne changera pas .
Alors il ne reste que ce piètre argument : l'arbitrage fait partie du jeu et les erreurs (mêmes grossières, mêmes très pénalisantes) aussi !!!

Quand on pense qu'au rugby et au tennis ... Justement, ces deux sports ont des arrêts très fréquents ; le football lui est plutôt axé sur la rapidité, et on essaie de limiter les arrêts de jeu.

Autre argument intéressant (mais je connais trop peu ce sport pour pouvoir en juger) : http://drgoulu.wordpress.com/2008/05/09/la-science-du-football/
Apparemment le hasard aurait un impact très fort dans le résultat des matches, en raison notamment du faible nombre de buts. Ca se conçoit dans le sens où beaucoup d'"occasions" sont souvent ratées de peu : 1° plus bas ou plus à gauche et la balle passait, etc.
Comme le nombre de buts est généralement très faible (contrairement au tennis ou au rugby où les points sont plus nombreux), le talent réel des joueurs ne compense pas assez le hasard. Apparemment, les statistiques vont dans ce sens.
A partir du moment où les règles font que le jeu est aléatoire, vouloir un arbitrage parfait risquerait au fond de ne pas changer grand chose.
Intéressant comme théorie.
Il ne reste plus qu'a placer la FFF sous la direction de la Française des Jeux :-D
vive le rugby
Merci pour cette plaisante chronique...

Le hors jeu est donc une subtilité arbitrale trop complexe pour le cerveau des juges de touches. Mais qu'en est-il de la simulation de faute dont les Italiens —mais ce ne sont pas les seuls— sont les maîtres incontestés (cf. vidéo postée ci-dessus)? Le cerveau ne serait-il pas par nature poussé à la compassion face à ces corps se tordant de douleur dans l'attente que l'équipe adverse obtienne un carton jaune, puis se relevant prestement une fois ledit carton donné à l'innocent adversaire? Et les séances de tirs au buts: pourquoi les meilleurs buteurs en ratent toujours au moment fatidique (Trezeguet, Baggio, etc.)? De belles analyses du foot en perspective...
Evidemment, le recours à la vidéo ! ça semble tellement évident. Seulement, il y a un type à la tête de l'UEFA qui s'appelle Platini et qui est farouchement opposé à la vidéo !

Alors il ne reste que ce piètre argument : l'arbitrage fait partie du jeu et les erreurs (mêmes grossières, mêmes très pénalisantes) aussi !!!

Quand on pense qu'au rugby et au tennis ...

Allez, tous en choeur "Quand on est c.., on est c.."


;-(
Votre démonstration est assez convaincante, mais je regrette avec les autres @sinautes que vous ne teniez pas compte d'autres paramètres, comme la difficulté de regarder à deux endroits différents en même temps. Par ailleurs, vos deux extraits ne valent absolument pas preuve car ils ont été très mal choisis, tout simplement parce que la différence entre les deux n'est pas seulement la vitesse de l'image, c'est aussi l'angle, beaucoup plus trompeur dans le premier extrait, très net dans le second. Pourquoi ne pas avoir pris le même angle? Votre démonstration, si elle est vraie en aurait été plus convaincante...
Au baby-foot, c'est plus facile à voir les hors-jeu.
Mmmouais, cette conclusion ne me convainc pas non plus.
Ce sont les positions respectives de l'attaquant et du dernier défenseur qui doivent être prise en compte par l'arbitre.
Le fait de les voir tous les deux plus éloignés qu'ils ne le sont réellement, n'a aucune incidence sur sa décision.

N'empêche, la pâtée qu'on s'est morflée par la Squadra azzura...
[quote=Sébastien Bohler]Appliquée au contexte d'un terrain de football, l'œil de l'arbitre voit le défenseur jaune plus loin qu'il n'est réellement, et l'attaquant bleu aussi.
L'arbitre les voit plus loin donc il se trompe ? A pas compris !
Je pense plutôt que la difficulté pour les arbitres est de regarder deux positions en même temps
(celle du tireur et celle du receveur).
De toute façon l'équipe italienne est nulle, et ça, c'est scientifique. :-)
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.