95
Commentaires

Arnault la frite, repoussoir national

Ce qui n'a pas été assez souligné sur Bernard Arnault

Derniers commentaires

Tiens, j'en rajoute une couche: Le Diplo cette fois:

Qu’y a-t-il de plus scandaleux : que M. Bernard Arnault réclame la nationalité belge afin de préparer l’ « optimisation fiscale » de sa fortune — la première française et quatrième du monde — ou que les politiques publiques successives (en France, en Belgique, ailleurs) aient offert de telles possibilités à leurs contribuables les plus opulents ? On ne peut libérer le marché des capitaux, laisser proliférer les paradis fiscaux, y compris en Europe, et se plaindre ensuite que les individus pour qui de telles décisions sont prises choisissent d’en tirer le meilleur profit.
(Texte d’Acrimed de septembre 2010 qui prend aujourd’hui une certaine saveur. Ne le lisez pas, chère noblesse d’Empire*)

Parmi les portraits recalés, celui de Bernard Arnault - un ami de Libération ? - , tracé dans le strict respect du devoir d’informer et des règles déontologiques les plus élémentaires. En voici quelques extraits. Toutes nos excuses auprès de son auteur, mais l’intranet de Libé n’est pas protégé contre les lectures indiscrètes. (Acrimed)
« Ça aurait pu tomber sur François Pinault, ce sera finalement Bernard Arnault. Les deux tycoons à la française cumulent les tares et avatars du capitalisme hexagonal. Mais au final, le patron de LVMH fait mieux et/ou pire que son concurrent. Va donc pour Arnault, qui possède au moins une qualité. Il valide, a posteriori et à merveille, la thèse de Karl Marx sur l’accumulation primitive du capital : « Elle joue le même rôle que le péché originel dans la théologie. » Avant de prospérer par les mécanismes du marché, « un tas de coquins entassèrent trésor sur trésor, tandis que les autres se trouvèrent dénués de tout », résumait ce bon vieux Karl.[…]
Le péché originel de Bernard Arnault, ce n’est pas d’être bien né – il a hérité d’une entreprise immobilière. Mais d’avoir proféré l’un des plus gros bobards de l’histoire économique, le 16 décembre en 1984. Il affirme : « Je procéderai à la mise en œuvre du plan industriel », promettant de « maintenir la survie du groupe en évitant son démantèlement. » Il s’agissait de la reprise de Boussac, conglomérat textile au bord de la faillite. Arnault débarque tel un sauveur. Sur sa bonne mine de fils de famille du Nord, il obtient du gouvernement une subvention de 750 millions de francs, et des banques, un abandon de créances d’un milliard. Au nom de la sauvegarde de milliers d’emplois. En mars 1986, la droite revenue au pouvoir, il réitère par écrit sa promesse d’ivrogne : « Toute cession d’activité au sein du groupe Boussac aura un caractère exceptionnel. »
Arnault encaisse l’argent, oublie aussitôt ses belles promesses, liquide les usines textiles, vend quelques pépites du groupe (Peaudouce, Conforama…) et ne conserve guère que le seul actif qui vaille à ses yeux : Dior. Avec une mise initiale de 40 millions de francs, il se retrouve trois ans plus tard avec un magot de 8 milliards. […] Après avoir encaissé les subventions, il la refourgue à des Scandinaves. Seul Arnault se verra condamné par la commission européenne à rembourser une partie des aides (340 millions) pour avoir poussé plus loin le bouchon. Il s’en fout : la sanction n’interviendra que dix ans plus tard, fortune amplement faite.
Pourquoi s’arrêter en si bon chemin ? Arnault sublime Marx. D’originel, le péché devient longitudinal. C’est la prise de contrôle de LVMH (Louis Vuitton-Moët Hennessy), entre 1987 et 1990. […]
A la tête de marques de prestige, rachetées à la hussarde, Bernard Arnault se pique d’afficher un profil de créateur d’entreprises. La tâche est rude. Il s’y essaie en soutenant à bout de bras la maison de couture Christian Lacroix : un désastre financier. Puis en saupoudrant ses coups de pouce à des start-up : une pantalonnade. Sa filiale Europ@web engloutit 5 milliards en pure perte, Bernard Arnault devenant la risée de la communauté internet. Il tente de restaurer sa fierté par une boulimie de rachats dans le luxe (Sephora, Tag Heuer, Régina Rubens, Chaumet, Fendi…). Le titre de son auto-hagiographie, la Passion créative, n’en est que plus ridicule.
Comme Pinault, Arnault a entubé plus d’un petit porteur, le gendarme de la Bourse s’acharnant à justifier l’adage « fort avec les faibles, faible avec les forts. » [..]
Dans le microcosme financier, la réputation d’Arnault est exécrable […] Il ne sait même pas bien mentir. Au président de Conforama qui s’inquiète un jour d’une rumeur de vente, Arnault rétorque : « Vous n’y pensez pas, Je peux vous assurer qu’il n’en est rien. » Le lendemain, il vend Conforama à Pinault.
Médiatiquement, Arnault sait courtiser la presse féminine ou culturelle. Et manier le bâton, supprimant un budget publicitaire au Nouvel Obs après un article consacré à son « impasse stratégique ». Arnault s’est surtout bordé politiquement, une bonne dose de balladuro-sarkozysme, un zeste de rocardo-fabiusisme. En 1994, Edouard Balladur lui remet la Légion d’honneur. En 1998, il recrute son ancien directeur de cabinet, Nicolas Bazire. En 2009, c’est au tour de Patrice Ouart, conseiller juridique à l’Elysée […] OK, Pinault a recruté Claude Chirac (plus une poignée de fabiusiens) et invite Jacques à Saint-Tropez, mais les chiraquiens ne sont plus au pouvoir. Et puis Arnault vient d’embaucher Bernadette comme « conseillère » de luxe.
Dernière anecdote, pour la route. Quand Bernard Arnault descend lui aussi à Saint-Tropez et se pique de prendre un bain de mer, il se fait accompagner d’un maître-nageur. Au minimum, cet homme est grotesque. »

Si quelqu'un trouve la morale d'Arnault là-dedans, prière de la ramener à son propriétaire en poste restante. A Uccle.
Maja me manque, comment on fait? Ils sont tarés, en plus Suzie perd la mémoire.
Demain, dans Libé, 3 pages complètes de pub pour Yves St Laurent.

YSL est une filliale de PPR, propriété de François Pinault, grand rival de Bernard Arnault.

C'est rigolo les coïncidences...
Chers tous, j'ai trouvé un livre qui semble décrire ce que nous vivons avec une acuité impressionante. Pourtant, il a été écrit entre 1910 et 1930 environ: "Propos sur les pouvoirs" d'Alain.
On pourrait presque y lire des commentaires sur des riches qui prenent la nationalité Belge pour payer moins d'impôts... tout y est. De là à conlcure que rien n'a changé en 100 ans de temps...

Note pour moi-même: au vu du blocage de la société aujourd'hui, j'ai vraiment beaucoup de mal à comprendre comment 1789 a pu avoir lieu. Il va falloir que je me renseigne.
Ne jamais oublier qu’Arnaud fait dans l’industrie du luxe. Une industrie qui non seulement non soufre pas de la crise en Europe grâce aux nouveaux riches des pays genre Chine Russie Inde ou pétromonarchies du Golfe mais va en profiter avec la baisse des garanties sociales et la case du droit du travail (vous savez, « la flexibilité ».

Il est donc indécent de venir chouiner que la p’tite blague de Libé est une atteinte au moral d’un type qui exclut le mot « morale » de son vocabulaire sauf à usage des domestiques et des employés. Son job et très accessoirement celui de ses esclaves n’est donc en rien menacé par le vilain Fromage Dur, nouveau gardien de la chourme.

http://www.liberation.fr/medias/2012/09/10/bernard-arnault-pote-plainte-contre-liberation_845248
J'essaye de me convertir à la théorie du complot, avoir voilà mon idée :
Hollande est bien embarrassé : il essaye d’évacuer sa promesse des 75% en la rendant de fait inefficace, mais ça se voit. Alors Bernard Arnaud, le plus riche d’entre eux, personnification du goût et du raffinement français qui rejailli –grâce lui en soit rendu- sur nous tous, se dévoue pour laisser courir cette rumeur de naturalisation. Libé concocte une Une dont elle a le secret pour faire monter la sauce. Une pierre 2 coups. Ca concentre l’attention, focalise le ressentiment, mais en même temps, prouve que la loi telle que promise par Hollande pendant la campagne serait contre-productive, car fera bel et bien fuir les riches et avec eux la croissance et les emplois. Ca y est, Hollande à la voie libre.
Coup de maître.
Selon Backchich, Libé aurait été beaucoup plus discret lorsque Edouard de Rotschild, son proprio, avait demandé la nationalité israélienne -
Fillon dit rarement des choses justes, saluons ça récente déclaration !
Moi ce qui m'interesserait de lire dans les journaux c'est l'historique de la fortune de Bernard Arnault ; le démantélement de Boussac, le rôle du Crédit Lyonnais, bref savoir combien a coûté à l'Etat en subventions de toutes sortes, en casse sociale, l'enrichissement de ce futur belge; IL se prépare un audit citoyen de la dette, pourquoi pas un audit de telles fortunes !
"Ce qu'il faudra observer pour savoir si Hollande est véritablement décidé à faire porter l'effort sur les revenus du capital"

Il me semble que c'est effectivement bien la tout le probleme : Cette "fuite" de demande de nationalisation belge par Arnault arrive a un moment assez interessant : Toute la semaine derniere, les medias nous ont montres que le gouvernement n'a aucune reelle idee des mesures fisclaes qu'il va prendre, mais que apparement ils ne vont pas toucher a revenu du capital, ce qui serait en fait la mesure la plus importante a prendre reellement !

Il me semble que le timing de cette annonce est avant tou du chantage sur la gouvernement : Et comme le montre le vite dit de Gilles ce matin, le fait que la presse internationale ( LVMH ne fait pas sa pub seulement en France ) reprenne cette info en une, ne peut que renforcer cette pression pour que le gouvernement finisse par ne taxer que les plus pauvres.
La vraie question, c'est pourquoi on fait tout un pataquès là-dessus ? En tant que citoyen UE, Arnault peut aller payer ses impôts pratiquement n'importe où en Europe sans faire aucune démarche de changement nationalité.
Arnault la frite !?
Pouah ! Comme c'est vulgâââiiire !
Depuis que Demorand est aux manettes, Libé rivalise de "Unes" putassières et d'articles dont les titres sont basés sur des jeux de mots vaseux niveau cours élémentaire : "A l’UMP, hanté c’est ouvert", "Dèche froide pour France Télévisions" ...
Et ils ont été élus "quotidien de l'année", c'est dire l'état de la presse en France.
C'est vrai que Libé n'a jamais été connue pour faire des Unes putassières et des jeux de mots vaseux avant Demorand.
Vous ne devez pas être un "vieux" lecteur de Libé, qui a toujours adoré faire sa titraille avec des calembours (pas toujours) bons et de jeux de mots (parfois) laids.

La vraie vulgarité, elle est moins à Libé que chez Arnaud, magnifique exemple de parvenu étalent sa richesse à la manière d'un Tapie.

Se souvenir du mariage fastueux de sa dinde de fille dans un "château" du Bordel, heu, Bordelais, couvert par lémédias ravis de monter aux smicards, aux rmistes et aux chômeurs comment ça se passe chez les obèses du larfeuille.

PS Je n'ai rien contre "les riches". Un de mes meilleurs amis fait dans le finance, il possède manoir de 900 m2, catamaran et villa sur la côte. Mais c'est quelqu'un de généreux et discret.
@Moonathalouk : pourquoi "parvenu"??? en effet si c'était si simple chacun de nous "parviendrait" à créer ne serait-ce que sa "petite entreprise"! Evidemment la France idéale est celle des fonctionnaires bien planqués et...payés par nos impôts! C'est ce que on appelle des emplois "productifs"???
Je m'appellerais Peugeot, ma famille aurait créé tant et tant d'emplois depuis tant et tant d'années et être traités comme des délinquants JE FERME!!!
Quant à M. Arnault je trouve la fuite journalistique détestable (sauf si comme certains l'écrivent politiquement programmée???) : en fait ces gens riches s'ils n'acceptent pas la presse (mariage de sa fille), ils seront traqués et paparazinés.
QUI a exposé méchamment Mme Bettencourt? sa propre fille....
J'aurais a-do-ré avoir des parents très riches ...je ne pense pas que j'aurais "trahi" ma mère...
QUI désire formellement être pauvres ou même "moyens"...????
Dans ma carrière de fonctionnaire, je ne me suis jamais "planqué", et je pense avoir été largement aussi "productif" que pas mal de pas fonctionnaires (tiré d'un de tes précédents tissus d'idioties) dans ton genre.
Pauvre conne.
Votre formule ultime est certes lapidaire (et même, lapidatoire) et pas vraiment issue d'un manuel de Nadine de Rote-Child.

Mais je lui reconnais une pertinence qui me dispense de répondre à Lulu*

* A qui je préférerais Lulu la Nantaise, cette bonne guérisseuse des misères masculines.
En tant qu'ex "assimilée-fonctionnaire", je ne peux que soutenir l'argumentaire "béton" d'Ulysse...
J'ai travaillé et dans le privé, et dans le public, et dans l'international... des "branleurs", il y en a partout, surtout haut dans les hiérarchies...

la hiérarchie, c'est comme les étagères, plus c'est haut et moins elles servent...
En tant qu'ex-fonctionnaire, je me flatte d'avoir battu des records d'improductivité, et même de destructivité.
Voté !
Albert-Yves est en forme olympique ces temps-ci.
Pas trop, tout de même, il va attraper la grosse tête...
si ce n'est déjà fait ;-)
gamma
A part ça, s'il existe une cellule de lutte contre l'emploi triple ou quadruple de toute ponctuation expressive sur les forums, j'adhère ; sur le fond tout a été laconiquement dit, mais la forme ...
pensez-vous que Salfra connaisse le fonctionnement des emotes ?
peut-être faudrait-il la mettre au courant..? :-D
Je parlais des "!!!" et des "???" de Ludivine ;)
Et pour Lulu la Nantaise, ah ! Eh bien <3
Ah j'ai eu un doute comme votre message était en réponse directe à Gamma gt...

Peut-être trouverez-vous plus aisé d'utiliser l'extension de gemp qui facile grandement la lecture des forums (et apporte plein de bons trucs).
Euh... Arnault n'a jamais créé aucune entreprise.
Il a repris la boite de BTP de papa, l'a revendu, a racheté la Financière Agache avec l'aide de la Banque Lazard (tiens, tiens..). La Financière Agache possédait déjà Christian Dior Couture... etc

Bref, un héritier reconverti dans la finance, pas un industriel.
Gildas miclet, trop de lucidité peut mener au nihilisme. L'homme a besoin de rêve, de mythes, oui, j'ose le dire, de mensonge, d'idéologie ! Nous ne croyons plus au père Noël, mais il y a Bernard Arnault, inventeur du Luxe !
Moi moi moi m'dame je ne veux pas être pauvre ni moyen.
Donc comme vous le remarquez fort justement, étant donné que le palier directement au-dessus est le patron richissime d'une multinationale, si vous avez quelques tuyaux (c'est loupé pour les parents riches), je vous en serais reconnaissant.
Si également vous pouviez me dire si vous entrevoyez un quelconque lien entre votre définition de "productivité" et, par exemples, les services hospitaliers, scolaires, de sécurité sociale, ce serait top.
Je me doute bien que vous ne reliez pas ce mot avec le fruit du travail, outre celui du fonctionnaire, d'un ouvrier de base.
Bref, dès que vous pensez à quelque chose, à quoi que ce soit, je prends.
Merci d'avance.
Hey, Fan, voté pour tes questions, elles sont bonnes.
C'est gentil, merci :)
Espérons que les réponses que ne formulera pas l'intéressée soient à la hauteur...
Y'a un trou béant avec un panneau 'troll' juste devant, et vous contournez le panneau pour sauter dans le trou, vous autres...
@ Moonathalouk,

Pourtant si, je me force à lire ce canard depuis un bail (surtout pour Pierre Marcelle qui sauve l'honneur perdu) mais j'avais l'impression que ça s'était accéléré depuis Demorand (je concède que faire pire que Joffrin relève de la gageure).
Ceci dit, dans le genre, Marianne fait fort aussi avec sa couv' sur les 50 responsables de la crise toujours en place.
Quand on sait que Szafran, piégé par Carles, avait reconnu en off avoir fait campagne pour Hollande qui avait pourtant juré que "son adversaire, c'était la finance sans noms ni visages ni adresses"; ça ne manque pas de sel, ou de foutage de gueule, au choix.
J'ai longtemps acheté ce journal. Les reniements ont commencé avec l'introduction de la pub.

J'ai arrêté avec l'arrivée de Monmond conditionnée par une baisse (pour rester poli) du pouvoir de contrôle des journalistes. Je ne l'achète plus qu'occasionnellement.
Libé a toujours fait des jeux de mots laids (pour les gens bêtes) dans ses titres.
Et c'est là que se vérifie le paradoxe de Lapointe* : "un calembour n'est bon que s'il est mauvais".

*Boby
où est le jeu de mots dans "Casse-toi riche con!" ?
relisez la discussion...
Avec la mondialisation, la facilité des échanges, l'Europe, la nature humaine, l'emploi.... tout est complexe, et demande de la hauteur, de la réflexion. Ce que fait Libération est destiné à faire mousser, faire du bruit, provoquer, rester donc en surface. C'est nul, c'est minable, et cela fait vraiment pitié. Et là où c'est dommage, c'est que Libération en faisant cela va vendre 10000 exemplaires de plus pour ce jour là , mais va continuer à détruire sa réputation et donc à vivre l'érosion de ses ventes... et dans quelques années Libé mourra faute d'avoir su vraiment faire du journalisme, alors que LVMH continuera de grandir. Comme Arrêt sur Images. Comme ceux qui essaient de bien faire leur métier, quoi. Qu'on les aime ou non. Je n'aime pas LVMH ou Bernard Arnault, mais la "une" de Libé me les rend sympathiques.
[quote=Daniel Schneidermann]
La France sera sauvée par le ternaire.
Mais loin des symboles, ce sont les ingrates mesures fiscales, dans leur aride complexité, qui diront la réalité de la politique du gouvernement.

En effet, la pierre de touche est bien en relation avec ce que vous appelez la "réalité de la politique du gouvernement": la question est celle de la (plus ou moins) juste (ou non) correspondance des mesures fiscales aux symboles et à l'imaginaire qui s'y trouve associé. Mais le symbolique et l'imaginaire ne doivent pas être pour autant raillés simplement, car ils ne sont pas moins importants que le réel qui doit être défini si l'on ne veut pas sacrifier à l'illusion de "la réalité", laquelle n'est jamais que l'imagination que l'on s'en fait. Le mot réalité est trompeur en effet qui en français renvoie à "chose" ou "objet" "extérieurs", indépendants de l'idée que nous nous en faisons. Aussi Lacan* lui opposa-t-il le réel qui, lui, revient, "blessant", toujours au même endroit. De sorte qu'il faut soumettre le "ternaire" symbolique et imaginaire républicain (Liberté, Égalité, Fraternité), qu'ironiquement vous évoquez, à l'épreuve du réel effectif. La "réalité" s'avère être ainsi, non point celle de "la politique du gouvernement", mais ce à quoi, plutôt, il doit s'accorder, ainsi que le pays. Il s'agirait, autrement dit, de passer du ternaire Liberté, Égalité, Fraternité, plus imaginaire encore que symbolique, au ternaire analytique effectif: Réel, Imaginaire, Symbolique.

*Dont la référence à Hegel est, en l'occurrence, décisive: le "réel" chez Lacan renvoyant au wirklich: l'effectif de l'hégélienne Philosophie du Droit et non à ce dont la "réalité" serait indépendante de l'épreuve que nous en faisons.
Quelle inertie dans la presse.
Hé ! Ho ! Sarko c'est fini...
Alors la vulgarité de tous ces titres ça devrait être fini aussi.
"Libé ne craint donc pas pour ses budgets publicitaires. "
Cela ne le met pas à l'abri de la connerie.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.