36
Commentaires

Arnaquer les journalistes pigistes, mode(s) d'emploi

Entourloupes aux congés payés, refus de payer en salaire, articles jamais rémunérés... Maillons indispensables au fonctionnement des journaux, télés et radios, les journalistes rémunérés à la pige - c'est-à-dire à l'article, au reportage - sont de plus en plus victimes de rédactions qui ne respectent pas leurs droits. Plongez dans le quotidien (souvent usant) de celles et ceux qui font les médias que vous lisez, écoutez et regardez.

Commentaires préférés des abonnés

dans la traduction-adaptation audiovisuelle (sous-titrage, doublage), on connaît les mêmes problèmes, et ça a commencé il y a plus de 15 ans : avec le marché du DVD, les tarifs ont baissé, les délocalisations ont commencé, les boîtes ont eu recours à(...)

Approuvé 12 fois

Ce qui est formidable avec le travail des autres c'est qu'il est bien moins fatiguant et beaucoup plus facile que le sien propre qui, lui, est très difficile et tout à fait épuisant. C'est ainsi que les fonctionnaires sont tous des feignants qui se t(...)

Je vote pour un cdi de Justine à ASI! Elle est excellente et a déjà fait ses preuves, il y a bien des annnees.

Derniers commentaires

Le même sort est réservé aux scénaristes avec le "précepte" : "On vous fournit une visiblité..." contre un travail mal payé voire gratuit !

 

Bonjour, 

L'armée de correpondants locaux payés une misère, sans aucun droit sur leur production une fois publiée et qui fournissent quand même régulièrement un travail de journaliste, on en parle un jour ?

Bonjour Justine,

Très joli article. Ma pauvre :-(

Je vous souhaite un CDI.
Et malheureusement de me conforter dans mon choix d'avoir renoncé au métier de journaliste il y a un an par refus de la précarité arrivé à un certain âge.

Bonne continuation à vous.

Merci pour cet article très fouillé. Manque malheureusement un encadré sur la situation à @si, indispensable pour un article sur ce sujet. Quelle politique de la pige ? Quels tarifs ? Quels délais ? Tout y est-il pour le mieux pour les pigistes éventuels, ou y a-t-il des problèmes ? Merci!

Merci pour votre article approfondi. Beau travail !

Bonjour,

Merci  pour votre papier. La situation que vous décrivez n'est malheureusement pas nouvelle. J'ai pendant de nombreuses années rédigé des articles pour un magazine professionnel. Ils ont toujours été payé en...droits d'auteur. Comme mon activité principale n'était pas journalistique mais liée au domaine professionnel du magazine j'ai pu à de nombreuses reprises proposer des thèmes qui, la plupart du temps étaient acceptés. Il faut dire que dans ce groupe de presse l'équipe de journalistes , équipe minimaliste, rédigeait des papiers dans des domaines très divers dont elle  semblait ne rien  connaître du moins dans celui qui était le mien. J'ignore si cela constitue un plus pour des journalistes ...Ils  me donnaient  parfois l'impression de découvrir une profession alors que je pensais naïvement  que ce titre professionnel aurait été fondé à apporter des infos plus consistantes que celles contenues dans un gratuit mais bon, c'était un avantage appréciable pour moi. En revanche, comme j'assistais aux travaux de congrès internationaux pour en rendre compte et que je devais prendre en charge mes déplacements et hébergement, les règlements souvent tardifs dus aux bugs récurrents comptables que vous évoquez...ne couvraient pas parfois l'intégralité de ces frais. Cette situation m'a amené à mettre fin à cette activité pourtant passionnante lorsque la rédactrice en chef m'a proposé pour mon ultime collaboration un nombre de signes vraiment dérisoires. Inutile de dire que cette activité en revanche ne m'a rien apporté pour abonder ma maigre retraite actuelle. Faut pas rêver..

Merci pour cet article,


Cela me conforte aussi dans le fait que nous, les lecteurs, avons aussi une part de responsabilité, Internet nous habitue à tout trouver gratuitement sans se demander le travail que cela nécessite.

Après on râle parce qu'il y a trop de publicité, on veut de la qualité. Serait-on prêts à ne pas être rénumérés lorsque l'on passe des heures à travailler ?

La qualité, la patience nécessaire à certains papiers, se payent et plus nous serons nombreux à le reconnaître et à y prendre part (dans la mesure de nos moyens, mais les plus radins ne sont pas les plus pauvres !), meilleure sera l'information et plus diverse.


Pour approfondir le sujet lire : "Travail gratuit : la nouvelle exploitation ? " par Maud Simonet Éditions textuel

Je vote pour un cdi de Justine à ASI! Elle est excellente et a déjà fait ses preuves, il y a bien des annnees.

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Article d'utilité publique, merci Justine.

De manière générale, on manque trop d'articles sur les conditions de production de l'information. Passionnant d'en apprendre enfin davantage.

dans la traduction-adaptation audiovisuelle (sous-titrage, doublage), on connaît les mêmes problèmes, et ça a commencé il y a plus de 15 ans : avec le marché du DVD, les tarifs ont baissé, les délocalisations ont commencé, les boîtes ont eu recours à des stagiaires longue durée ; dans le même temps, le développement des technologies numériques et du haut débit ont isolé les free-lances les uns des autres (auparavant, on avait des postes de travail dans les entreprises donc on se côtoyait physiquement)... 


les tarifs ont continué à baisser avec l'explosion du nombre de chaînes (et le fléau de la téléréalité) et la recherche de rendement... parallèlement, les intermittents -les vrais, pas les permittents- ont été délaissés au profit des "auteurs indépendants" (pas de cotisations patronales, pas de congés payés, paiement à 60-90 jours voire plus parfois, voire jamais), et plus récemment on a vu des collègues obligés de prendre le statut d'autoentrepreneur pour pouvoir être rémunérés... c'est devenu aussi une activité "argent de poche" pour certains étudiants et fansubbers car depuis quelques années, c'est Netflix qui achève nos métiers ! sans oublier la reconnaissance vocale et autres joyeusetés de l'IA, qui ne sont pas du tout au point mais qui sont utilisés comme menace -avec la délocalisation- si on osait encore l'ouvrir... 


au final, les rémunérations ont facilement été divisées par 2 ou 3 en 15-20 ans - tarifs forfaitaires injustes, prix au feuillet en baisse constante, etc. - sans qu'on n'y puisse rien... à part changer de métier ou travailler à la chaîne 60+ heures par semaine (si toutefois on trouve du boulot), pas de salut si on veut espérer s'en sortir financièrement ! et pour la qualité du rendu, évidemment, on repassera... d'autant que la phrase relecture a été largement abandonnée pour réduire encore les coûts - même chez Arte, je le signale au passage, ils ont cédé aux sirènes du low-cost et font appel en partie à des multinationales qui délocalisent allègrement (ex : Lylo)


bref, résultat, aujourd'hui, la déprofessionnalisation de ces métiers s'accélère (ex : Le Média fait appel à des bénévoles pour sous-titrer les vidéos)


NB : il y a 10 ans, quand certains journalistes encensaient le fansubbing, on a été bien dégoûtés -Télérama a reçu pas mal de courrier de membres de l'ATAA- et on se disait que pourtant ces journalistes auraient dû comprendre notre situation, et qu'ils avaient bien du souci à se faire pour eux-mêmes, avec l'explosion des blogs, des réseaux sociaux... eh ben voilà, on y est !

Pigiste dans les années 70, j'étais affilié aux Congés Spectacles, car l'ORTF payait ses pigistes sous le statut des Intermittents. Au bout de quelques années de "piges " régulières, on accédait à cette catégorie ahurissante de "PPF = Pigiste-Permanent-Forfaitaire, un salariat régulier, un quasi-CDI, mais Chut-il-faut-pas-le-dire. Lors de l'éclatement de l'ORTF, il y avait ainsi, selon l'audition de E.Guibert du SNJ le 9/12/74 au Sénat "147 pigistes permanents, répartis en quatre listes distinctes, auxquels il fallait ajouter d'autres effectifs qui n'étaient pas inclus dans les calculs effectués par la direction générale de l'ORTF " (Rapport d'Information du Sénat N°196 - pages 16-17). Ça s'est bien terminé pour moi... mais il y a eu de la casse!

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Deux jours si on ne connaît rien au sujet ? Vous avez essayé pour voir ?

Perso, vu la masse d'infos qu'il y a de synthétisée (une trentaine de liens donnés, législation, rapports, presse, actu etc.), j'aurais dit plus que ça et en connaissant déjà le gros du sujet.

Du moins, si on fait un travail original, qu'on prend un minimum le temps de chercher ses propres infos, de vérifier les sources, qu'on ne se contente pas de re-écriture de l'enquête d'autrui ou de  re-exploitation d'un boulot déjà vendu ailleurs (faut bien rentabiliser...).


P.S. : 13 feuillets avec une moyenne de 68€ = 884 €.

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Il n'existe pas de patron de gauche ..... par définition ....... ou alors comme il existe des poissons volants dixit Jean Gabin.

Vu le ton, je me disais que vous aviez une expérience de la chose mais en même temps, ça ne correspond pas à la mienne qui serait plus proche de ce qu'on voit dans cette discussion plutôt du côté com' :


"Publi-Rédactionnel ( 1500 signes) : 450 à 700 € brut mais tout dépend du temps et de la complexité du sujet et du temps de réunion/briefing nécessaire.
Article ( 3000 signes) : 300 à 500 € brut
Article (6000 signes): 600 à 900 € brut
Dossier ( 12000 signes) : 1200 à 2500 € brut

(...)
Un rédacteur en agence de communication, par exemple, est facturé 500 € HT jour. Un consultant com, en moyenne 450 € HT jour. Ce qui me semble beaucoup plus juste et donne une plus claire mesure à chacun de ce que représente la rédaction (incluant investigation, conseil, corrections, réunion, etc).
"


Et on a ce commentaire d'une journaliste pigiste :

"Je ne crois pas que ce soit exactement le propos de ce baromètre mais en tant que journaliste pigiste débutante je voulais rapporter que j'ai été payée 46 euros un article de 5000 signes qui avait réclamé rencontres et déplacements. Pour les journaliste, mais il n'en va sans doute pas de même que pour les rédacteurs-communiquant, le feuillet tourne plutôt à la moitié du prix que vous avez évoqué, soit 50 euros.
Ces deux chiffres sont révélateurs d'une certaine réalité pour les journalistes débutants, mais n'ont certes pas valeur normative!
"


En gros, 3000 signes est à peu près une journée de rédacteur en com' et 13000 signes comme vous disiez, ça serait dans les 4-5 jours de boulot.

Je ne sais pas le temps que Justine a passé sur ce papier, mais perso, en tant que responsable éditorial j'aurais accepté sans problème qu'elle parle d'une semaine de délais pour recherches et rédaction, qu'on évite de la pisse-copie vite faite à partir du travail des autres.


P.S. : je confirme les tarifs indiqués ici en pub/com' en 2010 : facturations à 450-500 € HT la journée, montants qui ne signifient pas une rémunération à 10000 €/mois (500 x 20) d'un rédacteur vu que c'est du brut intégrant des frais d'entreprise, pas du salaire direct.

Ce qui est formidable avec le travail des autres c'est qu'il est bien moins fatiguant et beaucoup plus facile que le sien propre qui, lui, est très difficile et tout à fait épuisant. C'est ainsi que les fonctionnaires sont tous des feignants qui se tournent les pouces à longueur de journée, c'est bien connu. C'est ainsi également que Justine gagne 10000 euros nets par mois en bossant 5 heures par jour, 20 jours par mois, les doigts de pied en éventail dans sa chaise longue au bord de sa piscine olympique.

Encore, Justine c'est rien. Pensez seulement  que le propriétaire de ce site, qui coule présentement des jours heureux dans un paradis spécialement dessiné pour les hapi fiou, se fait au bas mot plein de doublezons plaqués or.


Le bruit court d'ailleurs qu'il est attendu à Brégançon.



Justine est une jeune pigiste ? 

On est «  jeune » pendant combien d’années dans ce boulot ? 

Oh Bruanne n'exagérez pas, je n'ai ma carte de presse que depuis 2009... ;)

Encore quelques années pour qu'enfin la "Brabant sonne " le glas des barbier et aphatie....

"Depuis 2009."


Cela fait dix ans (au moins)  que votre talent éclate.  


Vous faudra-t-il encore dix ans pour que ce talent soit reconnu à sa juste valeur ?


Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.