64
Commentaires

Après la "mauvaise vie", Mitterrand face à son "copain Rachid" ?

 

Derniers commentaires

Bonsouuuaaaaarrrr (comme dirait quelqu'un)

Bon, vous savez, cette discussion n'est pas inintéressante, mais c'est un peu de l'enculage de mouche, on dirait des mondanités...
Je dis ça parce que j'ai failli pleurer cet après-midi en lisant un article de blog d'un avocat, maître Mô, sur la pédophilie, la vraie.
Croyez moi, c'est tout autre chose que l'éveil à la sexualité de ces enfants (même si Rachid est plus grand que le petit blond).

Il ne faudrait pas minimiser la question de la vraie pédophilie. Je vais mettre un lien. Si vous prenez le temps de lire ce billet de maître Mô, qui est un peu long car complet, vous verrez ce que c'est que la pédophilie. Ce lien est terrible. Moi ça m'a bouleversé, meurtri, j'ai projeté l'image de ma fille sur celle de la petite victime et j'ai vraiment été à 2 doigts de pleurer vraiment. Ce lien envoie sur quelque chose de difficilement soutenable, mais c'est la réalité. Pas en Thaïlande, en France. Son aspect "ordinaire" est plus terrible encore. Lisez-le et après vous comprendrez que ce petit film sur Rachid est bien gentil, insignifiant, sans intérêt. Et puis après vous n'aurez plus envie de vous exciter sur Mitterrand, vous comprendrez qu'il ne faut pas prendre des vessies pour des lanternes.

Voilà... Ça s'appelle petite fille : http://maitremo.fr/2009/10/14/petite-fille/
J'ai vu "Mon Copain Rachid" lorsqu'il est passé à la télé, il y a quelques années.

Il m'a tellement choquée que je m'en souviens à peine.
C'est Rachid et sa "grosse bite" le "mauvais souvenir marocain" de Frédo?
"Ce film est une œuvre de fiction, sujette à autant de lectures que de spectateurs"

Voilà qui me renvoie à un échange venimeux entre un lecteur de Télérama et le rédac'chef. Ce lecteur s'indignait que, pour annoncer un téléfilm, le journal ait montré les enfants du film en tenue légère et mouillée ne laissant aucun doute sur le fait qu'il s'agissait de garçons. Le rédac' retors répond au lecteur que c'est son regard qui est sale. Le lecteur têtu demande pourquoi c'est cette image qui a été choisie sur 24000. Eh ben là, plus de rédac'.
Par contre là, qu'@si relai ce genre d'information, je ne suis pas vraiment d'accord.
Là il s'agit tout bonnement de propagande d'extrême droite. Le genre d'info qu'on aime publier sur les sites facho pour laisser libre champs aux commentaires homophobes, et puritain à souhait, qui veulent nous faire croire (et se faire croire) qu'a dix ans on ne peut que jouer aux Légos et souhaiter devenir astronaute.

Film médiocre ou pas, il s'agit de touche-pipi, et de questions sur la sexualité des plus jeunes, je ne vois pas où est la pornographie pédophile. Mais j'ai l'impression que derrière l'indignation facho se cache en fait l'idée toujours tenace chez certains homophones de base qu'on choisi de devenir homo et que c'est certain évènements de notre enfance qui nous en donne le gout.
Ca n'a pas parce que le FN dit quelque chose qu'on n'a pas le droit de le reprendre à son compte si on pense que c'est vrai. Sinon c'est la meilleure manière d'alimenter leur discours de victime de censure contre les puissants.

Sur le film, je ne sais pas s'il s'agit d'une propagande pour la pédophilie, mais comme je l'ai expliqué sur Numerama l'interprétation peut s'y prêter. C'est beaucoup moins clair que ce que vous dites :
"C'est en effet la petite tête blonde du narrateur qui demande sans relâche à Rachid de pouvoir regarder son sexe, et qui insiste même pour le toucher. Il va jusqu'à payer à de nombreuses reprises (avec de l'argent volé à sa mère) pour que le jeune adulte lui donne ce plaisir. Pour nous faire comprendre que les relations ne s'arrêtent pas là, le réalisateur invente cette scène métaphorique où Rachid invite le jeune Eric à monter sur la "grosse bite" qu'il a construite "pour aller au ciel". "C'est comme une fusée, il faut juste grimper dessus et on va où on veut", lui raconte Rachid. Les deux "volent" ensuite sur l'objet avec une joie ostensiblement partagée. Mais Eric "ne sai(t) plus si ça s'est passé réellement ou pas". Car tout l'objet du film est de dédramatiser l'homosexualité enfantine, ou la pédophilie - on ne sait plus très bien, par le choix des personnages, distinguer l'un et l'autre. En plus de montrer que la sexualité est réclamée par l'enfant et non pas imposée par l'adulte, le film nie le traumatisme que peut être une telle expérience pour un gamin comme Eric. Devenu adulte, le narrateur est un homme très heureux et équilibré, qui a fondé une famille exemplaire. C'est Rachid qui a sombré dans la prostitution."
Ce film est une œuvre de fiction, sujette à autant de lectures que de spectateurs.
Si certains y voient une propagande pour la pédophilie, c'est leur problème, si l'on
commence à écrire en fonction des pensées les plus tordues des plus tordus des
spectateurs autant changer de métier ou écrire des scénarios pour Walt Dysney.
Moi ce film, je le trouve médiocre (mode ironique on) et teinté d'homophobie et de racisme ,
la preuve: si vous guérissez de vos tendances homo vous réussissez dans la vie, fondez
une famille, vivez dans l'aisance. Si vous êtes homo (et arabe en plus!) vous êtes condamné
à la prostitution. (mode ironique off)
Je ne vois pas dans ce que vous décrivez (et dans les extraits vidéo ci-dessus) ce qui pourrait être de l'ordre de la pornographie infantile.
Il faut arrêter de croire que le monde des enfants, n'est rempli que de princesses, de voitures télécommandées et de nounours en peluche.

Personnellement à 9 an je jouais avec mes cousins à nous montrer no zizis. Mon meilleurs ami m'avait raconté comment il s'amusait à fouiller le sexe de leur voisine de 8 ans, avec un bâton, alors qu'il n'en avait que 10. Puis devant un catalogue des 3 Suisses, je ne connais aucun gosse qui ne va s'arrête QUE devant la page des fournitures scolaire, (si vous voyez ce que je veux dire...héhé).
Et je ne trouve pas que ça nous a empêché de nous construire.

Enfin, ceux qui voient de la pédophilie dans ce genre de film, sont, à mon avis, ceux qui croient que le monde de l'enfance est dénué de sexualité ou du moins de question relevant de cela, ce qui est complètement faux. Et qu'il soit bon ou mauvais, on doit juste reconnaitre à ce film la bonne idée de traiter de ce sujet là.

Ca n'a pas parce que le FN dit quelque chose qu'on n'a pas le droit de le reprendre à son compte si on pense que c'est vrai. Sinon c'est la meilleure manière d'alimenter leur discours de victime de censure contre les puissants.
Je ne dis pas qu'il faut s'interdire toutes références aux sites d'extrême droite. Je dis que dans ce cas là, on aurait pas du y faire référence, car il n y a rien dans l'info qui le justifie.
le" copain rachid" présenté sur cette version raccourcie, n'a rien de scandaleux et n'est pas un élément à charge contre f. mitterrand; attaquer ce film et en faire une preuve contre lui, contient la dérive de l'homophobie...et finit par servir sa "défense", dans un gouvernement sécuritaire. Excellente émission cette ligne jaune
Mon cher Dan (si vous me permettez cette familiarité),

Vous avez coupé les deux secondes où l'on voit ''le sexe masculin''.
Du coup, la sequence devient plus neutre et moins choquante...

Par ailleurs, dans le générique de fin de la version sans voix off, le nom de F Mitterand est bien inscrit au générique (direction artistique il me semble)...

Alors, parti pris de votre part ?
attaque nullisime, relayée par le post, cela ne m'etonne pas , ce qui m'étonne que que DS garde guy biren............... qui fait les poubelles avec maintenant le fils de de villiers
Tellement surprenant les réactions de tous dans cette affaire.
Je suis veritablement étonné que les court metrage et le livre autobiographique de fréderic Mitterand ne pose problème que lorsque ce dernier
soit devenu ministre de Sarkozy,
serait ce parcequ'il représenterait la France à l'étranger? oubliez vous qui fût avant ça le patron de la villa Médicis en Italie?
Non tout ça lui tombe sur le coin de la figure que depuis qu'il a prit bien malheureusement la défense d'un agresseur de petite fille tout réalisateur de talent soit il.
Comme dit l'expréssion" les gens ne parlent jamais autant d'eux,que lorsqu'ils parlent des autres...." .
Ben voila Fréderic, maintenant que tu as pris la déffense de ce criminel tu as parlé de toi et fais parler de tes "Oeuvres".
C'est affreux mais je pense à Christine Albanel,qu'est elle devenue la petite,depuis son débaquement du gouvernement.
Que pense celle qui du apprendre son départ du ministère de la bouche même de celui qui la remplaçat;avec fort peu d'élégance de la part de son successeur dailleurs.
[quote=le prix du meilleur court-métrage au festival de New York en 1999]

Vous avez une source, autre que le site du metteur en scène, pour ce prix.Et de
quel festival s'agit-il? A ma connaissance ce film n'a été présenté aux US que dans des festivals de
films gays et lesbiens.
Je suis aussi assez perplexe quand à l'accueil critique pour un film
aussi médiocre.
Je suis en désaccord avec la présentation qui est faite sur votre plateau de Mon copain Rachid ! Pourquoi ?

D'une part, Mitterrand bien que n'ayant pas produit...le court métrage, bien que n'étant pas proche du réalisateur...donne,par sa participation, une caution culturelle et intellectuelle au film, c'est évident. Que dirait on d'un intellectuel de renom qui signerait la préface d'un livre ! Cet argument ne tient pas !

Par ailleurs, sur le fond, ce qui est susceptible de faire débat, c'est me semble t il, la difference d'âge des deux garçons, l'un est sans aucun doute un enfant -non pubère-, le second est un adolescent -clairement pubère- qui à l'image semble avoir atteint l'âge légal en France de la majorité sexuelle( 15 ans) et là peu importe l'âge réel de l'acteur. C'est ce décalage là qui est dérangeant et qui peut apparaître comme symboliquement pédophilique. Or on est justement dans le symbolisme.

De plus, on est très loin de l'ambiance enfantine du "touche pipi" et de "à celui qui pissera le plus loin", où ces questionnements légitimes sont mêlés à d'autres jeux et à d'autres centres d'intérêts juvéniles. Le caractère obsessionnel de l'intérêt du plus jeune pour le sexe de son aîné crée un malaise persistant. Cette obsession dans la vraie vie, si l'on sort du conte, conduirait cet enfant illico presto- pour suspicion d'abus sexuel- chez le pédopsy!

Enfin, faire endosser cette obsession - qui dans la vie réelle pourrait être perçue comme potentiellement pathologique- même dans une fiction, par un enfant de 9-10 ans qui jouera concrètement le rôle, sans être en mesure d'en mesurer les tenants et les aboutissants en termes d'image de lui même, des autres...Tout cela pose question, à 9-10 ans est on en mesure de choisir un rôle comme celui ci qui interroge la sexualité alors que précisément on n'est pas encore entré dans la puberté ? Ce questionnement dépasse le tuteur légal de l'enfant et interroge l'ensemble de la société ?

Non, Mon copain Rachid nest pas si anodin !

Louve
Je pense que compte tenu de votre article qui le disculpe en quelque sorte sur ce coup-là je ne comprends pas pourquoi vous avez mis en titre 'Mitterrand face à SON copain Rachid à mon avis le juste titre devait être Miterrand façe à 'mon copain rachid" non ?
Une excellente réflexion de Seb Musset sur la politique du bruit.
Puisse cette réflexion inspirer ceux qui choisissent les sujets ici!
Inspiré d'une note récente de DS :
Quels articles, quelles émissions, quels documentaires, ont si scandaleusement désinformé les Français sur Frédo Mitterrand, que cela mérite une émission, davantage que les sujets que nous ne traitons pas sur le site ?
Encore ! ... Frédéric Mitterrand commence à me devenir sympathique... C'est dire...
Ce que voulait faire comprendre le billet de Numerama, c'est l'ambivalence du comportement du gouvernement.
Il y a aussi l'évolution des mœurs.
Le chapitre 11 de la mauvaise vie n'a pas gêné lors de sa sortie, aujourd'hui on y voit une apologie du tourisme sexuel.
Pour mon copain Rachid, de fable onirique il y a 10 ans, aujourd'hui on peut y voir un film pédo-pornographique.
Pour le livre de Coen-Bendit, lors de sa sortie non plus il n'y a pas eu trop de problèmes ; aujourd'hui on pourrait crier au pédophile.
Tout est question des mœurs de l'époque, et celles-ci évoluent.
Pour l'ambivalence du gouvernement, alors qu'il s'acharne à vouloir faire passer une loi prônant la présomption de culpabilité (HADOPI), il demande la présomption d'innocence pour M. Mitterrand.
La présomption d'innocence doit être pour tous.
Il faut-être cohérent, sinon on perd toute crédibilité.
Quand vous êtes enrhumé et que vous prononcez le nom du ministre, ça donne : biterrand.

Bon, voila, c'est tout.
Mitterrand, remise à plat, la chronique de Daniel enfin lisible par tous sur le site de Libé'. Pourquoi faut-il aller si loin pour lire quelque chose que nous devrions trouver ici ?
Juste pour préciser, ce qui me semble être dans votre texte une légère inexactitude. Vous écrivez à propos du texte parut sur Numerama "Le lendemain, le site tempère toutefois ses propos."
D'abord le texte ne tempère rien sur le fond mais veut préciser le sens de l'article initial, qui avait manifestement échappé a certains de ses lecteurs. Il s'agit plutôt de tempérer les réactions liées à une mauvaise compréhension du texte. Par ailleurs ce n'est pas le lendemain mais le jour même.
Que les enfants aient des envies de sexe hétéro ou homo entre eux, ce n’est pas un scoop, ça doit bien remonter à Caïn et Abel. Que des adultes les filment à se tripoter le vermicelle et le reste pour les montrer à d’autres adultes, ça remonte à l’invention du cinéma. Et, s’il faut en croire les policiers chargés de la pédo-criminalité, ça inonde les sites prohibés.

Ah oui, mais ici c’est de l’Art, estampillé comme tel par x médias, entre un article contre les vilains pédophiles et pour les malheureux enfants-soldats.

Alors, ben, on dit plus rien.

(Les policiers susnommés me disent que dans la gadoue qu’ils brassent, il y a des saloperies d’une qualité artistique qu’à côté Hamilton c’est un petit bricolo. Comprend plus, moi :-)
Numerama ne tempère pas son propos mais l'explique à ceux qui l'ont mal lu ou pas lu en entier, ceux dont vous faites partis visiblement.

en rien ils ne lynch FM au contraire.

merci de m'avoir fait découvrir cet article.
"cette affaire Mitterrand commence à être très lassante"

Noooon... Qu'allez-vous chercher-là ?

"il y a d'autres sujets d'indignation"


Ta-ta-ta ! Prouvez-le !
bonjour
je me demande si il ne faut pas passer à autre chose... cette affaire Mitterrand commence à être très lassante. Le Dandy ne semble pas vouloir démissionner, pour le moment, et il y a d'autres sujets d'indignation.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.