165
Commentaires

Antisémitisme : le nommer, hélas

Bien sûr, on a toutes les bonnes raisons d'être méfiant à l'égard de Dominique Reynié

Derniers commentaires

Bon, le problème des français, c'est le Judaisme, ou... L'Islam ?
Désolé, mais je bute sur un mot : Borborygmatique.
C'est ça ?
Daniel ferait bien de se documenter un peu plus, au lieu de céder comme tout les media à l'interprétation abusive de faits divers, et au mot d'ordre OBLIGATOIRE stipulant qu'il y aurait un avant et un après Charlie.

La vérité est qu'il y a une montée globale de l'"intolérance" à l'égard des minorités depuis 2009, mais que dans ce cadre les Juifs et les Noirs jouissent d'une bien plus grande tolérance que les Maghrébins et les Musulmans (ces deux sous-populations étant évidemment largement superposables).

Pire, l'indice de "tolérance" - qui fait la moyenne de réponses à une série de question supposées mesurer cette tolérance, du type telle minorité "forme un groupe à part", ou le degré de condamnation des insultes racistes ("sale juif", "sale arabe" etc...) - subit une chute dramatique en ce qui concerne les maghrébins et les musulmans depuis 2009: l'indice de tolérance passant respectivement de 72% à 58% pour les premiers, et de 62% à 51% pour les seconds.

Autrement, dit, un français sur deux rejette globalement la minorité musulmane et 6 français sur 10 rejettent la minorité maghrébine, alors que cette proportion passe à 1 sur 5 en ce qui concerne les juifs.

Ca n'est pas dit dans le rapport de la CNCDH, mais il n'est pas étonnant que, si les deux résultats concernant les musulmans et les arabes se recoupent, il est plus admis socialement de rejeter une minorité pour des raisons religieuses que pour des raisons "ethniques": l'islamophobie est une forme euphémisée de racisme anti-arabes, et il est donc plus facile de l'assumer qu'un racisme anti-arabes de base.

Sur cette base, on peut dire sans risque qu'un français sur deux rejette globalement les arabes, ce n'est pas la peine de se raconter d'histoires.

Le niveau de condamnation des insultes - du type "sale...." - est assez éloquent: s'il est plutôt rassurant de voir que globalement, 3 sondés sur 4 réclament des condamnations de ces insultes quel que soit le groupe visé, certains sont légèrement "plus égaux que d'autres":
-"sale français" est l'insulte la plus condamnée (à 85%).
-la condamnation de l'insulte "sale juif" vient juste derrière (à 82%), et est en HAUSSE par rapport à 2012 (76%).
-la condamnation des insultes "sales arabes" et des "sales noirs" est partagée par 80% des sondés.
-la condamnation de "sale rom" arrive en bon dernier, avec 76%.



Comme on peut le lire à travers l'enquête de la CNCDH et un papier de D Vidal dans le Diplo, les opinions antisémites sont donc un phénomène marginal en comparaison de l'islamophobie qui est en train d'"exploser".

Ce qui est indéniable, en revanche, c'est la montée explosive des ACTES à caractère antisémite, en réalité depuis 2002: mais contrairement à ce que sous-entend Daniel, personne n'a jamais refusé de NOMMER ce phénomène.


Puisque l'antisémitisme est plutôt en recul par rapport à la décennie précédente dans la société prise dans son ensemble, mais qu'il est de plus en plus virulent dans les ACTES, tout l'enjeu est de savoir si il existe des sous-populations, elles-mêmes minoritaires, mais chez lesquelles le taux d'antisémitisme serait très élevé: compte tenu des évènements récents, il est tentant de désigner les arabes et musulmans de France - et accessoirement les supposés "islamo-gauchistes", idiots utiles de Dieudonné et Soral.


Or, globalement, l'antisémitisme - mesuré par l'addition des personnes qui répondent au moins une fois affirmativement aux énoncés suivants: pour les juifs français "Israël compte plus que la France", ils "constituent un groupe à part", ils "ne sont pas des français comme les autres" et 'ils "ont trop de pouvoir" - est très fortement corrélé à l'islamophobie (41% de l'échantillon), ce qui montre en premier lieu que les antisémites sont en premier lieu des racistes anti-musulmans.

Plus parlant encore, ce rejet croisé des juifs et des musulmans est très marqué à droite: 63% des gens classés à droite (67% pour l'extrême droite) rejettent simultanément juifs et musulmans, contre 23% des mêmes personnes classées à gauche.

En revanche, les "islamophiles" antisémites - gauche et droite confondues - ne sont que 17%, et la cible préférée de l'ignoble traficoteur de sondages D Reynié, à savoir les "islamo-gauchistes" antisémites représentent 23% des sympathisant d'extrême gauche, ce qui est certes un peu plus que la moyenne - mais à comparer avec les 63% de gens de droite islamophobes ET antisémites.

La FONDAPOL de Reynié, qui cherche à déloger l'antisémitisme chez les musulmans et les islamo-gauchistes masque l'essentiel: l'antisémitisme est avant tout l'affaire des réacs de droite et d'extrême droite.

Plus loin, concernant ces deux sous-populations - musulmans et gauche radicale - partout accusées dans les media réacs (cf E Levy, Finkielkraut etc...) de cette fameuse nouvelle judéophobie, la CNCDH a l'honnêteté de reconnaître qu'elle est statistiquement introuvable, pour des raisons méthodologiques et de taille des échantillons - précautions qui manifestement n'embarrassent pas Reynié et la Fondapol:

"Mais les effectifs ne sont pas suffisants dans un sondage auprès de 1 000 personnes pour pouvoir explorer sérieusement les préjugés au sein de l’extrême gauche ou des populations issues de l’immigration maghrébine. Et face à un phénomène aussi complexe
que l’antisémitisme, sur lequel l’étude qualitative menée par CSA montre que les interviewés ont plus de réticence à s’exprimer que sur le racisme anti-immigrés et islamophobe, les sondages ont leurs limites."

A noter que cette interprétation suggère que l'antisémitisme serait sous-déclaré, car socialement moins avouable que les autres formes de racisme - une forme d'autocensure - ce qui pourrait masquer une partie de la prévalence des préjugés antisémites, mais rien n'indique que ce biais soit plus élevé chez les musulmans ou les "gauchistes" que chez les antisémites de droite et d'extrême droite.
L'idée de coproduction, dont je comprends la logique, a quelque chose de quand même désagréable.

En admettant que le CRIF abuse de l'accusation d'antisémitisme, et même contribue par ses positions à amalgamer juifs et pro-israelien, ce qui se défend, en quoi le fait de "crier au loup" viendrait justifier l'idée d'une "coproduction" avec les agitateurs antisémites "soralo-dieudonnistes" ?

S'il suffit que des organisations juives se comportent moins qu'impeccablement pour parler de coproduction de l'antisémitisme entre elles et des agitateurs antisémites patentés, c'est quand même mettre sur le même plan des choses très différentes.

Dans l'interview de Roland Dumas par Bourdin il y a un passage qui a moins fait parler de lui, mais qui pousse cette même logique jusqu'à une extrême qui éclairera mon point de vue:

interrogé sur la profanation d'un cimetière juif la veille, Roland Dumas répond: "C’est malheureux, c’est triste, ça rappelle les mauvais souvenirs. Il faut quand même cibler les choses: qu’est-ce qui a provoqué ça ? Il n'y a pas UN fait, mais il y a une atmosphère qui se crée, et cette atmosphère est faite par un certain nombre de gens, dont (BHL) dont je viens de parler"

Or on a beau reprocher beaucoup de choses à BHL, ça reste très injuste de le désigner comme coproducteur des profanations de tombes juives, et un rien malveillant.

Du coup ce genre de logiques a tendance à m'agacer.
On a plus d'infos sur les profanateurs : des "antifas" convaincus, "Pierre B. avait un ennemi déclaré : le fascisme. Il portait des slogans antifascistes sur ses vêtements". Le monde
Bref, confirmation de tout de que je dis depuis un bout de temps sur ces gens là, dont ceux qui fréquentent ce forum, sur l'inversion des significations, la grande mascarade orwellienne, et la fameuse prémonition "les fascistes de demain s'appelleront eux-mêmes antifascistes"
Vote Sébastien Lemar.
Merci Monsieur.
Donc voilà, sur un média de "gauche", soutenu par un certain nombre d'abonnés "dissidents" ou qui se voient comme tels, le patron est obligé de se contorsionner lamentablement pour oser formuler une évidence comme "oui il y a des antisémites aujourd'hui en France". Contorsions insuffisantes d'ailleurs, comme le forum en apporte la preuve, pour complaire à ceux pour qui il n'y a de vrai racisme ou de vrais préjugés que contre les arabes ou les noirs ou les musulmans ou les roms, et/ou pour qui le conflit israelo-palestinien justifie la connerie la plus crasse.
Imaginons une chronique: Racisme: le nommer hélas. Bien sûr, il y a des intégristes, bien sûr il y a des terroristes, bien sûr on a toutes les bonnes raisons de se boucher les oreilles aux cris d'orfraie du Mrap ou des Indigènes de la République, bien sûr il y a mille raisons d'avoir des préjugés anti-musulmans. Mais quand même, il faut s'armer de courage et regarder en face cette chose incroyable: un racisme mutant apparaît.
Voyez la connerie quand même.
Et Imaginons un forum dédié: oh, ça va arrêtons 2 secondes avec ces histoires de racisme et d'islamophobie. Y a des choses plus importantes. Je vous rappelle que des juifs on été tués par des tarés islamisés, alors on reparlera de racisme quand des arabes se feront liquider par des intégristes juifs ou catholiques, please. De quoi ils plaignent les arabes? Quand on voit ce qui se passe dans leurs pays, hein... j'me comprends.

Enfin bref, je ne sais pas si on parle trop ou pas assez de racisme et d'antisémitisme (je dirais trop quand même), mais le spectacle des champions borgnes de l'une ou l'autre cause (qui pourtant devrait être la même), les précautions un peu lâches d'un patron de site pour ne pas trop heurter la frange la plus énervée de son auditoire payant, tout ça me navre.
"Antisémitisme : le nommer"
En réalité ce qu'il conviendrait de nommer, en creux, et les commentaires ci-dessus en témoignent, c'est plutôt le Juif. Car la question qui se pose, finalement, ici et ailleurs, mais tout le temps, c'est bien: l’antisémitisme est-il un racisme comme un autre? Antisémitisme et islamophobie sont-ils équivalents (ou bonnet-blanc et blanc-bonnet, si l'on veut faire le malin)? Le juif et le musulman sont-ils deux figures similaires d'une même haine raciste?
Pour commencer à essayer de répondre à cette putain de question, on peut, peut-être, émettre l'hypothèse (ne vous emballez pas: ce n'est qu'une hypothèse) que si "musulman" relève explicitement d'un fait religieux, l'Islam, juif ne relève de ...rien.
Le juif ou le Juif n'existe pas en soi. Etre juif, c'est possiblement être croyant et/ou pratiquant du judaïsme, mais aussi être juste appartenant à une mouvance culturelle, à un "esprit". C'est aussi possiblement être totalement athée et irréligieux, voire même en se niant comme juif (cf. Chomsky ou Morin). Bref, être Juif c'est rien. Et pourtant l'antisémite sait, lui, le désigner le juif comme Juif. Banquier ou violoniste, rabbin ou lobbyiste, séfarade ou ashkénaze, l'antisémite ne s'y trompe pas: il le "sent" le Juif. Et même Chomsky, l'antisémite il le reconnaît comme juif. Mais un juif particulier, un juif alibi à son fantasme antisémite, puisque lui-même comme Juif condamne le sionisme .
Car, finalement, comme l'a montré Sartre*, le Juif est une invention de l'antisémite. Et, plus que ça, essentiel même pour comprendre l'antisémitisme, ce dernier a créé le Juif privé de terre, apatride depuis toujours (le Juif errant). Il faudrait développer, bien sûr, mais on peut aussi renvoyer à Sartre qui a très largement décrit la relation dialectique Juif/antisémite.
Mais déjà, on voit bien que, le nommer, l'antisémitisme, c'est aussi lui reconnaître un statut particulier dans les haines ordinaires. Le Musulman, l'Arabe, le Noir, ont une existence en eux-mêmes. Quand on veut les "nier", on veut "détruire" l'Arabe, le Noir ou le Musulman, pour ne laisser subsister que l'Homme (ou le citoyen et c'est la démocratie). Et ça peut-être aussi le racisme qui est insupportable et inadmissible.
Mais l'antisémite, lui nie l'Homme pour ne conserver que le Juif. Pour l'antisémite, il est interdit au Juif d'être autre chose qu'un juif. Et c'est tout aussi insupportable et inadmissible.
Mais c'est différent. L'antisémitisme n'est pas une forme de racisme. L'antisémitisme est la mère de toutes les haines ostracisantes, dont le racisme est la forme "ethnique".
Et si l'on admet que l'antisémite a créé le Juif sans terre, alors on comprend mieux ce que peut représenter pour le Juif, juif malgré lui, la terre d'Israël. Et on comprend mieux pourquoi les antisémites sont "parfois" aussi antisionistes (qu'on m'entende bien : il ne s'agit pas d’exonérer ici, bien sûr, l’extrême droite et la droite israéliennes de leurs crimes).
Alors, oui, il faut le nommer l'antisémitisme, parce que même si les ados alsaciens ne vont pas rouvrir Natzweiler, quand même, ils ont bien encore une fois tué à nouveau les hommes qui étaient enterrés à Sarre-Union pour les désigner, encore et toujours, comme Juifs.
Comme disait Sartre: "Pas un français ne sera en sécurité tant qu’un juif, en France et dans le monde entier, pourra craindre pour sa vie."

* Sartre: Réflexions sur la question juive - 1949

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

je viens de jeter un coup d'œil à ce sondage. C'est effarant. Le classement des personnes interrogées en cinq groupes de "niveau d'antisémitisme", se fait en leur demandant s'ils sont d'accord avec des affirmations qui, toutes, commencent par "les juifs". Aucune proposition alternative de type "il y a des juifs qui..."
Le répondant est donc devant l'alternative simple : ou accepter un énoncé structurellement raciste, puisqu'il est formulé en terme de généralité liée au seul critère "juif", ou de faire comme si certains phénomènes n'existaient tout simplement pas...
Or la montée de "l'dentitarisme" juif, moi qui ai vécu ma jeunesse à une époque bénie, et dans un milieu probablement privilégié (de ce point de vue) où ça n'aurait même effleuré personne, qu'il soit juif ou pas, de se demander si l'autre l'était avant de lui accorder son amitié, sa confiance, ou simplement de discuter avec lui, cette émergence d'une "communauté juive" à laquelle s'identifient des gens qui, il y a quelques décennies, auraient jugé immoral de considérer quelqu'un d'abord du point de vue de sa religion ou de sa "race", oui, je trouve que c'est un phénomène qu'on ne peut pas nier, et qui fout les jetons.

Que ce soit bien clair : ceci ne justifie absolument pas l'antisémitisme — pas même sur le mode "leur communautarisme provoque de l'antisémitisme en retour", qui s'apparente peu ou prou à "si elle voulait pas se faire violer elle avait qu'à pas porter une mini-jupe". Mais confondre l'inquiétude devant la montée du communautarisme juif (comme devant tout autre communautarisme) avec de l'antisémitisme, c'est jouer un jeu dangereux.

Et revenons à ce sondage odieux : il est gravement manipulateur, pour une raison liée aux mécanismes incontrolés de réponse. Rares sont ceux qui, devant une liste de propositions, vont jusqu'à adopter la position "extrême" de les réfuter toutes. La liste, par sa structure même, pousse à accepter de cocher au moins une case... l'attitude de l'opposant farouche et systématique n'est pas la plus spontanée. Lorsque l'ensemble des propositions est formulé en termes clairement raciste, le mécanisme manipule donc le sondé (cf les théories de l'engagement), le pousse à faire sienne une de ces propositions, alors que s'il existait des assertions clairement différentes, il les choisirait.
Par exemple, 35% des sondés répondent que "Les juifs utilisent aujourd’hui dans leur propre intérêt leur statut de victimes du génocide nazi pendant la Seconde Guerre Mondiale". Ce faisant, ils avalisent l'idée que "les juifs", c'est un tout, un déterminisme fatal, une identité homogène et incontestable, bref, une race. Pourtant, il y a probablement parmi eux (mais ce questionnaire biaisé ne permet pas de les entendre) simplement des gens qui ont pu, à un moment ou à un autre, être gêné devant quelqu'un qui appelait l'holocoste à la rescousse lorsque ça l'arrangeait de se placer en vicitime : on peut légitimement, justement au nom du respect de ces victimes, trouver qu'il est indigne d'en faire certains usages. Mais on ne leur propose pas "certains juifs.." "il y a des juifs qui..."
D'autres passages du sondage sont aussi un ramassis d'affirmations très orientées ("il nous faut un homme fort"...). Ces items sont sans doute proposés parce qu'ils sont supposés plus clivants, mais justement : est-ce qu'on a vraiment besoin, sur ces problèmes, de porter sur l'opinion un regard qui renforce les clivage, classe aux forceps les uns dans les "pour", les autres dans les "contre" ? Alors que si on veut nommer, penser, il faudrait au contraire comprendre les nuances — nuances qui peuvent parfois susciter des glissements, voire des dérapages, justement lorsqu'on les gomme, lorsqu'on les force à basculer d'un côté ou de l'autre.

"Ifop
pour
la Fondation pour l’innovation politique
Etude sur l’antisémitisme
?
Octobre
2014
4
Construction de l’indicateur d’antisémitisme
Dans ce rapport, les résultats de chaque question sont croisés par un «indicateur d’antisémitisme» dont la construction a été faite à partir des réponses à la question suivante :
Question : Etes-vous d’accord ou pas d’accord avec les affirmations suivantes ?
D’accord
Pas d’accord
Vous ne savez pas


Les juifs utilisent aujourd’hui dans leur propre intérêt leur
statut de victimes du génocide nazi pendant la Seconde
Guerre Mondiale

Les juifs ont trop de pouvoir dans le domaine de
l’économie et de la finance

Les juifs ont trop de pouvoir dans le domaine des médias

Les juifs ont trop de pouvoir dans le domaine de la
politique

Les juifs sont responsables de la crise économique
actuelle
"...c'étaient nos Bien sûr d'avant Charlie. Et d'avant l'Hyper Kacher -car il ne faut pas oublier l'Hyper Kacher, derrière Charlie. Epoque confortable, où on pouvait s'abriter derrière des Bien sûr"

Avant Charlie et l'Hyper Kasher il y avait eu Merah et Nemmouche et d'autres qui avaient fait prendre conscience à certains que la communauté musulmane française est confrontée à un problème d'antisémitisme de la part d'une partie de ses membres. Mais les gens qui essayaient d'attirer l'attention sur ce phénomène, comme Finkielkraut (dont on parle sur ce site surtout quand il s'agit de le livrer à la meute parce qu'il a dit 3000 au lieu de 2000), étaient soupçonnés de faire preuve d' "islamophobie".

Par ailleurs, si le CRIF et Reynié sont co-responsables avec les dieudo-soralistes de l'antisémitisme en France, je me demande d'où vient la haine obsessionnelle envers les juifs dont font preuve l'EI et les autres djihadistes de tout poil en dehors de France...Est-ce qu'ils ont leur version de l'association CRIF-Reynié-Dieudo-Soral?
Bien sûr, il existe un antisémitisme. La vraie question est : "comment lutter contre l'antisémitisme ?"

Les solutions que je propose:
- ne pas utiliser l'antisémitisme à toutes les sauces (notamment l'utilisation abusive juste pour discréditer un adversaire, ou la surmédiatisation de faits divers juste parce qu'ils touchent de près ou de loin à des juifs).
- ne pas confondre antisionisme et antisémitisme.
- dénoncer toutes les formes de racisme à égalité.
- mettre à jour les réseaux de pouvoir et d'influence, pour montrer les limites réelles des différents lobbys, notamment du lobby sioniste.
Tout ça pour ça ?

Belle page de pub rédactionnelle.
Bonjour,

Sur les sondages et ce qu'on leur fait dire, et le malaise auquel ils peuvent hélas contribuer, je me permets de vous suggérer la lecture de cette note récente sur un blog ami !

Bon courage au matinaute en chef. Ce matin, la chronique est un peu dure à suivre (subtile ? ;) ) : par exemple il me semble, jusqu'à plus ample informé, que les petits nazillons de Sarre-Union ont déployé justement un antisémitisme pas mutant du tout, mais très "canal historique", pour le coup, non ?

Mais cette chronique traduit surtout, je crois, une intense volonté de réfléchir jusqu'au bout, de se bousculer soi-même, et aussi les lecteurs. Rien que pour ça, merci.
[quote=Daniel Schneidermann] Admettre, donc, que se développe bien un antisémitisme mutant, (...) L'admettre, et le nommer, puisqu'on ne peut pas nommer autrement le fait de détruire des tombes juives en criant "Heil Hitler".

Il n'est pas niable que sévit actuellement un antisémitisme des plus violents: aussi furieusement fantasmatique que celui des nazis auxquels il renvoie expressivement. Mais, pour effectivement meurtrier qu'il puisse se manifester, il ne l'est ni à l'échelle (il s'en faut!), ni, surtout, à la façon scientifico-technique du "crime administré" par le régime d'Hitler. D'où la question: qu'entendez-vous par antisémitisme mutant? Ne s'agit-il pas en l'occurrence plutôt d'un antisémitisme rémanent: d' un antisémitisme qui, autrement dit, "subsiste après la disparition de sa cause" (ainsi que le Petit Robert explicite le sens de l'adjectif rémanent)?

Cela ne conduit pas à sous-évaluer sa dangerosité mais, au contraire, à se demander si "la disparition de sa cause" n'est pas en concomitance avec le surgissement ou le resurgissement d'une autre cause. Surgissement d'une cause nouvelle ou resurgissement d'une cause oubliée. Et, d'abord nécessité d'interroger le schéma cause-effet auquel nous ne devrions plus historiquement* sacrifier notre pensée.


* Augustin Cournot déjà (à qui nous devons le concept de hasard et celui de richesse) il y a près de deux siècles de cela nous enseigna que la recherche en histoire n'est pas celle des causes mais des raisons, raison signifiant intelligence des événements et non leur brutal enregistrement.
Voilà un cimetière qui a été profané 6 fois depuis 1945 dont 2 fois au cours des 15 dernières années ! Dans une région de France où s'enracine l'une des plus anciennes communautés juives mais qui concentre, par ailleurs, la majorité des actes de profanation de cimetières juifs.
Difficile pour les partisans néo-libéraux des thèses de M. Reynié d'accuser les électeurs de M. Mélenchon ! Par ailleurs, peu nombreux dans la région.
Difficile pour les contempteurs de l'antisémitisme islamique, bien réelle par ailleurs, de mettre en cause les musulmans de Sarre-Union, totalement étrangers au faits incriminés !
Alors quoi ? Qui peut nous expliquer la répétition de tels actes, toujours par de jeunes natifs du cru ? De quoi l'Alsace-Moselle, concordataire et légaliste est-elle le lieu ?
Je suis assez déçu par la ligne que prend Arrêt sur Images depuis les attentats à Charlie Hebdo, et cette dernière chronique à la logique entortillée le confirme.

Vous avez parfaitement le droit, M. Schneidermann, d'être bouleversé par ces évènements lourds qui auront un impact certain sur la société française ; néanmoins, est-ce une raison pour vous faire le "chien de garde" de "cet après-Charlie" que vous invoquez à longueur de chroniques, sans d'ailleurs en expliquer vraiment le sens et le contenu, et auquel vous rapportez tout comme une jauge indiscutable de ce qui doit être ou non adminissible (cf. entre autres, votre dénonciation d'Edwy Plenel dans votre chronique du 23 janvier), ce qui contraste d'ailleurs singulièrement avec le ton de votre chronique concernant les attaques de Copenhague.

"Je sais bien que ce que je dis ici est subtil" écriviez-vous dans cette chronique du 16 février : eh bien justement vous feriez peut-être bien de commencer à retrouver cette subtilité dont les apparitions commencent à se faire décidément bien rares.
Bonjour
Le monde est divers et malheureusement il y aura toujours des gens qui feront le salut nazi en vociférant Heil Hitler… il ne faut pas faire mine de découvrir aujourd'hui le problème et monter en épingle des faits qui ne sont pas plus que des faits. Auriez-vous oublié les incendies de camps Roms ? Il est évident qu'il y a toujours eu des antisémites comme des anti Roms (j'en rencontre tous les jours).
Ces adolescents n'ont pas encore tous leurs neurones et arrosés à tout instant d'images violentes ils concrétisent cette violence.
Il faut rester vigilant sans tomber dans le sensibilisme à un fait divers connu à toute époque.
"il est là maintenant, installé, stagnant, incrusté" c'est sûr. C'est juste le "maintenant" qui me gêne parce que du temps de mes parents, c'était déjà là, insidieux, avec des mots que je ne peux répéter ici, tant ils me sont odieux. Ils n'étaient pas antisémites, seulement méfiants, hostiles, méprisants.
Je me souviens qu'un de mes cousins fut rejeté par toute la famille pour avoir épousé une jeune fille juive.
Il n'est pas revenu. Il a toujours existé et ce, malgré le terrible holocauste. Et il est sûr que la politique des sionistes ne fait rien pour que ça change. Hélas!
Pour ma part, j'entends quand même beaucoup plus souvent "y en a marre des arabes et des rroms", que "y en a marre des juifs qui contrôlent le monde".

Mais le débat n'est pas de savoir qui est incriminé ou pas... Le sujet c'est la crétinisation généralisée de la population. Qui donne l'impression ne plus avoir qu'un simple cerveau reptilien, réagissant bêtement sur son instinct de survie. Sans être capable de dépasser sa condition, de s'émanciper, de vivre sa citoyenneté.

Ce qu'il faut montrer du doigt c'est la casse presque complète du programme du CNR, les "jours heureux". Hollande et sa clique abjecte termine un travail de 50 ans, mené tambour battant par la classe possédante.
Le programme du CNR avait une unique vocation : mettre en oeuvre par tous les moyens les outils citoyens et démocratiques qui éviteront le retour à l'obscurantisme et la barbarie. Ce programme passait justement par la garantie de subvenir aux besoins primaires de la population : logement, santé, alimentation, éducation, loisirs. Afin que la population ne retombe pas dans les travers de l'insécurité généralisée et la stimulation unique de ses instincts primitifs.

La haine du juif, de l'arabe, du roms, du prolo, de tout ce que voulez, n'est que la conséquence d'un incapacité à dépasser l'instinct de lutte pour la survie.

Et le peuple, comme une meute affamée, abandonnée, traquée, s'accroche comme il peut à ce qu'il trouve le plus facilement : la haine de l'autre.
L excès en tout est un Défaut... A trop vouloir crier au loup ...on finit pas le faire venir soyons vigilants ......
C'est avec de tel propos, que l'on fait "monter des faits" non significatifs, mais néanmoins important ...
Antisémitisme: Il marche dix heures avec une kippa dans Paris
voir la video
1 minutes 36 sur 10 heures... 96 secondes sur 36 000 c'est 0.25 % ce n'est pas significatif

Pour ma part, j'ai connu pire [par des gamins immatures] de nombreuses fois, avec des commentaires plus explicitement raciste, simplement en étant accompagné d'une femme noire, et plus particulièrement avec une jeune femme avec son bébé que je raccompagnais en métro.

À quand une video sur ce sujet "blak & white"
Si j'en fais une, ce serait 25% ! (soit 100 fois plus)


Stan 1000g soumis à aucune autorité
Avez-vous cette vidéo de ce juif qui marche dans Paris ? Elle ne donne pas le sentiment que ce soient des abrutis néonazis qui le harcèlent, mais plutôt des musulmans (là on n'a pas le droit de dire abruti sans risquer un procès).
Je me trompe peut-être car je ne me risquerai évidemment pas à avoir le comportement raciste d'associer une couleur de peau à n'importe que substantif, y compris celui de néo-nazi. Cela rappellerait trop les sombres heures de l'histoire, et la définition du type aryen (mot issu de "iranien" : les lois raciales de Nuremberg associaient les populations dites indo-aryennes de l'Inde, l'Iran et l'Afghanistan à la race dite allemande. Une piste supplémentaire à l'antisémitisme commun dans la collaboration nazisme/Islam ?)

Concernant l'affaire du cimetière, oui leurs camarades ont dit sympas, travailleurs, et j'ai même entendu le terme "intégré". Bon, dans ce brouillard médiatique étrangement épais, on ne prendra pas le risque de s'avancer.

En attendant, l'Etat islamique qui est désormais en face de l'Italie peaufine sa stratégie de débarquement http://www.dailymail.co.uk/news/article-2958517/The-Mediterranean-sea-chaos-Gaddafi-s-chilling-prophecy-interview-ISIS-threatens-send-500-000-migrants-Europe-psychological-weapon-bombed.html
Pour ceux qui ont lu Le camp des saints...
Base d'une experience de ce type: le groupe controle. Faites marcher un blanc dans un quartier pauvre pendant dix heures, que se passe-t-il ? En l'occurence on pourrait ajouter un(e) noir etc.
D'autant plus qu'il y a des mensonges dans cette vidéo. A la minute 21, il y a des jeunes gens qui dit "malboro, malboro, malboro" (vente de cigarettes) et la traduction plus bas c'est "sale homo"... Pfff.

Cela correspond bien aux méthodes des lobby sionistes qui se gargarisent de :
- culpabilisations
- mensonges
- assassinats d'enfants

D'ailleurs, Salim c'est en réalité Yannick 511. Retourne au site Fde Souche.com où ullulent les milittants FN.

Français de souche... de souche... vrai Français quoi. La purification ethnique n'est plus très loin... Le rêve de plein de fachos qui ont tellement fait "du bien" à la France entre 39 et 44...

[large]C'est vrai que les Sémir comme moi, ce sont les bicots, les ratons, les bougnoulles !!! bougnoulles.
N'est ce pas ? Bientôt avec Marine Le Pen (celle qui aime bien FdeSouche.com), on pourra le dire plus facilement.[/large]

Merci qui ?
- Sarko et ses "moutons égorgés dans les baignoires"
- Hollande et sa laïcité dévoyée transformée en arme de racisme anti-musulman.
Après, même si nous sommes bien d'accord que l'extrême-droite sioniste instrumentalise le souvenir de la Shoah et du nazisme pour exacerber la peur des Juifs de France et justifier leur politique criminelle au Proche Orient, on ne peut pas nier non plus que l'anti-sémitisme (même si je préfère plutôt le terme de racisme anti-Juifs) existe, que ce type de racisme est assez répandu et qu'il y a, au-delà d'éventuelles manipulations du Bétar ou de la LDJ, aussi de réelles agressions verbales et/ou physiques, voire des morts comme dans l'Hyper Cacher.

Ce qui me gêne avec votre discours, c'est cette volonté de nier le racisme subi par l'autre. Oui, les Arabes subissent un racisme quotidien, oui les Juifs aussi.
Et on peut, et on doit, combattre tout autant les Islamistes que le FN ou l'extrême-droite juive. Toutes les extrêmes-droites en somme : catholiques, païennes, laïcardes, islamistes et autres.
Merci pour ce message auquel on pourrait ajouter l'abérration de lier avec autant d'évidence Israël et juifs de France. L'histoire des juifs d'Europe montre la volonté permanente de ce peuple de s'intégrer aux pays d'accueil, de ne pas se placer "à part", de prendre part et de s'adapter.
En France on les a longtemps appellé Israëlites.
Ben moi je veux rien nier par principe mais je peux pas dire que ce soit un truc que je vois couramment, ou même rarement. J'ai des relations juives qui m'ont expliqué qu'à certains moment de leur vie on leur a sortie de l'injure antisémite mais en creusant c'est ni tous les mois ni tous les ans. Celà dit je ne prétends pas avoir une vue omnisciente de tout ce qui se passe mais une chose est claire: des juifs qui ont peur non à cause du réel mais de choses qui viennent de la boite à images, ça j'en vois pas mal.
Elle ne donne pas le sentiment que ce soient des abrutis néonazis qui le harcèlent, mais plutôt des musulmans (là on n'a pas le droit de dire abruti sans risquer un procès).

Les propos entre parenthèse semblent suggérer qu'être musulman est assimilable à être néo-nazi.
Message signalé ce matin sans "succès".
Je me demande combien nous étions à ignorer à la fois cette ligne que vous dénoncez et en conséquence le sens que vous lui donnez, avec lequel on peut n'être pas d'accord, avant que vous ne lui donniez une visibilité très particulière. Je pense que vous venez de révéler puis de renforcer un problème que vous étiez peut-être le seul à ressentir (de cette manière), et de participer à la crispation des positions. Est-ce profitable dans la lutte pour le respect mutuel ?
J’aurais presque rien à ajouter à ce que vous dites sauf sur la partie où vous évoquez le « mais il y a eu Charlie ». Oui, effectivement il y a eu Charlie, mais cela fait plusieurs années (bien avant Charlie) que j’affirmais et que je continue d’affirmer que nos gouvernants ont créé un monstre (qui se nomme djihadisme) afin d’éliminer des dictateurs qui nous déplaisaient (Syrie, Libye). Ce même monstre aujourd’hui s’attaque à notre pays !

D’ailleurs, j’ai toujours affirmé que la soit disant « Armée syrienne libre » c’était du pipo et que les principaux opposants au régime syrien étaient des djihadistes fous.

Pourquoi avoir laissé partir en toute connaissance de cause 3000 Français en Syrie via la Turquie (mais également en Libye) ??? Croyez-vous qu’ils n’ont pas appris à tuer maintenant ?

D’où leur viennent leurs armes ?? Vous pensez que c’est le Père Noel qui leur a offert ??! Quoique, pour être honnête, votre site avait pointé du doigt ces ambiguités..

Avez-vous vu la « qualité » de leur propagande, la qualité des images diffusées, la richesse de leurs moyens. On dirait la série « Homeland ».

Aujourd’hui, notre pays tremble parce qu’il est possible que 3000 « cellules dormantes » puissent attaquer ? Et toute cette catastrophe n’a été possible qu’avec 3 individus. Imaginons qu’ils aient été 10 ou 30 !!! Imaginez !!

Les Juifs auront peur, oui. Les Musulmans se verront encore plus directement attaqués (j’affirme même qu’il y aura des ratonnades sachant qu’il y a déjà des morts comme ce père de famille poignardé de 17 coups de couteau par un « fou » ou les cas multiples de femmes voilées tabassées sans oublier l’histoire de cette famille dont les enfants ont été enlevé par les services sociaux car les parents étaient considérés « trop religieux »).

La France, et je le répète, est gouvernée par des néo-conservateurs assumés. J’affirme que François Hollande marche dans les pas de Guy Mollet de la SFIO qui a autorisé la torture systématique et la guerre générale en Algérie.

Et nos médias ? Ils sont aux ordres et ne disent pas surtout pas la vérité qui dérange. Ce ne sont que des relais de l’information officielle, celle du pouvoir et ils affirment qu’Hollande veut inviter tous les parlementaires à l’Elysée pour encore raffermir les lois anti-terroristes. Comme si le fait de mettre en garde à vue des enfants de 8 ans n’était pas assez efficaces et sévères.

Les Grecs ont bien raison d’avoir voté pour la gauche de la gauche et ils n’en sont pas morts du tout. Car pendant, que nous ne devons pas oublier the « Charlie day », la loi Macron, quant à elle :
• Facilitera les licenciements en empêchant le salarié viré (même à tort) de pouvoir se défendre
• Supprimera la loi pénale du travail (qui permettait de condamner un patron qui pratiquait du travail dissimulé etc)
• Supprimera le tribunal des prudhommes et leurs élections (les seules où les travailleurs immigrés pouvaient voter soit dit en passant donc comme croire au droit de vote des immigrés après cela ?)
• Autorisera le travail le dimanche afin qu’enfin les touristes chinois puissent acheter du parfum sur les Champs Elysées à 21h. Pfff.
• Autorisera le travail de nuit appelé pudiquement « travail de soirée » puisque cela ira de fin de soirée à 23h59…
• Transformrae le contrat de travail qui ne devient plus qu’un contrat de « gré à gré » et par conséquent n’est plus qu’un simple contrat civil sur un bout de papier. Bonjour les conséquences.
• Transformera radicalement les tribunaux de commerce
• Détruira la profession de notaires qui sera offerte aux cabinets d’avocats anglo-saxon d'où le fait que cela sera plus chère et plus corrompue, la profession de taxi, d’Huissier etc

Vois ne trouvez pas que cette loi mériterait également 3 à 4 millions de personnes dans la rue comme ce fut le cas pour Charlie ?
Ciao.
Mettez que l'état, les parents, l'autorité, disent "attention ça c'est vraiment pas bien, oulah, attention alors ça alors ça, ooouuuh" et vous aurez des ados bêtes et ricanants pour sauter dans le plat. Il y a une infime possibilité qu'ils y voient en sens politique, certes. Mais ce qui est sur, c'est que dans un pays de 60 millions d'habitants, plus il y a des tristes adultes compassés, condamnant doctement, brandissant le doigt paternaliste et courroucé dans le poste et plus il y a partout du boutonneux en découverte des frissons de la subversion et de l'insolence qui choisiront d'instinct précisément ce sujet là pour accomplir leur vocation d'ado, c'est à dire de rendre les adultes chèvre.

Alors évidement que je ne donne pas beaucoup d'importance à tout ça, en tous cas pas dans le mode "mon dieu ces jeunes ont viré antisémites". L'antisémitisme, c'est comme le Boson de Higgs, la plupart des journalistes qui en parlent font semblant de savoir ce que c'est. Sinon déjà ils feraient un distinguo dans les différents antisémitismes, qui, portant différent projets et jouant sur différents ressorts, posent différents problèmes. Ou au moins, ils traiteraient le sujet vraiment, genre "12 mythes antisémites" : "1-Non BHL n'a pas d'influence sur les guerres" "2-non, il n'y a pas de surreprésentation de juifs dans les médias" (ou "2 oui il y en a une, mais est ce vraiment un problème", le cas échéant). Bref le dialogue plutôt que l'autoritarisme qui réussit toujours si bien à accomplir l'inverse de ce qu'il vise, qu'il s'agisse de convaincre les gens de ne pas voter FN, de voter pour le TCE, que le 11 septembre ça c'est passé comme on a dit. Ce serait bien d'avoir un sursaut et de devenir soudains intelligent et efficace sur le débat de savoir si les juifs dominent le monde ou s'il faut à nouveau donner dans ce que l'humanité produit de pire. Personnellement j'aimerais vraiment éviter l'option b) cette fois, mais ça suppose un vrai sursaut de l'éditocratie, du discours politique etc. Sinon même cause produisant mêmes effets, le tandem Valls Dieudonné est une version survitaminé d'Arlette Chabot / Lepen, ça se sent et ça va se sentir encore plus.

Quoiqu'il en soit ce qui est fascinant, c'est de voir tout ces gens qui ne voient même pas l'évidence qu'au moins des ados qui font les crétins, ça ne devrait pas amener de commentaire. Le développement d'une organisation comme E&R, d'une certaine parole chez les videoblogueurs, etc, soit c'est plus solide et je ne suis pas en train de dire ici qu'il n'y pas réellement une évolution qui mérite qu'on s'y penche. Mais faire des news sur des conneries d'ados, il devrait y avoir un principe journalistique pour que même sur les pires énormités, ça ne fasse pas de foin. C'est la route qui mène à l'hystérie qui a envoyé des gamins de 8 ans au commissariat pour des.... propos... irresponsables. Des propos irresponsables à 8 ans ? C'est quand même un état terrifiant de notre société, non ? Personne n'a envie de remettre ça sur des rails plus raisonnables ?
Je suis déçu que vous tombiez dans le panneau.

Reynié est un chien de garde. Sa fondation ("pour l'innovation en politique"), subventionné à hauteur de 1.21 millions d'euro, est d'orientation libérale. Or, au moment même où il se passe quelque chose de très anti-démocratique à l'Assemblée Nationale, vous passez votre temps à décortiquer et à commenter un sondage prétexte de cette fondation, un sondage stupide qui n'apporte rien de nouveau.

La démocratie, ça se mérite. C'est pas en regardant ailleurs quand elle (enfin, ce qu'il en reste) est attaquée qu'elle va s'en sortir grandie, bien au contraire.

Ceux qui devront travailler le dimanche ne vous disent pas merci.
Cette chronique me dérange, et pas dans le bon sens du terme. Nommer, comme vous dites, n'apporte généralement rien de bon. Pointer du doigt, montrer, définir l'ennemi, ce n'est pas le combattre, c'est lui donner vie et légitimité.
Je ne dis pas qu'il faut s'enfoncer la tête dans le sable et ignorer le problème, mais il ne faudrait pas non plus se tromper de problème. Car l'antisémitisme, tout comme le racisme, est un symptôme et non une cause. C'est une réponse facile et haineuse à un malaise plus profond.
Le problème, c'est notre société, inégalitaire, sectaire, et de moins en moins démocratique. Les gens heureux ne sont pas prompts à la haine. Ceux qui encaissent des coups jour après jour le sont bien davantage.

Pour ma part, j'accuse Reynié d'être tout simplement un mauvais sociologue. Il ne fait qu’interpréter des résultats d'un sondage partial, plutôt que de rapprocher les résultats avec l'évolution de la société, dont il pourrait tirer des conclusions plus éclairées.

Tout ceci, cette chronique comme ce personnage ont le défaut d'une vision sans perspective, qui est malheureusement la seule qui nous est donnée à voir actuellement. Pas de mise en relief, pas d'analyse approfondie, pas de sociologie. Plat.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.