65
Commentaires

Antisémitisme : dans le labyrinthe des signes

Et revoilà, s'installant en force dans le débat, les nauséeuses controverses sur l'antisémitisme. Le jour même de la marche blanche en hommage à Mireille Knoll, on apprenait qu'un local de l'Union des Etudiants Juifs de France, au sein de l'université de Tolbiac bloquée et occupée, avait été saccagé, et couvert d'inscriptions antisémites.

Commentaires préférés des abonnés

...Rothschild, Rockefeller, Morgan, Carnegie, Warburg, Aleister Crowley... 


Le petit hic lorsque vous pointez uniquement Morgan comme n'étant pas juif, c'est que vous occultez qu'il n'y en fait très peu de juifs dans cette liste : Morgan, certes,(...)

Alors, ça y est, l'antisémitisme serait la première plaie en France!? Mais sortez un peu! Aérez vous l'Ego et les obsessions idéologiques! Parlez aux vrais gens! Participez à la vie collective! Et vous verrez vraiment si c'est une menace France! Fran(...)

Approuvé 6 fois

Quel blablatage.

Personnellement, je pense que cette fresque est puissamment anti-bretonne.

Et en tant que native de cette humide contrée, je m'élève contre le fait qu'on puisse produire de telles œuvres d'art.

Tout le monde sait que la plupart des capi(...)

Derniers commentaires

Mon cher Daniel, vous êtes plus promte à traquer l'islmophobe que l'antisémite ! je ne suis pas parano, mais pour l'instant il y a plus de morts juifs en france que de musulmans. je ne nie pas l'islamophobie, et le combat, comme je combat toutes les formes de discrimination, mais là, il y a d'évidence une manipulation de toute la clique de l'islam politique, CICF, Muhamad et tout ce beau monde qui nous empoisonnent la vie, et surtout celle de nos concityens et surtout contitoyennes musulmanes. Ne soyons pas naifs comme le sieur Plenel. Echaudé par l'affaire Ramadan il va peut être plus perspicace !!

Une analyse pas piquée des vers:


https://www.youtube.com/watch?v=RaHGvWamdhE

 Pierre38330 le   Pose une question d'actualité et met un article en lien.            


Cet article parle de faits se passants entre israéliens et palestiniens au moyen-orient.


Clairement, en tant que judéo-martien, je condamne l'occupation des territoires ; mais ce n'est pas réellement mon problème à moi tout seul. 


C'est le problème des palestiniens & des israéliens ; seul eux peuvent résoudre ce conflit sans fin.


PS Et le point de bascule : "La question juive et les éléphants" 

 

Interpretation de la fresque: Reviens Alain Korkos!

Comment dire @kadife, sans lui répondre en polémique stérile, sans faire le veau +10, tirant mes sabots de la boue  du "bon peuple" dont je suis,  continuant à être ce "vieux con" bas du front qui vraiment ne comprend rien à rien, qui serait antisémite sans le savoir...

Char est là et me chuchote:

" Aux épines du torrent

Ma laine maintient ma souffrance."


Il reste néanmoins, cher kadife, la réponse à Pierre38330.

Comment se sortir de ce problématique dilemme? 

Quelle explication? 

Quelle justification?

16 morts, 1400 blessés par balle...


Sur Asi, on est donc là :

-Un DS et un forum qui considèrent qu'une fresque figurant une assemblée composée d'individus à l'allure simiesque et à gros pif dessinés façon art nazi officiel des années 30, décidant du destin du monde, martyrisant des corps noirs en souffrance et cernés par une double évocation de théories du complot (1) l'oeil franc maç / illuminati, 2) le "Nouvel ordre mondial"), ne serait pas nécessairement antisémite, et qu'elle pourrait même être sujette à des interprétations multiples (et sans doute très intéressantes...) qui en révèlent plus sur le récepteur que sur l'oeuvre en elle-même. Ceux qui y voient une symbolique antisémite sont donc probablement paranoïaques. Ah, DS ce grand professionnel de l'Internet, des complots et des images...

-Un gonze qui obtient une dizaine de votes positifs après avoir déclaré, manifestement outré, que l'antisémitisme n'était pas "la première plaie en France" (ce que personne n'a prétendu, mais visiblement ça lui fait du bien de se construire un bel homme de paille pour le pourfendre de son courroux), puis que l'antisémitisme n'était qu'une diversion (!) et qu'au fond, la vraie question c'est que le CRIF fait chier le monde. Bravo le veau. +10.

-Un mépris systématique et explicite pour les avis divergents, à quelques exceptions près.


Donc DS, le mieux serait que tu arrêtes de t'emmerder à produire du contenu original : Parle de Pujadas le lundi, de BHL le mardi, Macron le mercredi, BFM TV le jeudi, puis Christophe Barbier avant de partir en week-end. Voilà qui comblera d'aise le bon peuple des asinautes : des figures honnies, de l'indignation réchauffée et une unanimité béate contre le parti médiatique = recette magique. Et pas besoin de passer 2 minutes sur l'analyse iconographique,< d'une oeuvre problématique : après tout chacun y voit ce qu'il a envie d'y voir et Apathie reste une brêle.

L'antisémitisme c'est un comme la beauté... il est dans l’œil de celui qui regarde.

“Dans le labyrinthe des signes” effectivement, il n'est pas toujours simple de s'y retrouver, de savoir quoi penser devant tel ou tel élément visuel. Mais pourquoi ne pas offrir plus de place à André Gunthers, le chercheur historien, spécialiste d'histoire visuelle, qui intervient de moins en moins pour ASI, alors qu'il y aurait vraiment matière à décrypter, détailler ce genre d'image !



à Arnaud Romain :

Vous avez raison de préciser que toutes les personnes représentées ne sont pas toutes des banquiers, et que certaines ne sont pas juives. J'avais repris telles quelles les affirmations de DS dans sa chronique ("l'artiste lui-même a reconnu que certains des banquiers représentés (Rothschild, Rockefeller, Morgan, Carnegie, Warburg, Aleister Crowley) étaient juifs").


Mais cela ne change rien au caractère antisémite de la fresque. Corbyn lui-même a admis qu'il s'était trompé en en soutenant l'auteur : "I sincerely regret that I did not look more closely at the image I was commenting on, the contents of which are deeply disturbing and anti-Semitic." Traduction pour les non anglophones : "Je regrette sincèrement de n'avoir pas observé plus attentivement l'image que je commentais, dont le contenu est profondément dérangeant et antisémite". Corbyn qualifie donc sans ambiguïté la fresque d'antisémite, démontrant en cela une clairvoyance bien supérieure à celle de Daniel et à la vôtre.


Il n'est pas nécessaire de représenter des Juifs pour que l'iconographie soit antisémite. Comme je l'ai dit plus bas, si on peut discuter de la connotation antisémite de chaque signe pris isolément, une telle compilation de clins d'oeil destinés aux obsédés du complot juif relève clairement de l'antisémitisme. Un peu d'iconographie antisémite :


Plateau de jeu de société, pieuvre, kippa, bankster et symboles franc-maçons

Sur le thème du jeu de société et du Juif qui esclavagise les Noirs

Quelques "Juifs" connus d'aspect avachi et simiesque devant le "Batiment du monopole"

Allure simiesque et gros pif dominant une foule miséreuse, un classique (vous noterez aussi la ressemblance du "Juif" avec les protagonistes de la fresque en question)


Utiliser ce type de références iconographiques ne peut pas être un acte innocent. Cette imagerie est à jamais marquée, connotée. Et cela, les antisémites le savent bien. Une telle fresque affichée sur un mur, ça doit bien les faire rigoler. Car eux savent de quoi il est question. De la même manière, une croix celtique taguée sur un mur, c'est intolérable car, même si les profanes n'y verront qu'un symbole "irlandais", il s'agit bien en réalité d'une référence au suprémacisme blanc. Le fait que vous ignoriez la charge raciste d'un symbole n'enlève rien à sa portée objective ; en conséquence, la posture que Daniel et vous-mêmes adoptez, consistant à dire "après tout chacun son interprétation" n'est pas recevable.


On pourrait également parler, de la même manière que certains auteurs le font à propos de Heiddeger, d'"antisémitisme métaphysique" : l'imaginaire du complot fomenté par un petit nombre de grands capitalistes repoussants tire ses origines de schèmes antisémites ; de ce point de vue, le fait que les personnes représentées ne soient pas toutes juives ne change rien au fond antisémite de la fresque.


à Arnaud Romain :

Vous avez raison de préciser que toutes les personnes représentées ne sont pas toutes des banquiers, et que certaines ne sont pas juives. J'avais repris telles quelles les affirmations de DS dans sa chronique ("l'artiste lui-même a reconnu que certains des banquiers représentés (Rothschild, Rockefeller, Morgan, Carnegie, Warburg, Aleister Crowley) étaient juifs").


Mais cela ne change rien au caractère antisémite de la fresque. Corbyn lui-même a admis qu'il s'était trompé en en soutenant l'auteur : "I sincerely regret that I did not look more closely at the image I was commenting on, the contents of which are deeply disturbing and anti-Semitic." Traduction pour les non anglophones : "Je regrette sincèrement de n'avoir pas observé plus attentivement l'image que je commentais, dont le contenu est profondément dérangeant et antisémite". Corbyn qualifie donc sans ambiguïté la fresque d'antisémite, démontrant en cela une clairvoyance bien supérieure à celle de Daniel et à la vôtre.


Il n'est pas nécessaire de représenter des Juifs pour que l'iconographie soit antisémite. Comme je l'ai dit plus bas, si on peut discuter de la connotation antisémite de chaque signe pris isolément, une telle compilation de clins d'oeil destinés aux obsédés du complot juif relève clairement de l'antisémitisme. Un peu d'iconographie antisémite :


Plateau de jeu de société, pieuvre, kippa, bankster et symboles franc-maçons :

Décès de Christophe Salengro, Président de Groland.

Aucun rapport avec le sujet. Christophe n'était pas Juif.


Il est , parfois, difficile ( et souvent dangereux )  "d'être " et de s'affirmer " juif ".

D'une façon générale, il semble de plus en plus difficile  "d'être " un " croyant " sincère et inoffensif : juif, chrétien, musulman...

Alors, quel désastre, quelle déconvenue , le Pape vient de déclarer : " l'enfer n'existe pas ".

Alors ça m'en bouche un coin, ça me troue le cul, ... si j'avais su, j'en aurais profiter davantage .

Finalement, j'ai peut-être  eu raison d'être un horrible mécréant déterminé.


Alors, ça y est, l'antisémitisme serait la première plaie en France!? Mais sortez un peu! Aérez vous l'Ego et les obsessions idéologiques! Parlez aux vrais gens! Participez à la vie collective! Et vous verrez vraiment si c'est une menace France! Franchement ça fait rigoler! Diversion parmi d'autres... 

Mais que l'attitude rance et haineuse du CRIF provoque des réactions violentes de ras le bol en chaîne, ça c'est sûr! Et c'est même plutôt sain! On ne dira jamais assez combien ces gens sont dangereux et toxiques! c'est INADMISSIBLE à la fin! Combien de temps encore devrons nous supporter cette influence, malsaine, pour nous tous·tes, juifs et non juifs compris. Restons humain·e·s et fraternel·les entre nous ( juifs, non juifs et tout autre spécimen!). 

Mutons.

Je viens de relire vite fait le texte... il m'avait échappé que vous parlez, vous aussi, de "banquiers" Daniel... Encore une fois, ils sont bel et bien minoritaires sur ce cette oeuvre... 2 sur 6... et l'un était pur WASP. 


Merci, le contrepoint de ASI est de plus en plus indispensable dans le monde médiatique. Longue vie à vous !

...Rothschild, Rockefeller, Morgan, Carnegie, Warburg, Aleister Crowley... 


Le petit hic lorsque vous pointez uniquement Morgan comme n'étant pas juif, c'est que vous occultez qu'il n'y en fait très peu de juifs dans cette liste : Morgan, certes, mais Crowley n'était pas juif, Rockfeller et Carnégie non plus... 


Enfin, je lis dans un autre commentaire posté plus tôt dans ce fil une description de l'oeuvre : 


"-Un cénacle de banquiers qui tirent les ficelles (ou en l'occurrence, jouent au monopoly avec le monde, ce qui revient au même), cet imaginaire du complot étant renforcé par les engrenages à l'arrière-plan

-Les banquiers ont un aspect simiesque et un gros pif..."


Je veux juste préciser que c'est une interprétation délirante dudit cénacle : Carnegie était sidérurgiste, Rockfeller a fondé la Standard oil, Crowley n'était ni homme d'affaire ni banquier... et AUCUN n'était juif.


Ce dessin, comporte deux banquiers seulement, dont un seul si je ne m'abuse est juif (Rothchild), des hommes d'affaires ou homme d'influence, plusieurs bons protestants... Bref, c'est quoi le rapport ? Est-ce que ce n'est pas un dessin qui pointe juste des hommes qui ont contribué à fonder ce qu'on appelle "le pouvoir de l'argent", dans l'industrie, la banque, le commerce ?... 


En tout cas, dans le cercle ainsi représenté, la focalisation sur "les banquiers juifs" que certains veulent absolument y voir en dit beaucoup plus sur leurs propres tropismes que sur les intentions de l'artiste... Dont, en conclusion, je précise que je trouve l'oeuvre assez pataude, au trait plutôt lourdingue, manichéenne et pas particulièrement fine ou percutante. 



L'identité dépend de la déférence


Il y a beaucoup de sagesse à trouver  dans la langue, pour peu que nous ayons l'intelligence de l'y chercher. Ainsi touchant l'antisémitisme, la première question -non juive - à se poser est celle de préciser ce qui en l'affaire est craint ou haï (la crainte d'humains étant le commencement de la haine de ceux-ci). Et pourtant, elle n'est pas souvent éclaircie. En témoigne en particulier l'association réduite à la confusion entre racisme et antisémitisme. Car il y a cette différence entre les deux que ce qui dans le racisme doit être combattu est la discrimination raciale alors que ce qui doit être à l'antisémitisme opposé est précisément au contraire, sur l'exempl(air)e sémite, la reconnaissance de l'identité historique différentielle de chacun des divers groupes humains. Il n'y a  en effet pas d'autre "question juive" que celle touchant l'impossibilité pour l'humanité d'exister comme espèce ou genre humain indifférencié (c'est à partir de là que Rousseau notamment a édifié ses principes de la politique dont il ne nous a gardé que Le contrat social).


L'antisémitisme est ainsi le contresens naturaliste - zoologique -  commis touchant l'être humain: le refus de la différence constitutive de l'humanité dans son universalité. Qu'est-il reproché au fond aux juifs en effet, si ce n'est de ne pas vouloir être "comme", prétendument, "tout le monde". On l'aura bien éprouvé lors de la Révolution française quand l'un des meilleurs défenseurs de leur "émancipation" put soutenir qu'il fallait tout accorder aux juifs en tant qu'hommes mais rien en tant que juifs. Égalité sans spécificité autrement dit. In-différence obligée. Absurdité à l'origine de tous les crimes commis contre l'humanité (en est-il d'autres?)

 

Or c'est ici que la langue nous apporte le miraculeux secours de son intelligence. Consultant le petit Robert j'y ai ainsi découvert que différence et déférence ont pour commune latine origine le verbe differre pour l'explicitation duquel le dictionnaire renvoie dans un encadré au verbe français...offrir. Vouant à l'Essai sur le don de Marcel Mauss le culte auquel Lévi-Strauss m'a initié, j'y trouve une nouvelle et la plus grande confirmation de sa vérité. Ayant repris par ailleurs   - sans l'avoir jamais abandonnée mais à nouveaux frais - l'étude de Saussure, je me propose de montrer que cela s'accorde avec le plus original de son investigation du langage, laquelle permet ainsi de déployer dans son extension la plus inattendue le déférent renouvellement de pensée dont notre avenir dépend.  

Cette frAsque, bien analysée par kadife, répond aux caricatures les plus emblématiques.


Il y a l'antisémite de base avoué, une vieille tradition française. 


Puis l'antisémite se cachant derrière un antisionisme mais se tapant en fait du sort des Palestiniens et des Arabes Israéliens.


Ensuite celui me faisant vraiment peur : le philosémite (et sa justification absurde le philosémitisme) 


Quel besoin ont-ils d'aimer les juifs ? Pour les mêmes raisons qu'ils auraient de les haïr.


Or un chroniqueur TV ...


Il est toujours surprenant et paradoxal d'apprendre un simple fait : 

Le faux "Les protocoles des sages de Sion" (publié en 1905 en Russie) a été plus lu et cité que "Mein Kampf" (pourtant présent dans tous les foyers allemands durant la période du nazisme et envoyé partout même en France où on ne prit pas la peine de l'ouvrir ...)  


Allez comprendre !?

La charge antisémite de la fresque Freedom for Humanity est une évidence. Cela en dépit des dénégations de son auteur. Je ne m'étonne pas que Corbyn ait pris sa défense.

Merci d'oser poser ces questions. La métaphore finale du test de Rorschach est très éclairante.


Non Daniel, cette fresque est clairement antisémite.

Dire qu'elle n'a valeur que de test de Rorschach indiquant les obsessions du récepteur, c'est ignorer que la symbolique antisémite fonctionne en système, un système que les antisémites sauront immédiatement interpréter comme une représentation d'un complot juif international à partir d'un ensemble de clins d'oeil. Or cette fresque est un véritable catalogue de la symbolique antisémite ! On a :

-Un cénacle de banquiers qui tirent les ficelles (ou en l'occurrence, jouent au monopoly avec le monde, ce qui revient au même), cet imaginaire du complot étant renforcé par les engrenages à l'arrière-plan

-Les banquiers ont un aspect simiesque et un gros pif

-Une référence au fantasme du juif esclavagiste (les Noirs faisant office de table)

-L'expression "nouvel ordre mondial"

-Les symboles franc-maçons de l'oeil et de la pyramide

Comme dans le cas du tweet de Filoche, il n'y a donc aucun doute possible sur la nature antisémite de cette fresque. Sa défense par Corbyn est vraiment désastreuse. Et votre posture résolument agnostique la concernant me laisse pantois, Daniel, vous qui avez fait plusieurs émissions sur le complotisme, Soral et autres illuminés (-atis?) d'Internet.


Les inscriptions laissées dans le local occupé par l'UEJF sont elles-aussi clairement antisémites. Elles appartiennent à la rhétorique d'Alain Soral : "Local sioniste antigoy" ne laisse aucun doute là dessus. Le prétendu "racisme antigoy" des Juifs (eux disent "sionistes", c'est moins risqué) est une obsession de cette fraction (antisémite) de l'extrême-droite. Soral est venu à l'un de ses procès avec un t-shirt comportant l'inscription "GOY". Sous-entendu (on est dans l'ordre du clin d'oeil puant aux initiés là encore) : Je suis persécuté par ces Juifs qui contrôlent la France et me font un procès politique.


Bref, muscle ton jeu Daniel ! On t'a connu plus clairvoyant.

Concernant les références de l'illustration, vous vous basez sur un historique mais est-ce encore pertinent aujourd'hui ? je pense que ça se discute :

- la partie sur l'esclavagisme peut très bien faire juste référence à l'occident.
- la représentation des banquiers rondouillard+cigard+grospif est juste conforme à sa représentation commune dans beaucoup d'illustration, de bd, etc. sans rapport systématique avec les juifs.
- les illuminati (pyramide+oeil) se suffisent à eux même et ne sont pas vraiment rattaché au fait d'être juif.

Le problème c'est l'interprétation, il peut y en avoir plusieurs. Chacun verra ce qu'il veut.

Pour moi l'interprétation incontestable au minimum est que ça concerne une classe de personnes très riches et qui tirent des ficelles.

Tout le reste c'est surtout un imaginaire secondaire pas forcément valable selon la culture des uns ou des autres.
Ca fait longetmps que tout l'univers complotiste est détaché de la partie juive qui est devenue juste une sous-branche de l'univers complotiste.

Les banquiers ne correspondent pas à la caricature du patron avec moustache et cigare. Ils ont ce qu'un antisémite convaincu appellerait une tête de Juif. Aspect simiesque et nez crochu. On est loin de l'image du patron adipeux qui se gave sur le dos de l'ouvrier.


De toute façon, chaque élément pris isolément est discutable. C'est l'ensemble qui fait sens, et toute personne un peu versée dans la symbolique antisémite ne pourra que vous confirmer que cette fresque l'est.

Quand il s'agit de biaiser et de jouer les innocents, les fachos sont des spécialistes. "C'est pas moi qui suis antisémite, c'est les sionistes qui sont antigoy", "Je ne suis pas antisémite puisque les Juifs ne sont pas sémites", etc., à grand renforts de hochements de tête et de petits coups de coude complices.


Sur la question de l'interprétation, c'est un truisme de dire qu'il peut y en avoir plusieurs. Une fraction de gens, sur notre planète, interprètent la croix gammée comme un symbole hindou. Le problème, c'est que cette symbolique est marquée, connotée comme un signe de racisme et de haine chez beaucoup de personnes.

Les Juifs qui ont à subir l'antisémitisme reconnaitront sans difficulté cette fresque comme un signe de ralliement pour les fachos, et ils auront raison car ceux-ci l'auront interprétée comme un ensemble de clins d'oeil venant flatter leurs obsessions.

Bonjour,


Pour ma part je ne vois dans la pyramide qu'une référence au dollar, après tout l'image est sur les billets. Comme l'expression "Nouvel ordre mondial" d'ailleurs. Pourquoi illuminati ou Franc-Maçon ? C'est déjà curieux comme interprétation, elle est plus dans l’œil que dans le pinceau.


Plutôt que le complot, les engrenages pourraient tout aussi bien représenter l’aliénation par le travail, renvoyant au prolétaire sur la gauche qui lève son poing.


Les noirs sous la table ? Pourquoi l'esclavagisme (esclavagisme des juifs en plus) ? Pourquoi ne pas y voir l'Afrique qui fournit les matières premières qui sont le socle de toutes les usines qui fument au loin, et le monopoly le partage physique de ce continent ?


Comme en plus il s'avère que ni les banquiers ni les juifs ne sont majoritaires dans les personnes représentées à la table, peut-être que le fait pour l'un d'eux d'être juif n'est pas une information pertinente pour l'analyse. 

On ne peut nier par contre que l'iconographie est largement commune avec d'autres visions du monde, complotisme ou antisémitisme. Mais de même que le drapeau français n'a pas à être abandonné à l’extrême droite, pourquoi laisser la pyramide du dollar aux illuminati, pourquoi laisser les engrenages aux complots et les vieux barbus en costumes et cigares aux banquiers juifs ?


Décidément le rapprochement avec le test de Rorschach est assez pertinent. En lisant Kadife, j'en apprends plus sur lui que sur la fresque. Pas sur ce qu'il est, sur la manière dont il voit le monde. Ses connaissances influent sa lecture et elles peuvent être aussi bien la loupe qui pointe un détail pertinent que le verre grossissant qui déforme.


Nous ne pouvons pas savoir juste en la regardant si cette œuvre est antisémite, juste savoir en connaissant l'auteur s'il l'a fait dans l'intention de dénoncer les juifs, auquel cas elle aurait été conçu en tant qu’œuvre antisémite. Mais que ce soit le cas ou pas, puis-je me l'approprier en y voyant une représentation différente sans insulter quelqu'un ?


"un système que les antisémites sauront immédiatement interpréter". Pas que les antisémites, vous aussi. 

Par exemple, moi je n'avais pas été choqué par la phrase de Frèche sur Fabius et je n'avais pas initialement compris où était le problème. D'une part parce que j'avais dans ma famille des vieux capables d'utiliser l'expression "pas très catholique" sans que je l'interprète dans sa dimension religieuse et parce que je ne savais pas que Fabius était d'origine juive avant cette affaire (et pourtant j'étais déjà dans la trentaine).

(la référence au "Nouvel ordre mondial" est visible sur la gauche de la fresque, mais pas sur la photo de cet article d'Asi, celle-ci ayant été coupée => à voir sur google).

Par contre le Nouvel Ordre mondial n'a pas de rapport avec les juifs, c'est plus un truc de sociétés secretes de manière générale (dont là aussi on peut avancer qu'il y a des sous-branches antisémites de cette thèse)

D'un coup, j'ai un doute : et si le Monopoly était lui même antisemite ? 


L'antisémitisme voit le Juif comme participant d'un complot satanique mais le complot satanique n'est pas que juif. Par exemple, Aleister Crowley présent sur l'image était un occultiste du début du XXe, époque symbolisme, spiritisme et néo-paganisme, qui est une figure de courants lucifériens, satanistes, gothiques.

En fait, l'oeuvre en question me semble représenter un imaginaire complotiste plutôt de droite (alt-right, extrême-droite) dénonçant non seulement l'exploitation mais aussi la décadence morale, la dépravation des moeurs, l'anti-cléricalisme etc., tout ça renvoyé aux Lumières comme origine historique du Mal actuel. Illuminatis, Franc-maçonnerie, libertins, anti-cléricalisme, république, bourgeoisie, industrie etc., la Révolution diabolique ayant renversé l'ordre traditionnel rêvé comme le paradis d'un bon peuple paysan plein de charité chrétienne sous le regard paternel d'un roi juste.

D'accord avec votre interprétation de l'oeuvre.

Cependant, j'ajouterai que cet imaginaire complotiste de droite est intrinsèquement lié au complotisme antisémite. La plupart de ses références en sont directement issues. La haine des francs-maçons est historiquement liée, à droite, à la haine des Juifs (complot judéo-maçonnique, etc.).

La représentation des visages et des postures corporelles emprunte également à l'iconographie antisémite historique.

Quand on connaît l'obsession de l'extrême-droite antisémite pour l'esclavagisme "juif" qu'elle rend responsable de la traite négrière, j'ai aussi du mal à voir dans ces corps noirs martyrisés autre chose qu'une référence cryptique à cette fantasmagorie.

Comme je le dis ailleurs, c'est l'accumulation des signes qui finit par faire preuve ;  ceux-ci apparaissent alors pour ce qu'ils sont : des clins d'oeil appuyés (volontaires ou non là n'est pas la question) à un complotisme d'extrême-droite au mieux antisémite par héritage, au pire explicitement antisémite.

Pour préciser le truc : pour moi l'oeuvre est de manière assez claire dans l'imaginaire complotiste d'extrême-droite, et je crois qu'il est important de savoir si c'est réfléchi, ce qu'il y avait comme intention chez l'artiste. Il est fréquent que des artistes fassent la présentation d'une réalité qu'ils critiquent mais sans discours didactique, juste en donnant à voir.

P.S. : "l'accumulation des signes qui finit par faire preuve", ça plairait aux paranos...

Il n'est pas interdit de s'interroger sur ce qui est donné à voir .


Sinon pourquoi s'arrêter sur les images ?


Par exemple , pourquoi le film IDA a-t-il rencontré un tel succès ? 


Pourquoi a-t-il reçu autant de récompenses ?


Qu'est-ce qui est apprécié, reconnu dans ce film ? 


Qu'une jeune femme, avant de prononcer ses voeux fasse l'expérience de la société extérieure et qu'elle décide , in fine, de porter le voile , c'est une histoire qui propose une trajectoire individuelle intéressante ( avec une bande son tout aussi intéressante) .


Mais pourquoi fallait-il que, dans cette histoire les deux personnages principaux : cette jeune femme et sa tante , soient juives et que l'une finit par se suicider ( elle a tant condamné à mort pendant l'ère soviétiquue) , alors que le seul désir de l'autre est de passer le reste de sa vie enfermée dans un couvent catholique ? 


En voyant ce film peut-on s'interroger sur ce qui nous est proposé , et sur les raisons de son succès ? 


Fôte : "Quoiqu'il en soit".

Autre question talmudique : peut-on être juif et antisémite ( self hating jew) ?

Il me semble que Aleister Crowley n'était pas banquier mais occultiste (pour simplifier)...

Passionnant test de Rorschach, en effet, mais que dit-il de moi, si je ne perçois pas l'antisémitisme de tel ou tel signe ? Juste que je suis goy, ou bien que je suis aveugle car, au fond, tout au fond, obscurément antisémite ? Sortirai-je jamais de ce dilemme culpabilité/cécité ?

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.