282
Commentaires

Anti-drogue : des gendarmes accusés de rudoyer des élèves dans le Gers

Alors que la presse nationale et les politiques s'embrasaient sur l'interpellation brutale de Vittorio de Filippis, le Net propageait des témoignages d'interventions brutales de gendarmes, accompagnés de maîtres-chiens à la recherche de drogue, dans deux établissements scolaires du Gers. Des témoignages ignorés pendant dix jours par les médias nationaux.

Derniers commentaires

Quand un enseignant remplit correctement sa fonction, sa première tâche est d’apprendre à ses élèves à reconnaître l’existence des faits qui les dérangent, je veux dire qui les dérangent dans leurs partis pris; et tous les partis pris -y compris les miens, par exemple- rencontrent ce genre de faits extrêmement dérangeants."

en fait les gendarmes n´ont pas cherché autre que de faire de la sociologie appliquée selon le fondateur de la discipline. Voilà !!!!
Cela peut avoir un intéret aussi:

"Lors de ce contrôle, 6 étudiants ont été trouvés porteur de STUP, dont un avec 34 grammes et une petite balance électronique sur lui pour la revente."

http://secretdefense.blogs.liberation.fr/defense/2008/12/fouille-anti-dr.html
N'oublions pas, non plus, l'intrusion de la police dans les écoles pour en expulser les enfants dont les parents sont en France sans papiers.
Dernier épisode à Grenoble:
http://www.educationsansfrontieres.org/?article16689
M'inspirant des propos précédents d'un @sinaute, quand le bleu déteint il devient toujours brun !
Il y a un moyen simple de s'opposer à ces intrusions ou du moins à leurs déroulements c'est de demander immédiatement aux élèves de faire au moins une minute de vacarme (je l'ai expérimenté une année et je n'ai "tenu" que 35 secondes!!) ils ont extrêmement doués pour cela.

Un professeur en colère

André Massoni
Il y a encore mieux. Là, chez Eolas : Des képis dans le préau
Premier post de ma part sur le forum d'ASI. Malheureusement pour exprimer mon effarement devant ces pratiques. C'est vraiment indigne de la part de policiers ou de gendarmes d'adopter de tels comportements et de faire le genre de réflexions du genre de celles qui ont été relevées par les deux témoignages.

Le bleu devient de plus en plus terne, et semble même virer vers le brun...
Houla, comme dirait Daniel, si @si a bien traité du sujet de France 2 sur les brutalité au collèges de Marciac, le site n'a pas relevé que le JT s'est bien gardé de traiter des faits les plus scandaleux, insultes, palpation à l'intérieur des sous-vêtement, dégradation commise par le chien policier !

C'est regrettable de la part d@si, qui a raté là une occasion de disséquer l'impact d'images choisi.

On connait tous les propos du père de Zoé qui raconte la fouille de sa fille. Ici, son interview, saucissonnée, ne fait pas apparaître ce témoignage.

En dissimulant les faits les plus grave, le JT de France 2 ne permet pas de se faire une véritable opinion sur ce qui s'est vraiment passé. A vrai dire, un fois qu'on a vu le reportage, on se demande bien pourquoi un tel raffut. A moins d'aller chercher des infos supplémentaires sur Internet, mais combien iront ?

Encore une fois, les JT n'osent jamais renvoyer un miroir peu flatteur de la France afin de ne pas déplaire aux pouvoirs en place. C'est scandaleux, mais @si n'a pas relevé, dommage. A moins que le site ne prépare un papier de fond ?
La lutte anti drogue ne me gene pas, meme au lycée laissons les policiers et gendarmes aller la ou il les trafics de drogue peuvent etre le plus lucratif. Par contre j'ai écouté les questions du gouvernement sur France 3. Il 'semblerait' qu'un jeune fille de 14 ans a été ( selon le député socialiste du gers ) fouillé , déshabillé, humilié par des gendarmes, masculins. ils lui " aurait " fait enlevé ses sous vêtements. SI cela a bien été le cas, j'en suis indigné et malgré le fait que je soutienne a 100 % les forces de l'ordre dans leur lutte anti drogue, Je serrais aussi a 100% d'accord que ces "pseudos-Gendarme", soit suspendu, qu'il y ai une enquête , et surtout qu'on les mette en prison en attendant d'en savoir plus !!
Je suis choqué d'apprendre que des proviseurs autorisent des gendarmes accompagnés de chiens (sans muselières apparemment) à entrer dans des classes de cours pour faire des contrôles qui ressemblent plus à des délits de "sale gueule".
Je pensent qu'il y a pleins d'autres moyens d'agir plutôt que de faire débarquer des flics dans une classe de cours où ils n'ont rien à y faire.
C'est la série en ce moment avec les soit disant terroristes de chemin de fer, les journalistes traités comme des criminels pour une plainte en diffamation et ces contrôles musclés dans les collèges, je pense que l'on commence à subir la vision d'une société uniquement répressive d'un ancien Ministre de l'intérieur devenu depuis Président.
J'espère que les choses changeront, ça commence à sentir mauvais et dire qu'il faut attendre au minimum trois ans ...... :-(
Parlant à table ce midi de l'affaire du Gers devant une fillette de 11 ans, celle-ci nous a raconté que, justement, deux policières étaient venus parler des "dangers du dehors".

Hier donc, dans un collège des Hauts-de-Seine, des fliquettes se sont livrées à un long monologue sur, si j'ai bien compris, le danger des pédophiles et de la violence.

Elle n'ont insulté personne, on dirait bien, elle étaient "polies et sympas", selon la jeune fille. En revanche, elles sont rentrées sans frapper, elles ont raconté que voler le goûter d'un copain, c'était le premier pas vers la délinquance et que gaffe à vous, "maintenant, on met les enfants en prison, hein !". Lorsqu'elles sont reparties, le prof a confié assez agacés aux élèves qu'il n'avait pas été mis au courant de cette visite.

Pas d'insultes, pas de palpation dans la culotte, encore heureux, mais un vrai respect de la consigne de "bonne insécurité" chère à la procureure du Gers.

La fillette a trouvé ça "bizarre". Pourquoi ? Parce qu'elles "nous menaçaient des pires trucs si on faisait un truc de travers et qu'elles le disaient en souriant."

Les visites de flics aux écoles, même avec les formes, demeureront toujours une inadmissible intrusion. Mais comme ça fait des années que flics et gendarmes rêvaient d'y pénétrer, ils ne vont pas lâcher ce plaisir facilement.


Quand aux prisons pour enfants, on déplore deux suicides cette année. La France de Sarkozy nous prépare une jolie génération de punks : "No Future !"
bonjour, je viens d'écouter Europe 1 où JMM demande de réagir sur cet évènement qui pour eux est arrivé hier.... donc le 2/12. L'évènement survient quand les journaux en parlent ou quoi?
Si on relie cette ignoble affaire à d'autres affaires actuelles d'abus de la police, de violation d'enceintes d'écoles pour rafler des enfants de sans-papier au fait qu'André Santini veuille supprimer la culture générale pour les concours de la fonction publique de niveau B et C (donc ceux que passent les policiers, les gendarmes, certains personnels administratifs des établissements scolaires et des ministères), alors il me semble que tout cela fait sens et rappelle furieusement Vichy, comme je l'écrivais ici ce matin.
C'est très bien de foutre un peu les jetons aux gamins, on banalise bien trop ce hachich marocain qui cause pourtant des ravages, de sa fabrication à sa consommation en passant par son transport et par sa revente.

Il n'y a pas eu ni mort, ni violence physique directe, les enfants s'en remettront bien plus vite que tous ceux qui postent ici leur crainte de la "dictature" dont Sarkozy serait l'initiateur. Balivernes.
Moon,

L'Ecole ne peut transmettre le savoir que s'il elle apprend à chacun à faire un usage de la raison.

C'est cet apprentissage de l'autonomie du jugement qu'elle devrait, normalement, viser. L'idée, inventée par les Grecs, que l'ordre et la mesure, les proportions et l'harmonie, ne régissent pas seulement les nombres et les figures mais aussi les phénomènes célestes puis physiques, et enfin la Cité elle-même, est le fondement de la démocratie. Obéir au logos, à la parole rationnelle, celle qui peut s'échanger dans le dialogue -- être débattue, justifiée, critiquée, bref discutée -- c'est refuser l'arbitraire comme principe de vie sociale (hasard, force, émotion, tradition, hiérarchie aveugle, etc.).

L'irruption des forces de l'ordre dans une salle de classe, au prétexte de la lutte contre la drogue, constitue un viol de cet espace public réservé à la culture de la raison. Un viol commis au nom du Bien, évidemment. Mais même sans les chiens et les humiliations, ce type de contrôle n'en demeurait pas moins ce qu'il est : un acte de terreur et de violence institutionnelle. Il me semble que le minimum qu'un enseignant devrait faire, confronté à de telles descentes, c'est de s'adresser à ses élèves et de refuser catégoriquement de consentir à ces fouilles.

Par ailleurs, je remarque aujourd'hui une extrême confusion entre la sphère privée et la sphère publique, confusion qui me rappelle l'Ecole soviétique, celle des uniformes, de la vérité officielle et du contrôle de la vie des individus par les fonctionnaires bien-pensants. Bref, le système dans lequel plus personne n'est responsable de rien et où tous les hommes sont devenus des lâches.
Certains chefs d'établissements font des formations avec la police http://videos.leparisien.fr/video/iLyROoaftfhD.html (déjà posté plus haut),
d'autres entrent en résistance.

Même si il n'est pas encore d'actualité de lâcher les chiens dans les maternelles (mais bon au rythme où ça avance...),
un directeur d'école est passé outre sa hiérarchie et a adresser directement une lettre à Sarkozy tout en la rendant publique http://uneecolepourvictorethugo.hautetfort.com/.
Il était convoqué ce matin par l'inspection académique http://www.midilibre.com/articles/2008/12/02/20081202-GRAND-SUD-L-39-instituteur-convoque-apres-sa-lettre-a-Sarkozy.php5,
peut-être pour le féliciter ?
Peut-on lier la révélation tardive de ces affaires à l'action entreprise pour surveiller le "terrain subversif" et étouffer les "révoltes", fussent-elles verbales ?
Si oui la coupe est pleine ! Nous approcherions alors à pas de géant du totalitarisme, basé sur la peur et le mensonge !
DE FILIIPIS, "ces jeunes rudoyés dans le Gers", les "terroristes de l'ultra gauche" (dixit les RG) qui sortent un à un de prison : dossier sans doute vide, des innocents sans papiers enfermés dans des camps de concentration : la police et la justice "aux ordres" de ce pays font de plus en plus peur ; ça avait commencé avec sarko à l'intérieur, avec sarko président ça atteint son point d'orgue !!

petite lumière perso ces derniers jours : LAVILLIERS en promo = que ça fait du bien des gens comme lui qui osent encore dire ce qu'ils pensent... c'est vrai c'est une autre génération d'artistes !!
les concerts à l'époque avaient une autre tenue ; non seulement on pouvait boire et fumer mais en plus se rebeller.... dans le discours s'entends ;
mon dieu le mot est lâché : "se rebeller", bientôt les flics nous attendront à la sortie des concerts de LAVILLIERS ou HIGELIN ; 3000 personnes au poste, fouillées au corps.. wouaw !!!

les prochains procès à la mode "élyséenne" : la diffamation ; attention aux dirigeants d'ASI avec tout ce qui se dit sur vos forums, l'Elysée veille, vous n'êtes pas à l'abri de vivre une petite expérience matinale à la DE FILLIPIS.......
c'est tout sauf drôle !!
Le Monde a demandé à des internautes de témoigner de gards à vue brutale. Le résultat est édifiant, impressionnant, non pas dans le détail des récits, dont on ne peux vérifier l'exactitude, mais dans l'impression d'ensemble qui s'en dégage, que la police en France est l'ennemi public.

http://www.lemonde.fr/web/articleinteractif/0,41-0@2-3224,49-1125632@45-5777,0.html

Mais beaucoup d'internautes ont également accusé Le Monde dans leur texte. Accusé de ne se soucier de ce sujet car un confrère en a été la victime. Le quotidien a mis les missives en ligne, c'est courageux de leur part. On vit là un rare moment de vérité. C'est cinglant.

[quote=Ce n'est pas qu'un problème de garde à vue, par Eric Lévy

Vous cherchez des témoignages sur les méthodes de garde à vue parce qu'un directeur de publication a été maltraité. Pourquoi attendez-vous de parler de ça maintenant ? Parce que cette histoire concerne l'un de vos confrères ? C'est encore plus scandaleux ! Les méthodes honteuses de la police française existent depuis bien longtemps mais vous n'en parlez pas tant que votre profession n'est pas touchée. Et il n'y a pas que les méthodes de garde à vue en cause. Même quand on est arrêté par la police pour un simple contrôle en voiture, ils nous gardent parfois près de trois quarts d'heure alors qu'on a des enfants à l'arrière qui commencent à s'impatienter. Si on a le malheur d'aller les voir pour leur dire de se dépêcher, ils nous regardent avec un regard en coin et ne nous répondent même pas. Les méthodes honteuses de la police existent depuis trop longtemps, votre journal aurait dû se réveiller depuis bien longtemps, mais quand ça vous concerne pas, vous vous en foutez complètement. Réveillez-vous, un journaliste n'est pas le centre du monde !]
Filipis est en ce moment sur le plateau du grand journal...
Parce que le rôle des profs se limite à mettre des notes, c'est-à-dire justifier par sa bénédiction l'inégalité des chances, et qu'en plus il doit consentir à des pratiques kafkaïennes d'humiliation ???
J'attends impatiemment le jour (surement proche) où ce genre d'opération se terminera par 4 gendarmes blessés.
je voudrais juste dire que des comportement policier comme ceux là j'en ai vus des dizaines de fois
j'ai 21ans et fait mon lycée en centre ville (Rennes)
Pendant ces 3 ans j'en ai vu des contrôles de polices dégradant ou l'attitude policière est douteuse,
ils connaissent leurs pouvoirs et jusqu'où ils peuvent aller sans que ça leur retombe dessus
on est pas De Fillipis on passera pas à la télé , on passera pour un jeune branleur qui se fiche de la société et que ça passera avec l'age.
et en effet ça passe car on arrête de ce faire contrôler par ce qu'on est un peu plus vieux .... et on comprend un peu moins les jeunes qui à leurs tour
ce font contrôler, on ce dit ils l'ont bien chercher.
Par ce que les méthodes policières qu'on connu nos parents (et les médias)ne sont plus les mêmeaujourd'hui on imagine pas la pression qu'a la police sur la jeunesse.
des histoires comme celles du GERS ont peu en trouver des millier partout ou on trouvera des jeunes.
Les profs qui ont subi ces "contrôles" n'ont rien fait. Pourquoi n'ont-ils pas invité leurs élèves à quitter la salle de classe avec eux ? Leur "indignation" après coup me laisse perplexe.
Il y a des jours ou Gaétan B me manque...
entre le rapport Varinard qui propose de mettre les enfants en prison dès 12 ans, Frederic Lefebvre qui ressort le rapport de l'Inserm de 2005 et les chiens policiers dans les salles de classes, on assiste à une grande offensive médiatique anti-jeunes. Pourquoi ? parce que Sarkozy a été élu par la majorité des personnes agées ?
Le totalitarisme progresse :
http://rimbusblog.blogspot.com/2008/12/une-socit-se-juge-ltat-de-ses-prisons.html
Plus je lis l'actualité, plus je regarde @si, les divers médias audiovisuel et papier, plus je vois les lois votées ou débattues, plus je me demande si nous ne sommes pas en passe de glisser vers une dictature.
De plus en plus de répression, des forces de l'ordres de plus en plus violentes et à l'égard de tous, de plus en plus de lois liberticides, de moins en moins de budget pour l'éducation et la culture, un contrôle quasi-total des médias (même le Canard semble-t-il...) par le gouvernement ; un culte de la personnalité du dirigeant et l'écrasement des opposants par tous les moyens...
Je ne pensais pas vivre cela un jour mais ne serions nous pas totalement sous un régime totalitaire ?


ludovic
Depuis quand c'est la peur qui empêche de se droguer ou de faire des bêtises???

Franchement, qu'est-ce qu'un jeune peut retirer comme leçon? Que les policiers ne sont pas là pour les protéger mais pour les enfoncer. Résultat, quand il aura un problème plus tard, ou même simplement s'il se perd dans un endroit inconnu, le réfléxe sera de fuir les uniformes et d'essayer de régler le problème soi-même.
Surtout si tu vois un uniforme, tu te caches (puisque même si tu n'as rien à te reprocher...).
lLus rien ne métonne : la semaine dernière, alors que mon ami et moi-même ne dormions pas chez nous, notre salle de bains a provoqué un dégât des eaux qui inonda le salon des voisins du dessous.

(vous allez voir il y a un rapport...)

Ma cousine portugaise, que j'héberge parce qu'elle poursuit actuellement des études en France et apprend le français, dormait à la maison. Elle se réveilla avec les hurlements des voisins vers 5h environ, ne comprenant pas le smotifs des cris, elle se demanda si quelqu'un était agressé.

Après s'être levée et avoir vu l'eau inondant le sol de notre salle d'eau, elle entendi sonner. Elle se dirigea vers la porte, ouvrit, et vit trois policiers, deux hommes et une femme, qui s'engouffrèrent dans l'appartement sans sa permission, avec la voisine du dessous, propriétaire de l'appartement endommagé.

La police : "Vos papiers !", directement suivi de "que faites vous ici ?", "pourquoi êtes vous là, qui habite là, depuis combien de temps êtes vous là, qui est le propriétaire de l'appartement" , et des menaces, la po;lice voulant emmener au poste ma cousine à demi endormie, pour une histoire de... plomberie.

C'est l'un des policiers qui dit aux autres "laisse tomber, c'est pas de sa faute", avant de quitter les lieux.

En rentrant, mon ami (qui est avocat) et moi (thésarde en droit) nous sommes posés plusieurs questions :

1. depuis quand la police interveint elle chez les particuliers pourdes fuites d'eau ?
2. a-t-elle le droit dans un tel contexte de quémander les papiers des gens à leur domicile ?
3. de relever les informations pour contrôle ultérieur?
4. d'emmener au poste des personnes dont la salle d'eau a inondé l'appartempent des voisins ?

les questions sont réthoriques et je pense que la réponse à la première et quatrième question est négative.

Tout ça pour dire que des situations ausi stupides qu'un problème de plomberie donnent lieu à des comportements policiers incompréhensibles.
Je crois qu'il faut qu'on en prenne l'habitude. Ou pas.
Pas en fait.
Merci Sophie de ce grand papier.
Depuis au moins François Villon, nous savons que le "Guet" est à fuir (j'ai pas dit le "Gay")... Les archers du Roy ont toujours bavé (de "bavure") ailleurs que là où on leur a dit de faire.
Ce qu'il y a de nouveau c'est qu' en Sarkozie (on dit bien Italie ou Tchéquie) on a commencé par malmener les "bougnoules" puis les fumeurs de pétard... c'est maintenant le tour des journalistes puis viendra celui des pères de famille puis des vieillards puis... "des garçons coiffeurs". Mais pourquoi "les garçons coiffeurs" ? disait déjà Charlot dans un film célèbre.
Si c'est vrai que 53 % des votants ont élu ce petit Poléon Trois... le problème est que 100 % des Français vont se le taper longtemps (il va bientôt faire comme Chavez : se déclarer président à vie). Que peut-on faire ?
"Les élèves ont peur de ces contrôles, ça crée de la bonne insécurité"
Chantal Firmigier-Michel, procureure de la République, dans un entretien au journal La Dépêche du Midi, à propos de l'opération de prévention antidrogue des gendarmes dans un collège de Marciac, dans le Gers.

La" bonne insécurité", les masques tombent ! L'Etat, détenteur de la violence légitime, la "bonne" violence. Franchement, Ben Ali ne dirait pas autre chose.
Choquant et humiliant .Je pense à cette jeune fille qui a été obigée de se laisser palper par une policière devant les policiers hommes .Décidemment on a bien du mal à défendre ces nouvelles pratiques induites par le spectacle permanent qu'a encouragé le président de la République . L'école doit rester un sanctuaire inviolable qu'il devrait être impossible de pénétrer de la sorte . J'imagine la peur suscitée par ce type d' opération .Comment les deux chefs d'étalissement peuvent- ils se faire respecter en permettant ce genre de dérive .S'il y a suspicion de drogue, il y a sans doute d'autres moyens de combattre ce fléau . Que dit le ministre de l'éducation nationale ? comme justifie-t-il cette bavure ?
Pourquoi les médias n'en parlent-ils que maintenant ? manque de courage ? Que disent les minstres de l'intérieur et de la justice ? Il a fallu leur accord .Un beau jour, ils iront dans les crèches pour voir si de la drogue ne se trouve pas dans les langes des enfants.
J'ai lu ça quelque part :

Le silence des pantoufles est plus terrifiant que le bruit des bottes ...
Les policiers devraient savoir que les colleges bénéficient de l'immunité judiciare.

Ces pauvres petits qui se sont retrouvés en chaussettes resteront surement traumatisés a vie, cette descente de police en plein cours aura certainement des effets bien plus déplorables que les traffics de drogue dans les colleges.
Ne faut-il pas relever qu'une fois encore, quand un problème devient préoccupant pour lui -en l'occurrence l'accumulation récente de dérives juridico-policières - Nicolas Sarkozy (et son staff de conseillers-propagandistes) s'empresse de tenir des propos sur un autre sujet dont il est évident qu'ils ne vont pas manquer de provoquer quelques remous. Donc après une retraite plutôt piteuse sur la garde à vue musclée d'un journaliste, embrayons sur autre chose : "Nicolas Sarkozy veut durcir l'hospitalisation psychiatrique" (France Info, 14 h 23). Les psychiatres ont pour quelques jours la parole, les promesses d'hier sur "une procédure pénale plus respectueuse des droits et de la dignité des personnes" s'éloignent...
Bonjour,

...La volonté de la volonté...

Maintenant, peut-être, vous pouvez entr'apercevoir l'oppression quotidienne qui nous est faite, à nous, Français non caucasiens. Et peut-être alors, le mépris qu'on a, dans les quartiers populaires, à l'endroit des "journalistes" genre TFN... (oui, je n'oublie toujours pas les reportages de la dernière campagne présidentielle, et leurs conséquences).

Au passage, nous sommes en pleine guerre froide en France, oui, une guerre froide, civile. Le Grand Lyon en est un exemple très révélateur. (...)

Bien à vous.
Je trouve dommage que les professeurs n'aient pas plus réagis sur le coup, exiger au moins que cela se fasse de manière plus posé. Il on un rôle éducatif et montrer aux élèves qu'on ne doit pas forcement tolérer le mauvais comportement des gendarmes auraient été une bonne chose, et bien pour l'éducation civique. Là il en restera: on obéit et ferme sa gueule face aux forces de l'ordre... Dans une salle de classe, un professeur à quand même la responsabilité de ses élèves, les défendre fasse à une violence (même psychologique) devrait être son rôle, quitte à se faire embarquer (il aurait le soutient des parents qui auront eu vent par leurs enfants de ce qui s'est passé).
Ce qui est surprenant c’est l’étonnement !

La plupart des Français sont automobilistes, ou au moins passagers.

Personne n’a donc remarqué que depuis quelques années il y a un traquenard, une embuscade ou quelque chose de ce style tous les 10 kms avec un nombre de policiers (ou de gendarmes) toujours plus grand à la réception de chaque chausse-trappe ?

Il y a beaucoup d’avantages (vu du côté du pouvoir) dans cette politique :

- Elle passe assez bien auprès des veaux car ils croient volontiers que c’est pour leur sécurité.
- Elle permet de vider les poches des “fautifs” et donc de diminuer (à peine) le Trou de Bercy tout en n’ayant pas l’air d’augmenter le niveau des impôts unanimement considéré comme insupportable et confiscatoire, puisqu’il s’agit de PUNITIONS !
- Elle fait sentir au “vulgum pecus” le poids de l’autorité et combien il est dangereux de la braver.
- Elle permet d’augmenter sans cesse les effectifs des “Forces de l’Ordre” (Cette expression est une manipulation des esprits)
- Et comme tout le monde se doute que le peuple (souverain, faut-il le rappeler) se fâchera un jour, le pouvoir disposera de “Forces de l’Ordre” - en quantité suffisante -pour le renvoyer à sa place, le peuple, c’est à dire à la niche !

Les innombrables dérapages au-delà des routes ne sont que la conséquence de ce qui précède : des effectifs très excessifs ont besoin de s’occuper. Et il n’est jamais inutile de terroriser tout azimut !

Et puis on peut jouer les “efficaces” (voir les cocoricos de Marie-Chantal Alliot-Marie) à bon marché et sans prendre de risques (à 150 surarmés contre 10 avec leurs bites et leurs couteaux)

Ou traquer les dangereux fumeur de cannabis jusque dans les écoles (après avoir pratiquement interdit le tabac et l’alcool à l'école et ailleurs)

La réalité est très simple et il est bien curieux qu’on en parle si peu : nous assistons au retour d’un système Vichyste…

Arrogance et agissements parfaitement illégaux des “Forces de l’Ordre” (impossible de ne pas rire) et muselage de lémédia : quiconque ouvre sa bouche signe son entrée à l’ANPE : voilà qui est dissuasif…

Tiens, à l’instant on remet les prétendus terroristes de Tarnac en liberté : on n'a rien trouvé, au-delà des rodomontades Alliot-Mariesques.

***
Voici le témoignage d'un enseignant qui raconte la "venue" de policiers dans sa classe:
http://www.dailymotion.com/video/x7k4dr_tmoignage-auch-contrle-police-gers_news.

Impressionnant... Stupéfiant...

Question que posent beaucoup de gens: Pourquoi les Français ne se révoltent-ils pas ?

Une piste de réponse ? "ciblage systématique des différentes catégories sociales"
A écouter sur : http://www.radiofrance.fr/franceinter/em/lervpolitique/index.php?id=73640 particulièrement à partir de la minute 17:50 et suivantes...
.
Pourquoi les Français ne se révoltent-ils pas?

Parce qu'ils sont tout seuls
.
.
Les paysans, on les a ciblés, et personne ne veut les défendre.
Les profs, on les a ciblés et personne ne veut les défendre.
Les professions du droit on les a ciblés, personne ne veut les défendre.
Les pharmaciens qui va les défendre?

Autrement dit, le vieux proverbe, diviser pour régner a été mis en pratique avec science et on a ainsi fait exploser la société française.

C'est pourquoi le premier devoir d'un responsable qui veut proposer un autre choix au pays c'est de montrer à chacun que la solidarité avec le voisin, elle n'est pas inutile, elle est indispensable.
...
La loi audiovisuelle. Vous avez parlé "d'une régression sans précédent"... Pourquoi combattez-vous cette loi ?
La démocratie exige la séparation des pouvoirs, la démocratie exige une information libre, la démocratie exige que l'information ne soit pas sous la coupe du pouvoir et on est en train de faire exactement le contraire avec un degré de raffinement qui devrait vous mettre en colère vous-mêmes, parce que vous allez vous aussi être ciblés. Je vous l'annonce à l'avance. Je vais être aussi clair que possible, je vais parler de vous, les journalistes.


Fin de la partie de l'interview.

A cela, j'ajouterais le poème de Martin Niemöller, pasteur allemand qui appela les pasteurs hostiles aux mesures antisémites à s'unir au sein d'une nouvelle organisation, le "Pfarrernotbund", la "Ligue d'urgence des pasteurs"... Cet appel eut un grand écho : à la fin de l'année 1933, 6 000 pasteurs, soit plus d'un tiers des ecclésiastiques protestants, avaient rejoint ce groupe dissident. Niemöller fut arrêté en 1937 et envoyé au camp de concentration de Sachsenhausen. Il fut ensuite transféré en 1941 au camp de concentration de Dachau. Libéré du camp par la chute du régime nazi, en 1945, il se consacrera par la suite, jusqu'à sa mort en 1984, à la reconstruction de l'Église protestante d'Allemagne et prendra de plus en plus de distance avec les milieux conservateurs de ses origines pour devenir un militant pacifiste.
.
Voici ce qu'il écrivait et qui prend aujourd'hui, en France, de plus en plus d'importance, quand des catégories socio-professionnelles sont ciblées:
.
Lorsqu'ils sont venus chercher les communistes
Je me suis tu, je n'étais pas communiste.
Lorsqu'ils sont venus chercher les syndicalistes
Je me suis tu, je n'étais pas syndicaliste.
Lorsqu'ils sont venus chercher les sociaux-démocrates
Je me suis tu, je n'étais pas social-démocrate.
Lorsqu'ils sont venus chercher les juifs
Je me suis tu, je n'étais pas juif.
Puis ils sont venus me chercher
Et il ne restait plus personne pour protester
.
.
"...montrer à chacun que la solidarité avec le voisin, elle n'est pas inutile, elle est indispensable."

A suivre donc...

Et à nous de nous organiser...
+1
voté ))
les infos journalières contribuent à la division: nous sommes désignés tour à tour en tant que consommateurs, clients, marchands, jamais en tant que citoyens de plein droit.
Bravo, magnifique post...

Je partage cette analyse, ou comment la dictature voit le jour insidieusement en se parant des plus beaux atours de la démocratie...
Ce qui est étonnant, c'est que personne ici ne se consacre au "fond" de l'affaire...

Je suis entièrement d'accord, la tournure que prennent les événements est purement révoltante...sans parler du fait que la capacité à "brasserlémédias" des principaux protagonistes met l'emphase sur le silence de plomb qui entoure la plupart des cas de maltraitance policière avérée...

Mais j'aimerais bien revenir sur cette histoire de "proxénétisme" dont Libé accuse le patron de "free"...quelqu'un aurait-il des infos ?

J'ai trouvé ça...

Vu le non-lieu, ça sent le règlement de comptes...

Pour info, Xavier Niel n'est pas dans les bonnes grâces de Sarko 1er...contrairement à l'ami Edouard de Rotshild

Pendant qu'on se focalise sur la forme de l'affaire (après tout les français plébiscitent l'état policier, si vous n'êtes pas content, il y a toujours la Suisse...) on occulte complètement le fond : Le PDG de Free voulait mettre un pavé dans la mare du "cartel" des opérateurs de téléphonie mobile (bouygues, orange, SFR)...et en bon libéral Sarko a dit non (en échange de la modeste contribution pour financer le sabordage de l'audiovisuel public ;-) !

Dans cette affaire, je vois libé comme une véritable tribune destinée à "salir" Xavier Niel pour faire plaisir à ses annonceurs...

La plainte en diffamation était justifiée, mais après la médiatisation de l'affaire, le juge risque de réfléchir à deux fois avant de condamner Vittorio de Fillipis...

Manœuvre habile ou pur hasard ?
Alors là, j'hallucine!
Je comprends bien que Libé est l'Ennemi, le Social-Traître Absolu, la Bête Immonde à abattre, mais on va peut-être se calmer 5 minutes!
Libé n'a jamais accusé, il me semble, Niel de proxénétisme, c'est une affaire qui a été jugée, Libé l'a dit.
Niel a poursuivi deux fois Libé pour diffamation, et a été débouté les deux fois. Il recommence, à propos d'un commentaire d'un article sur libé.fr.
Dans votre aveuglement haineux envers Libé, vous en venez à prendre courageusement la défense du patron de Free (sûrement un parangon de pureté révolutionnaire), et j'imagine que vous n'allez pas tarder à justifier le traitement infligé à De Fillipis, sur le mode "il-travaille-dans-le-torchon-de-Rotschild-vendu-à Sarko-il-l'a-bien-mérité"!

Sinon, pour revenir au sujet, ces interventions policières au collège me font peur et me font gerber. Et on ne peux que regretter le retard à l'allumage des médias sur cette affaire.
Mieux vaut tard que jamais?
Vous avez raison, j'y vais sans doute un peu fort dans mes conjectures hasardeuses...néanmoins, je m'interroge sur le fond de l'affaire, le "off" comme on dit. Il est évident que Niel n'est pas un saint. Il fait néanmoins figure de trublion dans le petit monde des TMT (Techno, médias, télécom) ce qui a le don d'en énerver plus d'un, jusqu'à Sarko 1er qui lui refuse sa licence 3G. Or, le portrait qui est dressé de lui dans certaines émissions de lémédias se résume à :

- 37ème fortune de France (bouh que c'est sale)
- Mis en examen dans une affaire de proxénétisme (mais condamné pour ABS, pas pour proxénétisme, cela n'est presque jamais précisé)
- Procédurier (ok, c'est carrément justifié)

Bref, le traitement médiatique laisse à penser qu'il tirerait presque les ficelles...

Ce n'est pas pour me faire son avocat, juste pour essayer de comprendre ce qu'un tel traitement médiatique peut avoir comme conséquences.

Enfin, concernant la descente dans le Gers, j'avais entendu le témoignage le 17/11 chez Mermet...c'est sorti hier (discrètement) dans lémédias...mais c'est aujourd'hui oublié (de même que la libération des "pré-terroristes de l'ultra gauche anarcho autonome" grace aux incroyables rebondissements dans l'affaire du ptit Gregory...incroyable, non ?
Je vote aussi pour votre post, qui me fait penser à ce que j'écrivais il y a peu sur un autre sujet.

Au final, quand je lis de nombreux posts, ici ou ailleurs, je vois que le mot solidarité revient de plus en plus souvent. C'est effectivement le seul pouvoir dont nous disposons, et qui est encore puissant aujourd'hui.

Vous dites qu'il faut nous organiser, et je suis d'accord avec vous. La question est : comment ?

Nous assistons tous, impuissants, aux dérives de l'état qui nous prive petit à petit de nos libertés élémentaires et qui en plus arrive par les miracles de la communication moderne à nous diviser (Y aurait il des intrus UMP au sein du PS ?).
Nous assistons ... nous protestons (modestement par nos posts sur des blogs), et rien ne change ... normal.

C'est bien de protester, de s'attrister de ce que l'on voit mais pour protester, il y a un principe que nous oublions totalement.
1000 protestations n'ont aucune valeur
1 protestation portée par 1000 personnes en a beaucoup plus.

Le rassemblement (mot cher à la gauche mais actuellement dénué de toute réalité) est notre seul moyen de nous faire entendre.
Comment nous rassembler ?
Où nous rassembler ?
Comment s'organiser ?
Quelle voix portera les 1000 autres ?

Voilà des questions qui méritent d'être posées.
Les blogs et autres sites d'information sont très utiles pour faire circuler librement l'information, mais de par leur nombre sans cesse croissants, il sont un facteur de division.
Chacun a ses sources d'information sur le net, multiples et préférées. L'information circule donc, et au final, tous les internautes finissent par apprendre grâce au "bouche à oreille" les nouvelles (plus ou moins tôt selon ses sites préférés).

A quand un rassemblement des "blogueurs influents" ou des sites "d'information libre" pour nous concocter un lieu internet de rassemblement ?

Qui pour centraliser les informations ?
Qui pour organiser les débats ?
Qui pour synthétiser les résultats et proposer des actions ?

Je faisais aussi une proposition dans ce sens ici mais il ne faut pas compter sur l'état pour entreprendre cette démarche d'ouverture et d'écoute des citoyens.

Je pose des questions, mais je ne suis pas meilleur que les autres, tout simplement parce qu'ouvrir mon propre site (je suis webmaster) ne ferait qu'engendrer un site de plus dans la multitude actuelle, et ne répondrait pas à la demande d'unité ou de rassemblement.

La question de l'organisation reste donc posée.
Exact, vous posez la bonne question.

Des amis rencontrés au détour d'un engagement politique récent (début 2007) ont décidé de lister toutes les atteintes à la LIBERTE d'expression dans les médias qui occultent les réalités et empêchent les citoyens de s'organiser.

Voici l'échange que j'avais hier avec le "service clients" du Figaro et après échange avec les amis d'un collectif qui s'est aussi fait effacer un peu partout :
Service Client Web [mailto:serviceclientweb@lefigaro.fr]
Bonjour Monsieur,
Comme tous les sites de presse nous soumettons à une équipe de modération tous les commentaires postés par les internautes sur notre site.
Cette équipe respecte une charte de modération que nous avons validé et qui ne refusent aucun opinion qu'ils soient de droite ou de gauche.
Voici notre charte ci-contre : http://www.lefigaro.fr/charte_moderation/charte_moderation.html
Nous contrôlons régulièrement la modération et jusqu'à ce jour nous n'avons pas eu de discordes sur des messages refusés abusivement.
Le nouveau système mis en place ne changent rien à la modération, nous ne pouvons donc vous garantir que 100% de vos commentaires passeront à l'avenir.
Nous vous proposons juste un espace plus organisé pour vous exprimer, vous présenter aux autres internautes...
L'inscription à Mon Figaro reste bien entendu complètement libre et nous espérons qu'elle vous portera satisfaction si vous choisissez d'en bénéficier.
Cordialement,
L'Equipe du Figaro.fr

------------------------------
et ma réponse:
------------------------------
Bonjour,
Je suis au regret de vous dire que ce n'est pas le cas. Pas plus tard qu'hier, un de mes commentaires, totalement modéré et respectueux de votre charte, n'a pas été publié
Une amie écrivait à un collectif hier soir: "Comme je m'y attendais, mon nouveau commentaire a été filtré par le Figaro ! Danièle a raison..."
et proposait:
"tenir ensemble cette statistique sur un wiki ou chacun déposerait copie du commentaire initial filtré ou effacé à quelle date et par quel journal".
Voilà, nous allons donc nous organiser contre la "pensée unique" imposée par votre journal et d'autres.

Ce recueil sera largement diffusé avec tous les commentaires effacés ou supprimés, leur article de référence, le contenu du message, la date et heure d'envoi et la copie de "Tous les commentaires" où apparaîtront les commentaires que vous avez acceptés et montreront que les commentaires modérés et respectueux de votre charte n'ont PAS été publiés pour des raisons uniquement politiques. Votre sélection oriente les lecteurs les laissant croire que tous pensent la même chose.

Personnellement, j'observe votre journal depuis les présidentielles et ce que j'y ai vécu ressemble à une presse digne d'une République bananière ou d'une dictature naissante.

Un personnage politique courageux a déclaré sous les huées: "Si nous pensons tous la même chose, cela signifie que nous ne pensons plus RIEN".
Attention, Le Figaro semble aller dans cette direction.
.
Meilleures salutations
--------------------------------------

Nous sommes aux débuts de cette organisation, mais beaucoup de citoyens n'acceptent plus ce qui se passe et se regroupent...

@si pourrait nous aider - grâce à ces forums de discussions - ainsi que Mediapart ou Marianne à nous organiser...et à résister à la main-mise sur la pensée et l'expression libre... eux qui ne censurent pas...

A suivre donc...
ça c'est une excellente idée. (et il n'y a pas que le figaro !)
Hum, je suis sceptique

Certes il est louable de dénoncer la censure, mais je me demande si ce n'est pas une perte d'énergie ... qui pourrait être utilisée autrement.
Le figaro, tout comme les autres journaux (en ligne ou pas) sont des sociétés privées, et nous n'avons pas d'influence directe sur eux (en dehors de l'acheter ou pas), parce que nous n'élisons pas les journalistes.
Par ailleurs, je pense que cette censure n'est qu'une conséquence du climat instauré par le gouvernement. Vouloir agir sur les médias directement, c'est agir sur les conséquences et non sur les causes.

Tant qu'à s'organiser, autant se donner une direction principale efficace en se battant sur des points où nous avons un chance de faire bouger les choses.
Il me semble effectivement que montrer, sinon démontrer, que tout avis est important dans la presse, mais uniquement s'il va dans le sens désiré par la rédaction (qui s'est sacrément droitisée depuis plus de 10 ans)... est intéressant... mais nous allons toucher qui ? Les gens qui ne veulent pas croire, parce que ça ne les arrange pas, que nous virons à la société fascisante telle qu'elle commence à pointer son nez ? Votre idée est bonne mais nous ne sommes que quelques milliers à être victime de censures, nous ne sommes que quelques milliers victimes de bavures, nous ne sommes que quelques milliers bafoués par la justice... les autres ça ne les intéresse pas : même avec les preuves sous les yeux, ils disent que c'est pas possible et s'en vont faire leur travail : participer eux aussi à cette mascarade...

Mais agissez toujours ! C'est dans ce genre d'action que se trouve peut-être le réveil...

Voici le témoignage d'un enseignant qui raconte la "venue" de policiers dans sa classe:
http://www.dailymotion.com/video/x7k4dr_tmoignage-auch-contrle-police-gers_news.

Impressionnant... Stupéfiant...



Bonsoir Danièle

Ce qui m'impressionne le plus dans ta vidéo, c'est le lieu d'hébergement !!!

"""Pé l'unita natiunale di o populu corse"" ?????

Alors évidemment, vu sous cet angle, je ne sais pas s'il s'agit d'un témoignage très objectif envers la Gendarmerie Nationale.

Précision: je ne défends personne, je m'interroge ;-)
question naïve mais simple: un mineur peut être fouillé sans accord des parents?
en effet, moi aussi j'ai pensé à cet aspect, mais sous un autre angle

je sais, d'expérience, qu'il ne peut pas y avoir d'activité "surprise" dans un établissement fréquenté par des mineurs. toute intervention extérieure dans les classes doit être portée à la connaissance des parents: on informe d'abord les enseignants, et le professeur principal fait noter l'info dans le carnet de correspondance, bien avant la date de l'intervention. le parent peut alors faire les observations qu'il souhaite. c'est la procédure que tout directeur, principal ou proviseur suit scrupuleusement.

ex.les associations et les professionnels de la santé font souvent de la sensibilisation aux effet des drogues: il est impensable qu'ils débarquent dans le bahut, séance tenante, pour le faire. d'ailleurs le moindre changement, si banal soit-il, dans la journée d'un élève doit être connu des parents.

alors, moi je m'interroge sur les déclarations du principal qui s'est dit de bonne foi et floué par les gendarmes: pourquoi avoir autorisé une action de prévention surprise, contraire au fonctionnement normal de son bahut? Surprise pour les élèves, pour les parents. Surprise même pour l'enseignant qui se voit tout à coup désavoué, quant à son autorité dans la classe, dont il est, seul, responsable pendant la durée de son cours.

et d'autant plus que cela se faisait à l'aide d'un chien (dont la seule présence peut poser problème: allergie, peur, choc psychologique)?
La surprise n'est nécessaire que dans un seul but...

d'ailleurs, si je ne me trompe pas, il n'y a carrément pas eu de discours préventif! les gendarmes sont venus, ont pris possession des lieux, ont procédé à des fouilles sur les élèves, et sont passés à la salle suivante. Où est la prévention dans tout cela?
je suis d'accord ce qui manque c'est la solidarité, sur le terrain syndical elle a cédé sa place à l'unité avec les conséquences désastreuses que l'on voit
Bonjour,
On peut penser que ce qui se joue, dans notre pays, aujourd’hui, n’est pas le fruit du hasard, mais rentre dans une stratégie globale d’instrumentalisation ou de pression des personnels de l’Éducation Publique (voir notamment l’affaire de la base-élèves, ou l’étude interne de veille des opinions commandée par l’Éducation Nationale pour identifier “les leaders d’opinion, les lanceurs d’alerte, et analyser leur potentiel d’influence et leur capacité à se constituer en réseau”.).

Sur Libé Labo/interview croisé/papa de Zoé, Proviseur du Collège

http://www.liberation.fr/societe/0601415-le-chien-s-est-acharne-sur-plusieurs-cartables

Dans cette affaire, le directeur de collège, ne mesurant pas la portée de l’intervention à laquelle il s’est trouvé de fait associé, tentera encore quinze jours après les faits, de la justifier, faisant semblant de ne pas comprendre, ce qu’un enfant de 14 ans, comme Zoé, elle, saisit très bien… le débarquement de la violence un beau matin dans une école de la république, au nom même des principes de la république… avec son cortège de vexations, de bêtise, pour se terminer en prise de pouvoir sur votre corps adolescent…

Problème de conscience, dites-vous ?
Sens moral au sens de l'éthique, déontologie par rapport à son propre rôle d “éducateur” qu’on cherche sciemment à balayer, il me semble.

De ce point de vue la vidéo effarante de proviseurs assistants à une attaque de chiens et de policiers,

http://videos.leparisien.fr/video/iLyROoaftfhD.html ( à faire circuler de toute urgence!) applaudissant au triomphe de la violence censé venir au secours de la “vertu” en dit long sur l’affaissement de nos “humanités”, sur les dérives d’un certain nombre de personnels de l’Éducation Nationale.
Cette vidéo tournée à Versailles, de préparation générale des “esprits”, annonce déjà ce qui va se passer dans le Gers.


Et il faut saluer encore une fois, ici, le courage du papa de Zoé ou de ce professeur de BTS, premiers et si seuls dans leur réaction au commencement de cette affaire…
Comme si dans cette époque de renoncement généralisé, un problème de conscience était la chose la plus déraisonnable !


Il y a plusieurs années le dramaturge Bernard-Marie Koltés écrivait “Combats de nègres et de chiens”, dans cette pièce de théâtre, il était question d'après mes souvenirs d’une époque bien évidemment révolue, de colonisation des esprits et des hommes, de domination, d’arbitraire, de pouvoir, et de peur. Surtout de peur !

Jean-Paul


P.-S. Cette affaire par tous ses tenants est "fascinante" ou fascisante c'est selon ... Faut-il vraiment arrêter de “crier au loup… ou avec les loups” comme le demandent certains internautes dont je lis les contributions ce matin sur certains sites ? Plus choqués par nos réactions, que par l’attitude des institutions de notre République.
Pourtant l'utilisation de la métaphore du loup dans cette affaire, révèle bien chez ces blogueurs, la folie même de la situation, le malaise qui finit par les traverser eux aussi, inconsciemment.
Mais qu’est-ce qui avance “à pas de loup” pour insidieusement grignoter quoi? dans cette république-là ?
Bête, bêtise, rapport de la force et du droit, de la bêtise et de la justice. Qui fait la Bête ? Qui rend l’homme plus bête que l’animal ?
Le dernier cours du Philosophe Jacques Derrida qui vient de sortir aux Éditions Galilée et qui s’intitule “la Bête et le souverain”, interroge prémonitoirement, je crois, toutes ces notions…
Selon les propres mots du proviseur du Collège de Marciac, il s'agit d'une opération de prévention. À écouter sur Libé en parallèle du témoignage du père de Zoé.
http://www.liberation.fr/societe/0601415-le-chien-s-est-acharne-sur-plusieurs-cartables
De mon époque, la prévention sur les drogues c'était d'expliquer les choses. Quel est l'intérêt de cette opération, où rien n'est expliqué aux collégiens ? La date de la deuxième phase n'est même pas planifiée.
Dire qu'aujourd'hui, la prise de la température par voie rectale par une assistante maternelle est interdite car considérée comme un viol, que dire d'une fouille corporelle sans présence d'un adulte responsable (puisque le proviseur assure être resté dans la salle de classe) d'un mineur de moins de 15 ans ?
Faire peur est bien l'objectif de cette opération. Je vais même dire que les Gendarmes sont plutôt bien dans le rôle qui leur est demandé de jouer.

J'avais eu vent de l'intervention du professeur sur "Là-bas, si j'y suis", la semaine dernière. C'est certainement l'écho de l'attitude ordinaire des policiers lors du mandat d'amener contre l'ex-directeur de la publication de Libé qui va donner un écho logique dans la presse nationale à ces opérations.
Aujourd'hui, des enseignants, des élèves et des parents sont encore choqués par ces opérations. Le problème sera le jour où nous serons tous habitués à des actes de cette nature, au motif du "tout sécuritaire".
Ces exemples sont certainement révélateurs d'une culture qui s'installe au sein de la Police et de la Gendarmerie : employer les procédures optimales en matière de sécurité pour éviter tout échec.
Suivant que vous serez puissant ou misérables votre sort en sera changé. Dernièrement dans notre département, une personne aliéné disparait ! Les recherches ne donnent rien, le chien s'arrêtant au bord de la route, laissant supposer que la personne sans soin dans les 6 heures court de grands risques pour se survie est partie en voiture.

Elle sera retrouvée morte à une cinquantaine de mètres de l'hôpital lui prodiguant les soins quelques jours plus-tard !

Toujours dans notre beau département, trois voitures brulées au même endroit et en même temps, ne font même pas la une de la presse locale, il est même déclaré, sans expertise dés le lendemain qu'un court circuit dans la voiture entièrement détruite ! est à l'origine du feux. Par contre des faits flattant les mérites, les faits et gestes de notre gendarmerie nationale inondent la presse locale !

Suivant que vous s... etc ....
http://tempsreel.nouvelobs.com/actualites/societe/20081202.OBS3635/operation_antidrogue_en_plein_college__quand_les_gendar.html

Le nouvel obs, qui commence pas "Selon l'Humanité...". L'obs ne lit pas la PQR, cette presse pour les cul-terreux.

Je prévois donc une halte également de cette affaire à On refait le Monde de soir.
Qu'en pense Magnifical 1er ?
Officiellement je veux dire, puisqu' officieusement ces événements sont directement liés à sa politique sécuritaire absurde.
On a toujours tendance à sous-estimer les petites phrases prononcées il y a des années, notamment en ce qui concerne la délinquance dans les maternelles et les déterminismes.

Au départ, tout se passe dans l'un de ses sept cerveaux remarquablement irrigués, et puis ça éclabousse le pays.
Une sorte d'incontinence qui a commencé depuis cinq et quelques années, et passer la serpillère au fur et à mesure est devenue une mauvaise habitude.

Dans les faits, nous ne sommes plus dans une République constitutionnelle, dans sa plus simple définition.

Le véritable tour de force de Sarkozy, c'est d'avoir étalé son action sur plusieurs années, confirmant ainsi l'expérience de la grenouille déjà maintes fois évoquée sur @si, et vérifiée de manière édifiante par Thomas Constant ci-dessus.

S'en prendre à des gosses, c'est son test ultime afin de voir si ça va faire réagir le peuple qu'il est censé servir. Un peu comme d'autres dirigeants ont testé leurs pairs en envahissant des pays comme l'Autriche pour voir ce qui allait se passer. Désolé pour l'analogie, mais que des gosses subissent ça me dégonde suffisamment pour penser que les propos politiquement corrects sont décidément sans effet sur la dérive politique en cours. Les forces de l'ordre ont agi sur ordre, m'étonnerait vraiment qu'ils aient pris l'initiative de ces contrôles. Et qui donne les ordres aux forces de l'ordre dans ce pays, au plus haut chef ?

Merci, Sophie, pour cet article. Comme toujours.
Des gendarmes au lycée: “En 50 ans, je n’ai jamais vu ça”

“Personne ne dit bonjour, personne ne se présente. Sans préambule, le chien est lancé à travers la classe. [Il] mord le sac d’un jeune à qui l’on demande de sortir… Je veux intervenir, on m’impose le silence. Une trentaine d’élèves suspects sont envoyés dans une salle pour compléter la fouille. Certains sont obligés de se déchausser et d’enlever leurs chaussettes, l’un d’eux se retrouve en caleçon. […] Ailleurs, on aligne les élèves devant le tableau. Aux dires des jeunes et du prof, le maître-chien lance : “Si vous bougez, il vous bouffe une artère et vous vous retrouvez à l’hosto”. Je me dis qu’en 50 ans, je n’ai jamais vu ça. Ce qui m’a frappé… c’est l’attitude des gendarmes: impolis, désagréables… sortant d’une classe de BTS froid-climatisation en disant: ” Salut les filles!” alors que, bien sûr il n’y a que des garçons, les félicitant d’avoir bien “caché leur came et abusé leur chien”. C’est en France, dans une école, en 2008.”

http://www.lepost.fr/article/2008/12/01/1342747_descente-de-gendarmeirie.html
Il se confirme bien que ce qui reste d' EDVIGE visera essentiellement la jeunesse, et aussi ceux qui tentent de l' éduquer, l'aider et la protéger. L' entreprise, par tous les services de l' Etat, de ce gouvernement est bien ce qu'a exprimé Nicolas Sarkozy ( quand je pense que les Français l'ont élu !..) : la haine viscérale de Mai 68, et surtout des idées que cela portait. Ce ( petit ) chef d'état semble utiliser le pouvoir qu'on lui a conféré à essayer de gommer et de contrer cette période de l'histoire. Et de prendre une revanche sur le traumatisme qu'il a dû subir à l'époque ! Etait-ce parce qu'il n'en était pas ? Être un parmi ces jeunes, beaux, libres, joyeux et LIBERTAIRES ne pouvait lui convenir : il ne se concevait , lui, qu'en majesté. Et pourtant :" Ne t'inquiète pas, Nicolas, tu verras bien qu'la Commune n'est pas morte .." ( air connu )
Je suis assez stupéfait par les réactions ici, ou encore sur le site Rue89...
Franchement, ça vous étonne ?

Attendez...

Je reprends.

Franchement, ça ne m'étonne pas.
Franchement, ça ne m'étonne pas ?

Lorsque j'étais lycéen, je le vivais une fois par an ce petit manège, cette petite descente.
Et ça remonte à 5 ans, dans le beau lycée Maine De Biran à Bergerac.
Depuis ils ont changé de proviseur, ça a peut être changé.

Dans tous les cas, c'était la même manip' : les gendarmes débarquent sans prévenir. Le professeur doit se taire. Le chien passe, grogne. Silence de plomb. Évidemment, on se tourne tous vers celui qui fume un peu. Mais ça, c'était après que l'un des gendarmes l'ait fait sortir, non pas à cause du chien, mais pour son faciès. Ben ouais, un fumeur de pétards, ça se voit à sa gueule ! Pas de chance, j'avais aussi les cheveux long (quelle époque !) et le visage pas trop rasé. Donc je sors aussi, le chien ne m'avait même pas reniflé. Rien dans mes affaires. Pas le souvenir qu'ils aient trouvé quelque chose chez le "fumeur attitré de la classe"... Mais le plus drôle (même si je n'avais pas du tout envie de rire), c'est qu'après moi est sorti le 1er de la classe (enfin, la 1ère). Quitte à faire du délit de faciès, autant jouer le jeu à fond. Mais vraisemblablement, le chien avait grogné. Bon, on déballe tout, on enlève le pull, on regarde dans les ourlets de pantalon, chaussures, etc... Mais pas de "palpations" aussi extrêmes que dans l'article.
Puis on rentre tous en classe. Les gendarmes s'en vont. Le cours reprend dans une ambiance lourde (en effet) et ça jazz beaucoup pendant la récré.
Par contre, à l'exception du bon vieux prof' de philo, pas d'explication de la part des autres professeurs.

Donc oui, l'article ne m'étonne pas, parce que cela me semblait monnaie courante.
C'est peut être assez effrayant finalement, le fait que ça ne m'étonne pas...
Les chefs d'établissements scolaires travaillent en collaboration avec la police dans le but de
"préparer en amont les interventions de police au sein des collèges et des lycées en cas de recherche de stupéfiants, de violences ou de happy slapping."

Une vidéos sur ces "formations spéciales" mis en ligne depuis mars 2008 : http://videos.leparisien.fr/video/iLyROoaftfhD.html.
Les témoignages des proviseurs sont édifiants.
Si l'affaire de Filippis a un intérêt, c'est qu'elle révèle que nous sommes tous des Filippis, nous, nos jeunes des cités, nos enfants au lycée, nos bébés agressifs, nos malades mentaux, nous sommes coupables même si les chiens n'ont rien trouvé, parce que nous pourrions l'être, nous en avons la tête, le statut, le lieu d'habitation, le nom, la couleur, le futur.

Le sarkozysme est en train de faire des Français des victimes de ses exactions, c'e n'était pas une promesse de campagne ça ?

http://anthropia.blogg.org
http://www.liberation.fr/societe/0601415-le-chien-s-est-acharne-sur-plusieurs-cartables

Libé cause de l'affaire. Bon, c'est juste le témoignage du papa de Zoé, mais bon, une semaine après les faits, 4 jours avec leur ex-pdg, pour Libé, on va dire que c'est... pas trop mal.
Que fait la police pour arrêter les gros trafiquants de drogue. Trop facile de s'attaquer aux plus faibles.

Je confirme que la police ne peut entrer dans un établissement scolaire sans l'accord du directeur de l'établissement, et du maire de la commune.
c´est toujours pareil. Il faut qu´un certain milieu soit touché pour que les choses changent. C´est ce qui s´est passé à une époque pour les prisons quand des PDG y ont été envoyés.

c´est ce qui se passera pour la finance aussi quand les "pays riches " tels que l´islande auront fait faillite
Si j'ai bien tout compris, c'est le chef d'établissement qui a convoqué les gendarmes. Ces derniers ne sont pas venus de leur propre initiative, ni de celle de la justice. Il y a donc des responsables de l'éducation nationale pour imaginer qu'une descente de police est une bonne méthode éducative. Ca laisse songeur sur l'état de déliquescence de l'éducation nationale. Ce monde auto-centré dont les acteurs ont une facheuse tendance à se regarder le nombril, n'hésite plus à faire appel à la police lorsqu'elle ne sais pas maîtriser un problème. C'est stupéfiant, pour faire un jeu de mot de circonstance. Voila qui colle parfaitement à certaines mesures gouvernementales : la prison à 12 ans, et à des idées de députés : la détection de la délinquence à 3 ans.

Alors Etat policier ou non ? A chacun de juger selon ses critères mais si c'est le cas, les élites y sont largement favorable. il suffit de voir d'où vient l'initiative de l'intervention policière et de constater le silence prolongé des médias.

Dans cet affaire, il y a l'échec deux directeurs qui semblent incapables de gérer la vie quotidienne de leurs établissements seuls. Il y a la justice qui cautionne et envoie la cavalerie. Il y a enfin la gendarmerie qui éxécute sans avoir le choix. C'est le dernier maillon de la chaine. Avec trois administrations concernées, ça commence à ressembler à un choix de société plus qu'à une bavure.
Les dérives de notre sainte police commencent à faire hurler la presse. Il était temps.

Depuis la mise en place de l'état policier par notre ancien ministre de l'intérieur, aujourd'hui président, je suis étonné d'avoir vu tellement peu de réactions.

Je vois pourtant très régulièrement, dans des villes de toutes tailles, des policiers effectuer des contrôles d'identité sur des jeunes de tout âge, toute couleur de peau, mais un peu moins "bien habillés" que les gens "normaux".

Je vous invite à faire un tour, par exemple, derrière la cathédrale de Lyon, un dimanche, ou quelques jeunes aiment à se retrouver. Si vous êtes majeur et correctement habillé, vous pouvez tranquillement observer le manège policier, qui ne vous embêteront pas. Les jeunes gothiques, par contre, sortent tour à tour leur carte d'identité.

Et le jour ou j'ai eu le malheur de m'informer près d'un képi de la raison qui les pousse à réclamer l'identité de personnes qui "semblent" mineures et décalées, il a réclamé les miens, de papiers.

A la lecture de cet article, je n'ai pu m'empêcher de ressentir une colère certaine, nimbée de tristesse.

En peu de temps, nous avons beaucoup perdu, sous nos deux derniers présidents. Et la mode que nous suivons, cette vague populiste, tend à nous enfermer nous même.

Et ceux qui étaient jugés comme "alarmistes" il y a quatre ou cinq ans ne s'étaient pas tant trompés. Mais ce qui aurait dérangé il y a quelques années est devenu une normalité aujourd'hui.
Ils sont pas sensé être mieux dressés les chiens anti-drogue?
protégeons nos enfants [s]d´internet[/s] de la police !!

un porteur d´uniforme ne sera jamais qu´un porteur d´uniforme, siècles après siècels, rien de nouveau sous le soleil. C´est de la pédagogie gouvernementale que de montrer aux jeunes ce qu´est un pandore.
merci sarko !!
On notera que Libération aujourd'hui fait encore sa une sur SON affaire, se réjouissant, (on le sent) que ça soit allé jusqu'à l'Elysée (et donc se frottant sans doute les mains d'avoir su rester consensuel sur un sujet aussi casse gueule) et faisant maintenant mine de se mettre en position d'attente critique suite à l'annonce d'une millième commission Élyséenne. Dans son édito l'inénarrable Joffrin-l'ultra-gauche-déraille explique que les journalistes ne veulent pas de privilège (doux jésus encore heureux !) et que "Ces abus peuvent toucher tous les citoyens et pas seulement les journalistes"... j'ai envie de lui dire : Heureux Laurent, tu permets que je t'appelle Laurent, que tu le découvres enfin ! parce que les LDH d'un peu partout, la CIMADE à l'occasion, RESF souvent, les lycéens à chaque manif', les sales gauchistes en général (enfin tout ce gens que tu n'aimes pas trop parce qu'ils irritent un peu l'Elysée) t'alertent sur le sujet depuis grosso modo 2002.

J'aimerais aussi renvoyer Joffrin à l'excellente interview de Portelli parue dans son journal et dans laquelle il renvoie la presse à ses responsabilités. ICI.

On notera qu'aujourd'hui Joffrin fait mine de s'adresser à tous mais ne parle que de lui de lui toujours de lui et encore de lui. ça arrive à d'autres ? fort bien ! mais on ne saura pas qui ni quand ni comment. J'espère qu'il y a davantage dans la version papier que dans la version web.

On notera aussi que les journalistes demandent aux gens de se mobiliser en manifestant !
fort bien !

qu'on aurait aimé que les journalistes se mobilisent à l'occasion en suivant au moins (après tout c'est leur boulot) les manifestations des autres quand ils se mobilisent (et ce sans transformer le tout en prise d'otage, en "grogne" etc.)!

Le Figaro titrera t il "LES JOURNALISTES DE LIBÉ PRENNENT EN OTAGE LE PALAIS DE JUSTICE" ?
j'ai comme un gros doute.

Il y a cependant une chose positive dans l'édito de Joffrin : il met enfin le doigt sur la cause : Sarkozy.

Alors je ne me priverai pas de lui dire : Laurent, tu te souviens quand tu nous disais qu'il ne fallait pas diaboliser Sarkozy, Laurent tu te souviens quand tu reprennais dans ton journal la moindre propagande du ministère de l'interieur, Laurent quand tu t'es tu sur tous les dérapages du système Sarkozy (qui est un système fondé sur le dérapage) ... laurent tu t'en faisais le complice parfois et le reste du temps tu détournais poliment les yeux pour ne pas regarder.

Le Journal de M. Joffrin a toujours été prompt à insulter les "gauchistes", à salir les internautes, les démocrates... enfin tous ceux qui ne sont pas surpris aujourd'hui parce qu'ils l'annoncent ou en témoignent depuis 2002...
Rien n'excuse le comportement individuel de policiers, gendarmes ou juges lorsqu'ils outrepassent la loi et les règlements qui leur donnent déjà beaucoup, et de plus en plus, de pouvoirs par rapport aux suspects présumés innocents mais qui sont considérés comme coupables, il suffit de constater leurs réactions.
Pourquoi ces fonctionnaires réagissent-ils actuellement ainsi ? Ne serait-ce pas une conséquence des déclarations et des comportements affirmant la culpabilité de tel ou tel dès l’arrestation avant tout jugement, le discours sécuritaire, les propos agressifs voire insultant à l'encontre de certains de nos concitoyens,... effectués par nombre de nos représentants élus et notamment par ceux qui occupent les fonctions les plus importantes ?
Quant à la collusion entre l’administration de l’éducation nationale et la police ou la gendarmerie en voici encore un exemple que j’ai reçu sur ma messagerie, ce matin :
Base élèves est une arme redoutable de contrôle de la population.
Bonsoir,
Hier, vendredi 28 novembre, s'est produit un fait très grave à l'école du Jardin de Ville, à Grenoble. A 15h45, un père de quatre enfants (un moins de trois ans, deux scolarisés en maternelle et un en CE1 à l'école du Jardin de Ville) est venu, accompagné de deux policiers en civil, chercher ses enfants, pour "un rendez-vous en préfecture", ont compris les enseignants. A 19h, on apprenait que la famille au complet était au centre de rétention de Lyon.
Ils y ont dormi. Ils étaient injoignables hier soir. On a réussi à les joindre tôt ce matin aux cabines téléphoniques du centre de rétention (qui, rappelons-le, est une prison). Ils étaient paniqués. On a prévenu le centre que la CIMADE, seule association ayant le droit d'entrer dans les centres de rétention, irait voir la famille ce matin. Arrivés au centre, les militants de la CIMADE les ont cherchés, sans succès : la famille était en route pour l'aéroport, leur avion décollant une demi-heure plus tard.
Nous n'avons rien pu faire, nous attendions que les militants des la Cimade comprennent la situation de la famille,afin de pouvoir les aider en connaissance de cause. Ils ont été expulsés ce matin.
Leurs chaises d'école resteront vides.
C'est une première en Isère : la traque des étranger-e-s pénètre dans les écoles. Les seuls enfants en situation irrégulière sont ceux qui ne sont pas à l'école.
Nous vous demandons de bien vouloir faire circuler cette information le plus largement possible. Personne ne doit pouvoir dire "on ne savait pas".
Merci,
Emmanuelle, pour le Réseau Education Sans Frontières 38


Les IA auront les coordonnées personnelles de toutes les familles et de leurs proches de leur Académie (23 bases de données nominatives) (pour la nôtre : Isère, Savoie, Haute-Savoie, Drôme, Ardèche), et tout fichier est accessible à la police, à la justice et au fisc sur commission rogatoire (ou sans commission rogatoire dans la pratique, qq exemples en ce moment !)
Base élèves est une arme redoutable de contrôle de la population.
Les conséquences seront assez vite que les familles sans papiers n'inscriront plus leurs enfants à l'école de peur d'être repérées, alors que notre école doit accueillir tous les enfants présents sur le territoire.
Voir ou recevoir cet article : http://www.ldh-toulon.net/spip.php?article2263

Mireille Charpy
On essaie depuis une semaine de répercuter ces infos. Mais les rédactions se regardent les unes les autres en guettant celui qui va commencer à en parler.


Encore une fois, merci @si.
Merci Sophie pour cet article.
J'avais été effaré par le message du prof sur le répondeur de l'émission de Mermet le 18 novembre.
Il avait suscité beaucoup de réactions (y-compris dubitatifs), sur le site là-bas.org ou celui d'Inter.
Il y a eu un papier également sur http://www.rue89.com/2008/12/01/drogues-faut-il-envoyer-la-police-dans-les-colleges et le communiqué de la LDH.

edit : il me semble aussi avoir vu le lien du répondeur de Mermet sur un forum ici il y à quelques jours, mais je ne sais plus où.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.