79
Commentaires

Alors, tu vas encore nous parler de la ZAD ?

Commentaires préférés des abonnés

Merci merci merci Daniel d'en parler deux matins de suite. Je ne suis ni zadophobe ni zadobéate, je pense qu'il y a du germe de diktat dans les projets les mieux intentionnés, mais les arguments de l'évacuation montrent bien qu'elle procède d'une dér(...)

Merci au contraire de nous reparler de la Zad. Je vais de Reporterre en Basta pour avoir des nouvelles fraîches, je suis aussi les infos "classiques"... 


Bon, d'accord, "ils" sont interdits de caméra, de quoi ils se plaignent, on va leur fournir (...)

Merci Daniel d'insister sur ce sujet.
Ce qui se joue à NDDL comme en d'autres lieux et à d'autres occasions (SNCF, hôpitaux, code du travail, ) c'est la volonté de donner une apparence "légale" à la mise en coupe réglée des ressources minérales, natur(...)

Derniers commentaires

La laïcité n'est pas destinée à nettoyer la société de toute empreinte religieuse, mais à préserver l'esp

On y retourne dimanche.


En nombre.

Merci Daniel pour cette chronique.

Macron a raté l'occasion d'être un peu Mitterrand pour le pragmatisme intelligent (et c'est Rocard alors qui avait fait légaliser comme ministre de l'Agriculture la bergerie solidaire sur le Larzac en 1981). Il se chiraquise de vanité, et se sarkozise, comme vous l'avez suggéré - y compris dans l'allumage de contre-feux permanents. 


A nous d'avoir un coup d'avance, et d'être plus malin que lui : la SNCF, j'ai donné pour la cagnotte, et s'il faut descendre dans la rue j'y serai. Avant de retrouver cet été peut-être un peu de Larzac, son marché de Montredon les mercredis soirs (on y mange, discute, écoute des concerts, raconte, débat, etc.), en rêvant d'autres projets.

Pour continuer dans le fil de Cultive...http://jefklak.org/ca-ne-cessera-pas-de-bruler/

Les résistances à ce que l'on nous présente comme " de droit".7



Encore Reporterre


"le député La République en marche (LREM) des Bouches-du-Rhône, François-Michel Lambert, a réclamé "une pause" dans l’opération d’expulsion de zadistes à Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique). "On tremble", a-t-il lancé. "Il ne faudrait pas qu’un homme, une femme tombe, prévient le parlementaire. On a vu que certains sont déterminés, je ne les cautionne absolument pas, mais à la fin, ça peut être un gendarme qui tombe, un journaliste... Est-ce qu’il n’est pas temps de faire une pause dans l’opération ?". 


Tiens, ça rejoint ce que je pensais hier soir: imagine qu'ils tuent un vieux!!! la catastrophe!!! (accordez-moi exceptionnellement le droit à ce genre d'humour de mauvais goût, j'ai de très bons amis vieux, à commencer par moi-même)

la destruction est  matérielle. Rien n’empêche cette collectivité d'aller tenter l'experience ailleurs (ou au meme endroit) dans le cadre du droit. par ailleurs les initiatives agricoles vues dans al ZAD aussi intéressantes soient elles ne sont pas une exception en France , loin de la. 


La question au final est plutôt :  souhaitent ils s'inscrire dans le cadre de la légalité ? il semble que  l’attrait de l'experience  ou de ce mode de vie vient du fait qu'il se deroule en marge du carcan impose par le droit et l’état.

Belle utopie  mais difficilement durable, nous vivons (heureusement ou malheureusement) dans un état de droit.   


Il est evident que la prefette n'allait pas  rentre les choses plus simple ...  j'imagine que de son cote ca fait un moment qu'elle en rêve de l'evacuation.

Par contre il me semble que le nombre de policiers est disproportionne pour cette intervention... mais si le nombre leur permet de ne pas flipper et donc de ne pas tirer sur tout ce qui bouge et d’éviter d'attenter a la vie des occupants tant mieux.


Au final je pense qu'il ne faut pas tout confondre... les Zadistes ont gagne (et probable qu'ils ont pese plus que tout le reste dans la balance) il ne faudrait pas les transformer en victimes alors qu'ils ont obtenu gain de cause. Une zone de defense qui n'est plus a défendre c'est juste un squat si ca n'est pas régularise. Que la prefette ait fait preuve de mauvaise volonté, sans doute, mais je doute que les tords ne soient que d'un cote, ca serait une vision un peu simpliste, on se rend bien compte y compris en regardant l'emission d'@si sur le sujet qu'il y a des Camille supers sympas et des camilles un peu plus radicalisées dont la revendication ne s’arrêtait pas a NDDL.

Sur Le Monde Planète, cet article à propos de NDDL est très surprenant par le décalage entre le titre et le contenu.


Titre : 

Notre-Dame-des-Landes : la volonté de dialogue de l’Etat mise à mal


Moi, quand je lis ça, j'imagine un contenu plutôt à charge contre les ZADistes qui mettraient à mal une volonté de dialogue dont l'Etat ferait  preuve ( importance des conditionnels dans ma phrase !)


Contenu : pas du tout le parti-pris que laissait sous-entendre le titre !


C'est une impression ou il est de plus en plus fréquent que le titre et le contenu d'un article soient très décalés ? 

Sur tous les médias, même ici parfois. 

Est-ce lié à internet, aux moteurs de recherche ?


Gaspard Gla nz twitte à propos de NDDL et des facs occupées.


Taranis News a besoin d'argent.

Les journalistes ne sont pas les bienvenus dans ces lieux où la Police fournit directement les images à la presse.


Je ne partage pas toutes les opinions de Gaspard Glanz, mais je pense que son travail mérite d'être soutenu.


C'est ici son Tipeee, et même un don de 1 € ça lui est utile.


( waouh, on peut prévisualiser avant de publier !!)

"Raser la ferme des cent noms, c'est une décision éminemment politique."

+1

Saint Macron, saint patron des capitalistes et des banquiers est en train de nous mitonner une France qui aurait fait fantasmer triquer Fillon.

Puisque personne ne l'a mentionné ,je conseille la lecture de " Ma Zad"' de Jean - Bernard PouY

Il ne faut pas se laisser abattre, il suffit de tout refaire dans un cadre légal. Je suis sûr qu'un crowdfunding marcherait s'il s'agit d'acheter un terrain.

Merci Daniel, pour cet édito, qui atteint parfaitement le point qu'il visait et qui visait parfaitement à l'endroit du bon sens.

Je suis émerveillée ce soir par toutes ces reconnaissances (parfois agacées) de mon engagement catholique en politique, précédanr en acte, l'appel de ce soir. Ça va devenir top d'être catho cohérent ! (Christine Boutin).

Euh ! Ne nous énervons pas !

Il existe une forme de société appelée GAEC qui permet à de gentils agriculteurs de se regrouper. Ou des méchants productivistes aussi, mais il y a des possibilités.

Donc il y avait bien moyen de faire le nécessaire si c'est vraiment ça le fond du problème. Mais évidemment, il y a de fortes chances que tout cela soit bidon.

Il reste que les ZADistes sont des gens d'extrême-gauche, et qu'ils ne veulent pas se compromettre avec aucune sorte de capitalisme, donc ils n'auraient rien fait dans les règles de toutes façons. Je ne dis pas que les  torts sont de leur côté uniquement, je dis que de toutes façons, ça ne l'aurait pas fait...

La situation était celle-ci : pour des raisons techniques, une histoire de procédure d'utilité publique qu'il fallait reprendre à zéro, et parce que les oppositions avaient fait durer les choses, la construction de l'aéroport NDDL a été abandonnée. 

Clair que les opposants y étaient pour beaucoup.

Maintenant, il faut que force reste à la loi. Aucun Etat, même le plus démocratique, ce qui n'est pas trop le cas de l'Etat français, ne peut se permettre d'être bafoué dans ses lois.

Alors évidemment, les quelques ZADistes qui voulaient rester n'auront pas fait le poids. 


Mais plus généralement, le problème de l'extrême-gauche, c'est qu'elle veut faire la Révolution. Or, nous sommes trop vieux, nous avons trop à perdre (encore un peu) pour prendre le risque de tout balancer.  Les révolutions, encore aujourd'hui, et les plus justifiées, font beaucoup de morts et de souffrance. La faute à ceux qui veulent conserver le pouvoir, mais aussi à ceux qui ne comprennent pas comment initier de nouvelles sociétés, plus vivables, et plus égalitaires, parce qu'ils sont tributaires d'idéologies qui ne fonctionnent pas et au contraire aggravent les problèmes. 

On est devant l'éternel problème : on ne peut pas changer les choses si on est à l'extérieur du système, mais le système nous récupère et nous broie si on reste dedans.  Et les dominants savent dominer, entre autres, en utilisant des larbins genre Macron pour nous assujettir. 


Mais oserais-je le dire, d'ici moins de 20 ans, le grand effondrement va tou.te.s nous rattraper, et toutes les cartes seront redistribuées. Des gens qui font des expériences agricoles aujourd'hui seront l'avenir et permettront à des millions de personnes de survivre avec des nourritures sans engrais et sans fertilisants venus de l'autre bout du monde (épuisés, comme toutes les autres ressources sous la pression de milliards d'humains avides).

Il y a des espaces énormes pour ces gens, et personne n'embêtera des fous de ce genre. 

C'est ainsi qu'il faut voir les choses, se glisser dans les interstices de la société, dans ses marges, et inventer demain qui viendra de toutes façons beaucoup trop vite... Et l'extrême gauche est très forte pour ça,


Le temps n'est plus à des guerres ouvertes, nos ennemis ont déjà perdu... Mais le déni du au biais cognitif fait qu'ils n'ont absolument pas cette conscience, aussi malins soient-ils.


C'est ainsi que sont balayés les dominants : ils ne pensent qu'à leur pouvoir pendant que le monde se retourne...

Tiens moi aussi, je vais en reparler de cette "zone de non droit"

comme si se faire élire avec à peine plus de 20% des voix, c'était être dans une zone de droit


Mais voilà les vœux pieux du révérend père Collomb :

"Le ministre de l’intérieur a rappelé avoir  donné pour consigne aux forces de l’ordre « la plus grande retenue ». « Nous ne voulons pas d’un Rémi Fraisse, nous ne voulons pas qu’il y ait des jeunes qui puissent être blessés, nous ne voulons pas que des forces de l’ordre puissent être atteintes »


La soft dictature a envoyé 2500 gens d'arme pour réduire à néant "les lieux de vie et projets agricoles" avec force camions, blindés et tractopelles : labourage et abattage sont les deux mamelles de la France


Le tribunal de Roazhon Kêrbenn Breizh, Rennes capitale de Bretagne, a libéré les personnes en garde à vue tandis que la préfète énumère les objectifs en nombre de squats avec une nonchalance de religieuse

Ah le truc pour les hydravions ?


Démolir, c'est fastoche. Construire, avec des idées, du concret c'est moins aisé mais possible.


La vision macroniste de la société - de la chose publique - implique, réitère, un immobilisme mortifère de la pensée.


L'adverbe "autrement" est devenu subversif !




 

Pour revenir à certains mots apparus dans la discussion, quelques parallélismes de vocabulaire à réfléchir:

Ne dit-on pas aussi à propos des start-ups si à la mode qu'elles sont des jeunes pousses ? L'expérience de la ZAD ne sème-t-elle pas (comme auparavant le Larzac) au sens propre et au figuré quelques jeunes pousses qu'on espère prometteuses ?

On reproche aux participants de l'aventure des cent noms leur anonymat, et en même temps on nous fait l'éloge (entre autres pour la SNCF) de la société anonyme ? A qui doit-on faire le plus de reproches ? Au Zadiste qui se fait appeler Camille ou à l'actionnaire qui cache sa part de responsabilité sociale derrière une soi-disant "vertu économique" ?

Cultive ton Jardin a conclu son premier post en parlant de guerre de religion contre des hérétiques. C'est parfaitement bien vu.

Quelqu'un qui cite le gouverneur Reagan ne peut être mécha euh


Euh ... Quelqu'un qui cite le gouverneur Reagan ne peut être mé


J'ai oublié

Et bien oui, Daniel a bien raison de revenir deux fois sur le même sujet. Le traitement par l'Etat du devenir de la ZAD est une abjection. Cela en aurait été autrement si la ZAD était une start-up ! Pourtant c'est bien là, dans des mouvements comme ceux-ci que se déroulent les enjeux de demain. Laissons place à l'expérimentaion que diable.

Pour ceux qui n'aurait pas compris le message de Macron à l'église de France.


Il s'agit bien de reconstruire non un lien mais une laisse. 


Le pape François est un dangereux écologiste !


http://w2.vatican.va/content/francesco/fr/encyclicals/documents/papa-francesco_20150524_enciclica-laudato-si.html

Ce que ce gouvernement préfère, au Havre:

  https://fr.calameo.com/read/00003919381d1d3a00e28  

très émouvant !

Bon, soyez indulgents, mais je vais émettre une hypothèse: quand on n'a (évidemment) pas la force pour soi, on ruse. N'était-il pas possible d'utiliser une de ces merveilleuses constructions juridiques (SCEA par exemple) de notre merveilleuse société post-industrielle, pour déposer un projet collectif bien dans les normes, permettant au groupe de rester sur place, ou un projet d'enseignement agricole bio, bref, une belle façade néo-classique, (ou néo-disruptive, comme dit Dr Panel) derrière laquelle on s'organise... Y avait aucun avocat d'affaires un peu retors pour conseiller les Cent Noms ?

je suis consternée par une violente d'état inouie

Merci merci merci Daniel d'en parler deux matins de suite. Je ne suis ni zadophobe ni zadobéate, je pense qu'il y a du germe de diktat dans les projets les mieux intentionnés, mais les arguments de l'évacuation montrent bien qu'elle procède d'une dérive policière inquiétante. Pas de dépôt de projet individuel. Quand on sait l'affinité de ce gouvernement avec ce projet collectif qu'est l'entreprise, pourquoi faudrait-il que seuls les projets agricoles soient individuels ? Peur que quand les gens se regroupent pour faire fructifier une terre et essayer d'autres modes de fonctionnement collectif, ils aient trop de pouvoir ? Mais non mais non. ils n'ont juste pas eu le bon vocabulaire. 

Ils auraient dû dire : "on va penser out of the box, on est en train de disrupter l'économie et même disrupter les disrupteurs (les bitcoins qui disruptent les vieilles institutions monétaires). On va co-créer, en mode collaboratif et participatif, un modèle qui va créer de la valeur hors das carcans pyramidaux, grâce à notre hackathon agricole et solidaire durable sur ce LAV (Lieu à Valoriser, pas Zone à Défendre)". Et là c'est sûr, Macron aurait investi un max de blé dans la Start-up Hundred Names sans même lui demander de payer ses impôts.

Macron, ou plutôt son pisse-copie, sur Twitter : 

J'appelle les catholiques à s'engager politiquement. Votre foi est une part d'engagement dont notre politique a besoin.

Réplique de Laurence Rossignol :

L'église catholique est déjà très engagée politiquement.

Contre : le préservatif, la contraception d'urgence, l'IVG, la PMA, le droit de mourir dans la dignité... #whatelse ?

Merci Daniel Schneidermann car en effet, c'est de cela dont il est question.


Mais recueillons-nous avant de procéder au commentaire et remercions d'abord notre ministre du culte gouvernemental, le plus sympa des collabos, qui n'a de pareil que celui qui veut lui succéder la place au saint-siège des affaires intérieures, monseigneur Valls, tout aussi sympathique et collabo


Tandis que la discrétion était de mise à France Info, il fut cependant question des chouettes qui ululaient ce matin ordinaire en terre de ZAD, le calme avant une nouvelle étape de reconquête des terres par nos forces civilisatrices, nouvelle Mission en terre Bretonne à l'instar de celle lancée au XVIIIe et XIXe siècle par notre Ste Mère l'Eglise contre ces infidèles perdus dans quelques idées saugrenues. 


La préfète qui n'était pas aux champs se félicitait de la première étape tout en avertissant que le plus dur reste à faire. La ferme étant fermée, il y encore des tonnes de lacrymogènes à déverser. Prions pour nos semeurs d'ordre, mes très chers frères et très chères sœurs.


Ce matin encore à France Info, il y en avait un autre qui se répandait en grâces à l'égard de sa ministre de l'éducation et qui lui aussi semblait vouloir appeler une nouvelle fois les forces civilisatrices pour chasser l'impie hors de l'Université de Strasbourg. Un interview du recteur Michel Deneken que par un manque de déférence étrange en ces temps de reconquête, l'intervieweur n'a pas salué de son titre religieux : Père Michel Deneken 

Recteur à qui l'on doit déjà d'avoir appelé les forces il y a peu, ce qu'oncques on ne vit depuis l'annexion nazie


Autour de Strasbourg et jusqu'au Piémont des Vosges, les champs à perte de vue, sans arbre, sans fourré, sans la moindre herbe sauvage, sans le moindre oiseau hormis une corneille passagère, cette terre à glyphosate pareil à un désert déserté

Ils refusaient la "verticalité". On leur a montré ce qu'est l'horizontalité macronienne

Merci .

on en reprend demain si necessaire.

Encore Reporterre, 10h19, si vous voulez voir la photo d'une maison menacée.

L'idéal est un rêve, l'utopie est un projet...Les Cent Noms s'inscrivaient dans un projet collectif souriant de compagnonnage  dans lequel le livre, la parole, la houe, le partage ...étaient autant d'outils hors temps dans cet espace d'ailleurs et autrement dont je parle depuis...


Une recherche simple et dépouillée d'une poétique Beauté, amorcée dans l'occitan amour courtois mais tuée par le fer du centralisme royal...


Les graines refleuriront.

Que Dieu garde et protège notre Valeureux Président !

Espérons qu'il prononce également une Merveilleuse Allocution à la Grande Synagogue !

Espérons qu' Il déclare également sa flamme à la Grande Mosquée !

 Qu' Il n'oublie pas les Protestants, les Bouddhistes, les Hindous, les Témoins de Jéhovah .....

Et qu'il fasse un geste ( un doigt d'honneur, par exemple ) aux athées. 

Il y avait une belle bibliothèque dans cette ZAD. Les livres ont ils été rasés et ensevelis aussi ?

Ah la chienlit anarchiste, pas foutus de se créer une personnalité juridique pour que l'Etat sache sur qui taper, que les banques sachent qui faire payer, qu'on ait un "responsable" et pas un aggrégat d'"irresponsables".

Merci Daniel d'insister sur ce sujet.
Ce qui se joue à NDDL comme en d'autres lieux et à d'autres occasions (SNCF, hôpitaux, code du travail, ) c'est la volonté de donner une apparence "légale" à la mise en coupe réglée des ressources minérales, naturelles et humaines par la logique du grand commerce et de la finance au nom d'une modernité dont on ne veut pas voir qu'elle s'épuise, qu'elle épuise tout autour d'elle et qu'elle ne sait plus très bien où elle va.
Dans le monde enchanté de nos dirigeants, la ZAD est intolérable parce qu'elle fait tache et risque de faire des émules refusant le profit, la croissance, la mise en fiches. Aujourd'hui comme hier l'anarchie, même sous la forme paisible de squats construits de bric et de broc et de jardinage expérimental est insupportable à ceux qui veulent faire croire que la légalité de la guerre économique qu'ils ont instaurée est une caution morale. Pas question de prêter la moindre attention aux aspects positifs de ce qui a émergé sur la ZAD, c'est le mépris total et la démolition qui s'imposent, la nécessité d'éradiquer cette verrue qui fait tache dans le beau paysage de la modernité miroitante dont Macron avec son physique de jeune manager brillant est le visage emblématique.
Sur l'importance de l'effet d'image, je recommande l'humour décalé de Charline Vanhoenacker ce matin.

Merci Daniel. C'est vraiment le Président des enfumeurs. À une opération policière violente, massive (12+ gendarmes par zadiste, si on investissait autant dans l'éducation j'aurais déjà écrit 8 thèses) et potentiellement illégale (je lis "voie de fait" çà et ), on répond par un discours tellement outrancier qu'il fait hurler les hurleurs, pour couvrir le fracas initial. À la Trump. Il apprend vite, le jeune.

Merci au contraire de nous reparler de la Zad. Je vais de Reporterre en Basta pour avoir des nouvelles fraîches, je suis aussi les infos "classiques"... 


Bon, d'accord, "ils" sont interdits de caméra, de quoi ils se plaignent, on va leur fournir les images gratos. Et une cellule de rédaction se met en place pour leur fournir aussi les articles (meuh non, je blague, yen a encore qui vont parler de fake). C'est mieux que "embedded", c'est carrément nourri, blanchi, logé. 


En réalité, ils peuvent circuler comme ils veulent, à condition de ne pas se mettre entre flics et résistants. la Zad est vaste, ils peuvent aller parler aux habitants pas en core expulsés, ceux qui ont été jugés dignes de ne pas l'être, tous ceux entre les deux qui doutent et attendent en espérant que non. Ils peuvent aussi aller voir les lieux déjà expulsés et détruits, dont les flics sont partis après leur exploit d'huissiers illégaux. Ils peuvent également nous raconter l'histoire des délogés qui, pendant cinq ans, dix ans, n'ont pas seulement protégé la zone: ils ont fait vivre et revivre des friches.


Ils peuvent, mais ils ne le font pas. On ne saura rien, en tout cas rien par eux, sur les Cent Noms, leur projet de plusieurs années, leur sens du collectif qui les a perdus: on exigeait d'eux, comme une abjuration, qu'ils renoncent au collectif au "profit" de projets individualisés. Ils ont tergiversé, traîné les pieds, discutaillé. Certains ont proposé de se nourrir de saucisson d'âne pour faire semblant de manger du porc. Démasqués. Expulsés. Écrasés. 


C'est une guerre de religion, menée par la religion dominante, celle du fric, du profit, de chacun pour sa gueule, contre les nouveaux hérétiques.

@DS Bien dit !

Superbe !

Plus concret qu'un discours aux évêques, voué à l'oubli.


Le but de ce discours étant sans doute de détourner l’attention.

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.