59
Commentaires

Alors, heureux ? Le juge Halphen et la ligne j@une

Au même moment, deux affaires viennent poser à nouveau la question de l'immunité judiciaire du président de la République en France. L'ancien président Jacques Chirac est renvoyé en correctionnelle dans l'affaire des emplois fictifs de la mairie de Paris. Et la plainte déposée par Nicolas Sarkozy, victime d'une banale escroquerie à la carte bancaire pour un montant de 176 euros, est dénoncée par les avocats des accusés.

Derniers commentaires

Emission à haut niveau informatif avec des intervenants très clairs et une belle cohérence. Comme souvent vos émissions.

La différence, c'est que les commentateurs @sinautiques ne grognent plus pour le plaisir.
Vous devez être soulagé, GB.
Longue vie à votre excellente émission.

Avec le voeu qu'il y ait cette nouvelle émission de géopolitique sur @SI, avec ou sans marque associée..

Bon, il me reste les deux autres émissions de la fin semaine dernière à voir. J'ai du mal à tenir la cadence.
Excellente émission ! encore une. Merci pour la limpidité de ce débat et des informations sur l'immunité parlementaire. Bastien François est remarquable de clarté, moi qui ne suis pas vraiment versé dans le droit et le constitutionnalisme.
PS : En revanche , je déplore que le débat sur la fellation ne soit pas allé plus loin ;-) J'ai un pont de vue très clair là-dessus...
Et le fascisme ? Personne ne semble envisager le fascisme comme moyen ultime de restaurer une cohérence technique (je n'ai pas dit morale) à tout ça : plus de séparation des pouvoirs ; aucun droit de se défendre pour les accusés (pauvres de préférence) ; immunité totale et éternelle pour le chef et ses sbires (au bon vouloir du chef). L'incohérence apparente des réformes se dissout dans le fascisme, ou dans la fachocratie élective, appelez ça comme vous voulez.

Nicolas Sarkozy n'est PAS un vrai démocrate. Il l'a démontré en s'asseyant sur les résultats d'un référendum, avec la complicité de parlementaires guère plus démocrates que lui. En fait, eux et lui conçoivent une démocratie qui commence à son/leur niveau, mais pas en dessous. Et Nicolas Sarkozy n'est pas non plus pour la séparation de SON pouvoir d'omniprésident.

Je pense que ça ne le dérange aucunement d'être à la fois inattaquable et de se porter partie civile. Qui regretterait d'avoir toutes les cartes en main ? Hein ? J'vous'l dit franch'ment comme j'vous parle, hein : Qui ?

Les intervenants sont éminemment respectables et professionnels, mais ils ont, à mon avis, une terrible tache aveugle : Ils se réfèrent à un passé républicain (et laïc) qui est en train de se dissoudre sous nos yeux.

Excellente émission toutefois, continuez tant que c'est possible,
Très intéressante émission, merci.
Bon alors, Chichi, au trou ou non ?

Parce que c'est bien la question !

Il y a plus de 20 ans qu'il enfume la justice et joue la montre...

Personne n'a de doute cependant sur la fantastique machine à cash que la Mairie de Paris était de son temps !

Et surtout pas le PS et le PC qui partageaient le butin (il s'agissait de les mouiller pour être bien certains qu'ils ne foutent pas la merde)

Ses séjours à la Mamounia très fréquents, dans une villa du jardin, étaient à 30.000 Francs (4.573 €) la nuit, hors restauration (source : l'un des principaux directeurs du Palace dans les années 90 qui est un ami personnel)... C'est quand même gonflé, non ?

C'est bien d'avoir autant de pognon, mais qui paie en fin de compte ? Le contribuable, bien sûr !

Selon un mécanisme simplissime : quand la restauration d'un bâtiment public coûte (au prix juste) par exemple 8 millions de Francs, on file le marché à un copain et on lui dit (il a l'habitude) :

"Tu nous fait une facture de 12 millions, tu en gardes un pour service rendu et tu nous en apporte trois dans une petite valise..."

Ensuite le contribuable paie les 12 millions à la place de huit qui représentaient le vrai prix...

Il est con le con-tribuable, en plus il n'a aucun moyen de vérifier et encore moins de demander justice : la preuve avec Chirac, et même avec Juppé qui n'a pris que 14 mois avec sursis, le pauvre chou. Alors que la Loi prévoit (théoriquement) des peines très lourdes pour le détournement de fonds publics ! Je pouffe !

Danette, c'est quoi les peines prévues pour ce genre de chose ?

***
Parce qu'y a encore un truc énorme au sujet de l'indépendance des pouvoirs qui est passé un petit peu à la trappe : c'est l'aveu d'Eric Halphen que le "dossier Chirac" est arrivé sur son bureau grâce à Nicolas Sarkozy, à l'époque ministre.

Pis faudrait voir à rester un peu plus dans l'actualité : lorsqu'on sait ce qu'à donner l'affaire du "Prince Jean" et notamment le rôle majeur qu'a joué la presse étrangère dans cette histoire, on se dit qu'un président mis en cause judiciairement en France, se voulant, dois-je le rappeler, toujours exemplaire en matière de respect des droits de l'homme, et les gros titres que cela entrainerait, par exemple, en Chine, ne laisserait d'autre choix qu'une démission ou une destitution. Ce qui pose bien, pour le coup, le problème du pouvoir judiciaire face au pouvoir démocratique du suffrage universel. Autrement dit, la justice rendue au nom du peuple français peut-elle annuler le choix direct du même peuple, sachant qu'une élection se joue autant sur un programme que sur la personnalité de celui ou celle qui l'incarne ?

Bref, toutes ces questions dépassent de loin le seul cadre de la loi, y compris constitutionnelle, mais touchent aussi à la conception française et historique de la politique, de l'homme politique et, notamment, du chef de l'Etat.
Moi ce qui me fait peur avec l'idée que ce serait du ressort des avocats de chercher les éléments à la décharge de l'accusé, c'est que ça va couter des sommes folles (notamment, si l'enquête est confiée à des détectives privés).
Et que cela voudra dire qu'un accusé qui n'a pas d'argent sera mal défendu, et qu'on aura une justice dépendante de l'argent.

Il y a a eu il y a quelques jours / semaines, un documentaire sur Arte, Justice à Vegas. http://www.arte.tv/fr/Justice-a-Vegas/2715278.html
Une équipe française a filmé 5 affaires devant les tribunaux US.
Comme par hasard, la seule fois où l'accusé a été acquitté, il avait de l'argent et avait un avocat qui n'avait pas été commis d'office.
Dans un des épisodes "Misérable solitude", les avocats commis d'office n'ont même pas pris la peine d'enquêter sur la personnalité de la victime qui avait, selon l'accusé, tenté de l'attaquer et de le violer (ce qui aurait pu donner du poids à l'argument de légitime défense).

Par ailleurs, cette émission fait aussi froid dans le dos dans le sens où le jury ne fait que décider si l'accusé est passible de légitime défense, d'homicide involontaire ou d'homicide volontaire. Et la durée de la peine en découle automatiquement (10 ans dans le cas de l'homicide involontaire, si je me souviens bien).
Ce qui est terrible, dans ce système, c'est qu'il n'y a aucune adaptation de la durée de la peine en fonction du cas particulier des individus.

Une justice qui distribue des peines automatiques et aveugles et qui ne prend pas en compte la situation individuelle, sauf à la hauteur du porte-monnaie de l'accusé.
J'espère que ce n'est pas ce vers quoi nous nous dirigeons ! (et l'idée des peines planchers donne malheureusement l'impression que l'on s'y dirige bien).

Franchement, je voudrais que Sarkozy arrête son entreprise de destruction de notre société.
Pendant ce temps là, il nous balade avec son débat sur l'identité nationale.
C'est désespérant, et je dois dire que je suis de plus en plus désespérée de voir ce qui nous tombe dessus.
Très interessée par l'émission même si Guy Birenbaum m'agace parfois dans cette façon qu'il a de couper la parole et de se faire parfois l'avocat du diable. Petit détail...Quand on a commencé à suivre une ligne jaune ,on ne la lache plus et ça c'est bien.
Chers asinautes,

loin de moi l'idée de vouloir donner des leçons de français car je n'ai même pas mon BEPC.

Toutefois, dans le gégérique de l'émission ""la ligne jaune'', il est précisé ''présenté par G Birenbaum''.

Moi, j'aurais écrit ''la ligne jaune, présentée par G B...''

La ligne jaune s'entend au féminin, il me semble...

Régi
J'ai été intéressée par cette émission, j'ai compris et appris des choses en la suivant, et j'ai apprécié que GB oblige les invités à rendre intelligibles leurs propos pour le vulgaire citoyen qui a étudié autre chose que le droit.
intéressant, mais dur dur à comprendre
je nul en droit,
heureusement qu'il y a le forum !
j'ai compris une chose, les magistrats seront aux ordres du gouvernement ?
gamma
Voilà typiquement pourquoi je me réabonnerai à @SI. Impensable à la TV !

L'autre jour, un inspecteur du Trésor Public sonne à ma porte pour vérifier que je n'ai, comme je le prétends, aucune télévision chez moi. Il constate, on bavarde un peu. Au cours de la conversation, je lui cite la réflexion d'un ancien ami : "chez nous, les ordures sortent de la maison, elles n'y rentrent pas". Il rit. "Mais alors, me demande-t-il, que regardez-vous ?" Et j'ai le bonheur de lui apprendre qu'@SI existe, que la TSR diffuse d'excellents documentaires en ligne, et qu'Internet, en somme, supplante n'importe quelle chaîne traditionnelle. Cette Ligne Jaune vient de le prouver magistralement. Bravo !
Petit souci d'encodage de la vidéo : il y a des fourmillements, particulièrement visibles sur les fiches de Guy... Je vais regarder l'émission quand même, mais si on pouvait éviter d'avoir ça la prochaine fois, ce serait parfait. ;-)
Si j'ai bien compris la réforme prévue: les juges ne seront plus indépendants.
Mais si la justice d'un pays n'est plus indépendante, ce pays n'est plus un état démocratique...?
Et un état qui n'est pas démocratique....c'est une dictature.

euh ...j'ai tort ou personne ici n'a osé prononcer le mot dictature ?

(excellente émission-merci!)
Emission intéressante mais difficile à apprécier pleinement pour celui qui n'a pas fait d'études de droit.

J'ai lu quelque part qu'@si serait en train de réfléchir à une 4ème émission en plus de D@ns le texte, Ligne J@une et @rrêt sur Image.
Elle serait orientée géopolitique, genre on y débattrait des enjeux économiques et sociaux dans le monde, de capitalisme, de mondialisation, tout ça...
C'est vrai ?
Ce serait en alternance avec Judith ? (elle refuse de rendre D@ns le texte hebdomadaire donc y a une semaine de libre non ?)
Ce serait super de nous raconter ce qui se passe dans d'autres pays. Par exemple j'ai appris tout à l'heure que le peuple Mapuche (600 000 personnes) a déclaré la guerre au Chili (lire).
En tous cas si il se passe des trucs dans le monde, je veux bien être mis au courant.

Merci.
Ça serait super intéressant !

Sinon, très bonne ligne j@une !
Je pense sincèrement que vu l'effort pédagogique de tous les invités, il n'était nullement nécessaire d'avoir fait du droit.
Votre message final m'a interpelée, étant moi-même chilienne et ayant un père consul du Chili... je suis allée sur le site du quotidien chilien de référence El Mercurio mais je n'ai rien trouvé d'aussi alarmant que ce que vous signalez (hormis les "conflits" habituels). Je vais faire une revue de presse et demander des renseignements à mon père, mais j'ai l'impression que cette "déclaration de guerre" est le fait d'un groupe minoritaire.
Et Danette, elle ne regarde pas la Ligne Jaune ? J'aurais aimé lire un de ses commentaires de juriste, ici !

J'ai beaucoup apprécié cette émission, qui m'a semblée claire et assez complète. Je n'ai que quelques cours d'introduction au droit à mon actif, mais j'ai cru saisir les enjeux principaux de la réforme en cours. Et puis Eric Halphen est un personnage intéressant, réservé et pourtant déterminé.

Cela fait plaisir, de ne pas se sentir pris ni pour un initié, ni pour un imbécile...
Salut Ellis, enchanté.
Ça sent moins l'état de guerre du côté de Radio France Inter par exemple, c'est vrai.
"Le Sud du Chili est secoué quasiment chaque jour par de nouveaux incidents. Une minorité d'indiens Mapuches revendique la propriété des terres. Pour se faire entendre, ils ont choisi la violence."
(...) "Le porte-parole de la communauté Temucuicui, une des plus touchées par la répression, explique ce qu’elle vit : « Il y a des coups de feu, d’innombrables perquisitions, il y a des situations d’extrême violence, de torture. Cinq membres de notre communauté sont poursuivis en application de la loi antiterroriste. La police a entrepris une véritable chasse aux Mapuches ».
La répression est telle que même les médias opposés à la cause Mapuches commencent à mentionner les abus de la police."


Comme je me sens totalement hors-sujet sur ce forum, je complète vite-fait avec quelques infos en français, et je laisse Guy et les @sinautes tranquilles.

Ces Mapuches sont en lutte contre, notamment, l'entreprise forestière Mininco, appuyée par un gouvernement de gauche néo-libéral, à la tête duquel on trouve la présidente de la république Michelle Bachelet.
Ségolène Royale, en visite au Chili en 2007, à propos de Michelle Bachelet :
"Je l'ai d'abord félicitée pour le bilan de son action depuis qu'elle a été élue", a confié à la sortie du palais Ségolène Royal, en expliquant qu'elles avaient "beaucoup de points en commun", notamment "la volonté de répartir mieux les richesses nationales, la volonté de mettre en place un système social et un système éducatif performant, la volonté d'investir dans des ressources d'avenir et la volonté de répondre à tous les problèmes de sécurité".

Mediapart a fait un papier sur le conflit en juin dernier.
Télélibre a aussi fait un papier et un reportage.

Au sujet de la liberté de la presse :
Au Chili, filmer des indiens Mapuche peut mener en prison
"La réalisatrice chilienne Elena Varela Lopez est incarcérée depuis début mai en compagnie de militants amérindiens Mapuches, accusés d’un braquage de banque commis en 2005. Le juge a exigé six mois de détention préventive pour les besoins de l’enquête, et saisi le matériel d’Elena Varela."
"Les tribunaux chiliens semblent s’intéresser de très près aux vidéastes s’aventurant en territoire mapuche : début mai, deux Italiens, surpris avec une caméra en compagnie d’activistes indigènes, avaient été brièvement interpellés, puis expulsés. Et en mars, deux jeunes français avaient connu semblable déconvenue."
"Après le 11 septembre 2001, les tribunaux ont parfois recours à une « loi antiterroriste » pour juger les militants indigènes."


On peut également voir un bon reportage sur France 2 sur le conflit entre les Mapuches et Benetton en Patagonie (Argentine), où est cité par ailleurs notre colonisateur-chansonnier Florent Pagny, et qui se termine ainsi :
"La situation actuelle doit beaucoup à Carlos Menem et son gouvernement, au début des énnées 90, l'ex président argentin a bradé les richesses de son pays aux investisseurs étrangers. Après la crise de 2001, le mouvement s'est accéléré. Aujourd'hui, 10% du terrritoire argentin est entre les mains de milliardaires de la trempe de la famillle Benetton."

Voilà, c'est fini. Merci Guy, désolé pour le hors-sujet.
Ben faudrait alors déjà commencer par revoir le nom du site parce que arretsurimages.net, cela n'aide ni Judith à faire valoir son émission littéraire, ni Guy à faire valoir son émission politique.

Ou comment "Arrêt sur images", l'émission, nuit à "arretsurimages", le site...
Rendre compte des trous médiatiques ne devrait pas être hors-sujet.
L'amérique latine en est un, immense, et ce n'est pas sans rapport avec la couleur politique des médias français.
Il s'y passe pourtant des choses exemplaires.
Un sujet de choix pour @rrêt sur Images.
C'est justement hors-sujet sur un site qui a été bâti sur une émission de télévision dont le but premier était la critique des médias. Or, il est évident que le site a évolué et que cette évolution n'est pas assez perceptible tant que la dénomination du site reste en lien direct avec cette émission.

Cela a l'air d'être un point de détail mais l'emballage est aussi très important, et le fait que l'évolution du site n'est pas impliquée une évolution de l'emballage nuit à son ensemble.

Il faut faire savoir d'urgence que ce site va aujourd'hui au-delà de la seule émission "Arrêt sur images", sans toutefois la renier puisqu'elle reste l'une de ses composantes. Sans cela, je considère qu'une émission supplémentaire est impossible à financer. Et je ne parle même pas de la publicité médiatique que DS serait capable de faire autour du seul changement de nom de ce site et, bien entendu, de cette évolution.

Bref, trouver les moyens de bien évoluer avant de le faire.
"Sans cela, je considère qu'une émission supplémentaire est impossible à financer."
Je m'appuie sur le refus de Judith de faire de D@ns le texte une émission hebdomadaire, info qui signifie que produire une nouvelle bi-hebdo est possible financièrement.

Traiter des trous médiatiques n'est hors-sujet ni dans le cadre d'une émission de critique des médias, ni dans celui d'un site d'émissions-débats longue-durée.
Mais qu'est-ce que vous savez du refus de Judith ? Comment ne peut-on pas supposer qu'il soit aussi lié à des questions financières ?

Il faut que @si se donne les moyens de ses émissions si vous voulez qu'il devienne autre chose qu'un site n'ayant qu'une émission.

Et traiter des trous médiatiques sans avoir les moyens de les combler, c'est entrer de nouveau dans la polémique du Honduras : en l'état, ce site a juste les moyens d'affirmer qu'il se passe quelque chose au Honduras et que personne n'en parle, son but en l'état est de comprendre pourquoi, comment ce silence est possible dans les médias français. Et cela n'a rien à voir avec une émission géopolitique que vous souhaitez et qui nécessite les moyens d'aller sur place pour comprendre et vérifier.
"Mais qu'est-ce que vous savez du refus de Judith ? Comment ne peut-on pas supposer qu'il soit aussi lié à des questions financières ?"

Judith, le 29/10/2009 :
"Je crois dans la plupart des valeurs de cette entreprise, j'espère sa réussite pérenne, et c'est peu dire que j'y "travaille" assidûment. Mais, pas plus qu'à aucune structure de travail, je ne veux lui appartenir complètement : j'ai donc consciencieusement refusé toutes les propositions que le Capitaine m'a faites, de faire une chronique hebdo plutôt que quinzo, de faire une émission littéraire hebdo plutôt que quinzo. J'ai dit au Capitaine, à chaque fois, mes raisons : le sens de ma vie n'est pas là, la vie est ailleurs. Pas tout le sens, alors pas tout mon temps. Tant pis si moins d'argent."

"Et cela n'a rien à voir avec une émission géopolitique que vous souhaitez et qui nécessite les moyens d'aller sur place pour comprendre et vérifier."

Quand @si a fait l'émission "Sur l'Afrique, les journalistes sont prêts à croire n'importe quoi", Daniel Schneidermann est parti par avion au Sénégal ?
En France il y a des journalistes et des chercheurs compétents sur tous les sujets du monde, les faire venir débattre sur le plateau ne coûte rien.
Oui, ben, les propositions que fait le Capitaine sont pour l'instant étroitement liées au budget limité du site, et si vous voulez une émission géopolitique de qualité, il y a nécessité d'avoir un journaliste compétent dans le domaine, capable de débattre avec des chercheurs ou tout autre interlocuteur identiquement compétents.

Encore une fois, je ne vous dis pas que votre proposition est mauvaise, je dis qu'il faut préalablement asseoir les émissions existantes sur une plus large audience et que le nom du site devient un frein à cela.
Là je suis un peu dépassé. Le nom d'@si gênant les autres émissions... Je n'avais jamais pensé à ça. Et je ne sais pas si vous avez raison. Il reste que c'est un excellent nom.
Rhââââ, mais c'est pas le nom en lui-même qui gêne, c'est sa connotation avec l'émission TV. Et il ne gêne pas vos émissions, il gêne la largeur de l'audience qu'elles pourraient avoir.

@si a évolué, il serait de bon ton que cela se sache, il serait intelligent que cette évolution soit signée par un changement de nom et que cela donne l'occasion à DS de faire le tour des plateaux TV, radios, sites, etc. pour expliquer tout cela au monde émerveillé.

Alors maintenant, vous allez me demander : "Mais pourquoi parle-t-on de tout cela ici et maintenant ?"

A mon niveau, sûrement parce que, sans vous, je ne serais pas maintenant ici mais toujours à continuer à militer dans mon coin pour un web gratuit en attendant que DS et vous réinterviewez Finkielkraut pour savoir ce qu'il pense de la chose.

Cela vous va, ça, comme réponse, GB, ou je dois vous faire en plus un dessin ?
Je suis d'accord avec Mike:

Je suis un fan de DS depuis que Arrêt sur Image existe, et j'ai suivi sur le net.

Le format a évolué, les émissions dépassent le 'décryptage de l'information' ce qui me fait de temps en temps commettre des posts peu pertinents pouvant s'interpréter comme un 'retour aux sources' .

D'accord Guy, la marque est très bonne, mais si on veut étendre la fabrique, il va falloir changer le nom pour ne pas perdre les gens.
Je ne suis pas d'accord avec Mike et vous-même.
En revanche, Mike soulève un aspect intéressant dans la structuration de la "marque" Arrêt sur Images.

Actuellement, l'ensemble des contenus du site sont dans l’optique d'un Arrêt sur Images (articles, émissions, chroniques)
exceptées La Ligne Jaune et Dans le Texte.

Ces deux émissions sont ce qu'on appellerait en terme marketing des marques-filles.
Elles ont leur propre esprit, objectif. D'ailleurs, le besoin de leur donner un logo a été "naturel".

Rien n'empêche qu'une marque-mère (Arrêt sur Images) présente ses propres marque-filles.
Le nom de la marque-mère peut être "déconnecté" de ce qu'elle présente. De nombreux exemples existent.
Le nom "Arrêt sur Images" est à conserver, à mon humble avis, pour des questions de caution de qualité, de sérieux et de réputation.
En plus, pour l'instant, le site présente en majorité des contenus dans l'optique "Arrêt sur Images".
Changer de nom risquerait de voiler définitivement cette orientation, ces contenus.

En revanche, la question de la visibilité de La Ligne Jaune et Dans le Texte se pose.
Lorsqu'on arrive [s]en ville[/s] sur la page d'accueil du site, rien n'indique la présence de ces deux émissions.
Elles sont comme noyées dans la mer (ah, ah !) ASI.
Pour marquer leur importance et leur "autonomie" de contenu, il faudrait avoir leur nom (leur logo) dès la page d'accueil,
un lien qui donnerait vers :
soit un listing de leurs différentes émissions.
soit carrément un "portail" (je ne sais pas comment on dit) LJ et DLT.
Les deux émissions seraient, dans les deux cas, toujours cautionnées par ASI.

Bref, la question est plus de mettre en valeur la spécificité des deux émissions plutôt que de revoir le nom d'ASI.
Ben bizarrement, vous n'êtes pas d'accord avec nous tout en nous donnant entièrement raison. Je m'explique :
La marque "Arrêt sur images" est un label de production d'émissions dont le sujet est la critique des médias. Si vous en faites une marque-mère alors toutes les marques-filles devront porter ce label, ce qui, pour l'exemple, pourrait donner à penser que D@ns le texte est une émission dont le sujet est la critique des médias papiers. Or, D@ns le texte est une émission littéraire qui n'a rien à voir avec Arrêt sur images.

Conclusion : cette opération marketing ne vaut pas un clou.

Et c'est bien ce qu'on lui reproche et c'est pour cela qu'il faut changer de nom.
"la critique des médias papiers"

?!? ah bon : aujourdhui la plupart de livres sortent en version papier, mais aussi en CDs, et versions digitales ecrites ou audio.

Et "image" n'a pas vocation a etre seulement visuel, ni meme concret/tangible
Oui, idéalement vous avez raison.
Idéalement, le site devrait avoir un autre nom.
Loubiana, par exemple (c'est un exemple !). Loubiana présenterait :
ASI (cette partie ne change pas de nom)
LJ
DLT.

Génial ! Plus de risque de confusions pour DLT et LJ !

À partir de là, découlent pas mal d'implications (parce que vous nous faîtes croire que c'est fastoche, mais faut voir…) :
• Trouver un nom pertinent.
• Un logo.
• Remodeler le site.
• Communiquer ce nouveau nom inconnu.

En bref, beaucoup de temps et d'argent dépensés. Alors qu'à l'origine, l'objectif est juste de clarifier ce que sont les émissions LJ et DLT.

En plus, j'entrevois là quelques nouveaux soucis de perception :
- mais, mais ! que fait-on à MON Arrêt sur Images ?!! Nous sommes tous plus ou moins attachés à ce nom d'Arrêt sur Images.

Et le site perdrait le bénéfice de l'image de sérieux et de la notoriété que porte "Arrêt sur Images".

C'est pour cela que face à votre vision idéaliste, j'oppose le pragmatisme :
souligner plus fortement ce que sont LJ et DLT.
Un exemple, pour l'illustration, regardez cette page.
Elle est presque parfaite : La Ligne Jaune existe réellement. Arrêt sur Images est producteur et cela reste discret.
Il manque juste un truc d'extrême importance : qu'est-ce que La ligne Jaune, neudeudjeu ??!!!
Une simple ligne "émission d'actualité" (et "émission littéraire" pour DLT) simplifierait la compréhension.

Sur le site ici-même ni LJ ni DLT n'apparaissent sur la page d'accueil. Alors qu'un logo cliquable les mettrait en valeur.
Ensuite, après quelques clics, vous pouvez trouver cela.
Mazette ! Rebelote : Mais qu'est-ce donc que La Ligne Jaune, n'deudjeu ??
Et pourquoi ne pas utiliser le logo ?

Voili-voilà, je dis ça, je dis rien, je ne suis pas marketeuse. Mais votre solution vous la vendez peut-être en faisant totalement abstraction
de lourdes implications.

Et puis, on cause, on cause, mais p'tête que DS et Julie travaillent là-dessus.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.