26
Commentaires

Allemagne : l'influenceuse et "l'homme africain".

Une interview a destination de ses 800 000 followers... et qui a poussé un quotidien économique à présenter des excuses. En Allemagne, l'influenceuse "Diana zur Löwen" a interviewé sur Instagram un correspondant du Handeslblatt sur "l'Afrique". Une interview jugée raciste par des journalistes et chercheurs.

Commentaires préférés des abonnés

Approuvé 10 fois

Il y a deux soucis: parler de "l'Africain", à la fois une généralisation et une réduction d'un ou des peuples dans toute leur diversité.

Ensuite, le "ici et maintenant" mine de rien, ça a l'air sympa. Et ça l'est. Mais pas à leurs yeux tout simplement(...)

Approuvé 8 fois

Merci je comprends mieux le point de vue bien que je ne sois pas convaincu que ça suffise à dire que c'est raciste : 


Personnellement ce que je ressens surtout en regardant le montage ce n'est pas tant du racisme qu'un discours capitaliste sur un(...)

Les populations africaines essayent désespérément de se frayer leur chemin dans un monde largement dominé par l’idéologie (la religion) du capitalisme qui suinte manifestement du discours de cet allemand installé en Afrique du sud. Dans ce monde capi(...)

Derniers commentaires

Raciste?

Bof! 

Imbécile, ignorant, con tout simplement.

Africain, bon c'est quoi déjà, pour un continent de cette taille et avec cette variété de population?

Un berbère de l'Atlas et un Zoulou d'Afrique du Sud, on quoi en commun (à part l'humanité)

Deuxièmement, en quoi vivre "ici et maintenant" serait une attitude négative? Des milliards,de personnes, dont moi, vivent ainsi par le monde et ne s'en portent pas plus mal. 

En quoi cette constatation serait péjorative et signe de "racisme"?

Bref a vouloir trouver du racisme partout et être antiraciste pointilleux on devient complètement raciste à l'insu de son plein gré... MDR :-)

Connerie..!

Cliché racistes :

-L’Afrique est un pays, grand comme … on ne sait pas en fait.

C’est un continent composé de 54 pays !! plus grand que l’ex-USSR !!


On essentialise trop ce continent, qu’on réduirait à des villages juxtaposées et figées dans le temps.

Pourtant il y des  grandes métropoles : le Caire, Lagos, etc …


2- Pas d’esprit d’entreprenariat !

Le monsieur annonce comme ca que les entreprises africaines ne brassent pas des milliards , en dollar : eh ben il se trompe :

https://www.jeuneafrique.com/mag/779390/economie/classement-jeune-afrique-des-500-premieres-entreprises-africaines-le-redemarrage-se-confirme/


Apres, il y a le système D , le micro-crédit  qui se développe beaucoup dans les pays africains.


-Les mama Benz dans les pays d’Afrique de l’Ouest : Togo, Côte d’Ivoire etc…


Pour ce qui est de la High Tech :

-Développement des solutions pour faire du cinéma et cinéma d’animation avec des logiciels soit gratuit soit en shareware.

-Au Kenya , développement centres informatiques et écoles spécialisées en IT.

-Délocalisation des centres d’appel européens : Maroc, Sénégal, Madagascar.

-Développement d’entreprises qui vivent avec le Web 2.0 : Des entreprises à Madagascar créent des faux avis pour TripAdvisor en faveur o en défaveur de tel ou tel hôtel ou restaurant !

-Pour l’Intelligence Artificielle, des entreprises remplissent à la mano (c’est la l’intelligence) des données qui sont vendues à prix d’Or en Europe , c’est le Big Data made in Africa !


3-Exil ou l’exode

« -C’est un défi pour nous aussi en Europe, cette population grandissante qui cherche du travail en Europe

-Absolument, il faut faire comprendre à l’Afrique que, non, vous ne pouvez pas exporter votre population chez nous. »

Cette population est demandé par les chefs d'entreprises qui ne trouvent pas forcément la main d’ouvre pour les emplois peu ou pas qualifié, quand Marcel ne veut pas travailler dans la plonge ou devenir aide sous manœuvre en batiment, qui va le faire ?

Il y a aussi des emplois non pourvus chez les diplômes , alors …

Mais n’a-t-on pas dit que ces diplômes formés en France c’est le rayonnement de la culture et l’éducation française ?? Tout an augmentant les frais scolaires des étudiants non européens, ca veut dire reste chez-oite !

« On ne peut pas parler de tous les Africains, mais l’Africain vit très volontiers dans l’ici et maintenant »

Sarko sort de ce corps !


Des intellectuels ont répondu : L'Afrique répond à Sarkozy : Contre le discours de Dakar de Makhily Gassama.


Ce n’est pas parce qu’on a fait 30 ans le boulot qu’on le fait bien, qu’on est compétent, lui-même concède son indolence.

Il n’a rien appris, rien  compris de l’évolution de la vie dans les pays où il a séjourné, vécu.


Ne nous leurrons pas : quand on parle de "L'Africain", de "L'homme africain", on ne parle pas des descendants des colons européens, non plus que de ceux des immigrés indiens, chinois ou même arabes. On parle du "Nègre", du "Noir", bref, pour paraphraser nos identitaires, de l'Africain "de souche".

Qu'il vive dans "l'ici et maintenant", outre que, comme certains l'ont fait remarquer ici, ça n'est pas péjoratif et ça rappelle une pensée philosophique ou ésotérique (orientale et occidentale) plutôt positive, on doit se souvenir que c'est le lot de tous ceux qui vivent dans la difficulté, avec pour horizon de se nourrir et de nourrir sa famille dans l'immédiat, de l'abriter… Cet impératif immédiat oblige à vivre dans l'ici et maintenant, et ils sont nombreux en Afrique à subir cet impératif (et parmi eux bien peu sont descendants d'immigrés européens ou asiatiques).


Plus choquant, l'affirmation de l'absence d'esprit entrepreneurial chez "l'Africain". On croirait entendre du Sarkozy ! C'est faire fi des nombreuses tentatives d'entreprendre, et des difficultés à le faire sans capital de départ, sans réseau, bref, en partant avec un handicap que d'autres n'ont pas. des entrepreneurs africains, ce n'est pourtant pas ce qui manque, malgré lesdites difficultés. Et on ne peut pas montrer sans cesse des reportages sur la débrouillardise des "Africains", rois du système D, leur art de la récupération illustrant justement l'esprit d'entreprise, et prétendre qu'il n'existe pas ou peu, sur le continent.

Manifestement les identités culturelles existent, et je ne comprends pas pourquoi accuser de racisme ceux qui les décrivent et les étudient.

"Ici et maintenant" , François Mitterrand en avait fait le titre d'un livre.

Les populations africaines essayent désespérément de se frayer leur chemin dans un monde largement dominé par l’idéologie (la religion) du capitalisme qui suinte manifestement du discours de cet allemand installé en Afrique du sud. Dans ce monde capitaliste structurellement concentrationnaire de richesses, votre position de demain au sein de la pyramide est déterminée par celle d'aujourd'hui, elle-même conséquence de l’accaparement d’hier.


On pourrait bien, en fermant les fenêtres de son entendement, trouver follement progressiste cette attitude qui consiste à exhorter ‘les africains’ (pour tenter de parler le même langage que lui) à regarder de l’avant ! Mais quand on y pense un peu, quand on essaye de regarder au travers des persiennes, tout cela n’est qu’une ruse de plus : continuez donc d’avancer sur le chemin qui a été tracé par le capitalisme au nom duquel d’ailleurs, en y pensant encore un peu, il a semblé naturel de vous faire travailler pour rien (en esclave) ou de prélever gracieusement des richesses naturelles sur des terres devenues propriétés des européens grâce aux accords librement consentis entre leurs voyageurs et certains de vos autochtones croisés sur vos côtes. Mais puis qu’on vous dit qu’il s’agissait d’accord librement consentis !


Ne soyez donc pas si passéiste! Regardez ce qui vous pourriez obtenir vous aussi : devenir des bénéficiaires locaux de ces machines à concentrer la richesse, voire même de grands capitaines d’entreprises mondialement connues. On imagine bien que cette fièvre entrepreneuriale, si elle prend, sera soutenue avec grands enthousiasme (pour le bien des africains, cela va de soi) par les possesseurs de capitaux parmi lesquelles ces pays dont les populations vieillissantes ne demandent qu’à investir leurs capitaux, accaparement d’hier, d'aujourd'hui et surement de demain. Mais qu’allez-vous donc chercher dans ce passé révolu. Ne souhaitez-vous pas, vous aussi, que dans vos rangs, émergent des entrepreneurs géniaux, des représentants locaux de la pyramide supra-géographique de concentration des richesses ?


Et peu importe si les coutumes (on ne parle pas de culture) de certains endroits en Afrique sont très éloignées des idéaux du capitalisme. Et peu importe si dans beaucoup de territoires en Afrique, la possession de la terre est une propriété d’usage et que l’organisation du vivre-ensemble se fait sur une base « égalitaire -consensuelle » ! Tout ça c’est beaucoup trop de palabre et pas du tout rentable ! Quand allez-vous donc comprendre, homme africain, qu’il vous faut entrer dans l’histoire (du capitalisme) ?


Si on était un peu taquin on pourrait reprocher aux allemands (on va dire à certains capitalistes allemands pour rester poli) de regarder trop vers l’avenir en oubliant un peu vite leur passé génocidaire namibien (en Afrique) et pas uniquement celui-ci. Il est en tout cas permis de se demander si cette fuite en avant n’a pas sa cause dans un si lourd passé.


Enfin, les populations d’Afrique qui traversent la méditerranées pour rejoindre l’Europe suivent l’écoulement actuel (et pas uniquement passé) des richesses extraites chez eux et pour lesquelles les frontières n’existent pas. Ce monsieur allemand semble craindre dans le passéisme des ‘africains’, les demandes de réparations pour les enrichissements passés à leur dépens. Enrichissements dont il est possible de prétendre (jusqu'à la preuve du contraire) qu’ils se trouvent enchâssés dans le moindre centime de la richesse d'aujourd'hui. Dès lors la contribution de l’Afrique à l’avènement d’un monde a-capitaliste pourrait bien être de faire don de cette richesse diffuse qui lui appartient (au sens du capitalisme) à l’ensemble de l’humanité (comme elle a donné l’homo sapiens à notre globe). Sa contribution dis-je pourrait être d’obtenir du plus grand nombre de reconnaître que les richesses d'aujourd'hui n’appartiennent pas (pas en totalité mais c'est largement suffisant) à ceux qui en ont la garde. Peut-être pourrions-nous alors, sur cette perspective inédite, mettre en place un vivre-ensemble a-capitaliste respectueux de l’individu et de son cadre de vie...

On a les même loustiks en France (je parle de cette influenceuse). Ils sont aujourd'hui à la botte de Lrem (Tibo in Shape, Enjoy Phoenix, Jules je sais plus quoi) autrement dit du pouvoir en place et bourrent le cranes des jeunes générations. Dans mes cours d'histoire au lycée on parlait de propagande en URSS, en Allemagne des années 30, aujourd'hui - avec des conséquences moins graves évidemment - on voit la

Il y a dans ses propos une part de vrai. L'Afrique doit regarder devant, se réinventer, ne pas copier l'occident, avoir confiance en elle et se servir du passé comme force.


A coté de ça les occidentaux ne peuvent pas arriver là et porter des jugements quand on connait le passé et même le présent qui fait que voir un pays ou plusieurs ensemble se développer et s'émanciper de l'occident est presque un rêve.

On sait très bien la déstabilisation qui sera mit en place si cela arrive.


En résumé les Africains doivent être optimiste pour avancer mais l'occident ne peut pas dire aussi facilement "si ils voulaient s'en sortir ils pourraient

Patrice Lumumba voulait projeter le Congo vers l'avenir. Il a fini dans un bain d'acide.

Je n'ai pas bien compris ce qui est raciste ? le fait de dire qu'en Afrique ils vivent "l'ici et maintenant" ? (ce qui ne me parait pas vouloir dire grand chose en soi)

Pauvre journaliste dont 30 ans de terrain vont être jugés à 3 propos maladroits et demi. 

A croire que vivant trop dans l'insouciance du présent, il ignorait citer Sarkozy.

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.