51
Commentaires

Allemagne : excuses d'une émission après un zoom sur les jambes d'une invitée

Un travelling qui part des chaussures, s'attarde sur les jambes nues, le torse, puis termine sur le visage. Le talkshow allemand Anne Will a dû s'excuser lundi 13 novembre après un zoom sur les jambes d'une de ses invités, dans une émission consacrée au sexisme dans la société, et aux violences faites aux femmes. Preuve par l'exemple ou plan "malheureux" dans un contexte de libération de la parole ?

Derniers commentaires

Afin d'apporter ma pierre à l'édifice (branlant) je vous propose un petit jeu amusant : coller le nom de Verona Pooth dans google puis cliquez sur image (vidéo).......

Vous m'en direz des nouvelles...
Anne Will s'est immédiatement excusée au nom de l'équipe auprès de Verona Pooth. Depuis le débat est clos. C'est sur @si qu'on peut encore voir les derniers soubresauts de l' "événement".
Un post pour dire ... que je n'ai rien à dire.

En effet, conditionné par le contexte ambiant, je me suis surpris à fermer les yeux lors du passage incriminé.

Je n'ai donc pas pu admirer les jambes de Verona Pooth, ancien mannequin, qui a entre autres gagné les titres de Miss Germany, Miss Intercontinental et Miss American Dream, et entre autres ex-présentatrice TV de l'émission érotique Peep.

Bref, une personne qui a fait de son physique son fond de commerce, et que je me suis interdit de regarder !
Dommage, cela devait être bien agréable à regarder ...

PatriceNoDRM

P.-S. (la pensée du jour) : à force de pousser le bouchon, il fini par tomber dans la bouteille et on ne peut plus le sortir.
Attention au retour de balancier bigot d'ou qu'il vienne ! La traque systématique d'attitudes sexistes ne sert pas la cause des femmes.
A propos de vêtements , juste avant d'ouvrir @si , je venais de lire cet article réjouissant :

http://www.kapitalis.com/societe/24538-niqab-et-prostitution-une-si-vieille-histoire.html
Et si @si nous décortiquait la guéguerre entre Charlie et Mediapart ? C'est un peu pour ça que nous payons notre abo, non ?
Moi je paye aussi pour qu'@si analyse les efforts -ou l'indifférence affichée - des journalistes dans la déconstruction du sexisme et de la guerre des sexes en cours (des hommes contre les femmes, je reprécise apour ceux qui n'auraient pas compris dans quelle réalité nous vivons, parce que sur ce sujet dramatique, je trouve ce forum vraiment bas de plafond).
Par contre, moi, les concours de bite entre grandes figures médiatiques je m'en fous.
Sinon, j'ai cru voir qu'Élisabeth Lévy avait bossé avec Morandini. Elle a donc côtoyé de près un grand expert du harcèlement sexuel, ce qui lui donne certainement une grande légitimité sur la question.
Tagadatsoin tsoin, je regrette de devoir vous informer qu'en raison d'un emploi du temps chargé, c'est pas aujourd'hui que je demanderai votre main à votre papa.
C'est mal, Julot. Vous aurez mon suicide sur la conscience. Cette guerre des sexes ne cessera donc jamais ?????

Oui je sais, les smileys aussi c'est le mal. Pardon forum.
Je vais réfléchir à votre requête. Mais pour m'aider à vous éclairer, s'il vous plaît, essayez d'utiliser votre Empathie et votre Cerveau.
Je vois souvent, dans les forums d'@si sur ce type de sujets, ou encore dans l'intervention du fils bedos sur le huffpost, l'expression "guerre des sexes", qui, dans ces contextes et employée par ces rédacteurs, semble se référer à une guerre que des femmes féministes et/ou misandres chercheraient à mener contre les hommes.

Je suis à la fois stupéfaite et blasée qu'un tel retournement de situation passe à ce point comme une lettre à la poste, sans soulever l'indignation générale qu'il mériterait. Car le déferlement Weinstein montre que s'il y a en effet une guerre des sexes à l'œuvre, c'est d'abord et avant tout la guerre que les hommes mènent contre les femmes depuis des siècles, une guerre d'une brutalité et d'une cruauté inouïes, sans aucun répit. Comment se fait-il que personne ne le dise ?

Cette pathétique tentative de retournement d'une situation factuelle en une prétendue guerre des vilaines misandres contre ces pauvres hommes m'apparaît surtout comme un effort désespéré pour parvenir à poursuivre cette guerre millénaire des hommes contre les femmes, qui apporte tant d'avantages aux valeureux attaquants, ces derniers percevant peut-être une fin proche de leur pouvoir, qu'ils cherchent à maintenir en décrédibilisant la parole de leur gibier.
Pfff... On dirait un dézoom de travail (histoire de passer d'une valeur de plan à une autre) qui a malheureusement été montré (en live) alors que le réal aurait dû basculer sur une autre caméra. Ce n'est pas un mouvement de caméra gracieux et langoureux, trop rapide et plutôt saccadé en fait. Pourquoi le cadreur voulait montrer ces chaussures ? Probablement parce que Anne Will parlait de chaussures à talons hauts 20 secondes auparavant. Lors du dézoom en restant sur son sujet, avec l'angle malheureux ça fait un panoramique sur les jambes nues de Verona Pooth. Qui n'avait pas vocation à être diffusé.
Je vous présente mes excuses...
L'intitulé même de l'article a suspendu mon désir de le lire.
Il n'y a plus aucun doute: essentiel.

Vivement la caméra qui filmera les pensées (ou leur absence)!
Et si ce zoom voulait illustrer que, devant une femme habillée 'sexy' à qui "des choses sont arrivées aussi", une animatrice télé est incapable de ne pas sortir la vieille question de l'habillement comme source possible du harcèlement sexuel ?
Si ça se trouve le cameraman était un féministe outré par ce réflexe conditionné.
Sur un sujet voisin, on pourra regarder cette vidéo (durée 3mn14 mn) où une jeune chroniqueuse, qui utilise régulièrement l'antenne de France-Musique comme tribune pour fourguer une caricature de propagande féministe, revendique le droit, pour les musiciennes classiques, de s'habiller sexy" (elle prononce deux fois le mot "sexy" dans sa chronique).
Bref, cette jeune personne peu frileuse des épaules, qui passe son temps à reprocher aux hommes de regarder les femmes comme des objets sexuels, trouve tout à fait normal qu les musiciennes s'habillent sexy.
Dans cette même chronique, elle n'oublie de citer des mâles (majoritaires, probablement, dans son esprit) qui traitent de "pétasses" les musiciennes un peu découvertes.
Je ne suis pas certain que ces propos outranciers soient de nature à faire avancer la cause des femmes. Je crois plutôt qu'ils ont pour effet d'aviver la guerre des sexes.
Ce plan, moi, il me fait rire.

Parce que c'est à la fois un plan malheureux Et une preuve par l'exemple ... mais surtout ce n'est pas grave du tout, vu que la personne filmée a une tenue, une posture et une raison d'être là qui sont entièrement dictées par le fait que son apparence physique et son image hyper sexualisée ont été et restent son fond de commerce. Si, tout ex-mannequin qu'elle est, elle voulait donner d'elle une autre image, elle est suffisamment pro pour savoir le faire.
Quand les exhibitionnistes se montrent aux voyeurs, y'a aucun problème !
Du coup cette mini polémique est très rigolote.
Quel saligaud, ce caméraman!
Si la personne filmée portait ces chaussures orthopédiques tellement laides (et qui ne renvoient en aucun cas à des fantasmes masculins), elle ne désirait évidemment pas que cela se sache.
D'ailleurs, on voit aussi à la télé française des tas de femmes journalistes obligées de porter ce genre de godillots affreux. Les caméramen doivent faire des effots surhumains pour ne pas les montrer. Ils n'y arrivent pas toujours. J'espère que désormais ils seront sévèrement sanctionnés.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.