43
Commentaires

Alcool : "On en fait un marqueur de l'identité française"

Commentaires préférés des abonnés

Merci pour cette émission qui traite d'un sujet dont on entend peu parler dans les médias en général : la prévention ! Je regrette que les effets de la consommation d'alcool pendant la grossesse n'aient pas du tout été abordés : le syndrome d'alcooli(...)

merci, que du bon sur un sujet de société que les gouvernements n'ont décidément pas envie de traiter on se demande pourquoi..... être bourré au volant c'est mal pas de problème on a compris le message, par contre en dehors de ce cadre, c'est la fete(...)

Approuvé 8 fois

facile... beaucoup d'entre nous sommes victimes à l'oral de tics de langage, qui appartiennent à une époque, à une société entière. Essayez de parler en public, enregistrez-vous et écoutez-vous,  vous allez être surpris.e 

Derniers commentaires

Comme souvent, je regarde une émission longtemps après qu'elle ait été mise en ligne.

Mais je voulais souligner le grand intérêt de cette émission et des deux invités.

Merci.

Et, encore une fois, n'hésitez pas à faire des émissions sur des sujets qui ne sont pas directement dans l'actualité. Ici, l'annulation de la campagne de prévention prévue a fourni l'occasion de l'émission. Mais cette émission aurait été tout aussi pertinente à un autre moment (puisque nous baignons de toute façon dans cette culture de l'alcool en permanence).

La campagne de prévention du gouvernement, lancée hier, vient malheureusement parfaitement illustrer votre émission. La consommation d’alcool ne concernerait que les jeunes, ah bon ?, et puis pas d’incitation à baisser sa consommation ou s’arrêter… :(


Pourtant, faire une véritable prévention, « c’est la base ! »


(Je n’ai pas trouvé de lien pour la montrer, à part le tweet officiel, vers lequel je ne vous enverrai pas.)

Ah si ! :

9 - « Si ton pote en meurt, aller à son enterrement. »

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

9 - « Si ton pote en meurt, aller à son enterrement. » 


c'est la base

Il en manquait une, heureusement les rézosocio l'ont retrouvée:

Ça me fait penser à ce qui n’a pas été rappelé dans l’émission, je crois : 

Macron avait dit qu’il buvait du vin midi et soir.


« Emmanuel Macron qui avait confié boire "du vin le midi et le soir" et assuré que la loi ne serait pas durcie sous son mandat. Pour Catherine Hill, le président de la République est "mal informé et il boit trop". Il est "dans la moyenne", soit 2,6 verres par jour en France, mais au-dessus des "dix verres par semaine que l'on recommande de ne pas dépasser", souligne-t-elle. »


Extrait de ce lien, à ouvrir en clic-droit :

https://www.francetvinfo.fr/politique/emmanuel-macron/emmanuel-macron-boit-trop-en-consommant-du-vin-midi-et-soir-selon-une-epidemiologiste_2710012.html

Je comprends mieux son comportement.


En fait,  il est constamment bourré 

Super emission et magnifiques cheveux de paul, qu'il lache sa routine capillaire !!!!!!!

Ce qui est intéressant, c'est l'implicite, valable même hors contexte d'une émission sur l'alcool : "j'ai arrêté de boire", "on ne me demande pas si je bois"... forcément une boisson alcoolisée sinon on serait obligé de préciser.

L'Oms situe l'alcool et l'heroine, en première place quasiment au même niveau, concernant les dommages physiques personnels et les préjudices a la société. Une drogue dure légale, peu chère et en vente libre. Alors que le cannabis est tout en bas de l'échelle et sa répression engorge les prisons, l'appareil judiciaire et occupe trop les policiers. Pour autant les medias en font des sujets récurrents et sans aucune réflexion.Cherchez l'erreur... 

Merci pour cette émission, avec deux invités très pertinents.


En complément sur le lobby vinicole: apparemment certains trouvent qu'on ne produit toujours pas assez de vin, même si une grosse partie de la production part à l'export (bonjour la consommation locale et le bilan écologique qui va avec). La mode est donc à la plantation d'encore plus de vignes, notamment à la place de parcelles de forêts. Plusieurs reportages télé cet été nous ont exposé les bienfaits de ces coupes: les parcelles de vigne créeraient des trous dans les forêts permettant d'éviter ou limiter la propagation des feux de forêts... Quand on voit la tronche des sols (morts) des vignes, bonjour le bilan encore une fois pour la biodiversité. Tout ça pour faire des sous... Le plus simple serait de raser les forêts, comme ça plus de feux de forêts...

La manière dont la loi Evin a été vidée de son contenu au cours des années est vraiment scandaleuse.

J'ai visioné la vidéo de une heure ce matin, je suis allé chercher l'article du monde dans le moteur de recherche du journal,  je fais actuellement de la lecture sur les drogues en général MAIS je suis tout à fait d'accord avec arrêt sur image, avec le monde pour l'article recommandé et avec les intervenants de cette vidéo que l'alcool demeure un véritable problème de santé public. D'ailleurs j'en veux à titre mon simple exemple de consommateur " alcoholic

abuser ", alcoolique cyclique grâce à certains médicaments, pas de binge drinking mais des consommations parfois trop rapprochées dans le temps ou trop importantes en terme de quantité quand il y a consommations ... Eh bien depuis que le médecin addictologue de l'Anpaa - Csapa de notre petite ville du sud est parti à la retraite, les bureaux du centre d'addicto ne trouve personne pour reprendre le flambeau de la prévention, personne, pas un adddictologue compétent et qualifié pour se "coltiner" les dépendances ! Comment faire si le fléau de l'addiction au vin, à la bière et aux alcools forts est aussi répandu alors que souvent il est impossible pour beaucoup de le faire prendre en charge, de se faire prendre en charge alors que croyez moi, dans un centre d'addictologie beaucoup de personnes de tous milieux sociaux défilent afin de pallier à la problématique de leurs dépendances.

L'alcool c'est 49.000 morts par an et il n'y a pas d'effet de seuil pour les dégâts causés.


No safe level of alcohol consumption for brain health: observational cohort study of 25,378 UK Biobank participants


Les appels à la tradition, à l'ancienneté, ... sont des arguments fallacieux.


Rhetological fallacies


Ah quand on peut saisir toutes les raison de vomir sur la France, ASI réponds 'Présent'
Et vous vous étonnez que plus personne ne s'abonne ?

Bonjour,

merci pour Paul pour cette émission et à vos invités. 

Au sujet de la campagne "celui qui conduit c'est celui qui ne boit pas" qui semble pertinente, le diable (lobby) est dans les détails : car elle sous-entend qu'une seule personne ne boit pas ... contrairement à "celui qui boit c'est celui qui ne conduit pas"... Plus de détail dans le lien suivant

https://www.linkedin.com/pulse/celui-qui-conduit-cest-ne-boit-pas-fran%C3%A7ois-warlop

A propos de promotion de la saoulerie joyeuse et sans conséquences visibles, la "chronique" en images et commentaires d'Etienne Carbonnier une fois sur deux dans l'émission Quotidien que j'imagine plutôt suivie par un public assez jeune. Les trognes très alcoolisées (et leurs fesses à l'occasion) se succèdent, dans la super bonne humeur. Le public rit. On ne sait rien de l'après. Des comas éthyliques. Des addictions. De la misère de l'alcoolique, ou du futur alcoolique, des dégâts qu'il provoquera autour de lui... Yann Barthès semble à mille lieues de percevoir le problème.

Merci, super émission ! C'est tout.

en fait  en fait  en fait  en fait  en fait  en fait  en fait  en fait  en fait  en fait  en fait  en fait  en fait  en fait  en fait  en fait  en fait  en fait  en fait  en fait  en fait  en fait  en fait  en fait  en fait  en fait  en fait  en fait  en fait  en fait  en fait  en fait  en fait  en fait  en fait  en fait  en fait  en fait  en fait  en fait  en fait  en fait  en fait  en fait  en fait  en fait  en fait  en fait  en fait  en fait  en fait  en fait  en fait  en fait  en fait  en fait  en fait  en fait  en fait  en fait  en fait  en fait  en fait  en fait  en fait  en fait  en fait  en fait  en fait  en fait  en fait  en fait  en fait  en fait  en fait  en fait  en fait  en fait  en fait  en fait  en fait  en fait  en fait  en fait  en fait  en fait  en fait  en fait  en fait  en fait  en fait  en fait  en fait  en fait  en fait  en fait  en fait  en fait  en fait  en fait  en fait  en fait  en fait  en fait  en fait  en fait  en fait  en fait  en fait  en fait  en fait  en fait  en fait  en fait  en fait  en fait  en fait  en fait  en fait  en fait  en fait  en fait  en fait  en fait  en fait  en fait  en fait  en fait  en fait  en fait  en fait  en fait  en fait  en fait  en fait  en fait  en fait  en fait  en fait  en fait  en fait  en fait  en fait  en fait  en fait  ...

Merci pour cette émission subversive (c'est un comble, mais assez vrai je pense), de traiter le thème de cette manière que l'on n'entend pas encore assez à mon avis, que l'idée n'est pas d'interdire de boire, mais qu'il n'est pas normal qu'une telle image de l'alcool soit donnée sans en parallèle parler, médiatiser, dénoncer ses effets.

On peut voir Macron boire cul sec ou les vidéos sur Youtube (super pour les jeunes...), c'est normal et tellement synonyme d'être cool, savoir s'amuser, alors qu'on les verrait fumer un joint, tout le monde serait vent debout. Comme si l'alcool n'était pas aussi dangereux que le cannabis ou le tabac.


Merci aussi pour la culture patriarcale et le parallèle avec la liberté d'importuner (ça me semble assez juste), apprendre que la phrase obligatoire est "l'abus d'alcool est dangereux pour la santé" et que ce sont les lobbies qui ont ajouté "à consommer avec modération" (c'est fort) et même de simplement faire le relai de la campagne d'info qui a été bloquée par les lobbies, j'ignorais.


Sur les campagnes d'info... Je trouve que le spot télé montré au début de l'émission, qui lui a été diffusé (et déjà critiqué...) pourrait être plus "fort", on est loin de ceux sur la prévention routière... Et à quand des étiquettes sur les bouteilles "boire tue" de la même façon que sur les paquets de cigarettes... ?

Dans les années 60, un groupe de copines avait eu la riche idée de fêter le nouvel an en apportant chacune une bouteille d'alcool, pour bien mélanger, avec pour objectif de finir toutes aussi ivres que possible. 


C'était l'époque où nous, les filles on cherchait l'égalité (et la gloire) dans la connerie. Et où le règlement intérieur des cités nous faisait de la "non-mixité" une obligation et pas un délit séparatiste.


J'ai fini, bien sûr, à genoux devant la cuvette des WC, et je n'ai plus bu une goutte d'alcool jusqu'au nouvel an suivant. 


Contrairement à Tosh. 


Je ne peux donc pas recommander ça comme une méthode de prévention....

merci, que du bon sur un sujet de société que les gouvernements n'ont décidément pas envie de traiter on se demande pourquoi..... être bourré au volant c'est mal pas de problème on a compris le message, par contre en dehors de ce cadre, c'est la fete, tres peu de communication.


perso coma éthylique a 17 ans et n'ayant pas compris la leçon , des années d'études à faire la fête le week end avec des blackouts systématiques jusqu'au fait divers  lié à l'alcool dans l'entourage proche qui a  permis une prise de conscience tardive. Sans être dans la sobriété  j'essaye aujourd'hui de boire de manière exceptionnelle plutôt que "traditionnelle" : Dans ma famille il était quasi systématique de boire du vin à table voir de précéder avec un apero, toujours un petit Kir, un floc de gascogne ou un pommeau de normandie a faire découvrir......  De ce point de vue il me semble que c'est avant tout l'environnement familial qui crée très tôt l'habitude et banalise voir normalise la consommation d'alcool plus que les fêtes entres amis.


L'ivresse et les comportements souvent violents qui en découlent ne sont effectivement qu'un des effets apparent de l'alcool,   les maladies cardiovasculaires (qui conduisent souvent a des morts "naturelles") que les lobbys se gardent bien de mettre avant sont beaucoup plus répandues que l'on ne veut bien l'admettre. Avec cette notion de fatalité ("et oui il buvait trop mais bon .....")  


Je ne crois pas à la notion de modération aussi relative soit elle car ma perception c'est qu'une bonne partie des consommateurs  n'apprécient guère l'alcool mais en consomment régulièrement car ils recherchent ses effets  désinhibiteurs qui à force d'accoutumance ne se manifestent plus si l'on boit trop "modérément".... 


l'alcool est egalement trop abordable.... mais j'imagine que si on tente d'augmenter les prix comme on a augmenté ceux du tabac, c'est la france entière qui se met en grève (ou les lobbys qui font un coup d'etat)


Bref ceci n'est pas un plaidoyer contre l'alcool mais il y a quand même a minima un sacré boulot de "pédagogie" à faire sur ses risques. 

Pour faire la fête sans substance (rien d'autre que nos endorphines, dopamine et ocytocine générées naturellement), testez la Biodanza, un mouvement qui permet de se dynamiser, de s'harmoniser et de se relaxer à fond, en nouant des liens avec d'autres humains... Il y a des groupes hebdomadaires un peu partout en France, et ça me parait un bon complément aux alcooliques anonymes et autres groupes anti-addiction.

Macron qui boit cul sec... Que dire

C'est scout, sectaire, c’est de droite, rien ne va

Et merci Juliette A. pour cette citation que j'utilise en permanence.

Merci pour cette émission qui traite d'un sujet dont on entend peu parler dans les médias en général : la prévention ! Je regrette que les effets de la consommation d'alcool pendant la grossesse n'aient pas du tout été abordés : le syndrome d'alcoolisation foetale et les troubles causés par l'alcoolisation foetale sont la première cause de handicap non génétique évitables... l'alcool est la substance psychoactive la plus dangereuse pour le foetus : zéro alcool pendant la grossesse (voilà un message de prévention qu'on aimerait bien entendre dans la bouche du président : rires:) 

Le sujet de l’emission me rappelle que Charlelie Couture avait illustre l’alcolisme dans sa chanson ” L’histoire du loup dans la bergerie ”. Tres bonne emission. Je vote pour la rendre accessible au plus grand nombre.

DÉCOUVRIR NOS FORMULES D'ABONNEMENT SANS ENGAGEMENT

(Conditions générales d'utilisation et de vente)
Pourquoi s'abonner ?
  • Accès illimité à tous nos articles, chroniques et émissions
  • Téléchargement des émissions en MP3 ou MP4
  • Partage d'un contenu à ses proches gratuitement chaque semaine
  • Vote pour choisir les contenus en accès gratuit chaque jeudi
  • Sans engagement
Offre spéciale
3 mois pour 3 € puis 5 € par mois

ou 50 € par an (avec 3 mois offerts la première année)

Sans engagement
Devenir
Asinaute

5 € / mois
ou 50 € / an

Je m'abonne
Asinaute
Généreux

10 € / mois
ou 100 € / an

Je m'abonne
Asinaute
en galère

2 € / mois
ou 22 € / an

Je m'abonne
Abonnement
« cadeau »


50 € / an

J'offre ASI

Professionnels et collectivités, retrouvez vos offres dédiées ici

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.