37
Commentaires

Agression sexuelle dans une école de journalisme : une promotion débaptisée

C'est une première dans l'histoire de cette école de journalisme parisienne : une promotion a été débaptisée, à la demande des étudiants eux-mêmes, qui ne souhaitaient plus être associés au nom de leur parrain, un journaliste qu'ils avaient choisi pour accompagner leur formation. La raison : une soirée arrosée au cours de laquelle une étudiante a été agressée sexuellement par un proche de ce journaliste.

Derniers commentaires

Je ne savais pas que les journalistes étaient sexués.
Que dire l'embarras éprouvé a la lecture de révélations tardives de "jeunes filles " étonnées, semble t il,par les formes diverses et parfois surprenantes des hommages rendus a leur beauté désirable par une gente masculine éternellement aux aguets.L'absence de consentement expresse,dans le cas de viol notamment, doit être immédiatement dénoncé et sévèrement puni.
Du bureau du- Producteur-,au place d'honneur de l'Opéra , via la terrasse d'un bistrot parisien un soir de beuverie,cette épidémie - d'agressions multiformes-va t elle aboutir a ce que les personnes de sexes opposées ne puissent plus se côtoyer,sans "arrière-pensées" embarrassantes ?
Certains pays musulmans ont depuis longtemps définis la place de la femme dans leur société.
Pensez y mes " sœurs agressées" !
On pourrait aussi définir une place à certains organes sexuels qui posent problèmes à leurs possesseurs : dans du formol sur la cheminée. Pensez-y, "frères agresseurs" de toutes religions, et/ou sans religion. Ça viendra, un jour.
" ... aboutir a ce que les personnes de sexes opposées ne puissent plus se côtoyer,sans "arrière-pensées" embarrassantes ? "

Faites-vous semblant ou pensez-vous vraiment que tous les hommes sont mis dans le même sac ?
Il a été formellemùent expliqué sur ces forums que les gros porcs et les criminels sont une minorité de la gent masculine .
Vous mesurez le nombre des délinquants à l'aune de leur soudaine visibilité ?
Vous pensez que les femmes , les jeunes filles , ne savent pas que des hommes normaux leur sont promis en partage ?

"Certains pays musulmans ont depuis longtemps définis la place de la femme dans leur société."

Prenez le temps de vous penchez sur le phénomène qui fait que tous les hommes musulmans dans ces pays extrêmes sont frustrés et affamés , avec le cerveau pollué par le respect inexistant de la Femme .

Imaginez-vous adolescent , jeune homme , adulte , sans la possibilité de vivre votre sensualité en partage avec une douce dulcinée , ou un bel éphèbe ?
Arrêtez de faire la bises aux mecs, que vous ne connaissez pas, c'est quoi ce délire ? en Italie les femmes serrent la mains, y'a bien qu'ici que l'utilisation de nos corps est la norme pour tous. Je sers la main, bon là elle est jeune, mais sa mère, ou des femmes plus âgées, au lieux d'être jalouse de sa jeunesse aurait du lire dire qu'embrasser est machiste, et absolument libre, aucune loi qui nous y oblige, ça donne l'impression aux mâles qu'on est a leur bottes. Serrez la main, c'est parfait, et les vieux mecs sont a vomir et ça s'améliore pas avec l'âge...ils scrutent les plus jeune sans problème, et aucune femme de leur âge pour les calmer, bien sure aucun mec ne dit jamais rien a un autre mec ... ils laissent les femmes subir ou éduquer, et nous on éduque les mâles de leur naissance à leur mort, ras le bol, faut qu'ils grandissent, se contrôlent.
bravo a la classe pour sa solidarité, et a l'école , enfin un mouvement . Maintenant reste plus qu'a expliquer aux mecs la différence entre drague et harcèlement, embrasser par surprise une femme est du harcèlement a chaque fois, demander plusieurs fois de sortir/coucher avec qq qui dit non , est du harcèlement ...

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

En relation avec ce sujet un article de "Reporterre"

[url=http://https://reporterre.net/La-nouvelle-loi-Travail-enfonce-les-victimes-de-harcelement-sexuel]
Bon alors c'est qui ???
J'ai été victime d'une tentative d'agression sexuelle un soir de réveillon. Je dis bien "tentative" parce qu'il n'a pas réussi à me toucher ce qu'il voulait. Je suis un homme et il a fallu que je lui tape dessus, à deux ou trois reprises car il ne comprenait pas mon refus. C'est fou ! Taper sur quelqu'un, ça ne m'arrive pas souvent (une fois tous les 10 ou 20 ans). Il m'a fallu crier aussi trois fois "non", "non", "non". Il voulait me plaquer contre lui (mes fesses sans doute). Comme il avait fait à une autre qui s'était "laissée faire" (résignée ?) une heure plus tôt. Il a eu le goût de mimer une scène de sodomie, sur elle. C'est une habitude visiblement de genre de mime en touchant les fesses des gens, chez lui.

La conséquence de cette tentative sur moi, ça a été de montrer un visage d'agressé, de frayeur et de "pas sympa" alors que je voulais montrer un visage détendu et de fêtard. C'était il y a deux ans.

De mon côté, quand je drague un homme, dans un contexte approprié, je recherche toujours son consentement mais j'avoue que parfois je me suis trompé et que ça peut être limite harcèlement (tout au plus).

En conclusion, mon témoignage est un peu faible évidemment (tentative) mais c'est un de plus. Je crois que ça mériterait une information à chaque fois qu'on est embauché quelque part car aucun homme ne sait ce qu'est une agression sexuelle, un harcèlement sexuel et encore moins quand il est environnemental.
Le journaliste a depuis proposé à Sophie, et au reste du groupe d'étudiants, de les rencontrer pour s'expliquer avec eux." .... Ah bon? C'est comme ça qu'il s'en sort?
...Tout à coup -après l'appel téléphonique d'@SI - il se rend compte qu'il a joué au con, et pour se faire pardonner il va aller reboire un coup avec les étudiant.es? et c'est tout?
......pendant ce temps là Macron en profite pour pondre une loi contre le "harcellement de rue" qui ne visera pas tout à fait la même population!....
toujours pas de noms , on ne peut pas , elle ne veut pas , ....etc......tjrs l'omerta
Je trouve normal d'en parler eu égard à la position respective du parrain et des étudiants, normal que cette promo ait été débaptisée à partir du moment où c'était le souhait des étudiants, et le journaliste en question s'est clairement comporté comme un gros con.
Néanmoins on en vient à parler sur le même ton de ceux qui ont violé, ou ont tenté de le faire en menaçant de représailles professionnelle celle qui refusait, et le gros con très lourd un soir de beuverie.

Le jour où Twitter s'embrasera sur #balance-ton-assassin-d'enfant, j'espère qu'on fera le tri avec ceux qui ont mis une claque à leur môme (ce qui n'est pas bien , mais un gros cran en dessous du meurtre non ?)
Ce qui s'est passé là, les réactions des concernés et de leur entourage, c'est déjà un énorme progrès par rapport à ce qui se passe d'habitude. Même si c'est pas encore l'idéal.

Et si le prix à payer pour améliorer la situation ce sont quelques dérapages et quelques emballements ( contre lesquels certains s'alarment davantage que contre les violences bien plus anciennes et bien plus nombreuses) ... et bein tant pis.
Sophie perçoit bien que c'est SA carrière qui est en danger si elle donne le nom du journaliste agresseur sexuel. Pourtant elle a des témoins et il reconnaît les faits (tout en cherchant comme toujours à en attribuer la responsabilité à la victime). Est-ce que ces faits ont eu une incidence sur la carrière de ce journaliste ? Je veux dire une incidence plus sérieuse que de voir une promo débaptisée de son nom ?
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.