19
Commentaires

Affaire Théo : Europe 1 dévoile les images de vidéosurveillance

Un an après le début de l’affaire Théo, Europe 1 a dévoilé ce lundi les images de caméra de surveillance qui montrent comment en février 2017 ce contrôle de police a dégénéré à Aulnay-sous-bois (93). Un document publié alors que l'instruction est toujours en cours et que l'un des policiers est toujours poursuivi pour "viol aggravé".

Commentaires préférés des abonnés

Je ne comprends toujours pas comment enfoncer une matraque dans le cul d'un gars sur 10 cm, à travers son caleçon,  peut être non intentionnel. On voit clairement les policiers sur la vidéo lui mettre plusieurs coups de Tonfa dans le dos, derriè(...)

Suis très surpris qu'@si reprenne le sobriquet que les médias ont affublé en coeur a ce fait divers tragique: "l'affaire Theo" ... il s'agit d'une altercation entre un jeune homme et des policiers, denommer l'affaire du diminutif du jeune interroge s(...)

Bonjour,


le jour où l'on ne trouvera plus normal que des jeunes se fassent contrôler sans raison (la première violence est quand même là), les dérapages qui s'en suivront n'auront plus lieu d'exister

Derniers commentaires

Suis-je trop stupide pour avoir remarqué que les deux vidéos de l'interpellation sont différentes. Regardez la vidéo du parisien et vous remarquez que théo se fait menotter contre un mur et que sur la vidéo d'europe 1, il se fait menotter contre un parapet. est-ce normal qu'il se fasse menotter deux fois ? Bref, je m'attendais à un peu plus de sérieux ou plutôt d'investigation de la part de votre émission. Surtout qu'ici c'est tout de même flagrant.

La journaliste Salomé je sais pas quoi ment de manière éhontée. Y’a pas mal de médias qui sont venus au quartier, Radio Lagardère on ne les a vu que l’année dernière au début et dimanche pour une manif contre la réintégration des policiers. Et la journaliste envoyée devait une jeune débutante pigiste ou stagiaire. Pour un travail au long cours c’est assez léger. A ajouter que deux journalistes de l’AFP étaient aussi présentes. 


Radio Lagardère joue dans l’exclusivité avec une vidéo connue depuis un bon moment pour qui faisait un travail au long cours et angle son article sur le travail bien ou mal fait de la police. A aucun moment on ne parle de la violence et de l’agressivité du service public bleu marine depuis un an à Aulnay. Violence qui engendre méfiance et haine envers les institutions. A aucun on ne parle de blessures psychologiques de Théodore LUHAKA. Aucune compassion pour un être humain qui a été torturé comme ça se fait dans les dictatures les plus sanguinaires. 


Procédé médiatique comme on le déteste nous habitants des quartiers populaires davantage que le reste de la population qui fait que certains journalistes ne sont plus les bienvenus. 


Au passage, si Radio Lagardère avait fait un travail au long cours, pourquoi n’ont-ils pas parlé de Yacine BENKAHLA retrouvé mort le 14 septembre 2017 dans la cave de son immeuble dans des conditions encore inconnues ? Si l’agression de quatre policiers blancs sur un jeune garçon noir les intéresse, pourquoi n’en parlent-ils pas ? Et les insultes quasi-quotidiennes des policiers envers Théodore lui disant « ah la poche » ou « la matraque », ça n’existe pas chez Europe 1 ? 

Déjà, pourquoi ils vont derrière le mur, à l'abri des caméras, pour faire leur contrôle ... ?

C'est une honte dans un monde de Justice Sociale C partout pareille ...

Les medias dont celui ci, innocentent les flics parcequ'un gars violé ne se rappel pas bien si son pantalon a glissé ou si c'est le flics qui l'ont baissé..mais la matraque a bien fini dans l'anus du jeune homme , non ? un pantalon baissé et les flics peuvent te mettre une matraque dans l'anus ? c'est ça la réalité bourgeoise ? waouh. Ou l'ont vois comment le patriarcat, qui permet le viole des enfants, femmes et des jeunes, est parfaitement intégré par les bobos, et l'oligarchie. Ceux-celles qui bossent ou on peu de moyen devraient lutter pour l'égalité, sinon une matraque dans l'anus parait la norme a celles-ceux qui habitent les quartiers sans flics persécuteurs, mais comme toute dictature ça va changer, les bobos vont aussi dans pas longtemps se prendre qq coup, et crieront au scandale. 

Vous reprenez l'expression "geste furtif" de Europe 1 mais pour ma part, je vois un coup d'estoc bien armé. Pour un aperçu technique : un article , de l'an dernier évoquant les "points de pression" au niveau des fessiers et parlant des dégâts parfois mortels que peuvent faire tonfa et matraque télescopique.

La conclusion : "A la lecture de cet abrégé de traumatologie, une question se pose à tous, doit-on tolérer l'usage d'armes contondantes chez des fonctionnaires n'ayant suivi que quelques heures de formation à leur maniement ? Pour obtenir le maximum d'efficacité en infligeant le minimum de douleur, le policier ne doit pas être sujet à une impulsion incontrôlée (sadisme, colère, stress, etc.). Il doit s'agir d'actes techniques maîtrisés. Lorsque le pouvoir politique ne met pas de cadre légal strict et ne propose que des formations bâclées, il se décharge de ses responsabilités, et les possesseurs de pouvoirs n'hésitent pas à s'arroger des droits nés de ce qu'ils estiment être leur devoir..., c'est à dire la représentation qu'ils ont d'eux mêmes et de la fonction."


 L'auteur semble un spécialiste : "dirigé un centre d'instruction de gardes du corps et de chauffeurs de sûreté, Gérard Desmaretz a été directeur technique pour le bimestriel l'Officiel de la Sécurité".

Il y a quelque chose qu'il serait peut être intéressant de creuser. On lit sur le site d'Europe 1 l'information suivante :


[...]Pour les besoins de l’enquête, la vidéo a également été soumise à l’expertise de deux formateurs de la police, spécialistes en maniement du bâton télescopique de défense. Ils estiment que l’action peut s’expliquer par "la volonté du policier d’exercer un point de pression au niveau des parties charnues des fesses", geste préconisé "pour créer une déstabilisation physique et maîtriser le récalcitrant". Selon eux, cette action semble "proportionnelle" et "justifiée".[...]


Rien ne vous choque dans la description de cette méthode de contention non seulement approuvée par la hiérarchie mais ENSEIGNEE aux petits nouveaux de la police ?




L'expression "contrôle de routine " que vous utilisez me choque.

Rappelons que le seul crime qui est imputé au jeune Théo est d'avoir marché dans la rue "en état de noirceur".

L'acte que les policiers ont commis était, dès les premières secondes, une agression raciste. 

Que ces actes soient pratiqués quotidiennement par les policiers, qui en arrivent même a les revendiquer (qui ne se souvient du fameux "bamboula " d'un certain dirigeant syndical) ne devrait pas conduire  a les banaliser par l'utilisation d'un vocabulaire gentiment neutre.


Bonjour,


le jour où l'on ne trouvera plus normal que des jeunes se fassent contrôler sans raison (la première violence est quand même là), les dérapages qui s'en suivront n'auront plus lieu d'exister

Suis très surpris qu'@si reprenne le sobriquet que les médias ont affublé en coeur a ce fait divers tragique: "l'affaire Theo" ... il s'agit d'une altercation entre un jeune homme et des policiers, denommer l'affaire du diminutif du jeune interroge sur le mépris et la condescendance des médias qui ne semble pas choquer grand monde ...

Je ne comprends toujours pas comment enfoncer une matraque dans le cul d'un gars sur 10 cm, à travers son caleçon,  peut être non intentionnel. On voit clairement les policiers sur la vidéo lui mettre plusieurs coups de Tonfa dans le dos, derrière la tête (au moins 6 au sol et 3 debout). Au moment ou Théo attrape le tonfa (qui est composé de Polycarbonate, autrement dit, du plastique) avec la main pour empêcher le policier de taper, c'est là qu'il prend sa matraque télescopique à la ceinture (composée d'acier trempé) pour lui foutre dans l'anus. Que l'on vienne pas me faire croire que ce n'était pas intentionnel. Ils n'arrivaient pas à le maitriser alors qu'ils étaient trois professionnels et l'un d'entre-eux lui a délibérément foutu sa matraque dans le cul pour le calmer. Il n'a pas tenté de lui mettre son tonfa, qui ne serait pas rentré aussi facilement (diamètre 32 mm)...


Je me souviens encore très bien de Dupont-Moretti nous expliquer sur je ne sais quel plateau télé que la vidéo était révélatrice de la brutalité et de la barbarie des policiers... Qu'on y voyait les abondantes projections de sang de la victime sur les murets (merci pour les détails)... Qu'une fois diffusée, on allait voir ce qu'on allait voir...

Comme souvent, la réalité est bien loin du récit très manichéen qu'on a voulu nous compter. D'ailleurs ASI, ça n'est pas une de vos missions de déconstruire ce genre de récits toujours très argumentés mais jamais documentés?

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.