48
Commentaires

Affaire Fillon : "La première magistrate à parler sans ambages"

Énorme émotion politique et médiatique : et si l'élection présidentielle avait été confisquée par le parquet national financier, en charge de l'enquête sur les emplois fictifs de Penelope Fillon, parquet qui aurait été soumis à de fortes pressions pour mettre en examen le candidat de la droite ? Cette émotion est générée par des déclarations de l'ancienne cheffe du PNF Eliane Houlette devant une commission parlementaire. Pour en parler, le président de cette commission, député Insoumis du Nord, Ugo Bernalicis ; et Pierre Januel, journaliste couvrant la commission pour le site de l'éditeur Dalloz, ancien collaborateur parlementaire EELV et ancien porte-parole du ministère de la Justice sous Jean-Jacques Urvoas. Et notre chroniqueuse linguiste Laélia Véron.

Commentaires préférés des abonnés

débat assez technique, merci de vous y être collé. Le choix des 2 protagonistes est intéressant, car il est certain qu'ils ne pouvaient avoir que des versions opposées (normal). On pourrait penser que les 2 sont de gauche, mais pour LFI, quand on a d(...)

Si je cromprends bien Fillion aurait du être Président,car la justice a été trop vite pour dénoncer son escroquerie.Faire travailler fictivement toute la" sagrada familia" ,c'est un bon business. On aurait eu un président au top. Quand à Mélenchon mê(...)

Intéressant mais quel intérêt d'inviter un "ravi de la crèche" du ministère de la justice pour nous seriner la version officielle tout au long de l'émission? Pour ne pas vous fâcher avec vos potes socialistes? Elle n'a pas eu assez de temps d'antenne(...)

Derniers commentaires

Emission un peu moyenne malheureusement avec des "soupçons", "secrets de polichinelles". Comme on est pas sur Cnews, j'aurais voulu plus de billes. Vu que la juge ne s'entend pas avec sa supérieure, elle a dit qu'elle avait subit des pressions de sa part. Point. C'est tout ce qu'on apprend et personne n'a rien d'étayer pour dire autre chose, sinon on tombe dans le complot. 

Le sujet véritable est politique. Tous les députés qui râlent sont là depuis longtemps et auraient pu s'atteler à la réforme de la justice la rendant complètement indépendante. On verra qui le ferra. En attendant, les discussions sont creuses. 

Et les gens qui pleurent sur Fillon qui se serait fait avoir, par pitié, essayez de garder un peu de dignité !

À 33'40, votre invité pense démontrer l'indépendance de la justice en soulignant les pétrins de Bayrou. Cependant, l'affaire d'emploi fictif du MODEM éclate au bon moment, juste après les législatives où on voit que LREM a la majorité à elle seule. Pourtant, pendant la campagne présidentielle, un témoignage avait déjà été publié sur le fait que Bayrou a eu recours à des emplois fictifs : https://medium.com/@nicolasgregoire/pas-avant-le-deuxième-tour-593526d58a2a . J'avais été assez choqué à l'époque de voir le tourbillon de l'affaire Fillon par rapport au silence médiatique sur Bayrou (dont le soutien à Macron à été un tournant incontestable). Libération avait justifié ce silence : https://www.liberation.fr/checknews/2017/05/05/c-est-quoi-le-bayrougate_1652376 . Pourtant tous les journaux ont embrayé sur l'affaire des emplois fictifs du MODEM quelques mois plus tard, sans faire mention de ce témoignage. 

Mouais. Qu'avons-nous appris ? Les procureurs ne sont pas indépendants et pourraient bien être politiquement instrumentalisés. Mince, fallait bien une émission aussi brouillonne pour que la France le sache ! Quant à l'affaire Fillon, théoriquement sujet du jour, pour le coup, pas grand chose à se mettre sous la dent. Fillon a été tué médiatiquement et la justice n'a aucune part dans son résultat à la présidentielle. La justice s'est hâtée : complot ; le parquet aurait temporisé : scandale. Émission à oublier

On dirait qu’il fait un doigt, Bernalicis, sur la photo...

Bof bof, comme émission 


Rien de très nouveaux, le  PNF  créé par Hollande suite  à l’affaire Cahuzac est une coquille vide.  Il manque de moyens humains et matériels et pourtant la  plus part des dossiers qu’ils ont a traiter sont extrêmement  complexes.  Le verrou de Bercy a-t-il sauté ? A par quelques arrangements cosmétiques il est toujours soumis au bon vouloir  du politique. Petit détail intéressant, contrairement a d’autres pays les fonctionnaires de police ne sont pas sous la juridiction du ministère de la justice mais sous la juridiction du ministère de l’intérieur.  Donc pour disposer des forces nécessaires a une perquisition de grande ampleur il faut l’accord (et la mise a disposition de ces forces) du ministre de l’intérieur ….  


Enfin pourquoi Pasqua tout a coup soudainement se retrouve avec une affaire au fesse en 2002 après 40 ans de bon et loyaux ……  Il gênait qui ? lol Pasqua ......


Entre l’affaire Carignon et sa condamnation et l’affaire Cahuzac il y a pratiquement rien …. Le désert …  Il est vrai que la classe politique/économique  française est d’une probité absolue. 


Une tierce personne connaissant les rouages de la justice eut été nécessaire sur le plateau, surtout pour distingué un juge du siège et du parquet. La magistrature  est le corps de métier le plus décoré (légion d’honneur et autres breloques), l’ affectation  des magistrats du parquet n’est pas inamovible (contrairement aux magistrats du siège).  Etc 



Dominique Simonnot ?

Je ne connais pas trop le travail de Mme Simonnot, et ne lis le canard qu’occasionnellement. Mais on pourrait citer. 


Antoine Peillon, Eva joly, David Koubbi, Vincent Le Coq , Juan Branco, Van ruymbeke , Éric Halphen, Eric Alt etc


La littérature des lanceurs d’alertes  Stéphanie Gibaud, Héver Falciani, Marc Eichinger, Maxime Renahy etc 


Ils décrivent a travers leurs expériences les difficultés a l’aboutissement (ou inaboutissement ) d’un dossier, bel euphémisme en vérité.

 




Mais, sauf erreur, seul Peillon est journaliste, ce qui est tout de même un critère sur un site qui se penche sur les médias. Mais ce choix m'aurait aussi convenu.

Avoir Anticor aurait été effectivement assez intéressant sur ce sujet, mais possible doublon avec les positions de Bernaliscis, non?

Quotidien avait expliqué qu’un de leurs journalistes habitant à deux pas des bureaux de lfi et ayant été informé par un tweet s’était illico rendu sur place. Il me semble que cela  se voit d’ailleurs sur la vidéo intégrale qu’ils ont publiée. 

Belle émission car il s'agit d'un débat (avec échanges d'arguments contradictoires qui poussent l'autre à aller sans cesse à la recherche d'arguments...) Après sur le fond, la naïveté (sans doute sincère) du représentant du ministère est assez déconcertante !

Particulièrement intéressant et instructif à tous les niveaux.
(et clair !)
Bravo, et merci pour ce coup de projecteur.

C'est moi ou il y a une coquille dans le titre?

Désolée, pour une fois j'ai dû arrêter avant la fin, car j'étais vraiment larguée. Beaucoup de vocabulaire technique, de pré-requis nécessaires pour comprendre les interventions des invités. La vulgarisation n'a pas été assez poussée pour moi, et pourtant le sujet m'intéressait ! La justice a l'air d'être un domaine très complexe et peu ouvert sur l'extérieur, je sais à peine ce qu'est un procureur, j'aurais eu besoin de davantage d'explications au fil de l'émission, comme Daniel sait bien le faire d'habitude. Tant pis !

L'indépendance de la justice? allons, commençons par le début: les députés peuvent voter (ou de leur propre initiative par un projet de loi, ou une loi préparée par l'exécutif,..) n'importe quelle modification du code pénal, alourdir les peines par exemples pour crimes et autres. Un bon exemple était les "peines plancher" de l'illustre sarkozy. Les  juges devront,appliquer ce qui est voté. 


La justice, comme la société est traversée par des contradictions, et peuplée de personnalités de tous les horizons politiques,  même si les juges s'en défendent. 


Dans cette affaire fillon, s'il y a eu un dysfonctionnement (accélération des procédures et instructions), disons ceci:


- logique vu l'enjeu, ce monsieur était destiné à devenir résident de la république, donc s'il se révélait "fautif" il fallait le savoir et vite


- si il y a eu dysfonctionnement, à un niveau encore ignoré, alors vive le dysfonctionnement, qui pour le coup a très bien fonctionné: ce monsieur avait de bons projets en tête : quasi suppression de la sécurityé sociale, avec son comparse d'Axe, et d'autres choses très joyeuses.


- avec le jeu des procédures d'appel, puis du recours en cassation, fillon peut dormir sur ses deux oreilles.


Notons, même si cela n'a rien à voir, que l'équipe sarkozy revient au grand complet :   le premier ministre porte serviette, dati à la mairie de Paris, avec un résultat enviable.. sans parler d'un  ciotti qui encore et encore peuple de ses  bêtises, largement relayées dans les médias, la  vie politique





intéressant, il semble complique d'obtenir une réponse claire quant a l’ingérence politique. 

Au final c'est DS qui résume le mieux mon avis en utilisant le terme "d'anticipation" qui grosso modo se résume a dire que le parquet instruit dans le sens du vent essentiellement par opportunisme, carriérisme ou tout simplement excès de zèle.... 

Vu le doute qui pese, j'espere que la commission devrait va tenter d'explorer ensuite comment on peut rendre ce parquet "plus" indépendant sans pour autant en faire un 4eme pouvoir. 



Qu'est-ce que je me moque qu'il y est eu pression sur l'affaire Fillon, sans ça,ce voyou, ce sauvageon aurait peut-etre gouverné la France! Alors merci à celle qui a pressé! Bon, d'accord elle ne nous a pas évité Macron, mais tant pis.

le mec hollandiste essaye tant que mal de noyer le poisson et nous prend vraiment pour des gros bêtas c'est bien d'inviter des gens de divers horizons mais là on a une pauvre tentative de désinformation de sa part on aurait très bien pu se passer de lui 

Ce qui ressort de cette émission intéressante est que certains rouages de notre Justice concentrent d'importants pouvoirs. Que ces rouages ont forcément des opinions politiques qui par conséquent ne seront pas neutres dans l'exercice de leurs fonctions. Mr Bernacilis a démontré que le fonctionnement de la Justice permettait une intervention du politique ce que je complèterais donc par " il y a une intervention du politique". (tout ce qui est possible finit par advenir)."

Qu'est-ce que vous résumez la commission d'enquête à l'affaire Fillon en déformant gravement les propos de Madame Houlette ? Quelle honte !

D'autant que Marie Babonneau a transcrit l'intégralité de l'audition sur Dalloz actualités. 

Lisez-les d'abord avant d'inventer et d'entretenir une mystification politique. 

On dirait même que vous ne comprenez même pas ce que dit Madame Houlette dans l'extrait que vous passez.

Champrenault a la trouille et harcèle la PNF. 

C'est courant que la hiérarchie plan plan se fait dessus.

Pour info, ce n'est pas du tout la première fois que des magistrats expriment cela. 

Mais bon, si la presse dort... où n'est jamais là.

Par contre, se faire l'écho des inepties des Ciotti et Cie.

Depuis des années nous savons que les affaires sensibles remontent au plus haut niveau selon les personnalités ou les problèmes posés. Il n' y a donc rien là de nouveau et c'est bien le problème de l'indépendance de la justice qui est posée. Hors dans ce domaine nous n'avons pas vu grand chose, de la part de la gauche et nous n'avons rien à attendre des droites. Quant à LFI, une fois au pouvoir et compte tenu du comportement de Mr Mélenchon, je ne pense pas qu'il en sera différemment. Mais attendons de voir les propositions de réforme en la matière pour 2022.

A contrario, il est grave de voir un représentant de la gauche instrumentaliser les propos de la procureure du PNF sur l'affaire Fillon pour défendre son parti qui lui aussi fait l'objet de poursuites. Doit-on rappeler que Mr Fillon avec sa famille ont détourné plus d'1M€ et qu'il était en passe d'être le président de la France. La procureure général a eu parfaitement raison de mettre le paquet pour éviter à notre pays une telle infamie (voir les attendus du jugement). Pour une fois que la justice a fait preuve de réactivité on ne pas bouder son plaisir. Si tel avait été lors d'élections précédentes, nous n'aurions pas eu Chirac et Sarkozy !

Enfin omettre comme le révèle Médiapart que la Procureure du PNF est poursuivie par une enquête ouverte par la procureure général peut aussi expliquer les propos de celle-ci. Il y a là réglement de compte entre magistrates qui visiblement se détestent. En tout état de cause les français ne sont pas dupes de ces simulacres. Mais la gauche doit se méfier de jeter le discrédit sur celle-ci. A force se sont tous les fraudeurs qui vont en bénéficier y compris l'extrême droite 



Pour les adolescents qui passeraient par ici, dans le programme électoral de  Fillon, il y avait la suppression de 500 000 postes de fonctionnaires .


Si Fillon avait été élu,  le parquet financier existerait-il seulement encore ? 



Si je cromprends bien Fillion aurait du être Président,car la justice a été trop vite pour dénoncer son escroquerie.Faire travailler fictivement toute la" sagrada familia" ,c'est un bon business. On aurait eu un président au top. Quand à Mélenchon même s'il c'est fait avoir par la presse ,sur le fond il avait raison,et ils ont beau chercher,les journaleux  n' ont rien trouvé .Pourtant ils ont mis le paquet.150flics armés avec gilets pare balles ,comme pour une opération anti terroriste. Mais bien sur c'est pas un coup monté...


débat assez technique, merci de vous y être collé. Le choix des 2 protagonistes est intéressant, car il est certain qu'ils ne pouvaient avoir que des versions opposées (normal). On pourrait penser que les 2 sont de gauche, mais pour LFI, quand on a des "amis" tel que l'ancien porte-parole d'Urvoas et ancien collaborateur parlementaire d'EELV, on a pas besoin d'ennemi.

Sinon, Pierre Januel a eu un mot savoureux (sans le vouloir) : mais c'est Mélenchon qui a fait part des perquisition et qui a brisé le secret de l'enquête préliminaire. Daniel lui disant que quand la personne concernée le révélait, on ne pouvait parler de suite.

Je rajouterai que les journalistes de Quotidien qui ont filmé les perquisitions dès le matin au siège de LFI devaient passer là par hasard, personne ne les ayant prévenu. Pareil pour Mme BELLOUBET, qui n'était pas au courant que la totalité des policiers du PNF étaient envoyés en mission sur 17 sites.

Et c'est la marmotte qui met le chocolat dans le papier d'aluminium.


Etant un peu fatigué, je m'attendais à lire "la première magistrate à parler sans ambages est une femme".

Intéressant mais quel intérêt d'inviter un "ravi de la crèche" du ministère de la justice pour nous seriner la version officielle tout au long de l'émission? Pour ne pas vous fâcher avec vos potes socialistes? Elle n'a pas eu assez de temps d'antenne, cette version officielle depuis trois ans? Ah mon avis, si le mec dézingué avait été Hamon, l'émission n'aurait pas été construite comme ça. Ah que c'est dur de traiter le détesté Fillon!


Et son air de premier communiant pris la main dans le pot de confiture quand on le met face à la condamnation d'Urvoas! Aucun intérêt ce monsieur. A part donner une caution à je ne sais qui. Niveau entendre le gendarme qui était à la circulation à 2km des évènements de l'affaire Traoré, sachant qu'il est très dévoué à l'institution et persuadé que la gendarmerie ne commet jamais aucune faute. Pathétique.

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.