124
Commentaires

Accroche-toi à la rampe, j'enlève les marches

Une aimable @sinaute m'a récemment suggéré un sujet de chronique : l'escalier. Or donc, l'escalier, ensemble de supports plans échelonnés de façon à assurer la circulation des personnes entre deux ou plusieurs niveaux, remonte à la plus haute Antiquité. Amytis de Médie, épouse de Nabuchodonosor II, s'en servait quotidiennement pour accéder aux jardins suspendus de Babylone. C'est dire si la chose est ancienne. On l'utilise encore de nos jours pour sortir du métro parisien, et rejoindre la rue de Sèvres.

Derniers commentaires

Je publierai ici et demain les réponses de notre grand jeu d'Accroche-toi à la rampe, j'enlève les marches, auquel une foule très immense a oublié de participer.
http://www.dailymotion.com/video/xclcgm_jean-ferrat-potemkine_music
Pour la 7, quand y a d'leugène y a rien à t jetter - un coup d'oeil à saint cloud ?
Enigme 3: le même escalier que celui du Philosophe en méditation mais dans un autre tableau de Rembrandt?
Et j'ai trouvé aussi la 4...
La dernière:les marches, les bottes, et sur les marches à gauche... https://www.google.fr/search?q=potemkine%2Bphotos&tbm=isch&imgil=g9eaP6ZmNVCL3M%253A%253BEa2McoC-HEwALM%253Bhttp%25253A%25252F%25252Fblog.letudiant.fr%25252Fbac-fiction%25252F2011%25252F12%25252F30%25252Frevisez-le-bac-avec-le-film-le-cuirasse-potemkine-de-serguei-eisenstein%25252F&source=iu&pf=m&fir=g9eaP6ZmNVCL3M%253A%252CEa2McoC-HEwALM%252C_&usg=___cbrRZtH3NKDE2PEnL29HbhBC4c%3D&biw=1120&bih=552&ved=0ahUKEwjmw-f6qIvTAhXIrRoKHVg1CocQyjcIOg&ei=_9bjWKbIFcjbatjqqLgI#q=potemkine%2Bphotos&tbm=isch&tbs=rimg:CYPXmj-mZjVQIjg1HoBO7I-QCzdybl-FeI4_1TUHbW7e4nEDJquNaCgzusBeSKVWH6R6EgZegskyT5CEzWak3g5efOyoSCTUegE7sj5ALEd-071h4A91TKhIJN3JuX4V4jj8RTsbQSE5pESsqEglNQdtbt7icQBF52W9JixvC5yoSCcmq41oKDO6wESi9Fr_1hzdZRKhIJF5IpVYfpHoQRKL0Wv-HN1lEqEgmBl6CyTJPkIRHfQgrcmmmjqSoSCTNZqTeDl587Ebu2xkre5jw0&*&imgrc=g9eaP6ZmNVCL3M:
J'ai trouvé le cinquième, trop drôle...
Trouvé le premier: tableau d'un élève de Canalleto, Michele Marieschi : Veduta de la Basilica della Salute
https://www.google.fr/search?q=michele+marieschi%2Bveduta+della+basilica&tbm=isch&imgil=qU6uaQiWUTlfiM%253A%253Bi5tq9KDYiDLIhM%253Bhttp%25253A%25252F%25252Fwww.wikigallery.org%25252Fwiki%25252Fpainting_190642%25252FMichele-Marieschi%25252FVeduta-of-the-Basilica-della-Salute&source=iu&pf=m&fir=qU6uaQiWUTlfiM%253A%252Ci5tq9KDYiDLIhM%252C_&usg=__VbaP4CuaTuZ7cHuYSKkYUb4RbXM%3D&biw=1120&bih=552&ved=0ahUKEwihyq2M44jTAhXDbBoKHfsjBfoQyjcIKw&ei=ToHiWKHrC8PZafvHlNAP#imgrc=qU6uaQiWUTlfiM:
A droite en haut: un escalier de la maison Horta?http://whc.unesco.org/fr/list/1005
Et les escaliers en fer à cheval qui ornent nos châteaux? Et le bel escalier de la maison de Chateaubriand prélevé,dit-on,sur un bateau?
Les râleurs râlent, c'est inné.
Donc "Stairway To Heaven" de Led Zep est un plagiat.
Première tournée US de Led Zeppelin en première partie de Spirit.
Randy California de Spirit, pas bégueule, montre quelques trucs de guitaristes à Jimmy Page.
Dont la montée (des marches) de "Taurus" (à 45 secondes : https://www.youtube.com/watch?v=xd8AVbwB_6E)
Randy n'en avait que faire de ce minable plagiat ; en 1997, 45 ans) il meurt.
Sa famille, avec l'aide de son ex beau père Ed Cassady (batteur de Spirit), n'en démorde pas et poursuit Page.
Après des années de procédures, la famille a eu gain de cause.
Idem pour Howlin' Wolf et "Killing Floor" devenu "The lemon song" chez Led Zep.

Et Vive l'extraordinaire Canaletto accroché dans le salon de ma villa à l' Altitude 100, Bruxelles ! (on peut rêver, non ?)

PS En fait, les membres de "Spirit" savaient depuis le début que "Stairway To Heaven" était "largement inspiré" de Taurus mais n'avaient pas les moyens de se lancer dans un procès.
"Sauras-tu, ami(e) @sinaute, les identifier ? "

Non.
Mouloudji, La Complainte de la butte.

https://www.youtube.com/watch?v=7d3NY5ovzPY
Chacun ses marottes, moi c'est pas Camille ;-)

L'escalier
THOMAS FERSEN

L'escalier tourne
Dans l'immeuble où je perche.
L'escalier monte
Au septième où je crèche.
Quand, dans sa vrille,
Je lâche une bille
À la rambarde,
J'écoute sa cascade
Jusqu'à la rue,
Sa course tordue.
Je lâche un rot
Dans ses anneaux.
Je sonne aux portes
Et mes jambes m'emportent,
L'escalier gronde
Que c'est quand même un monde.

J'habite au 2 rue papillon,
Vous reconnaîtrez la maison.

Chaque nuit,
L'escalier me tourmente.
Dans son puits,
Montent mes eaux dormantes.
Je vois des pièges
Dans ses arpèges.
L'escalier craque,
La concierge me traque.
À coups de trique,
J'apprends la musique:
Leçon de morale
Dans la spirale
Et, dans la cage,
Je promets d'être sage
(Parole d'oiseau
Derrière les barreaux.)

J'habite au 4 rue de la Lune,
Ceci est un couplet nocturne.

Chaque jour
Je grandis de la sorte
Qu'un beau jour,
Je me baisse aux portes.
Quant à l'amour,
Je tourne autour
Dans l'escalier.
Quand elle me dit bonjour,
C'est un rosier
Grimpant dans une tour.
Contre la rampe,
Entre deux lampes
Et entre ses bras,
Je quitte l'âge ingrat.
Sous le riz,
Nous quittons la mairie.

J'habite au 6 rue de la gaieté,
La porte n'est jamais fermée.
Et les marches du festival de Cannes ? Y-a-t-il quelque chose à en dire ?
On gravit un escalier qui compte un certain nombre de marches (sans cela serait-il un escalier ? a si bien fait observer le cruel observateur Henry Somm).



Ces marches, j'en savais le nombre hier ; je l'ignore aujourd'hui. L'oubli, c'est la vie.



http://dhmcl.chez-alice.fr/Phares%20Pages%20Html/27%20Fatouville_Allais.htm
[...]
— Qui donc êtes-vous?
— M. Buissonnière, pour vous servir. L'il-
lustre Buissonnière, ancien directeur de l'École
qui portait son nom, M. Buissonnière, actuelle-
ment chef de la Bande des Voleurs d'Escaliers.
La Bande des Voleurs d'Escaliers !
— Est-ce donc aujourd'hui seulement, cher
maître, que vous entendez parler d'escaliers dé-
robés ?
— Rien de plus juste !
[...]

--
Je pensais qu'en hommage à tous les enfants qui refusent de prendre leur bain, cette petite planche de Calvin et Hobbes
(déjà donnée en lien dans un autre forum) figurerait dans la chronique.

Mais la chronique ne peut pas faire 10 km, je sais.
C'est à l'escalier du roi et l'oiseau que cette chronique m'a fait penser.
Merci Maître Korkos, le seul qui jamais ne confondra la plus haute antiquité et la nuit des temps.
Les escaliers : mais quelle bonne idée !

D'abord, l'escalier aux 100 000 marches du château du "roi et l'oiseau" de Grimault, puis ceux du passage Pommeraye à Nantes dans "Lola " de Jacques Demy,

Les escaliers dans Harry Potter : ceux de Poudlard bien-sûr, mais surtout ceux en dessous desquels dort Harry Potter quand il vit chez son oncle et sa tante.

Les escaliers dans West Side Story !

Les escaliers que grimpe Monsieur Smith quand il va au Lincoln memorial dans "Monsieur Smith au Sénat"

Sans oublier tous ces escaliers de châteaux , dont celui de Chambord ( escalier à double révolution dans le château de François 1er)...

http://expositions.bnf.fr/francoisIer/images/3/fra_374.jpg
Edward Hopper à plusieurs fois peint des escaliers. This one gives acces to a New York Movie, caverne dont seul l'écran blafard permet une représentation d'un monde d'où pourraient provenir d'improbables autres spectateurs qu'attend pensivement une ouvreuse magnifiquement hopperienne.
Alain Korkos: Paul Claudel avait même évoqué un « escalier cochléaire, [une] vis qui lui sert à descendre pas à pas jusqu'au fond de la méditation», la cochlée étant une spirale située dans l'oreille interne.
Rembrandt s'intéressait à l'anatomie; au seizième siècle: beaucoup de recherches sur la structure de l'oreille:https://books.google.fr/books?id=AQCOXhQpcHsC&pg=PA464&lpg=PA464&dq=anatomie+de+l%27oreille%2Bhistoire&source=bl&ots=fU5yQBWAAS&sig=lTy1g41W2at4hnW4B2SkRZWSsd0&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwjEw8LbyIPTAhWDWhQKHUGICUoQ6AEIRzAL#v=onepage&q=anatomie%20de%20l%27oreille%2Bhistoire&f=false; peut-être médite-t-il sur ces recherches et découvertes.
Dans la partie la plus claire je vois le visage de profil d'une sorte de sphinx qui regarde vers la droite et tourne le dos au philosophe. L'escalier à l'emplacement de son oreille.

Peut-être le philosophe est-il sourd, peut-être souffre-t-il d'hallucinations auditives.
[quote=Alain Korkos]"Amytis de Médie, épouse de Nabuchodonosor II, s'en servait quotidiennement pour accéder aux jardins suspendus de Babylone"

Je connais rien à l'histoire de l'Antiquité ; je ne connais les jardins de Babylone que par la chanson d'Henri Salvador ;
Mais votre chronique me fournit un information précieuse : c'était de jardins d'agrément, genre Versailles, et non des jardins potagers.
Parce sinon, Alain, vous auriez déjà été harcelé par les féministes de service qui vous auraient tenu leur discours habituel gna-gna-gna, vous entretenez les cliché sexistes, et pourquoi c'est Amytis qui doit aller sarcler les salades et repiquer les radis pendant que Nabucho tape le carton au bistrot du coin en buvant des pastis. Et quotidiennement, en plus !

Tandis que là, rien. Ouf !
et puis il y a le célèbre escalier d'Iffezheim

*poisson d'avril
Pour quitter l'angoisse des escaliers de Hitchcock et de Sergueï Eisenstein
et reprendre ceux qui mènent au ciel bien terrestre de l'amour,
les escaliers de la Piazza di Spagna

Il y a aussi dans le genre très léger celui de L'ai je bien descendu mais des escaliers à descendre uniquement et c'est toujours la femme qui nous conduit, enfer et damnation !

Qui d'ailleurs monterait celui-là même s'il dit vouloir aller à Heaven

Et en plus y a jamais de rampe !!!
Cette histoire d'escaliers, c'est de la publicité subliminale pour "en marche" ? ;-)
Avec un tel titre je m'attendais a ce qu'on parle des fameux escaliers qui relie les habitants des HLM de Caza "Accroche-Toi Au Balai, J'enlève Le Plafond!" :)
L'escalier de Vertigo m'a toujours rappellé celui de M le Maudit :
Escalier de M le Maudit
Frédéric Pajak: https://norwitch.wordpress.com/category/auteurs/frederic-pajak/
Ben ça alors pas un mot sur M. C. Escher, je suis déçu, il n'y avait pas matière ?
Je m’étais attardé ce matin-là à brosser les dents d’un joli animal que, patiemment, j’apprivoise. C’est un caméléon. Cette aimable bête fuma, comme à l’ordinaire, quelques cigarettes, puis je partis.

Dans l’escalier je la rencontrai. « Je mauve », me dit-elle et tandis que moi-même je cristal à pleine ciel-je à son regard qui fleuve vers moi. Or, il serrure et, maîtresse ! Tu pitchpin qu’a joli vase je me chaise si les chemins tombeaux.

L’escalier, toujours l’escalier qui bibliothèque et la foule au bas plus abîme que le soleil ne cloche.

Remontons ! mais en vain, les souvenirs se sardine ! à peine, à peine un bouton tirelire-t-il. Tombez, tombez ! En voici le verdict : « La danseuse sera fusillée à l’aube avec ses bijoux immolés au feu de son corps. Le sang des bijoux, soldats ! »

Eh quoi, déjà je miroir. Maîtresse tu carré noir et si les nuages de tout à l’heure myosotis, ils moulins dans la toujours présente éternité.

Idéal maîtresse
Robert DESNOS
Recueil : "Langage cuit"
Ah c'est cool le retour du jeu, comme sur ton blogue de Le Monde, si je ne me trompe pas.
J'ai pas spontanément eu envie d'écouter Led Zep mais j'ai pensé à l'escalier de glace de Camille :
On s'est connu
En bas des marches
Du palais
Tout en bas de l'escalier de glace
Tes pieds dansaient
nus sur la neige
Et tu chantais cet air plein de malice et de grâce

et à celui, transparent, qui apparait dans le clip de Regina Spektor.
Puis par association d'idées à l'escalier/montagne de carcasses de voitures dans Tommy de Ken Russell.
The Thief and the Cobbler, scène culte quand la stroboscopie devient un art.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.