199
Commentaires

Abus de "crimes passionnels" dans la presse régionale

Les statistiques des violences faites aux femmes sont tombées la semaine dernière, elles sont en augmentation par rapport à l’année précédente. 174 personnes sont mortes sous les coups de leur compagnon (28 de plus que l'année précédente). Dans la presse, ces violences sont souvent mal traitées : on emploie très souvent le terme de «crime passionnel», et il arrive parfois qu'on emploie un ton sarcastique voire moqueur pour parler de femmes battues. Tour d’horizon.

Derniers commentaires

A côté de ces "violences faites aux femmes" ont parle aussi de "violences conjugales" ou encore de "violences féminines". "violences féminines" est une expression relative à l'agresseur ; de ce fait la ou les victimes ne sont pas définies.

Pourtant, je n'ai jamais lu ou entendu nul part l'expression "violences faites aux hommes" ou "violences masculines". Pourquoi se réfère-t-on à la victime ou à l'agresseur lorsqu'il s'agit d'une femme. Et lorsqu'il s'agit d'un homme agresseur ou victime, celui-ci n'est jamais expressément défini ou désigné ?

D'ailleurs "violences faites aux femmes" est une expression générique (typique des relevés statistiques ou de sondages) qui laisse penser que les femmes correspondent à une entité unique - comme lorsqu'on dit "les français pensent que...".
Une femme qui boit et qui fume est une alcoolique dépravée...
Un homme qui boit et qui fume est un bon vivant joviale

Une jolie femme habillée de manière sexy est une pute
Un bel homme habillé de manière sexy est un don Juan

Une femme obèse est une grosse vache
Un homme obèse est un fin gourmet

Une femme qui meurt sous les coups de son compagnon le mérite puisque c'est de sa faute
Un homme dans ce cas est victime d'une matriarcale dangereuse

Une femme seule la nuit est une provocatrice
Un homme seul la nuit est un noctambule...


Et jean passe.
Tant que les hommes seront parfait par la faute des femmes...la pensée collective n'a aucune raison d'aller bien loint

En tout cas merci Laure pour votre vigilance

T'cho
...sinon la réponse est aussi dans l'adjectif. "Décent". qui signifie "convenable, séant". c'est à dire que tout dépendra du contexte et des gens qui nous entourent. je pense qu'il est plus "convenable" pour sa propre sécurité de ne pas mettre des décolletés très ouverts et des jupes très courtes quand on marche seule la nuit. On peut le déplorer mais il vaut mieux s'y tenir. On ne peut pas ignorer que la manière dont on s'habille aura un effet c'est tout. Alors mieux vaut déclencher cet effet dans un contexte dont on maîtrise les conséquences.
Donc adaptation reste le maître mot je pense.

Et oui il faut reconnaître que les cuisses, ou les seins des femmes restent des parties du corps plus érotiques, plus sexuelles que les autres dans notre culture occidentale. Si toutes les femmes se promenaient toujours seins nus comme dans certaines régions du monde, et les vieilles femmes, et les femmes ayant allaités pendant longtemps, alors les seins perdraient sans doute beaucoup de leur potentiel érotique. Du coup on pourrait toutes se balader seins nus. En revanche si on est à la plage, comme tout le monde est en maillot, ben là on fait plus ou moins ce qu'on veut et encore, tout dépendra du type de plage ! il n'y a pas de règles générales à édicter, c'est juste qu'il faut prendre conscience que notre corps a un effet sur les autres. Et que ce serait vraiment naïf que de croire qu'on peut s'habiller quand on veut quand on vit dans une société.

Après je suis consciente que cela peut nourrir le discours de ceux qui voudraient voir toutes les femmes sous des burkha. Mais c'est d'un extrême à l'autre. Pour eux, la femme doit être entièrement cachée, pour nous elle devrait pouvoir se vêtir d'une manièrement explicitement sexuelle (disons le style Rihanna-Britney) dans tous les contextes . On devrait pouvoir trouver un niveau intermédiaire quand même.

Par ailleurs, on parle toujours de la mini-jupe comme d'une libération de la femme. Je pense qu'on pourrait éventuellement remettre cela en question de temps en temps. Autant le pantalon, et la fin du corset on libéré le corps des femmes, autant marcher en mini-jupe relève d'une autre forme de contrainte. (ne pas pouvoir se pencher, se baisser, courir...) et rester sous un faisceau de regards. Personnellement je n'ai jamais éprouvé de sentiments de libération en portant une mini-jupe (expérience d'ailleurs non renouvelée :) !
On devrait pouvoir trouver un niveau intermédiaire quand même.

On devrait surtout laisser les femmes avoir le choix de s'habiller comme elles le veulent et de négocier comme elles le veulent avec les normes vestimentaires qui s'imposent à elles sans qu'à chaque fois elles soient traitées de pute, de prude, d'intégriste, de gouine, de bourge, de crime contre le bon goût, de pétasse, de pauvre fille négligée ou de cagole.

Par ailleurs, votre affirmation "les hommes et les femmes ne sont pas semblables, et que nos différences ne sont pas uniquement le fruit de notre éducation culturelle" est pour le moins extraordinairement simpliste. Mais, quand bien même on pourrait supposer que la sexualité des hommes tient une part de bestialité -ignorant par là les injonctions perpétuelles faites aux hommes de considérer leur sexe comme une arme, le coït comme une bataille et le corps des femmes comme une conquête ; ignorant également la possibilité que les femmes puissent avoir également une sexualité agressive- tous vos développements montrent qu'au-dessus de l'animalité, il y a la culture, l'éducation, qui ont pouvoir sur les pulsions et qui peuvent les réfréner.

C'est l'objet d'une civilisation : quel que soit l'habit porté par une femme, il n'y a aucune excuse à ce qu'on l'attaque. Faire porter à la victime d'une attaque la responsabilité de l'attaque, c'est postuler une irresponsabilité fondamentale de certains qui seraient par nature portés automatiquement à l'attaque sans pouvoir se réfréner. Que le monde ne soit pas immédiatament perfectible et que l'on doive se protéger, soit, mais en aucun cas on ne peut sous-entendre que quelque part les victimes n'ont pas tout fait pour se protéger.

Enfin, que vous ne vous sentiez pas à l'aise avec une mini jupe n'interdit pas à d'autres (femmes ou hommes) de se sentir à l'aise dedans ; de même, que l'on soit à titre personnel contre le port du voile n'autorise pas à condamner les femmes qui choisissent de le porter. L'oppression vient de l'injonction à porter telle ou telle chose (que ce soit une jupe, un pantalon, un voile, des bijoux, du maquillage ou un bikini) qui se manifeste par une sorte de chantage : "Si tu portes ceci, alors ne t'étonne pas et ne va pas te plaindre de ma réaction", pas de la chose elle-même.
une mini jupe n'interdit pas à d'autres (femmes ou hommes) de se sentir à l'aise dedans

ou hommes ?

Tu volent la lingerie de ta maman ?
C'est quoi cette allusion débile ? Vous allez nous dire qu'un homme en mini-jupe ça vous pose un problème ?
vous avez trop vu" ça se discute" , quand vous étiez petit ...

rip Jean Luc
« C’est un malheur du temps que les fous guident les aveugles. »

William Shakespeare
Je ne suis pas trop "ça se discute", personnellement. Je vous conseillerai "tellement vrai", il y a un côté voyeuriste que vous devriez apprécier, mais avec un bon fond qui permet de comprendre la différence pour les personnes à votre niveau, à mon humble avis.

Mais plus sérieusement, quel est le problème à ce qu'un homme porte une mini-jupe s'il en a envie ?
Vous êtes un décadent , comme ces aristocrates pisseux et décati à la veille de la Révolution française.

Le mariage homo vous trouvez que c'est une grande avancé.

La GPA GMA...vous trouvez que c'est le progrès.

L'immigration massive et le remplacement de population, un homme qui se maquille, un homme en minijupe.
Bref dès qu'on touche au glauque, vous êtes aux anges.

Laissez-moi deviner votre film préférer c'est freaks non ?

Encore 15 ans à attendre pour le clonage, le mariage avec un chien et la baisse de la majorité à 15 ans .

Comment vous allez faire, pour patienter tout ce temps ?
Vous êtes un décadent , comme ces aristocrates pisseux et décati à la veille de la Révolution française.


Insultez, insultez, ça ne vous en rend que plus ridicule.

Le mariage homo vous trouvez que c'est une grande avancé.


Non, je trouve que c'est le cours normal des choses et que l'on est en retard. Nuance.

La GPA GMA...vous trouvez que c'est le progrès.

Pareil : le cours normal des choses. La technologie permet de nouvelles méthodes de procréation sans que cela ne dérange personne, autant en profiter.

L'immigration massive et le remplacement de population, un homme qui se maquille, un homme en minijupe

Quel rapport avec l'immigration ? Un homme qui se maquille, un homme en minijupe, non ça ne me dérange pas effectivement. Les gens font ce qu'ils veulent.

Bref dès qu'on touche au glauque, vous êtes aux anges.


Ça n'a rien de glauque, et ça ne me met pas aux anges ni ne me dégoûte, ça ne m'atteint juste pas.

Laissez-moi deviner votre film préférer c'est freaks non ?

Non, mais je pense que vous devriez revoir ce film, parce que vous n'avez pas l'air de l'avoir compris en fait.

Encore 15 ans à attendre pour le clonage, le mariage avec un chien et la baisse de la majorité à 15 ans.

Je croyais que Marine le Pen allait arriver au pouvoir ?
Comment vous allez faire, pour patienter tout ce temps ?


Vous me prenez pour un aristocrate pisseux et décadent ? Alors je vais me permettre de dire ce que je pense de vous.

Vous êtes une personne terriblement malsaine, obsédée par l'idée de diriger la vie des autres, que ce soit dans leur lit ou pour leur faire porter ce que vous souhaitez qu'ils portent. Bref, vous êtes le genre de personne qui rendent le fascisme possible, ceux qui placent le respect de la morale devant les libertés fondamentales.

Alors comment vais-je faire pour patienter ? Je vais vous regarder agiter vos petits bras musclés avant de disparaître dans les poubelles de l'histoire, avec vos petites manifs pour tous ridicules, vos pseudo discours hypocrites et phobiques. Je vais vous regarder de la même façon, un peu coupable, dont je regarde un sumo dans un match de free-fight, en me délectant de voir la réalité rattraper le mythe.

Parce qu'honnêtement, c'est amusant de vous voir vous débattre en sachant que vous êtes déjà du passé, en sachant que les libertés individuelles finissent toujours par triompher des gens comme vous.
Mais arrêtez avec vos philosophies de classe de terminale

- Chacun fait ce qui veut

- le triomphe de la liberté individuelle .

Voici vos 2 grands leitmotivs .

Pour la première une réponse de terminale s'impose.

« Être libre, c'est faire ce que je veux » : telle est notre définition courante de la liberté. Je ne serais donc pas libre lorsqu'on contraint ma volonté par des règles, des ordres et des lois. Être libre serait alors la condition naturelle de l'homme, et la société la marque de son esclavage. Pourtant, cette opinion ne semble pas tenable.

http://www.assistancescolaire.com/eleve/TES/philosophie/reviser-le-cours/la-liberte-t_i305.


Pour la deuxième a trop porté au pinacle les libertés individuelles, vous participerez à la destruction du tissu démocratique et donc de la démocratie.C'est vous qui créez le fascisme de demain avec vos positions débilitantes .

j'ai pris Gauchet , car Cugel me la remis dans la tête , mais beaucoup d'intellectuels font ce même constat.Seul un esprit borné comme le vôtre ne veut pas le comprendre .

Le Magazine littéraire. Un même constat inspire vos deux démarches: celui du paradoxe que connait aujourd'hui la démocratie, une démocratie qui triomphe faute d'adversaires, mais qui n'a ,jamais paru autant fragile du point de vue de ses bases mêmes. Comment lisez-vous la situation actuelle?

Marcel Gauchet. Votre question comporte déjà une affirmation qui ne va nullement de soi pour beaucoup de nos contemporains: l'idée qu'il y a une crise de la démocratie. Après tout, la démocratie a gagné. Elle l'a emporté source qui restait des totalitarismes ou dans le cas de la Chine a su les attirer dans son orbite. Ses principes sont désormais à l'abri de la contestation. On peut se demander néanmoins si cette avancée n'a pas eu pour effet de déstabiliser un certain nombre des conditions minimales de fonctionnement de nos sociétés politiques. C'est sur ce terrain que nous nous rejoignons, dans l'affirmation que derrière ces apparences victorieuses, se dissimule un mal profond qui touche, au-delà du fonctionnement des régimes au sens strict, la définition même de ce qu'on attend d'une démocratie. L'étrangeté de la configuration actuelle est que la démocratie souffre de la consécration même des principes qui la fondent. Le triomphe des libertés individuelles auquel nous assistons vide de sens l'idée d'une communauté de décision. En frappant les gouvernements d'une illégitimité diffuse, elle interdit la représentation d'un destin collectif et d'un pouvoir exercé en commun. S'il n'y a que des individus, alors la seule communauté légitime est la communauté universelle, et les communautés historiques, les nations, se trouvent disqualifiées en tant qu'espaces politiques pertinents. En même temps qu'elle est inapparente, la crise est très profonde, car elle engage les conditions mêmes qui rendent une vie politique possible.

http://gauchet.blogspot.fr/2008_02_01_archive.html
Votre paternalisme et votre mépris sont très gentils, ainsi que votre façon de me prendre pour le dernier des abrutis et de m'infantiliser.

Comme d'habitude, vous êtes incapable de répondre par des arguments qui vous sont propres : vous n'en avez pas d'autres que votre petite expérience personnelle. Vous vous contentez de récupérer des textes sur le net. Business as usual.

Vous vous contentez bien de me décrire comme un pisseux décadent, donc je ne vois pas en quoi je devrais perdre mon temps à justifier mes positions en faveur des libertés individuelles auprès de vous. Si elles ne vous satisfont pas, contentez vous de dire que vous n'êtes pas d'accord au lieu d'insulter les autres, mais ne les croyez pas irréfléchie a priori, ça ne vous en rendra que plus ridicule et prétentieux.

Quand à votre petit effet miroir "non, c'est vous le fasciste d'abord", ne dîtes pas n'importe quoi. Le fascisme n'a jamais reposé sur la défense des libertés individuelles, quel que soit les défauts que puisse avoir cette défense. Le fascisme a par contre toujours reposé sur l'identification forte à une culture et des traditions à défendre et imposer.
Vous m'avez mal compris. Je ne pense pas que le fascisme arrive de nulle part .Il y a des causes .

Vous exaltez les libertés individuelles , sans vous soucier si elles ne mettent pas en danger, le vivre ensemble .

Pour faire simple trop de liberté individuelle c'est moins d'action collective. On ne se reconnait plus dans l'autre, il n'y a plus de destin commun et la machine démocratique se grippe . (ce qui explique la résurgence du nationalisme)

Vous représentez par vos excès, le paradoxe que la gauche vie actuellement et c'est ce que dénonce Marcel Gauchet .

Vous êtes malgré toutes les bonnes intentions que vous portez, responsable de l'arrivée d'un prochain régime totalitaire. Il sera d'autant plus dur, que les excès à corriger seront importants.


Je vous rassure il y aussi l'Europe libérale, la corruption des élites etc... qui amènera le fascisme.je ne vous ferait pas jouer le rôle d'atlas .

Pour finir, je reconnais, que le mot décadent, peu sembler provocateur, mais je peux, vous citez, des paragraphes entiers de vous qui sont mot pour mot les mêmes qui celui de Sade.

On fait le pari ?
Vous m'avez mal compris. Je ne pense pas que le fascisme arrive de nulle part .Il y a des causes .


Je vous ai bien compris : vous n'assumez pas la responsabilité de gens comme vous dans le fascisme, et vous la reportez sur ceux qui luttent pur l'exact opposé.

Vous exaltez les libertés individuelles , sans vous soucier si elles ne mettent pas en danger, le vivre ensemble .


Parce que le "vivre ensemble" a besoin de règles imposées et injustes ? C'est une plaisanterie ?

Si c'est ça le vivre ensemble que vous défendez, j'en veux pas, merci. Moi le vivre ensemble que je veux, c'est le vivre ensemble choisi. Des gens qui se retrouvent parce qu'ils ont des centres d'intérêt communs, pas parce qu'on leur impose leur cente d'intérêt.

Pour faire simple trop de liberté individuelle c'est moins d'action collective.


Affirmation purement gratuite. On pourrait très bien arguer l'inverse : ce sont les libertés individuelles qui permettent les actions collectives. Que ce soit par la liberté d'expression, d'association, de circulation etc… Ce que vous prônez en réalité, c'est le fait que la majorité puisse imposer ses vues et ses modes de vie à la minorité. C'est tout le contraire de la démocratie moderne.

Vous êtes malgré toutes les bonnes intentions que vous portez, responsable de l'arrivée d'un prochain régime totalitaire. Il sera d'autant plus dur, que les excès à corriger seront importants.


Mais bien sûr voyons, c'est toujours la faute des libertaires le fascisme. Et le nazisme, ça devait quand même bien être un peu la responsabilité des juifs, mmm ?

Le prochain régime totalitaire dites vous, arriver parce qu'on promeut les libertés individuelles ? Libertés qui sont accordées par un pouvoir démocratiquement élu ? Oui, on sent bien le truc crédible.

Pour finir, je reconnais, que le mot décadent, peu sembler provocateur, mais je peux, vous citez, des paragraphes entiers qui sont mot pour mot les mêmes qui celui de Sade.


Allez y.
Pour Sade promis je m'en occuperai, pour le reste chacun à donné son avis. On en restera la .


Je n'ai rien contre les libertés individuelles, mais jusqu' à une certaine limite. Encore une fois, relisez Gauchet.

Ce que vous prônez en réalité, c'est le fait que la majorité puisse imposer ses vues et ses modes de vie à la minorité



Oui la démocratie c'est la majorité qui décide, vous faites une mauvaise interprétation encore une fois.
Pour Sade promis je m'en occuperai, pour le reste chacun à donné son avis. On en restera la .


Vous voulez dire qu'on a le droit d'avoir un avis différent du votre ?

Je n'ai rien contre les libertés individuelles, mais jusqu' à une certaine limite.

Ce genre de phrase me rappelle les "je suis contre la peine de mort, sauf pour les tueurs d'enfants", ou les "je suis pour la liberté d'expression, sauf concernant les propos homophobes". C'est d'autant plus vrai quand on voit que les limites que vous fixez (mariage homo, façon de s'habiller) ne privent personne d'aucun droit ni ne gêne personne objectivement.

Oui la démocratie c'est la majorité qui décide, vous faites une mauvaise interprétation encore une fois.


Hahaha, et c'est vous qui me preniez de haut avec ma "philosophie de terminale" ? Dans toutes les démocraties modernes, la volonté du peuple est soumise à des idéaux supérieurs. Cela permet d'assurer la protection des minorités.
. Vous confondez tout la République Française et une et indivisible.


Arrêtez vos discours communautaires, qui enferment les gens dans des cases et qui les séparent.



Je préfère voir ce qui nous rassemble, que mettre continuellement en avant ce qui nous éloigne .


Honnêtement ce n’est pas les minorités d'Amazonie que vous défendez (des minorités opprimées, vous aviez pourtant le choix )

Non vous c'est la liberté de se travestir, vous êtes toujours la pour défendre les animaux de foire tout droit sortie de secret story.

Enfin chacun sa catégorie après tout .

Maintenant pour vos homos, je n'ai rien à dire sinon que la sodomie n'est pas un programme politique.

Et les travesties aussi je m'en tape .
. Vous confondez tout la République Française et une et indivisible.


QUEL. PUTAIN. DE. RAPPORT ?

La République française place les Droits de l'Homme au dessus de la volonté du peuple. Depuis le début. Vivez avec.

Arrêtez vos discours communautaires, qui enferment les gens dans des cases et qui les séparent.


QUEL. PUTAIN. DE. RAPPORT ?

Je n'ai à aucun moment défendu le communautarisme. Au contraire, j'invite les gens à tolérer les différences des autres. C'est lorsqu'on refuse cette différence qu'on aboutit à créer des communautés.

Honnêtement ce n’est pas les minorités d'Amazonie que vous défendez (des minorités opprimées, vous aviez pourtant le choix )


Homme de paille. Vous êtes navrant et pitoyable. Il faut faire le choix entre les opprimés maintenant ?

Non vous c'est la liberté de se travestir, vous êtes toujours la pour défendre les animaux de foire tout droit sortie de secret story.


Homme de paille encore. Si j'entrais dans votre jeu, je dirais plutôt que je me bats pour qu'on ne mène plus des héros de guerre au suicide. J'espère que vous comprendrez l'allusion.

Enfin chacun sa catégorie après tout .


Ok, je suppose que vous partez de ce pas pour le Brésil sauver les tribus, bon voyage !

Maintenant pour vos homos, je n'ai rien à dire sinon que la sodomie n'est pas un programme politique.


Personne ne l'a suggéré. Par contre, l'égalité des droits en est un. Il y a eu une belle victoire récemment à ce niveau là, je sais pas si vous êtes au courant.

Soit dit en passant, cette obsession de la sodomie, et de l'homosexualité masculine essentiellement… Disons que je suis pas psy hein… Mais n'importe quel numéro de cervea uet psycho vous apprendrait que ça révèle un mal-être à ce niveau là…

Et les travesties aussi je m'en tape .


Clairement, ceci est faux. Lorsqu'on vous demande votre problème avec les hommes en jupe, vous insultez votre interlocuteur. Ce n'est pas ce que j'appelle "s'en taper".

Commencez donc à assumer votre homophobie, et après on pourra commencer à discuter.
Je crois qu'il assume mal son désir ou son "homosexualité latente" plutôt ..Il n'arrête pas de dévier sur le "sujet " quoiqu'on dise ou cause. C'est typique des "homos refoulés" ...Je lui ai déjà parlé de cela ...Il est obsédé des homos ou des transexuels.!
Faut pas le dire de manière aussi évidente, ça va le braquer. Mais c'est vrai que toute allusion à l'homosexualité chez lui se focalise sur l'homosexualité entre hommes, comme si c'était ça qui le gênait le plus…
rien ne le gêne...
gamma
"L'absence des lesbiennes des représentations antiques est ainsi la marque, non de l'angoisse ou du tabou, mais simplement du désintérêt."

Pour les romains, l'homosexualité féminine est une non-sexualité et je pense exactement la même chose, c'est pour ça que je n’en parle jamais .
Et c'est exactement ce qu'on dit : vous êtes obsédé par l'homosexualité masculine.
Pour moi dans l'homosexualité, je pense, plus aux hommes qu'aux femmes, mais n'essayer pas d'en profiter pour glisser votre théorie de l'homo refoulé c'est le grand truc à la mode ça.

Tu es contre le mariage homo,alors c'est qu’inconsciemment tu rêves de passer ton weekend dans la chapelle fistine.

Pitié , trouvez autre chose.

http://vimeo.com/28295666 (oui je l'ai déjà mis)

Sinon a part ça la vrai politique ça vous intéresse un peu, ou il faut qu' être pédé ou cul de jatte pour vous attendrir ?
Pour moi dans l'homosexualité, je pense, plus aux hommes qu'aux femmes, mais n'essayer pas d'en profiter pour glisser votre théorie de l'homo refoulé c'est le grand truc à la mode ça.


C'est pas une question de mode, ça fait longtemps que c'est connu. Nous on dit ça, c'est pour vous.

Sinon a part ça la vrai politique ça vous intéresse un peu, ou il faut qu' être pédé ou cul de jatte pour vous attendrir ?


Les questions de société sont des questions de vraie politique.
Les questions de société sont des questions de vraie politique.

Mouais je comprends mieux pourquoi la gauche ne décolle pas .


C'est pas une question de mode, ça fait longtemps que c'est connu. Nous on dit ça, c'est pour vous.

Les charlatans de la psychanalyse l'ont dit alors c'est que ca doit être vrai.

Un peu comme la télé non ?
Mouais je comprends mieux pourquoi la gauche ne décolle pas .


Vous parlez du parti qui a gagné les dernières élections donc.

Les charlatans de la psychanalyse l'ont dit alors c'est que ca doit être vrai.


Non, des études scientifiques avec peer-review.
Les culs de jattes ou les handicapés apprécierons la finesse de ton esprit obsédés par les nombreuses différences de la Nature.
Mais sinon, l'homosexualité féminine, avec des godemichets, vous y croyez ?
Surement, mais dans mon inconscient, je n'imagine pas de sexualité féminine. Après si c'est pour prendre un godemichet, il vaut mieux l'original non ?.
Je suis certain que leur sexualité doit être plus subtile que ça, mais elle m'échappe complètement.
Ah, c'est parce que l'homosexualité masculine vous parle que vous émettez des jugements sur la vie des autres. Et le pire, c'est que vous avez l'air d'assumer à mort.

Bon, on a atteint la limite de la fermeture d'esprit là. Je vous laisse tranquille, c'est évident que vous n'avez pas les moyens d'aller plus loin que vos petites pensées malsaines sur le sujet.

Bon courage quand même. Les temps à venir ne vont qu'être une longue série de déception pour vous…
Pensé malsaine, ne retournez pas l'argument contre moi, merci.

une longue série de déception pour vous…
Je me réconforte avec la crise, je me dis que votre pensée neuneu libérale bourgeoise à fait son temps.
Pensé malsaine, ne retournez pas l'argument contre moi, merci.


Pas un argument, un fait. Quand on veut imposer aux autres leur pratique sexuelle ou leur manière de s'habiller, c'est malsain. C'est tout.
" je n'imagine pas de sexualité féminine."

Votre copine africaine c'était juste pour faire joli ?
Avec toutes vos attaques perfides, je vais finir par faire du moscato.

http://www.youtube.com/watch?v=5nk4s2Nx4qs


Je suis un dieu de l'amour robert toutes les femmes adorent passer une nuit câline avec moi.
je n'ai rien à dire sinon que la sodomie n'est pas un programme politique.

Oui, vous avez raison ce n'est pas un programme politique, puisque même si avec les deux vous l'avez dans le cul, avec la sodomie les deux parties y trouvent du plaisir... et pour le fait que vous n'avez rien à dire, ben oui aussi puisque cela fait quelque semaines que vous nous le démonter avec brio.

Et les travesties aussi je m'en tape

Que vous vous tapiez des travesties, honnêtement on s'en fout un peu, les forums d'asi ne sont pas vraiment fait pour que vous nous mettiez au fait de vos pratiques sexuelles ou amoureuses.
--
.....le coquillard
On nous avait promis du "changement "... parole tenue !

http://www.egaliteetreconciliation.fr/local/cache-vignettes/L650xH503/Bluj_mariage_pour_tous-da1b9.jpg


j'aime bien celle-là aussi.

Mélenchon élu "Homme politique 2012"


Ainsi couronné par le magazine branché GQ, on aurait pu croire à une blague
mais c'est pourtant vrai : le grand révolutionnaire Mélenchon est venu en personne
récupérer sa récompense sous les applaudissements de l'élite bourgeoise française !


http://www.egaliteetreconciliation.fr/local/cache-vignettes/L600xH522/Bluj_melenchon-4cb07.jpg
jamais fatigué ?
gamma
ha ha ha décadent ? Et ho là : Kilt ? Et TOC ! et les ethnies qui portent des pagnes ou des vêtements encore plus court voir pas du tout qu'en penses tu ?
Je mettrai un pagne quand,je passerai dans rendez-vous en terre inconnue, même si je ne vois pas le rapport avec le sujet.
Juste pour voir si tu me causais toujours vu que tu m'a déclaré nobody ici ...Et toi tu vois pas que tu est hors sujet humainement parlant ? Une "erreur" de la Nature mais bon nous sommes empathiques et humains ...
Ça va, Yèza, il a son compte. Tu ne vois pas qu'il est maso, comme beaucoup de fachos ? Plus tu l'enfonces, plus tu renforces son idolâtrie de la force.
C'est sûr que robes, toges, jupes et autres vêtements sans fondement n'ont jamais été portés que par des homosexuels aux cours des âges !
Vous préférez une pelle ou une pioche ?
--
Tous des tapettes !
Me cherchez pas, je suis déjà dehors.
on peut aussi considérer qu 'un vêtement décent

Et c'est quoi un vêtement décent ? À mi-cuisse, au genoux, jusqu'aux cheville...? Et qui décide... vous, komodor, le pape...?
--
j'arrive après la bataille ! débat intéressant en début de discussion après j'ai un peu lâché la partie sur la sexualité gréco-romaine !

Je suis embêtée parce que l'indignation de Laure Daussy, puis celle d'Oriane, me parle, peut-être parce qu'en tant que femme nous sommes sans cesse sur le qui-vive (et avec raison) pour soulever toutes formes de paternalisme-condescandent. Néammoins je comprends aussi les objections de Komodor. Il faut bien reconnaître que les hommes et les femmes ne sont pas semblables, et que nos différences ne sont pas uniquement le fruit de notre éducation culturelle. La sexualité masculine n'est pas identique à la sexualité féminine, les hommes sont aussi des primates, et nos racines de primates sont à la fois très loin et en même temps absolument inhérentes à notre manière d'être. Une étude, souvent citée, a montré que les hommes clients des peep show, donnent plus de pourboires aux streap teaseuses lorsque celles ci sont en période d'ovulation.(!) Et les seins et les fesses rebondies qui peuplent les publicités et les liens vers des sites payants, n'ont rien d'esthétiques en eux mêmes sinon de promettre une bonne descendance et une transmission génétique réussies, même si le cerveau masculin ne le saisit pas de cette manière.

Donc, les hommes ne sont pas comme des femmes, et vice et versa. Il ne s'agit pas de raser les murs, mais en se promenant à moitié nue dans la rue, il faut être consciente qu'on va attirer (attiser) des regards, du désir qui bien sûr dans la majorité des cas ne conduira pas à un viol (mais si il y a plusieurs garçons ? et si ils sont bourrés comme des coings?) . Et ce serait bien naïf que de croire qu'on se promène à moitié nue juste parce qu'il fait vraiment trop chaud, ou parce qu'on en a envie, ou parce que nous les femmes nous sommes libres de faire ce qu'on veut. Est-ce qu'on se met en mini jupes et talons hauts à la maison ? ce qui compte dans ce type de vêtements c'est que d'autres le voient, et nous trouvent attirantes, et plus spécifiquement des garçons.
Si je me balade à Toulouse en mini jupes je sais que je vais attirer des commentaires tous les 100 m. On peut le déplorer tant qu'on veut, on peut aussi considérer qu 'un vêtement décent ça marche aussi. Personnellement je pense que c'est aussi un choix. Une fille qui se balade à demi nue dans les rues la nuit, doit savoir qu'elle prend des risques, parfois c'est sans doute aussi pour ce goût du risque qu'elle le fait, mais dans l'ensemble il faut aussi reconnaître que l'image actuelles des femmes, telle qu'elle apparaît dans les publicités, les films, les photos, l'art, bref la culture occidentale, est de plus en plus devenue celle d'une femme habillée comme une prostituée et se conduisant plus ou moins comme telle (voir les clips de Britney, Rihanna, Skahira et consorts qui abreuvent l'éducation de nos pré adolescentes) ce qui peut conduire certaines filles à oublier que le risque est réel et que ce n'est pas seulement un jeu d'apparences.

Peut-être un jour les rapports entre les sexes seront absoluement pacifiés et on pourra envoyer sa fille se promener en bas résille et talons hauts dans tous les quarties de la ville, juste pour se promener à trois heures du matin. Peut-être aussi qu'à ce moment là, ce type de vêtement n'ayant plus aucun effet, plus personne ne voudra les porter, et on reviendra à la chaussure plate et au bon vieux jogging, qui quand même est bien plus confortable.
Mais en attendant ce temps utopique où nous serons débarassé de nos pulsions animales, ce n'est pas possible, alors les "conseils de bon sens" on peut les trouver prêchi prêcha, perso quand je vois comment certaines filles s'habillent, je trouve qu'ils ne font pas de mal.
ya qu'sur ASI qu'on peut assister fasciné à un duel entre deux ravagés du ciboulot.
Fait divers dans Causette n° 37 juil-août 2013 "La prof l'élève et l'amour interdit" : http://www.causette.fr/interface/publications/Causette37_Une%20liaison%20particuliere.pdf Une liaison particulière - Causette s’explique et s’excuse
http://www.slate.fr/life/74593/pedophilie-feminine-ultime-tabou-causette-nouvel-obs


Par ailleurs ASI avait consacré l'émission "@ux sources de" à Causette
il y a le féminisme et la "la réalité" .

http://www.youtube.com/watch?v=RTuBf4BrIgE
Je me demande si élever ses filles en faisant d'elles des petites choses fragiles à protéger ne dessert pas l'objectif de liberté proclamé.
J'ai élevé ma fille sans la crainte et personne n'a jamais osé trop l'emmerder. Et elle ne fait pas 1.80m et 80kg
En 2011 d’abord, on apprend que «les morts violentes dans le couple» représentent 17,40% des homicides et violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner.

Quelque 42 % des auteurs se sont suicidés et 14 % ont tenté de le faire.

Par ailleurs, 28% des criminels sont au chômage. Les catégories socio-professionnelles les plus représentées sont les employés, les ouvriers

http://blogs.mediapart.fr/blog/michael-hajdenberg/140812/les-persistants-mysteres-du-crime-passionnel
En tant qu'homme, je trouve personnellement absolument consternant que des journalistes se permettent de blaguer, de minimiser ou d'ironiser à propos de drames liés à des violences faites aux femmes. Je suis d'autant plus choqué qu'il est malheureusement évident que s'agissant d'hommes un tel ton ne serait jamais employé. C'est édifiant de voir qu'en France, en 2013, il puisse encore exister un conservatisme machiste aussi puissant et facilement accepté que celui que l'on peut constater en lisant de tels articles dans la presse. Heureusement qu'il existe, parallèlement, d'autres articles comme celui-ci qui permettent au lecteur de se rendre compte de l'inégalité du traitement qu'on réserve aux femmes comparé à celui dont bénéficient les hommes. C'est insupportable d'entendre des esprits aussi primitifs considérer ouvertement et sans vergogne 50% de la population humaine comme des midinettes, des simplettes ou des "objets" servant uniquement à satisfaire des pulsions sexuelles.

Pourquoi n'entend-on pas davantage d'hommes s'exprimer à ce sujet ?
Je suis d'accord que certain traitements journalistiques du crime passionnel sont parfois un peu douteux comme avec le boxeur,mais je trouve qu' on est dans une société curieuse qui sacralise l'amour, et qui en même temps ne trouve aucune circonstance atténuante pour les crimes passionnels....


Dieu se rit des [s]hommes[/s] femmes qui déplorent les effets dont [s]ils[/s] elles chérissent les causes " - Bossuet



Mythes et réalités du crime passionnel
Le crime passionnel n'existe pas : il est commis dans un contexte sexiste par des hommes incapables de faire le deuil d'une relation pathologiquement fusionnelle.

http://www.pourlascience.fr/ewb_pages/f/fiche-article-mythes-et-realites-du-crime-passionnel-21304.php
Merci et bravo pour cette article.

Un détail retient mon attention toutefois. L'an dernier, à la même époque où l'on avait redécouvert que des hommes frappaient leurs femmes, un certain nombre d'associations machistes avaient mis en exergue le fait qu'un nombre non négligeable d'hommes mourraient sous les coups de leurs conjointes. J'avais trouvé ça étrange. Mais j'ai entendu à plusieurs reprises des émissions ces jours-ci expliquer que dans la plupart de ces cas, il s'agit en réalité de femmes s'étant défendues. Je me disais qu'il pourrait être bon de le préciser dans l'article (si c'est vrai). Les chiffres nus fournissent en effet des arguments à des organisations assez détestables, qui les exploitent allègrement.

Sinon, concernant le débat "Crime passionnel / Violence conjugale", j'ai le sentiment que l'affection des journalistes pour le premier terme vient, en plus des arguments développés dans l'article, du retour à la réalité de ce genre de fait divers. L'homme qui bat sa femme n'est pas uniquement le saoûlard violent et jaloux qui s'en sert comme d'un souffre douleur parce qu'il aime ça. Celui-ci existe évidemment, mais même lui est parfois un malheureux bougre, inexcusable certes, qui ne fait que reproduire ce qu'il a connu. Et puis il peut y avoir des disputes qui tournent mal, sous l'effet de l'alcool ou autre, il y a les Bertrand Cantat, etc…

Bref, si toutes ces personnes ne peuvent être excusées et méritent d'être sanctionnés par la justice, elle ne sont pas forcément toute dans le même panier. Chaque crime a sa propre histoire, et doit avoir son propre traitement, qui atténue souvent l'aspect macho violent et améliore le côté 'crime passionnel', et cela les rend différent aux yeux des journalistes. Et bien sûr, une partie des journaliste cités peuvent être des gros machos qui pensent que faut peut-être pas trop qu'elles cherchent non plus, et qu'un homme a des besoins légitimes et que le viol conjugal est une fable. Ce n'est pas incompatible.
« Abus de "crimes passionnels" dans la presse régionale » Et pourtant la justice actuelle n'est plus sensible à l'excuse de la passion dans le crime :
« Amour à mort : peut-on expliquer le crime passionnel » http://www.franceinter.fr/emission-service-public-amour-a-mort-peut-on-expliquer-le-crime-passionnel
Je vais me faire l'avocat du diable donc, si j'ai tort, n'hésitez pas à me mettre le nez dans mon caca.

Voilà : il me semble que le terme de "violence conjugale" n'est pas plus neutre que celui de "crime passionnel". Je m'explique : le crime passionnel sous-entend une explosion de violence soudaine, incontrôlée, liée à un choc émotionnel sévère tandis que la violence conjugale penche plutôt du côté d'une violence habituelle, répétée, qui se termine un jour par la mort de la victime. Utiliser l'un ou l'autre terme revient donc à prendre position sur le type de circonstances qui a majoritairement entraîné la mort de ces femmes (et de ces hommes).

Or, moi, je n'ai aucune idée de ce qui l'emporte dans les statistiques.

Ces 174 décès sont-ils majoritairement imputables à des meurtriers qui avaient pris l'habitude de battre leurs conjoints ou pas ? Intuitivement, j'aurais tendance à répondre 'oui'. Mais je n'en suis pas sûr. Déjà, ça ne correspond sûrement pas à la réalité de ce qu'ont vécu les 26 victimes masculines de ce macabre inventaire. Quoique. Bref, je n'en sais rien. Mais il me semble qu'en revendiquant l'emploi de "violence conjugale", vous introduisez dans le débat ce que vous reprochez à "crime passionnel" : un biais de description.
Il fut un temps, "Détective" se pourléchait les babines de ce genre de faits divers...
J'ai même eu une amie qui rewritait les "témoignages crapoteux" recueillis par ses chers confrères journalistes...
J'avais honte pour elle. Elle n'avait pas honte.

En fait, Détec était précurseur... se faire du blé en racontant le calvaire de cette femme française qui meurt tous les deux jours sous les coups de son compagnon... franchement, ça l'fait ! Et ces flics qui prennent ces histoires pour des faits mineurs, et ces juges qui sont si cléments avec de gros cons violeurs et tueurs ? Z'ont honte, eux ? Moi j'ai honte pour eux, pour une majorité de la presse française.
Beau boulot, merci Laure.
bravo un texte de combat contre l"apologie de la violence'!
Henriette Caillaux crime passionnel ? http://fr.wikipedia.org/wiki/Henriette_Caillaux Je viens de découvrir cette affaire judiciaire de 1914 qui concerna les hautes sphères de l'Etat et un journaliste.
Dans la même série que "crime passionnel", il y a aussi le terme de "drame familial" lorsqu'un homme (le plus souvent) entreprend de zigouiller toute sa famille avant de se donner la mort. [3 exemples trouvés en 10 secondes via google: un, deux, trois]. Pour être tout à fait honnête, ce terme journalistique semble recouvrir tout type de meurtres/assassinats multiples intra-familiaux (donc l'homme n'est pas forcément l'auteur, même s'il l'est très majoritairement). Reste qu'en bon français, un "drame familial" n'a rien strictement à voir avec un pleuri-assassinat. Sauf pour des journalistes imbéciles.

Merci pour cet article.
Je profite de l'article pour parler d'une autre violence dont on a (un peu) parlé la semaine dernière suite à un colloque organisé au Sénat sur la maltraitance des enfants. Selon les estimations (basses), deux enfants par jour meurent en France des suites de violences des adultes. Je regrette que ce chiffre soit bien moins connu que celui sur les violences faites aux femmes.
L'article est accessible aux abonnés mais le début donne déjà un aperçu du sujet : http://www.lemonde.fr/societe/article/2013/06/14/enfants-maltraites-deux-morts-par-jour_3430128_3224.html
La rubrique des "faits divers" des journaux locaux est souvent traitée de manière décalée et voyeuriste. Ce n'est pas mieux ou pire que l'émission "Toute une histoire" présentée par Sophie Davant.

Pour ce qui est du conseil : « Régulièrement, à Toulouse, des jeunes filles sont victimes d'agressions sexuelles la nuit. Il leur est conseillé d'éviter de se promener toutes seules. » C'est comme dire : « Laisse pas traîner ton fils Si tu ne veux pas qu'il glisse » http://www.frmusique.ru/texts/n/ntm/laissepastrainertonfils.htm http://www.youtube.com/watch?v=AaJWrnLwryg Quelles autres solutions ?
Merci pour ce billet nécessaire, Laure.
26 hommes seulement, faibles femmes...
gamma
Il est intéressant de constater qu'en Espagne, le nombre de femmes mortes en 2012 sous les coups de leur conjoint ou ex-conjoint était de 46. Ce chiffre était connu le 31 décembre au soir. Mais ce pays a mis en place depuis des années une vraie politique de lutte contre les violences de genre.
En France, il y a eu 3 fois plus de victimes et il faut attendre juin pour l'apprendre. Le pays du droit de l'homme à cogner sa femme jusqu'à ce que la mort les sépare.
Vous auriez du pousser cette minette dans ses retranchements, elle vous aurait dit qu'un enfant a besoin d'une mère et d'un père, elle le sait, elle a entendu Freud dire ça, et s'est empressée d'oublier tout le reste de ce qu'il a dit.
[quote=Laure Daussy]La violence conjugale a davantage tué en 2012 qu'en 2011. Un total de 174 personnes, dont 148 femmes et 26 hommes sont mortes en 2012, victimes de leur conjoint ou ex-conjoint. Soit 28 personnes de plus que l'année dernière.

Merci d'avoir bien spécifié qu'il y a des femmes ET des hommes même si ces derniers sont minoritaires.

Pour le reste, je reviendrai demain...
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.