Abus de "crimes passionnels" dans la presse régionale
enquête

Abus de "crimes passionnels" dans la presse régionale

Comment le choix des mots banalise les violences faites aux femmes

Réservé à nos abonné.e.s
Les statistiques des violences faites aux femmes sont tombées la semaine dernière, elles sont en augmentation par rapport à l’année précédente. 174 personnes sont mortes sous les coups de leur compagnon (28 de plus que l'année précédente). Dans la presse, ces violences sont souvent mal traitées : on emploie très souvent le terme de «crime passionnel», et il arrive parfois qu'on emploie un ton sarcastique voire moqueur pour parler de femmes battues. Tour d’horizon.

La violence conjugale a davantage tué en 2012 qu'en 2011. Un total de 174 personnes, dont 148 femmes et 26 hommes sont mortes en 2012, victimes de leur conjoint ou ex-conjoint. Soit 28 personnes de plus que l'année dernière. Ces chiffres, chaque année, sont repris largement dans la presse. Ils ont fait l'objet d'un sujet au JT de France 2, par exemple, ou encore d'articles ici ou ici. Mais lorsqu'il s'agit de rendre compte d'un procès concernant justement des violences conjuguales, le traitement médiatique est parfois étonnant.

On trouve ainsi quelques perles, surtout en presse quotidienne régionale. Ainsi, dans l’Est républicain, lit-on ce titre en mai dernier, : "Le ...

Il vous reste 92% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.