167
Commentaires

"A la télé, on ne voit pas les portables des Himbas"

A l'occasion du lancement de la Ferme Célébrités en Afrique sur TF1, on a retrouvé tous les clichés : chef de tribu,

Derniers commentaires

Madame,

Sachez d'abord que je n'ai jamais eu l'intention de vous vexer. Comme vous l'avez compris, je ne suis pas un intervenant très actif sur les forums, et si j'avais su que le staff s'y intéressait de si près et que vous n'étiez pas une professionnelle, j'aurais fait preuve de retenue par simple pudeur. Sur le coup, je n'en ai pas eu : mea culpa, mea maxima culpa.

Mon opinion ne change pas, évidemment. Cela dit, je vous en prie, débarrassez-vous de cette à-quoi-boinite qui, de toute évidence, n'est ni constructive pour vous ni agréable à entendre pour moi. Continuez, bon sang. Ce n'est pas la peine de vous démonter de la sorte, surtout si vous saviez mon âge et mon aptitude d'orateur public. Je précise par ailleurs que personne n'a la science infuse, et qu'il n'y a que le travail et la répétition qui vous permettront d'atteindre vos objectifs, car personne ne nait avec ce « talent » qui en réalité n'en est pas un.

Si vous tenez à améliorer vos interventions, permettez-moi de reformuler de façon constructive mes propos, si toutefois vous êtes disposée à les entendre. Je comprends qu'il ne s'agit que d'une émission internet. Je suis comme beaucoup d'autres, un converti à la formule des « émissions » sur ce nouveau médium qui peuvent traiter des sujets à fond, au gré de la volonté des invités et de la curiosité de l'animateur. Cela n'empêche pas que le langage qui y est utilisé soit tenu, a mon sens, de rétablir un standard de qualité déserté par les internautes francophones. Cela consiste, entre autres, à éviter les écarts de langage, qui ternissent les propos tenus (ce que j'ai maladroitement qualifié de bêtise). Faites l'expérience et lisez à haute voix un article d'un journal sérieux en remplaçant le vocabulaire usuel par de l'argot : l'effet brevet de comptoir est assuré.
Bonjour,

Cela fait 2 ans que je suis abonné au site, surtout pour les émissions que je suivais sur la Cinquième.

Daniel Schneidermann a toujours fait preuve d'une maitrise excellente du plateau, d'une recherche béton et d'une naïveté intentionnelle et constructive. À l'image de Daniel Israël, un peu maladroit à ses débuts, ses jeunes chroniqueurs ont su avec l'expérience développer une présence confiante sur le plateau, vocabulaire de qualité et syntaxe claire a l'appui.

Cependant, je me permets de relever que je trouve qu'Anne-Sophie Jacques fait vraiment exception dans ce décor de qualité rare sur internet. Je trouve tout particulièrement que la grande majorité de ses interventions se limite à la répétition irréfléchie de ce qu'il se dit sur le plateau. Émission apres émission, elle fait preuve d'un manque de tact et de timing affligeant, sans oublier son langage, franchement en deçà de la qualité de ses interlocuteurs sur le plateau (journalistes ET invités). Sous couvert de bonhomie, elle fait usage répété des "ouais", des formules maladroites et des interventions spontanées d'une bêtise sans nom (d'ailleurs souvent coupées en court de route par MC Schneidermann, professionnel jusqu'au bout), ce que je trouve contraire à la qualité générale de l'émission.

Est-ce intentionnel de la part de la rédaction ? Le rédacteur en chef voulait-il ajouter une touche de bêtise pour ne pas paraitre trop intello ? S.V.P., faites quelque chose !
Reprenant un article de Pure People ( "Information exclusive ne pouvant être reprise sans citer www.purepeople.com" )
>< Ici le lien, et je cite Pure People : EXCLU : La Ferme Célébrités en Afrique : Célyne Durand... vient de quitter la ferme ! ><

MAIS, que lit-on dans cet article :

Je cite Purepeople.com :

"Ainsi, pour se soulager, les fermiers sont "drogués" aux médicaments (morphine notamment)"

TF1 donne de la morphine aux candidats de ses jeux !?!
Ca c'est vraiment un scoop ( de PurePeople ( je cite ))

Maintenant je comrpends pourquoi ils arrivent toujours a avoir autant de candidats pour leurs jeux idiots ....
Daniel, svp, pas de mauvaise surprise aujourd'hui, hein ? Quand je decouvrirai asi de cette semaine ce soir, ce sera pas BHL !?
pas de blague, vous avez/comptez pas deconner ?
Ah, puisque d'autres ont ouvert le débat sur les vêtements, j'ose poser la question qui m'a intriguée en regardant l'émission : il fait chaud ou froid sur la plateau ?
Y'en a qui viennent en chemisette, d'autres en pull, d'autres en costume ... j'y comprends rien ! Faudrait nous afficher un thermomètre en bas de l'écran.
Alain Korkos en chemise léopard, Anne-Sophie Jacques en blouse ethnique... et à côté Georges Dougueli de Jeune Afrique et Solenn Bardet en tenue de ville classique.
A l'heure du démontage de clichés sur l'Afrique, un peu de neutralité vestimentaire aurait été un choix cohérent non ?
Bonne émission, mais des regrets.

Le journaliste africain est peu sollicité je trouve.

La question de DS, à laquelle je réponds. Oui la ferme célébrités en Afrique est grave : elle diffuse des clichés jamais contrés ; et TF1 a plus de poids que les enseignants sur les représentations des jeunes qui regardent cela (constat fondé sur du vécu). Z'imaginez 30 secondes, le JT de TF1 avec les Afghans un peu cons-cons qui savent pas suivre les ordres du bon français qui vient lui apprendre comment gérer l'ordre et devenir un policier, et après une telle émission qui confirme la supériorité du blanc occidental ???! (sur ce type de question, DS, je me demande toujours si vous êtes sincère car iconoclaste ou s'il s'agit d'un biais rhétorique pour amener l'inviter à formuler l'explication attendue et par vous partagée...)

Parisiens, redescendez de votre piédestal. Vous croyez quoi DS ? Vous imaginez quels sont les élèves et les discours qu'ils tiennent en face des profs ? Si les électeurs avaient l'esprit critique pour dire : "c'est TF1, ok, je relativise", mais les profs d'histoire-géo n'auraient plus rien à faire. Et je rappelle que plus de 50% des Français ont été suffisamment naïfs pour croire que le président actuel changerait le monde... Comment voulez-vous que la grande majorité des téléspectateurs qui dépend du savoir dispensé par la TV, et qui ne voit pas l'intérêt d'aller voir ailleurs, puisse ne pas avoir une vision schématisée du monde ? Il faut avoir des connaissances et de l'esprit critique pour relativiser. Et cela, ça s'apprend en famille et à l'école. Vos remarques prouvent que vous ignorez complètement la misère culturelle de tout une partie de la population française. Face à celle-ci, les médias ont un pouvoir éducatif énorme, et le mettent au service de clichés, zet du pouvoir. Si enseigner c'est répéter, les médias répètent imbécilités sur imbécilités, jour après jour... Il y a forcément un impact. La solution ? Ne pas avoir de TV...

L'idée d'AS de faire justement une fausse Afrique est juste, mais encore faudrait-il en temps habituels parler de la vraie Afrique ; or, ce n'est pas le cas... De plus, non la majorité des spectateurs ignorent la réalité de l'Afrique !

Les RDV en terres lointaines sont tout autant caricaturaux.
1/ "terres lointaines" : le lointain, version euphémisée de "terres étrangères", ou "étranges" ; une autre manière de dire l'altérité, l'inconnu, le bizarre, l'inquiétant (et de sous-entendre l'infériorité), une représentation spatiale de l'éloignement, qui est la métaphore géographique de l'éloignement social vis-à-vis de la modernité (ce que doit montrer l'émission entre autres) ;
2/ les commentaires comiques et les rires de la star exposées à un langage incompris, en l'occurrence une humoriste (choix anodin ?) : où comment ridiculiser le contact avec une civilisation incompréhensible (on est dans le barbare au sens étymologique et grec du terme : le différent et l'inférieur est celui qui parle une autre langue que la mienne) ;
3/ l'exposition du sauvage face au civilisé qui va à sa rencontre. L'épisode de lecture des entrailles est typique de ces pratiques "arriérées" que l'on expose au spectateur, nécessairement ignorant du fait que la "glorieuse" civilisation occidentale romaine pratiquait elle aussi les haruspiscines... Mais bon, l'Occidental vient observer les pratiques sauvages... Et l'animatrice de reconnaître d'ailleurs la perversité de ces reportages.

Ca me fait vraiment penser aux zoos humains : le sauvage venait en métropole, maintenant le Blanc va vers le sauvage, en terres lointaines. Comme au XIXè siècle, les Africains jouent à se caricaturer eux-mêmes, à se mettre en scène, à agir ou se vêtir tel que l'Occidental l'attend... Il y a une logique de l'altérité nauséabonde dans ces émissions... avec cette condescendance qui perdure par delà les siècles, les meurtres, les droits de l'homme, la prétendue intelligence médiatique, la décolonisation (qui n'est pas vraiment passée par les esprits). La permanence des assimilations, associations, parallélismes et clichés est bien réelle, et sous prétexte que ces clichés sont gentils, ils sont plus acceptables (ce qui est suggéré par un membre d'ASI à un moment donné). Et le journaliste africain de mettre en exergue le danger de généralisation et de caricature porté par ces émissions rassurantes et distrayantes pour les Occidentaux que nous sommes...

Le coup des salaires n'est à mon avis qu'un vague prétexte pour se donner une caution morale.

Merci à Alain de nous avoir montré comment la pédagogie de masse s'exerce par le marketing apparemment innocent et de second degré : cette légèreté est effectivement le meilleur moyen de clouer dans les cerveau les clichés de manière très agréable, en montrant que ce n'est pas grave... Flatter la population vous dis-je !

Merci à Anne-Sophie de son bon site ! Un bon outil pédagogique pour le programme de géo en 5e !




...c'est tellement facile d'expliquer qu'en Afrique "ça gratte", plutôt que de dire que si on a plus de moustique dans le Languedoc, c'est parce qu'il y a eu des campagnes de démoustication au DDT du fait de l'investissement public. On évite le problème du gouvernement corrompu soutenu par la France... Merci d'une telle émission, car vous combattez une réalité qui m'énerve au plus haut point : le simplisme et la manipulation.
Je m'attendais à ce que l'émission Opération Tambacounda (tf1 toujours) soit aussi évoquée... Je pense qu'elle est intéressante dans son genre !
C'est marrant la semaine dernière et après l'émission sur Haïti je me disais qu'il me semblait pas que la relation Afrique et médias ait été déjà traitée... Bonne surprise en voyant le sujet de l'émission !
A vrai dire, je serais intéressée sur une émission critique sur des moments télévisés "plus sérieux" et sur le thème particulier de ce qu'on appelle la "francafrique" ou plus généralement sur la relation entre les journaux d'information et le continent africain...
Peut-être cette année avec le cinquantenaire de pas mal d'indépendances africaines ainsi que pas mal d'élections présidentielles au programme...

Merci pour le travail de l'équipe @si
je savais pas trop où le crier alors je le fais ici !

ce matin dans "service public" sur inter Isabelle Giordano: "l'intitulé de l'émission était volontairement provocateur, il est évident qu'il est impossible de vivre sans portable aujourd'hui".
de sorte que pour vérifier que j'existe bien, je suis obligé de poster ici ayez l'amabilité de me répondre que je puisse être certain que j'existe vraiment, si j'existe je suis la preuve vivante qu'il est possible de vivre sans portable et que par conséquent il ne saurait s'agir d'une évidence qu'il est impossible de vivre sans portable, alors quoi? un nouveau dogme?
J'ai été un peu gênée par le côté "on disserte entre Blancs" des clichés sur les Noirs. Et je n'ai pas beaucoup entendu Georges Dougueli, le journaliste de Jeune Afrique. Finalement, j'ai eu l'impression d'assister à une autre forme de cliché (mais s'ancrant bien dans la réalité celui-là) : c'est encore l'avis des Blancs qui domine le sujet. D'ailleurs, lorsque Anne-Sophie Jacques évoque en termes élogieux le site interactif d'Arte sur l'Afrique c'est spécialement à propos d'un géographe "Blanc" (que l'on voit à l'image) censé démonter les clichés sur l'Afrique!
Une première réaction :

http://www.youtube.com/watch?v=rXzWAyj0IQ4
Très belle émission. Daniel parfait en maître de cérémonie et Alain toujours aussi pertinent (et très belle chemise - vivement les beaux jours que je puisse ressortir mon pagne)!
Le plus drôle est que l'Afrique véhiculée par les médias occidentaux est une Afrique dont je ne suis pas coutumière et je me rappelle le nombre de fois où j'ai éclaté de rire en voyant les émissions retransmises via le satellite (oui oui nous avons des paraboles et recevons toutes les chaînes en direct!)
Difficile de ne pas tomber dans les clichés, même pour le journaliste de jeune Afrique qui dit "c'est des gens qui ont besoin d'un coup de main", quand il est question de rémunération d'un travail fourni pour la fabrication d'un produit "culturel" qui va être vendu très cher et qui va créer des rémunérations élevées pour certains des participants.
Les gens que l'on va filmer sont traités comme de la figuration intelligente. Comme les petites gens d'ici, ils sont entrés de force dans la société industrielle, et cet assujettissement à la culture des dominants les place eux aussi tout en bas de la hiérarchie des salaires, des revenus.
Personne, parmi les gens ayant accédé à un statut fortement rémunéré, ne remet en cause le fait de payer une femme de ménage au SMIC, voir en dessous du SMIC.
Tant que la culture occidentale gardera sa situation dominante, elle aura besoin de ces clichés, de ces images d'Épinal qui justifient sa domination. Les travailleurs d'ici seront traités comme des nègres, les nègres comme des esclaves et les esclaves comme des bêtes.
De "la ferme célébrité" à "ushuaia" nous sommes en présence de marchandises. Sinon pourquoi chercher un emballage qui séduira les imbéciles d'en bas incapables de s'intéresser à un produit sans vedette?
Les africains là-dedans, ils n'existent pas, pas plus que la femme de ménage. On les tolère quand on a besoin de leurs services.
L'intention était bonne de vouloir décrypter tout ça, mais l'émission ne fait que décaler d'un cran les clichés, ou du moins les amène sur un terrain un peu plus pernicieux.
Les gros clichés de la ferme aux célébrités sont ravageurs, mais ils sautent aux yeux dès qu'on a un minimum de sens critique.
En revanche, dans l'émission vous avez mélangé beaucoup de choses - niveau de développement, progrès, technologie, ruraux et citadins, etc.
Le vrai problème n'est pas de montrer des zoulous en train de danser, mais plutôt d'y voir là un stade inférieur du développement de la civilisation.
Le progrès dans la représentation, ce ne serait pas seulement de montrer des populations africaines avec des portables et à l'aise dans des supermarchés - non mr Schneiderman les supermarchés ne pullulent pas dans tous les pays africains comme en Europe - mais d'arrêter de jauger une culture à l'aune de ses affinités avec les supermarchés.
Ce qu'il faut remettre en question, ce ne sont pas les images de femmes aux seins nus ou de danseurs, mais la primauté du sujet blanc et l'utilisation exclusive de ces images pour construire une représentation d'une Afrique "primitive". Comme l'a évoqué la guide, le vrai pb c'est de ne pas traiter avec les himbas pour un tournage comme avec n'importe qui.
Oui "l'Afrique" réelle, c'est un continent avec de multiples pays, d'innombrables peuples et situations culturelles, sociales, politiques et économiques différentes, oui il faudrait montrer aussi bien des gens des villes que des gens de la campagne, mais surtout, il faudrait reconnaître que la "vie à l'occidentale" avec tout son savoir et son confort technologique, ce n'est qu'un mode de vie parmi d'autres, ni plus conscient, ni plus raisonnable que d'autres, et qui ne détient pas le monopole de la subjectivité. Qu'une "émission" ou un "documentaire", c'est un code particulier de représentation qui tient à une culture particulière, la nôtre, et le drame de ces émissions, c'est qu'elles s'invitent chez des gens, chez des peuples, sans montrer qu'elles sont invitées, et que les gens qu'on voit ne sont pas des objets de reportage, mais des sujets qui acceptent de recevoir les caméras, qui peuvent s'exprimer sans intermédiaire, qui organisent les représentations qu'ils veulent donner d'eux. Le fait que Hulot voulait éviter le sacrifice du boeuf est très représentatif : le Français est-il si universel qu'il passe inaperçu avec 3 caméramen ? Il faudrait passer de la relation observateur/observé à une relation d'homme à homme.
Portable ou pas portable, il n'y a pas de "primitifs", ou de peuple "en retard", il y a des sujets de leurs discours et de leurs actes.
J'ai trouvé qu'il aurait été plus pertinent de se concentrer sur les rapports dominant/dominé, passif/actif, réactivés dans les postures, les rôles, les thèmes modernité et tradition, et d'éviter de parasiter le décryptage en réintroduisant des clichés de progrès et de danse soit-disant primitive.
Merci pour le lien vers le reportage d'arte, au moins là ça a l'air effectivement plus sérieux, et les guides sont camerounais.
Dernière chose : le journaliste de jeune Afrique, vous l'avez invité pour le décor ? Il n'a pas eu longtemps la parole.
Bonne émission Daniel. Ca nous change de l'infoshow.

Je regarderai la Ferme quand on y aura mis Guenot (spécialiste de l'Afrique), Fillon (ancien courreur automobile), Kouchner et Besson (anciens de "gôche"), Rama Yade et Rachida Dati (pour les minorités ethniques), Christine Lagarde et Eric Woerth (Pour les minorités socio économiques...)

Un jour peut être ?

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Dans un premier temps on se dit : une émission sur une autre émission dont on n’a rien à battre, quel ennui…

Et puis finalement ce n’est pas si ennuyeux, sauf qu’on tombe d’un discours convenu dans un autre !

Que TF1 soit lamentable, personne n’en disconviendra. Télévision vulgaire et stupide, parfaitement dans son rôle en montrant une Afrique de carton-pâte sur le mode “Y’a bon Banania” avec animaux mordeurs et piqueurs en cadeaux Bonux pour faire rêver la ménagère de l’Aveyron qui ne croise ni lion, ni mygale sur la pelouse de son HLM horizontal.

@si est également dans le sien en dénonçant cette vulgarité injurieuse, bien sûr, mais c’est assez facile finalement et cela permet d’exhiber une belle âme à peu de frais…

Ce qui est intéressant c’est de vérifier que l’approche n’est pas si différente pour des émissions réputées moins débiles : Ushuaia (TF1) ou Rendez-vous en terre inconnue.

Mais j’en viens à ma vraie critique sur l’émission : pourquoi n’avoir jamais évoqué la question de la légitimité respective des deux cultures en présence ?

Pourquoi cette soumission à l’idée que ce qui est “bien” c’est la culture occidentale alors que les lions, les mygales et les danses tribales c’est au mieux un peu ridicule et destiné à amuser les touristes sans cervelle (pardon pour le pléonasme) au pire la honte totale…

Pourquoi ?

Pourquoi éprouver le besoin de dire (le représentant de Jeune Afrique en début d’émission), avec fierté, qu’il y a des buildings à Abidjan… On le sait bien, hélas ! Est-ce réellement une gloire de réussir à bousiller l’esprit d’un pays ?

Pourquoi ? Pour dire : “Vous voyez, on n’est pas des sauvages !”

C’est pas bien d’être sauvage ? De n’avoir pas encore tué tous les lions et toutes les mygales (on est en bonne voie sur ce point) De danser lors des fêtes coutumières comme l’ont fait tous les ancêtres depuis des générations ?

Pourquoi ce n’est pas bien ? Parce que le blanc se trimbale en costard-cravate, sans graisse ni ocre sur son corps ? Parce qu’il a éliminé les loups et les ours qui le faisaient chier ?

Et pourquoi ne pas se poser la question de la temporalité ? Une partie de l’Afrique vit comme au temps de la bible, une autre dans la préhistoire. Oui ! Et alors ? Nos ancêtres n’étaient-ils pas préhistoriques ? Sans parler de la dernière partie qui vit dans des HLM et des bidonvilles directement importés !

Seulement nous avons mis quelques millénaires à passer de la massue à l’iPhone, de la grotte à Sarcelles.

Et on voudrait que l’Afrique fasse le même chemin en 20 ans ! C’est non seulement ridicule, mais impossible et certainement pas souhaitable…

Sans parler du fait que rien ne prouve que le chemin choisi par l’occident soit le bon. Bien au contraire nous avons beaucoup de raison d’en douter ! À commencer par le fait que nous ne cessons de décliner tandis que l’Asie ne cesse de monter.

Quiconque a des yeux pour voir sait que l’avenir appartient à l’Asie, que l’Occident est fini et que le temps de l’Afrique est loin d’être venu.

Tout le reste n’est que parlotes sans fondement et étalage de bons sentiments qui n’engagent à rien et ne conduisent nulle part…

Pour ceux qui ne seraient pas convaincus je recommande vivement la lecture du “Ventre de l’Atlantique”, magnifique roman de Fatou Diome dont j’extrais cette petite phrase, insignifiante : «La pire indécence du XXIème siècle, c’est l’Occident obèse face au tiers-monde rachitique.»

Seulement ce n’est pas en distribuant le pognon des productions télévisuelles à tort et à travers (trop ou pas assez) qu’on réglera quoi que ce soit. Même pas en creusant un puits (comme il est dit dans l’émission) mais en apprenant à la population comment fabriquer et utiliser les outils qui permettent de creuser DES puits…

Nous devrions avoir honte finalement d’avoir bâti une “civilisation” si clinquante qu’elle fasse fantasmer toutes les lucioles de la planète et les attire dans un piège mortel. Sans compter que cette prétendue civilisation a toujours été bâtie sur l’esclavage (aujourd’hui plus que jamais grâce à la mondialisation)

Ce qui suppose, pour que le modèle soit applicable, qu’il y ait des esclaves à exploiter… Les Occidentaux sont-ils prêts à prendre ce rôle ? Il semble que leur temps soit venu, et puis chacun son tour, sans blague !

P.S. : mention spéciale à Solenn Bardet qui connaît parfaitement son sujet, sans cependant “défendre” l'Afrique comme j'aimerais qu'elle le soit : sans référence à l'occident. Pour ce qu'elle est par elle même et qui est déjà beaucoup !


Ici Saïgon, le JT quotidien, les photos et les vidéos

***
Une fois encore excellente émission - Je n’ai pas appris grand chose sur l’Afrique, mais compris un peu mieux la perception du continent par les étrangers. Cette émission illustre même un débat qui traverse la communauté africaine, débat que je qualifierai abusivement d’opposition entre les anciens et les modernes.

Togolaise, c’est la première fois que j’entends parler des Himbas, mais les images m’ont rappelé certains aspects du Togo rural. Costumes traditionnels ou seules les parties les plus intimes du corps sont cachées, la lecture des entrailles, évoque une pratique que j’ai déjà vue, où on renverse un verre de liquide sur le sol et un ancien utilisera l’empreinte de l’eau sur la terre pour tenter d’appréhender ce que l’avenir nous réserve.

Il me semble que les 2 émissions dans lesquelles Solenn Bardet a joué un rôle de guide montrent une Afrique rurale, qui est bien réelle : le pourcentage de la population africaine vivant dans les campagnes diffère suivant les estimations et les pays, mais est définitivement supérieur à 50%.
Ces 2 émissions montrent définitivement une réalité, mais certains africains que je qualifierai de modernes, seront probablement déçus, que les télévisions occidentales ne montrent pas les villes d’Abidjan ou de Johannesburg offrant des images de gratte ciels ou une image plus proche de l’Afrique occidentalisée (qui existe aussi, même si c’est une minorité), dans laquelle ils se reconnaissent.

Cette opposition entre ce que les medias occidentaux devraient montrer pour approcher l’Afrique «authentique» me parait stérile. Les images du continent révèlent à mon avis plus sur les aspirations, rêves, frustrations des personnes qui les tournent : Nicolas Hulot, Bardet, ferme des célébrités,… que la réalité d’un continent multiforme en perpétuelle évolution … La vraie question est ailleurs ; et elle est soulevée en fin d’émission.

L’indépendance alimentaire, économique du continent ainsi que la possibilité pour tous les africains d’accéder à des structures sanitaires sont pour moi les priorités. Les reportages sur les Himbas où ils sont payés pour jouer à être eux même (optimiste) ou payés pour jouer l’étranger exotique (pessimiste) illustrent à mon avis le véritable drame africain : où faute d’avoir trouvé un modèle économique nous permettant de croître et de prospérer nous attendons des étrangers, subsides, aides, dons de tous genres et plus grave encore, nous avons besoin de leurs regards pour valider nos modes d’existence et identités.

Sedinam Fianyo
Avec la précédente chronique d'A K ,j'ai cette vision ,de l'homme seul, de pouvoir et savoir , marchant seul ou presque dans un espace vide et déserté ,ayant quitté l'encadrement d'un mur de livres, d'avec ce propos entendu dans la bouche du philosophe africain amadou hampaté bah :"en afrique quand un vieillard meurt, c'est une bibliothèque qui brule" et ce besoin des vieux éléphants sentant la mort , qui vont s'isoler pour mourir
Par ce biais retour au sujet, ayant regardé l'émission vendredi, 20 minutes tout au plus de ce que je pouvais ingurgiter,j'ai entendu la déclaration d'Aldo Maccione ,dans laquelle , voulant sortir de l'émission , faisait référence à son grand age......!!!
Sinon, émission agréable où il peut etre parfois plaisant de voir la tribu a@i se rassembler à l'exemple de ce sujet, culturel, prétait à l'échange
Si ! À la télé, on voit les portables des Himbas.
J'ai vu une Himba avec son portable. Je pense qu'il s'agissait de la mère de Sollen Bardet.

Par ailleurs, un cliché démasqué peut cacher un stéréotype :
quand Daniel dit qu'une ménagère des Yvelines peut elle aussi finir par trouver le produit qui l'attire,
je me demande pourquoi n'existe pas le concept de ménager.

Ménagère… ménage, tout un programme.
Cette émission me laisse le c** entre deux chaises.

Il me semble qu'il y a manqué une définition du mot "cliché", qui est loin de désigner une catégorie simple, et forcément dénigrable.
Qu'est-ce qu'un "cliché" ? Quel rapport entretient-il avec le réel ? Pourquoi en fait-on usage ? Peut-on ne pas en faire usage ? Doit-on ne pas en faire usage, quitte pour cela à gommer une partie du réel ? Si je croise un gars dans la rue avec un béret et une baguette pain, dois-je dire qu'il n'existe pas ?

Par ailleurs, demandons-nous pourquoi nous envoyons nos caméras, avec ou sans Muriel Robin autour, so far away form L.A. N'est-ce pas pour partir à la rencontre de ce qui n'est pas nous, dans une quête d'exotisme déclinant aujourd'hui le goût des voyages des Romantiques ? Le reproter d'aujourd'hui n'est-il pas comme Théophile Gautier en Espagne, n'isolant dans le réel que ce 1° qui rassure sa vision préconçue du lieu 2° qu'il ne verrait pas chez lui. Le but du jeu est, en somme, de produire, consciemment ou non, de l'altérité attachée à une identité.

Enfin, je ne suis pas sûr d'être heureux d'apprendre que les Himbas sont, en fait, "comme nous". Qu'ils vont au supermarché, où ils n'allaient pas il y a dix ans. Et que pour acheter du Coca, ils doivent vendre leurs vaches. Qu'ils ont des portables et des bagnoles, qui polluent là bas comme ici. Que cette fichue société indusctrielle de consommation a réussi à foutre ses sales pattes là-bas aussi. Cela rassure nos bonnes consciences égalitaires - voir le désir de Daniel et Alain que les Himbas aillent au supermarché tous les samedis, et que ces felmmes ne sont guère différentes des ménagères parisiennes. Mais la pensée coloniale n'est-elle pas là, dans ce désir que des êtres humains différents soient "comme nous" ? Et l'anti-colonianisme n'est-il pas, au contraire, non seulement le respect, mais le désir de la différence ? Avec le risque que l'Occidental aille à cette différence comme il va au zoo ou à l'Exposition coloniale ("Comme c'est cocasse"). C'est le regard de Castaldi et sa clique.

Et le "cliché", alors, dans tout ça ?

J'sais pas. J'sais plus. Virez-moi une de ces chaises.
@Alain Korkos, cette vraie question :
vous est-il arrivé d'être dans un pays très étranger pour vous et de vous rendre dans un supermarché pour chercher un produit précis, sans savoir à quel rayon le chercher, sans connaître bien les codes d'organisation et sans savoir lire les étiquettes ?
Moi oui, ça m'est arrivé. Et si on m'avait filmée, on aurait pu commenter sans aucun racisme " qu'au bout d'un certain temps j'avais quand même fini par trouver ce que je voulais".

Je ne nie pas qu'il puisse y avoir une pointe de quelque chose de pas très agréable dans l'extrait que vous avez commenté, mais je trouve vos "claques méritées" un peu sévères , aussi vrais-je tenter de plaider la cause du commentateur :

c'est pas du racisme de dire que pour une population, entrer dans la société de conso en moins de 10 ans ça perturbe les repères, ... ça a perturbé les repères de toutes les sociétés les supermarchés, je vois pas pourquoi ça serait différent dans ce coin-là du monde

c'est pas du racisme, quand on compare un supermarché sans vendeur à un marché traditionnel, de dire que c'est plus difficile de trouver les produits qu'on cherche,

c'est pas du racisme de dire que quand on va au supermarché une fois par an depuis moins de 10 ans on ne sait pas vraiment selon quelle logique c'est organisé toutes ces choses qu'on n'avait pas l'habitude de consommer jusqu'à il y a peu ( moi ça me fait ça dans les trucs style Surcouf, je sais même pas où il faut aller pour avoir de l'encre pour l'imprimante et c'est plein de trucs que je comprends pas !)

c'est pas du racisme de constater que l 'analphabétisme ne simplifie pas les recherches ( et encore, je ne sais pas si cette jeune femme est lettrée ou non, mais à coup sûr elle n'a pas été gavée de pub à la télé depuis sa naissance et ça ne coule pas obligatoirement de source pour elle que "Amora" c'est de la moutarde, mon exemple est minable, je sais mais c'est le premier qui est venu !) : au marché, les produits on les voit sans emballage et sur un sac de sel, il n'y a rien d'écrit ou alors c'est marqué "sel". Dans un supermarché, sur le sel y'a marqué "baleine" ... et si on n'a pas appris, on ne sait pas consommer comme ça, et si on ne sait pas lire c'est hyper dur !

C'est pas un cliché raciste ... c'est comme ça.
Et moi qui ai mis plus de 40 minutes à trouver de la levure chimique dans un supermarché des Cyclades, sans savoir dire "levure " en grec, sans savoir le lire et sans savoir dans quel type de conditionnement ça pouvait bien se trouver, bein j'ai compati avec cette jeune femme parce que parfois c'est vraiment difficile de faire ses courses dans un supermarché !

J'vais vous prendre un autre exemple, Monsieur AK :
Ma grand-mère elle se foutait de moi parce que je trouve plus rapidement la ciboulette congelée sur le site de Picard que la vraie ciboulette dans son jardin .. bein, ouais, elle était pas raciste ma grand-mère : elle constatait qu'on n'avait pas les mêmes habitudes, et ça la faisait marrer !

Et puis, ça serait pas "encore plus grave", un commentaire comme " tout est exactement pareil partout dans le monde, tout le monde pense pareil et fait pareil ... ?" ( en plus, c'est le rêve de Coca et Nike ça !). Moi je trouve que si, alors si le prix à payer c'est parfois un peu de clichés, faut pas tout de suite s'offusquer ... Vous l’avez dit « beaucoup a été fait » …on change pas l'histoire par décret, et les choses ont évolué, trop lentement à votre goût, mais si ça va trop vite c'est que c'est plaqué et pas vraiment vécu. Il y a encore pour longtemps beaucoup à faire, alors faut être patient !

Je viens du Sud ( de la France, pas de l'Afrique) et on m'en sert pas mal des clichés à Paris ... il paraît que j'ai un accent (oui, j'en ai un, différent de celui de Paris, mais y'a aussi un accent de Paris les titis ! ), il paraît que chez moi il fait toujours chaud et soleil ( z'ont pas la météo ou savent pas lire une carte de France : savent pas que tout en bas, avant l'Espagne y'a des montagnes avec de la neige et du brouillard même parfois ), y'en a que ça étonne que je sois plutôt bosseuse, mais tous trouvent normal que je parle fort ...

Allez, on s'en trimballe tous des clichés, sur tout, et moi aussi bien sûr !
Et je voudrais pas me prendre deux claques juste pour ça, alors épargnez les commentateurs SVP m'sieur Korkos.

Ou alors, faut faire une tournée générale ... Tiens, votre pote ( euh, votre grand patron, pardon) qui laisse échapper un " ils découvrent vite le détournement de fonds" en fin d'émission, il nous ferait pas un bon gros cliché du méchant argent des Blancs qui pervertit l'innocence des bons sauvages ? ... Il croit vraiment qu'avant l'arrivée de la télé les gens de là-bas ils étaient tous honnêtes et intègres, pas de voleurs pas de menteurs ?

Grande distribution de torgnoles !
Que "la ferme célébrité en afrique" soit pleine de clichés, c'est une évidence. Mais cette émission n'évite pas le cliché des gentils blancs venant à la rescousse des pauvres noirs incapables de s'en sortir tous seuls. J'aurais souhaité plus d'africains sur ce plateau pour savoir ce que eux pensent réellement et pas ce que pensent ces gentils blancs donneurs de leçon dont la recherche de clichés dans les émissions "en terre inconnue" et "ushuaia" vire à la caricature.
Pour moi un des plus mauvais numéros d'ASI et l'un des très rares que je n'aurai pas regardé jusqu'au bout.
Le questionnement de D.Scheiderman était intéressant: En terre inconnue et Ushuaïa ont-elles été (plus que la Ferme des célébrités) respectueuses de leur "objet filmé" dans leur numéro sur les Himbas?
Sauf qu'on est à 100 lieux de la problématique affichée et de l'ambition annoncée: l'Afrique, les médias, les clichés.

Je suppose que N.Hulot n'a pas été qu'une seule fois en Afrique. Je suspecte les médias d'avoir parlé de l'Afrique autre part et autrement que par ces 2 seules émissions. Je subodore que l'Afrique ne se résume pas à la superficie de 2 cantons suisses.
Si on avait loupé sa vie, son oeuvre, son adoption à S.Bardet, on a eu là un beau cours de rattrapage, mais pour le reste, @si ressemble de plus en plus à une caricature d'elle-même.

On s'ennuie presque autant que G.Dougueli.

Pire, on est mal à l'aise de honte pour A.Korkos dont l'exposé laborieux n'était qu'un procès d'intention ubuesque très vaporeux. Je suppose qu'il suppose que le second degré est dangereux, sauf quand c'est lui qui le façonne et que ce sont les zamerlocains dont on rigole. Ou desquels on fait semblant de se moquer vu que c'est du second degré, justement...
Son anti-racisme tourne à l'obsession: de moins en moins drôle et pertinent, de plus en plus intime et halluciné.

AS.Jacques n'a pas sauvé le tableau: elle nous sert sur un plateau le cliché du voyage immobile de la liseuse. Il ne s'agit même plus d'un voyage où la rencontre est parfois loupée: elle nous propose de ne pas voyager du tout et d'être sûr de ne faire aucune rencontre, sauf celle de l'ergonomie du web 2.0 et de son "interactivité".
Pour le coup, mieux que N.Hulot, elle est sûre de n'avoir absolument aucun impact sur Yaoundé.

Heureusement, l'étonnant parcours de S.Bardet permet de sauver les (nouveaux) meubles d'@si. Au fil de cette émission se dresse le portrait passionnant de cette femme.

Bien sûr @si n'a jamais cherché à être exhaustif. Mais si ça continue comme ça, dans 2 mois @si proposera "la culture à la télé: la culture est elle soluble dans le temps de cerveau disponible. Attention à la marche, un cas à part"
invités:
J.Omersson: "la culture à la télé? J'y suis, j'y reste"
J.Lepers: "les rédacteurs des questions font un travail formidable, mais ils savent qu'il y a des thèmes bankable"
JL.Reichman: "oui l'âge moyen auquel les françaises font leurs premières pipes c'est de la culture générale"

extra bonus: A.Korkos nous expliquera pourquoi Des Chiffres et des Lettres véhicule des clichés racistes grâce à l'analyse des affiches de W.Wenders, et pourquoi dans 10 ans, une émission sur deux de ce jeu, se finira dans une partouze.
Je suis étonné qu'Alain Korkos n'ait pas mentionné Les dieux sont tombés sur la tête.
Il aurait été intéressant que Georges Dougueli nous donne son avis de centrafricain sur l'emission de Muriel Robin au cameroun.Il connait surement mieux la structure anthropologique de ces populations que celle des des Himbas.

"ce que nous dénonçons chez les autres, c'est d'abord nos propres travers que nous occultons. Avant de critiquer les clichés d'un divertissement comme la ferme célébrités, c'est bien d'éviter de cultiver soi-même les clichés au cours d'émissions "culturelles"."

Bien d'accord avec ce commentaire de " Jesus". A regarder le passage d'équipes télé dans ces villages africains on a un peu l'impression qu'apres leur départ.... le ver est dans le fruit....
Voilà une émission bien menée, je n'ai pas vu le temps passer! L'équipe était dynamique et les invités trés intéressants, mais en somme, ces Himbas qui semblent vivre pas trop mal pour l'instant, mais qui vendent leur seul bien, je me demande ce qu'ils vont devenir, j'aurais bien aimé poser la question . Il est vrai qu'il était question des émissions télévisées et c'était bien d'en parler.
Emission d'utilité publique. Bravo et merci. L'idiotie de la Ferme des C, on n'en parle même pas. Ils ne peuvent que caricaturer ce qu'ils touchent. Le plus important était que les différentes interventions sur l'Afrique se complétaient. Ludique et salutaire. J'ai apprécié également la comparaison TF1 France 3 au sujet de l'Afghanistan. Le grand écart en effet. A quand une émission de décryptage de notre regard sur ce pays qui souffre depuis les années quatre-vingt pour des causes qui ne sont pas seulement les siennes.

L'imaginaire se transforme bien plus lentement que la réalité, sinon les clichés n'auraient plus cours.
Bravo pour cette émission,et pour deux raisons.D'abord pour tacler la Ferme célébrités ,ramassis d'imbécilités pour la télé des cerveaux disponibles. Ensuite pour la réponse qu'elle apporte à un certain discours lamentable sur "l'homme africain" dont tout le monde se souvient.Mais ,après tout,ladite émission ne servirait-elle pas les théories avancées dans le fameux discours ?
Bonjour

"Dès que les migrations inutiles échappèrent au monopole des happy few, et que la bourgeoisie traditionnellement casanière fut prise de bougeotte, l'élite écoeurée proclama la fin du voyage. Où sont, dit-elle, les aventures d'antan? Tout est banalisé, rabâché, uniformisé, l'équipe individuelle s'est dégradée en déplacement grégaire, la visite guidée succède à la découverte, partout c'est la planification qui règne, et l'ennui : rien ne sert de courir, il fallait partir avant. Cette déploration romantique des "good old times " commence vers le milieu du XIXè siècle, elle accompagne donc presque depuis sa naissance le développement de l'industrie touristique."
Pascal Bruckner, Alain Finkielkraut,
Au coin de la rue, l'aventure. 1979

Bien à vous.
Coucou Daniel,
Salut les copains,

Je regrette que, puisque l'actualité le dictait, vous n'ayez pas abordé ces remous récents créés sur une actualité brulante : Tintin au Congo ! Ben oui, c'est urgent ! C'est samedi, j'ai pas envie de faire l'effort de rechercher, mais une association a intenté une action afin de faire interdire ou modifier (je crois) Tintin au Congo au motif que l'image donnée de l'Afrique est paternaliste, caricaturale et limite raciste. Je serais, moi, enclin à réclamer l'interdiction de certains ouvrages de Rousseau au même motif... bref...

En conclusion de l'émission Daniel, j'aurais aimé (et je m'y attendais d'ailleurs) que la question soit posée de savoir ce qui reste évoquer quand on évoque l'Afrique si tout ce que vous avez pointé du doigt dans l'émission est au mieux maladroit et au pire raciste ? Vous voyez ce que je veux dire ? Le moment amusant de tout ceci étant la présentation par notre cher Alain (Alain je t'aime) de l'affiche de "Out of Africa" ("Out of Africa" je t'aime)... cette affiche était, selon Alain, très bien et même irréprochable parce que... elle n'évoque pas l'Afrique ! Alain dit : "Elle pourrait être prise dans ma banlieue"... d'où ma question les enfants... Si, pour montrer l'Afrique "comme il faut", de manière digne, politiquement correcte, il faut éviter de montrer l'Afrique, et que l'émission (puisqu'elle ne pose pas la question finale dans les termes que, bien modestement j'attendais) arrive cette conclusion implicite, j'avoue que je suis perplexe.

Donc, si j'ai bien compris Daniel, montrer dignement l'Afrique, c'est tenter de cacher que la majorité de ses habitants est noire de peau, éviter de montrer qu'il y a des races endémiques d'animaux dans des réserves (ou pas), qu'il y règne parfois une certaine pauvreté, qu'il existe aussi des traditions musicales, artistiques, que c'est un continent dans lequel chaque pays est encore attaché à des traditions très diverses et très spécifiques ( le journaliste de jeune Afrique le rappelait : c'est un CONTINENT, et il semblait content, au passage, d'avoir découvert quelques images d'une ethnie africaine qu'il ne connaissait pas) etc... si tout ceci est de mauvais goût, alors, que reste-t-il pour tenter de ramener, ici, en occident, une trace filmée aussi conforme que possible au sujet dont elle prétend rendre compte : l'Afrique ! C'est une question... j'avais l'impression à la fin de l'émission qu'il n'y a, pour un journaliste ou documentariste se rendant là-bas pour travailler, aucun moyen, aucune voie, aucun axe qui échapperait une analyse critique négative de votre équipe.

Je précise (il faut toujours préciser !!!!!) que je mets hors jeu dans ce questionnement "La ferme" de TF1. J'ai pas le temps de perdre, ne serait-ce qu'une seconde de mon week-end à analyser cette connerie. C'est à part ça, c'est une synthèse de 25 ans de conneries, fallait le faire : ils l'ont fait. Allons vomir plus loin... je précise enfin que je suis parfaitement Alain sur le ridicule des clichés coloniaux et post-coloniaux qu'il a pointés (jusqu'à une époque très proche d'ailleurs...). Nous somme d'accord là-dessus.

Allez, bon week-end les amis.

Ciao
Très intéressante émission en effet... au cours de laquelle j'ai pu m'apercevoir que j'ai, moi aussi, véhiculé des clichés éculés en généralisant sur l'Afrique (dans l'autre fil sur l'émission de TF1).
Pour le début et ce qu'explique D.S. sur les clichés, m'est revenue en tête une conversation que j'avais eue avec une amie, Américaine, productrice, créatrice etc... très "trendy" en France à l'époque. C'était en 86 et je revenais du Sénégal où j'avais séjourné longuement à Dakar, puis fait un tour éprouvant (pour la toubab que j'étais) en brousse au Sénégal Oriental. Cette amie américaine n'avait jamais mis les pieds en Afrique, mais avait vécu à Taïwan, donc avait été confrontée à d'autres cultures. Comme je disais que j'avais circulé en taxi à Dakar, puis pris des taxibrousses pour en sortir, elle m'avait demandé : "mais il y a des routes et des voitures, en Afrique ?" ! Elle imaginait que tous les Africains vivaient dans des huttes "playmobil" comme dirait A.K. ! Elle n'en revenait pas que je lui dise qu'il y avait des rues à Dakar, des immeubles en dur, des feux rouges, des bars, des flics, etc... Ca m'avait paru complètement aberrant...
Pour illustrer la 2e partie (et confirmer certains dires de l'émission), sur la "modernisation" obligatoire des tribus Himbas mais le rôle qu'ils doivent jouer face aux Blancs qui arrivent, j'ai envie de reprendre le récit d'un de mes profs d'ethno, spécialisé lui dans les tribus d'Amazonie, plus spécialement une, les Kashinawas qui vit aux confins de la forêt entre Pérou et Brésil ou Colombie, je ne sais plus très bien. Il allait en mission de recherche régulièrement dans ce petit village, peuplé uniquement de Kashinawas... et il avait l'habitude d'arriver dans le village par ces petits bateaux plats à moteur qui voguent sur les cours d'eau amazoniens. Mais il n'avait aucun moyen de prévenir les gens de la tribu avant. Or un jour, voilà que le bateau tombe en panne de moteur sur cet affluent de l'Amazone, à quelques heures en bateau dudit village. Le fleuve faisant des méandres gigantesques, il a calculé qu'ils arriveraient plus vite à pied, en déchargeant le matériel de l'embarcation, d'autant qu'il était habitué à la géographie des lieux puisque c'était au moins son 10e séjour d'observation. Il a fini par arriver au village par la terre donc... et a eu la surprise de voir les villageois vêtus de T.shirts et de shorts tout à fait "occidentaux" alors qu'habituellement, prévenus par le bruit du moteur, les villageois avaient le temps de vêtir leurs vêtements traditionnels, pour aller l'accueillir traditionnellement sur le ponton d'accostage.
Notre prof nous disait que, quels que soient les efforts que nous, Occidentaux ou observateurs "le + neutres possible" puissions développer pour ne pas insuffler d'idées occidentales à ces populations indigènes, c'était impossible parce qu'ils évoluent comme nous évoluons... et que la moindre rencontre, aussi courte et banale soit-elle, a de l'influence sur les protagonistes de cette rencontre... Donc de longs séjours d'observation de populations en tant qu'ethnologue finissent toujours par avoir des conséquences. C'est à mon avis le propre de la relation humaine non ?
Personnellement, je déplore qu'en effet il nous faille passer par un "médiateur-star" pour pouvoir avoir le droit de savoir comment vivent certaines populations éloignées (ou alors un événement dramatique genre séïsme ou guerres pour que ça passe au 20h) pendant un "prime time". Beaucoup d'ethnologues font ou ont fait des films qui sont des trésors... que j'ai eu la chance de voir parce que j'étudians l'ethnologie à Paris 7. Il fut un temps, les films sur l'Afrique de l'Ouest tournés par Jean Rouch étaient diffusés à la télé... mais au ciné-club bien sûr, après 23h !
J'ai été aussi étonnée du comportement d'Hulot, que j'imaginais moins respectueux des "autres" depuis le jour où, dans un Ushuaïa au Tibet, alors qu'un couple de Tibétains isolé dans ces immenses vallées de montagnes, lui avait offert le thé au beurre de yack rance. Il avait fait des commentaires en français devant ses hôtes qui m'avaient terriblement choquée. Il parlait du goût immonde de ce thé, en français à la caméra, devant les faces joviales de ce couple de Tibétains... ça m'avait choquée. Du coup j'ai cessé de regardé Ushuaïa et commencé à détester le personnage. Quant à la rémunération qui est faite de ces populations post-tournages, il me semble que le producteur de F2 en a parlé lors de la dernière émission (en décembre) où il revenait sur les diverses émissions tournées, l'évolution des personnages filmés avec les "stars", etc. Mais bon, l'émission était très tournée sur "l'émotionnel" plutôt que sur l'"économique" et la survie des traditions.
Bon, en résumé, passionnante émission pour l'apprentie ethnologue que j'ai été et que je suis restée.
Bonne émission illustrant la théorie de l'ombre de Jung :

- un journaliste africain s'indigne des clichés communiqués sur l'afrique par des médias occidentaux, d'autant plus que l'afrique est un continent "qui a besoin d'être aidé" (bel encouragement au bon vieux paternalisme occidental et aux clichés associés)

- même indignation contre ces "clichés" par Solenn Bardet qui a vécu plus de 2 ans avec une tribu de Namibie (lol), et c'est la même Solenn qui invite muriel robin & nicolas hulot a visiter les entrailles d'une chêvre et d'un bœuf sous l'oeil des caméras (avec les commentaires subtils et prévisibles des 2 people ahuris)

C'est bien Jung qui avait raison : ce que nous dénonçons chez les autres, c'est d'abord nos propres travers que nous occultons. Avant de critiquer les clichés d'un divertissement comme la ferme célébrités, c'est bien d'éviter de cultiver soi-même les clichés au cours d'émissions "culturelles".

Question à 100 balles : que faut-il en conclure au sujet des militants anti-racistes ?^^

Autre question à 100 balles : quelle est mon ombre à moi (que j'occulte par définition) ?
Sur le site arte-Afrique,
j'ai rien juste :

Please upgrade Player

Quel player ( j'ai un mac )


Sinon, l'émission, super, Alain, toujours aussi "taquin", ( l'air de rien;-), sans y toucher ),
Anne-Sophie de plus en plus décontracte, Dan, très bon dans la discrétion;-)
dirigé d'une main de maître !
gamma
Bonjour,
L'acte 1 de l'émission est à lui tout seul explicatif sur ce que pensent TF1 et F3 de leurs spectateurs :
TF1 des petits moutons qui ne doivent surtout pas sortir de l'endoctrinement du type publicitaire et pour F3 des gens qui ont un cerveau pour apprendre et réfléchir, tout ce que nos dirigeants ne souhaitent pas comme électeurs.
On comprend pourquoi l'Elysée se sent non concerné par le travail des journalistes de F3.
La preuve par l'image de la dérive de l'information sur les chaines commerciales comme TF1 et aux ordres du pouvoir (Heureusement qu'il y a F3 sur France Télévision parce que F2 !!!!)
Pour rebondir sur la dernière phrase : merci d'avoir réalisé cette émission .
Arrêt sur images exemplaire .
Daniel Schneidermann en bon maître de la cérémonie ,
chaque intervenant formidable d'intelligence ,
merci du cadeau .
Quel superbe Nègre-Blanc notre Alain dans cette phénoménale et très belle chemise !

Sur le reste je reviendrai quand j'aurais téléchargé et vu l'émission, ce qui n'est pas facile ici...

Ici Saïgon, le JT quotidien, les photos et les vidéos

***
Je suis contente rien qu'à voir le titre de cette émission. Espérons que le contenu sera à la hauteur...
pas encore vu l'emission mais ce theme vient d'etre abordé ( entre autre) chez F.o.g ce soir ( 05/02/10 ) sur france 2
avec un plateau agité mais des choses interessantes ont été dites (philippe Tesson, nabe, collard notamment )
fog.fr2.6fev2010
Je la trouve excellente votre émission et ceci à plus d'un titre : Premièrement
l'équipe autour de Daniel (le maaaaaaiiittttrrrreee) , Anne Sophie , Alain et Dan
qui amènent plus de rythmes et de variétés chacune et chacun de leur manière .
Super l'idée de greffer les dissections d'affiches du Maître Korkos .
Anne Sophie toujours aussi délicieuse et très affutée sur ses réparties .
Les invités aussi étaient bien dans leurs baskets et ils ont donner beaucoup
d'éclairage sur les façons de faire des médias dans le contexte africain .
Donc un grand bravo !!
à vrai dire, la vision des français donnée par ces "célébrités" me semble, d'après l'extrait et ceux vus au "petit journal" de Yann Barthès, tout aussi caricaturale - c'est vraiment en dessous de nul, non ?
Pitoyable de la part de Castaldi le coup des vaches en échange de la fille du chef, s'il savait combien on leur donnerait pour qu'ils le gardent là-bas lui!! (bon c'est sûr c'est pas forcément un cadeau).

Oui Daniel il y a des gens qui croient que cette image de l'Afrique est la vraie!

Tout comme en 2002 des gens vivant dans des régions paisibles étaient persuadés d'être en danger à cause de "l'insécurité" qu'on leur montrait à la tv.

C'est là que ça devient dangereux ce genre d'émission. J'aurais d'ailleurs bien aimé que l'émission aille plus loin sur ce terrain et sur la responsabilité de TF1 sur la propagation des clichés sur l'Afrique et ses dangers (de la propagation hein, pas de l'Afrique!). Un sujet peut-être déjà abordé dans d'autres contextes mais bon.

On vit tous avec des représentations plus ou moins fausses des pays étrangers. Concernant l'Afrique, je pense que c'est en partie lié au fait qu'il est difficile d'imaginer l'imbrication de la tradition et de la modernité. Avant d'y aller je me représentais difficilement voire pas du tout, la cohabitation d'autoroutes et de pistes, de maisons en pisé et de gratte-ciels, de djelabas et de costards, etc..

Peut-être que l'image de l'Afrique moderne est très peu véhiculée, contrairement à l'Inde où les images rapportées me semblent plus complètes..(du très pauvre au très riche).

Merci pour le lien vers Arte, leur reportage est l'antithèse de la "ferme"!
J'ai lu dans le canard de cette semaine qu'ils ont désormais hérité de Balkany comme Mr. Afrique envoyé par Sarkozy. Allez courage!
Excellente émission.
J'ai pourtant pas rêvé, Aldo Maccione a bien dit au Zapping de canal du 30 janvier dernier "je suis bien content d'être ici, en Australie" (à 4'40''), ça signifie quoi ? il est pas fortiche en géographie, ou l'Afrique du sud version TF1 se situe en Australie ? Visiblement, personne ne l'a relevé hormis le Zapping. Je n'ose imaginer qu'ils aient fait venir des zoulous de casting en Australie, ce serait pas leur genre...
Tout cela, sans oublier que le noir en France est synonyme de délinquants... (zavez vu DS, le service public ne vous oublie pas! service public qui avait sans doute des scrupules à utiliser le mot "noir", qui ne va pas de soi quand même, désolé M. Korkos, puisqu'ils y ont mis une majuscule. Pourquoi pas?!)
http://info.france2.fr/medias/Sur-son-site,-l-UMP-a-blanchi-les-délinquants-60539489.html
Ah ce qu'elle est belle ma chemisette de toubab ! Du vrai wax hollandais !
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.