84
Commentaires

"12% de rentabilité, pour un journal, c'est une aberration"

Jean-Michel Dumay, président de la Société des rédacteurs du quotidien

Derniers commentaires

sobre, clair; un homme vraiment dans la tourmente se battant jusqu'au dernier souffle et un daniel compatissant, didactique clair et précis; un must
Waouuu !!!

Un des plateaux les plus intéressants d'@si !!! Bravo !

Bien entendu, je le regarde avec beaucoup de retard, mais c'était vraiment passionnant. D'ailleurs, ce retard me permet d'avoir un peu de recul, et c'est pourquoi j'aimerais faire deux remarques :
1. Pourquoi n'inviteriez-vous pas des personnalités de l'autre bord (i.e. proche du pouvoir) ? j'aurais bien aimé avoir l'avis de Minc sur le sujet...
2. Je trouve que le plateau avec qu'un seul intervieweur marche beaucoup mieux (contrairement à ceux où 3 journalistes d'@si sont autour de la table) ; la preuve avec ce formidable plateau où M. Schneidermann recadre le débat toujours dans le bon sens.
Bonjour,

Suite aux remontées de membres sur les difficultés à visionner les reportages et émissions @SI, l'équipe de KEWEGO (prestataire technique) souhaite sonder quelques volontaires ayant rencontré ces difficultés.

Ce "sondage" consiste en une 10aine de questions simples sur votre connexion, navigateur, FAI, ... et en un appel de quelques minutes aux heures de votre choix.

Les réponses que vous nous apporterez, nous permettront d'identifier les problèmes du précédent player et de résoudre les bugs rencontrés.
Nous serons alors en mesure de vous fournir un Player vidéo digne de la qualité des reportages d'Arrêt sur Image.

Merci de nous contacter à l'adresse suivante en nous communiquant votre adresse email ainsi qu'un numéro de téléphone (+ disponibilités).

=> support@kewego.com

Merci par avance de votre collaboration

L'Equipe KEWEGO.
Alain Minc ne pouvait rendre un meilleur hommage à Jean-Michel Dumay qu’en le promouvant au statut d’un adversaire à sa hauteur : il souligne implicitement ses qualités dont lui-même est privé, droiture, honnêteté, résistance à la corruption par l’argent et le pouvoir, celles dans lesquelles Hubert Beuve-Méry serait fier d’en voir l’héritage préservé. C’est grâce à lui et à la SRM que les lecteurs di Monde ont encore l’espoir de garder un journal digne de ce nom. Au-delà du sort de Jean-Michel Dumay à la présidence de la SRM en juin, il s’agit de préserver une véritable indépendance éditoriale qu’Alain Minc s’apprête à brader en recapitalisant le Monde avant son départ, pour le mettre, comme le Monde.fr, entre les mains du groupe Lagardère, et en diluant de surcroît le pouvoir de la SRM. C’est de bonne guerre, car c’est de bien de guerre contre la liberté de penser qu’il s’agit de vaincre en apportant sur le billot du pouvoir économique et politique un dernier quotidien, celui qui se voulait de référence, déjà sensible à une autocensure que l’on sent croître.

J’espère que cette société pourra appuyer le nouveau président du directoire pour mettre en place les engagements qui ont été pris : ‘’la stabilisation de la gouvernance entre le directoire et le conseil de surveillance, l'étude de la recapitalisation et l'adoption du plan de redressement’’.

Je souhaiterais qu’il en prenne un quatrième : veiller à ce que le Monde.fr puisse redevenir plus indépendant de ses actionnaires et se rapprocher du Monde dont il se nourrit. La synergie entre les versions papier et électroniques du journal, c’est-à-dire, de la production des journalistes du Monde, doit être renforcée et devenir totale si l’information produite par les journalistes doit parvenir aux lecteurs. La séparation entre les deux sociétés est incompréhensible aux lecteurs qui consultent l’une ou l’autre version selon les besoins du moment.

Merci aux rédacteurs du Monde et au président de leur société pour cette vaillante résistance à l’assassinat présumé du journal de Beuve-Méry et au nouveau président du Directoire de s’appuyer sur eux pour gagner ce combat sournois et inégal. Il aura fort à faire contre les pressions du pouvoir et de l’argent. Je fais partie de tous ces lecteurs qui ne savent quoi faire d’autre que d’apporteur leur encouragement, des suggestions et des critiques.
Après la dernière info parue dans le "Vite dit", reprenant l'article de Rue89 http://www.rue89.com/2008/01/26/le-monde-eric-fottorino-elu-et-deja-conteste, il serait bénéfique d'avoir Eric Fottorino dans une prochaine émission, pour qu'il s'explique.
Aujourd'hui, 25 janvier, alors qu'il semble qu'une solution se dessine avec E Fottorino, je dis bravo pour cette émission de ASI, bon courage à Dumay et la SRM . puisqu'il dit que c'est important de recevoir des messages de soutien, qu'il(s) sache(nt) que j'en fais partie et que je souhaite pouvoir continuer à acheter Le Monde quotidien
Excellente émission, qui permet de comprendre un peu mieux cette unsine à gaz qu'est le groupe Le Monde...
Encore une fois, désolé de n'avoir eu le temps de lire la majorité des précédents commentaires, et donc désolé pour la probable redite.

Juste un constat rapide suite à ce passionnant entretien sur les coulisses du Monde, qui, bien qu'on soit largement informé (dans certains quotidiens en tout cas), permet de préciser les enjeux. Il me vient suite à cette discussion un profond sentiment de dégoût sur les bassesses et manigances personnelles ayant conduites à une telle impasse. La liberté de parole que se permet Dumay (encore merci à lui) ne fait qu'accentuer ce fossé entre un 'droit' à l'information et des considérations économiques qui se devraient d'être extérieures.

Bien que n'étant pas directement lecteur du Monde, je ne peux que réaffirmer mon soutien à ce journal de référence, qui, s'il évoluait (en mal), ne ferrait qu'a posteriori ressentir sa nécessité (et ce n'est pas, malgré ses particularités, le seul dans ce cas là comme on l'a vu l'année dernière, cf. Libération, mais aussi les Echos, etc.).

Cordialement
Bravo pour cette émission de qualité grâce à ses intervenants. Bravo Daniel le style de @si internet commence à apparaître même si ces premiers plateaux montrent certaines limites .(Pas de contradicteur, un seul interwiewer etc)
Merci à M Dumay pour l'honnêteté de ses explications, qui, si elles peuvent être partisanes, nous éclairent sur la crise du "Monde" que même les abonnés ont du mal à comprendre.
Je suis fier de faire parti de la communauté @si et d'être aussi abonné au "Monde" depuis longtemps.
ASI aurait-elle du mal à trouver des conctradicteurs à ses invités?

Ou bien est-ce un choix éditorial?

Est-ce que ce sont là des soucis de mise en route ou bien le site serait-il victime d'une certaine forme d'ostracisme, les gens ne voulant pas venir débattre sur une émission internet.

Toujours est-il que ce sont soit des personnes extérieures qui ne connaissent pas grand chose au sujet (jusqu'à la journaliste extérieure à ASI qui avoue ne pas aimer le fromage, et qu'en gros, elle s'en fout, ce qui est délicat dans un émission censé traité du fromage), soit des chroniqueurs qui sont obligés de jouer les contradicteurs (Cf. Albiker). soit pas du tout de conctradicteur, mais juste un journaliste qui interroge (Scneidermann en l'occurence pour Dumay et récemment Fabius).

Je demande pas la foire d'empoigne à la Paul Amar (une émission de débat de plus où la cacophonie domine le plus souvent l'intelligence), mais des personnes concernés qui exposent leurs points de vue contraire en étant interrogées par un journaliste critique et sans concession comme c'était le cas sur la 5.

Sont-ce là des soucis de mise en route?

Salutations
On sent l'ambiance "net" , les invités se livrent plus facilement et sincerement qu'à la télé.

Tres bone émission, Mr Schneidermann très pertinant.

Bravo et continuez sur cette voie
pourquoi cette crise ne fait pas la une du Monde ?
Je suis abonné au Monde Weekend depuis 1 an .

Quand j'étais jeune (années 70-80), dans une petite ville de province de l'ouest de la France , le journal Le Monde c'était très parisien et bien loin de moi.

Aujourd'hui je soutiens Le Monde financièrement en étant abonné et en le remerciant d'élever mon niveau d'information en politique française et surtout internationale .

Il y a une chose que je ne comprends pas dans cette histoire ( complexe pour le néophyte que je suis) c'est pourquoi avec la majorité , la Société des Rédacteurs du Monde ne peut imposer son point de vue . A travers les attaques de Minc sur le Monde, les déboires à Libération ( on ne parle plus de lHhumanité ..) c'est la presse qui est frappée et c'est un coup de poignard à la démocratie. Quand il n'y aura plus que des journaux gratuits , le Figaro et Gala , ce sera l'Italie de Berlusconie .....

Pour le titre du sujet plus haut , c'est évidemment un clin d'œil à Daniel que je trouve extraordinairement bon dans son métier de journaliste , en plus il vient du Monde , ce qui ne gâte rien .

Longue vie à ASI . vous avez toute ma confiance et tout mon encouragement , continuez comme ça .
Bonnes feuilles...

Le dernier carré de "résistants" : "Marianne", "Le Canard enchaîné", "Le Monde" - dans ses bons jours, mais journal indispensable, emblématique -, "Arrêt sur images" - replié sur Net...
"Résistants"... J'emploie le même vocabulaire que M. Dumay. Si le bastion Monde venait à tomber dans l'escarcelle des "vendeurs de savonnettes", ce serait un immense chagrin et il est vrai que ce journal ne mériterait plus son nom... Je pense d'ailleurs qu'il connaîtrait une hémorragie de lecteurs... De toute façon, il ferait doublon avec "Le Figaro" : nous aurions "figaro-çi" et "Figaro-là", un genre d'opéra bouffe, étouffe chrétien ou crétin, comme vous voulez.
En fait, le problème du Monde est le suivant : M. Minc veut avoir à faire avec de "vrais" journalistes...
Je cherche quelques exemples... au hasard... Jean-Marc Sylvestre, Etienne Mougeotte, P.P.D.A., Chazal, etc., bref des gens qui n'ont pas peur d'aller au coeur des problèmes, qui baignent dans le libéralisme échevelé, la mondialisation à outrance, comme poissons dans l'eau polluée de la monarchie "positive" qui se met en place, de ces gens dont on ne peut acheter le talent tant leur intégrité déontologique les met hors de portée d'une quelconque compromission. A la limite, dans ce pays qui s'en remet à Dieu pour le pouvoir d'achat, la reprise de la croissance, etc. une feuille de vigne et une de chou bien gras suffiront bientôt ...

Hagnéré Jean-François
Je suis abonné au Monde et j'avoue avoir eu du mal à comprendre la situation avant cette intervention de Dumay. Maintenant c'est fait et les choses sont claires. Comme dans un comité d'entreprise, les élu(e)s doivent se frotter aux comptes pour répondre aux employeurs actionaires, les journalistes doivent faire de même pour prendre les bonnes décisions. Ne pas l'avoir fait avant les a amenés à la situation d'aujourd'hui. Il n'est pas trop tard pour renverser la vapeur. Comme on dit dans certains milieux, "choisis ton camps camarade" , pour moi c'est fait !! Si les journalistes surveillent bien la compta, ils doivent rester maîtres du journal pour le plus grand bien des lecteurs et de la Démocratie.
Je suis une inconditionnelle du Monde 2 et donc j'achète Le Monde du WE chaque semaine depuis qu'ils y ont ajouté le magazine (Mensuel à l'origine).
Pour autant je n'ai jamais envisagé de m'abonner au journal papier, même si je l'apprécie.
La version numérique m'aurait sûrement plus tentée (en cas de revenus suffisants) mais là j'ai un gros doute:
L'idée ça serait de compléter mon achat hebdomadaire en kiosque par un abonnement au Monde.fr, parce que j'ai envie de participer à la survie de ce journal que je lis (même irrégulièrement) depuis près de vingt ans et qui occupe(ait) une place à part dans la presse.
Je pensais naïvement que le journal et le site c'était la même chose.
Or il n'est pas question pour moi de contribuer à l'engraissement de lagardère !

Comment faire?
Je suis une fidèle lectrice du Monde depuis des années, je collectionne les articles des sujets qui m'intéressent, mais rien depuis plusieurs semaines : c'est tristement vide. Rien d'intéressant, pas d'articles de fonds, des études de personnes sans réel intérêt, j'ai décidé de choisir les jours où je mettrai 1.30 euro sur la caisse si les sujets présentés offrent une perspective d'information.
Quant à l'interview, je ne l'ai pas trouvé excellent : nous n'avons rien appris de réellement contret sur les dessous de la crise.
Pour infos :

Guillaume Sarkozy : sa lettre comminatoire aux dirigeants du quotidien Le Monde

Le frère aîné du président de la République, Guillaume Sarkozy, délégué général du groupe d’assurances privé Médéric, actionnaire du Monde, fait actuellement le forcing pour entrer au conseil de surveillance du Monde avant le 25 janvier, date à laquelle celui-ci devra élire le nouveau président du directoire de ce quotidien.

Guillaume Sarkozy vient ainsi d’envoyer à Pierre-Yves Romain, le secrétaire général du directoire du groupe Le Monde, avec copie à Alain Minc, le président du conseil de surveillance du quotidien jusqu’à fin mars, une lettre au ton comminatoire que Capital.fr s’est procuré.

Extraits : «En ma qualité de délégué général de Médéric Prévoyance, je vous confirme par la présente la demande de Médéric Prévoyance, actionnaire majoritaire de la SAS Le Monde Prévoyance (…), de procéder dans les plus brefs délais à ma nomination (….) en remplacement de M. Régis de Laroullière qui n’a plus aucune qualité pour exercer cette fonction. Je vous rappelle avoir déjà exprimé cette demande à M. Minc par courrier du 13 décembre 2007».

Guillaume Sarkozy ajoute : «Vous voudrez donc bien faire procéder sans retard à ma cooptation en qualité de membre de ces conseils de surveillance» [NDLR : de la société éditrice du Monde (SEM) et de Le Monde et Partenaires associés (LMPA)].

Et de conclure bizarrement : «Pour vous permettre de procéder aux formalités nécessaires, je vous adresse ci-joint trois photocopies de ma carte nationale d’identité et trois déclarations de non condamnation».

Précisons que les membres du conseil de surveillance du Monde sont évidemment en majorité opposés à cette nomination, qui serait problématique pour l’image du quotidien.
Voila bien le meilleur plateau depuis le début su site définitif . Tous les ingrédients y sont ( ils sont développés plus haut par d'autres @sinautes )
Nous y voyons un peu plus clair mais tel au rouleau compresseur, le monde disparaitra ;du moins sa liberté éditoriale .
Comme de nombreux autres journaux avant lui ...hélas . j'ai bien de la peine pour les libres penseurs dont l'espace se réduit chaque
jour un peu plus . Pourquoi sommes nous ici @si si ce n'est pas pour cette raison .
Merci pour cet excellent plateau ,au plaisir de jubiler avec vous le plus souvent possible ,dans les silences... et autres charmes
qui font ces plateaux d'@si uniquent sur Internet ...ce monde impitoyable ou un peu de chaleur humaine transparait .

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Au secours, au secours ! Mais quand ce cauchemar va-t-il prendre fin ?
Après les Échos, Le Monde…
Messieurs les "grands groupe financiers", n'oubliez pas que l'avenir du Monde dépend de nous,
oui, nous, les lecteurs. Je n'acheterai plus ce journal si vous venez mettre vos pattes dedans !
C'est MON journal, NOTRE journal !
Merci, @si, de nous avoir éclairés sur la question.
Merci, simplement.
Juste deux remarques techniques à propos desquelles je n'ai pas trouvé de réponses dans le débat.

1. Le collège des rédacteurs est majoritaire par rapport aux "nouveaux" actionnaires .

Comment-est-ce possible ? Les rédacteurs et salariés du Monde investissent leur argent personnel dans le capital et les augmentations de capital ?
Ou disposent-ils, selon des dispositions spécifiques des statuts, de droits de vote préférentiels par rapport aux nouveaux actionnaires ?

Si c'est le cas, cet artifice bienveillant risque de ne pas durer très longtemps devant des faits têtus : celui qui met plus d'argent sur la table en attend, sinon la rémunération, du moins le contrôle du pouvoir.

2. Bénéfices du Monde .fr

Selon Dumay, il y aurait transfert de résultat car le Monde.fr n'achèterait pas à son juste prix, le contenu rédactionnel fourni par Le Monde Papier.
Que fait la police, c'est à dire le commissaire auxcomptes du Monde ? A-t-il certifié sans reserves l'image fidèle des comptes arrêtés par Le Monde ?


Si quelqu'un a des précisions ou des réponses...
C'est le deuxième plateau que je regarde ce matin (après Fabius) et je tiens à vous féliciter pour ces excellentes émissions. Je n'avais pas compris, faute d'information claire, le véritable enjeu de cette crise. Ce qui est surtout inquiétant, c'est que je suis loin d'être la seule. Bravo, M. Dumay, continuez votre combat, et merci d'être venu participer à l'émission. Par les temps qui courent, les "résistants" à cette machine dérèglée qu'est devenue notre information quotidienne (tous suppports confondus) font plaisir à entendre !
Un plateau PASSIONNANT, sans langue de bois. La forme est limpide. J'ai enfin eu l'impression de comprendre la crise du Monde !
Le fond est effrayant...
Merci à toute l'équipe d'@si pour cette information libre et de qualité.
Excellent plateau. Fidèle lecteur du Monde, je commence enfin à comprendre, grâce à cet échange, les dessous d'une affaire qu'aucune source d'infomation n'avait encore osé déchiffrer dans sa complexité et ses coups tordus, même si quelques articles du Canard Enchaîné y faisaient allusion. Bravo à Jean-Michel Dumay pour sa franchise, en particulier à propos de la face sombre d'Alain Minc dont les manigances dans cette affaire confirment ce qu'on savait déjà de lui. On voit aussi très clairement les manoeuvres de grands groupes financiers, alliés du pouvoir politique pour mettre le grappin sur ce qui reste d'une presse qui tente encore de lutter pour son indépendance.
Pourquoi, au sujet de la "presse, les médias, le bouzin, etc..", atomisé par la télévision, jamais, oh grand jamais, la notion de 4ème pourvoir n'est abordée ? Montesquieu, avait bien pensé, exposé les 3 types de pouvoirs. Bien analysé pouvoir/contre-pouvoir, préservant les libertés individuelles par rapport aux appareils de Pouvoirs. L'idée et les solutions étaient limpides. Demander des comptes au 4ème pouvoir, aujourd'hui, relève des tribunaux civils. Les 4ème pouvoir, n'a pas de contre-pouvoir. Pourquoi ne pas lui donner cette envergure ? Un contre-pouvoir, élu par ses membres, des pro de l'info, avec une "charte-déontologique", table de loi, édictant les principes et conduisant les conduites, sanctionnant les fauteurs...
Sans contre-pouvoir supérieur, le 4ème pouvoir dépant des tribunaux civils, de commerce, éventuellement de la corectionnel, du pénal.... Et des influences des groupes financiers et/ou politiques avec lesquels, ce 4ème bien fragile, veut bien se lier...
Un truc au dessus, faute et sancton, et le capital reculera sur les investissements de "groupe de presse", par ce que moins rentable par rapport aux sanctions possibles....
Je suis sur le cul...
Vraiment sur le cul...

Sur le cul de voir que le dernier journal indépendant en France risque très fort de mourir bientôt.

C'est sidérant, merci @si pour cette émission que je ne suis pas prêt d'oublier.
Magnifique.

1) la réactivité. Je lisais ce matin la tribune d'Eric Le Boucher, en me demandant qui était vraiment Dumay ; je rentre chez moi et j'ai un début de réponse....
2) la véracité : un face-à-face avec un savant mélange de connivence et d'estime pour mettre l'invité à l'aise, et puis de ténacité et d'à-propos dans les questions de l'interwiever
3) l'unicité...je réfléchis mais je ne vois pas d'autre endroit qu'internet pour ce type de format à géométrie variable...

Merci ; on attend avec impatience la contre-interview. Fottorino ? Le Boucher ? Minc ?
Et si @si mettait cette interview en diffusion libre... ?

Pour que le maximum de citoyens, lecteurs ou non du Monde, puisse écouter cette interview impitoyable... pour tous, y compris pour les journalistes eux-mêmes qui se sont assoupis, selon les termes employés par JM Dumay lui même. Ils ont appris un peu trop sur le tard le B.A. BA de la gestion d"une entreprise, laissant un mégalomaniaque, au demeurant très bon journaliste lui même, surcharger un bateau dont la coque était trop frêle. Les actionnaires extérieurs n'attendent que ça pour renforcer la coque... à leur manière !
"@si sur le net" commence à apparaître : il y a un ton "@si sur le net" qui commence à prendre forme : une discussion franche, calme, sans durée préétablie, et sans toutes les lumières et décors artificiels de la télé, et ce, sur un sujet qui nous concerne, nous préoccupe, et nous fait prendre un grand bol d'air loin de la surexcitation de la comm', des couleurs et musiques criardes, des petites phrases et grandes déclarations qui étouffent l'espace médiatique.

Bref, tant par le sujet abordé que par la forme : de la simplicité.

A un moment j'ai cru que vous étiez assis dans mon salon. ;-)

Gardez ce ton et développez-le : c'est votre force.
Guillaume Sarkozy veut surveiller "Le Monde"
Selon Capital.fr, le frère aîné du président fait "le forcing pour entrer au conseil de surveillance du "Monde"

En tant que délégué général du groupe d'assurances privé Médéric, actionnaire du quotidien du soir, Guillaume Sarkozy aurait envoyé une lettre "comminatoire" aux dirigeants du "Monde", affirme le site internet .

Cette lettre, qui aurait été envoyée à "Pierre-Yves Romain, le secrétaire général du directoire du groupe Le Monde, avec copie à Alain Minc, le président du conseil de surveillance du quotidien jusqu'à fin mars, dirait notamment : «En ma qualité de délégué général de Médéric Prévoyance, je vous confirme par la présente la demande de Médéric Prévoyance, actionnaire majoritaire de la SAS Le Monde Prévoyance (...), de procéder dans les plus brefs délais à ma nomination (....) en remplacement de M. Régis de Laroullière qui n'a plus aucune qualité pour exercer cette fonction. Je vous rappelle avoir déjà exprimé cette demande à M. Minc par courrier du 13 décembre 2007». Guillaume Sarkozy ajoute : «Vous voudrez donc bien faire procéder sans retard à ma cooptation en qualité de membre de ces conseils de surveillance».

Capital.fr précise que le frère du chef de l'Etat aurait ajouté : "pour vous permettre de procéder aux formalités nécessaires, je vous adresse ci-joint trois photocopies de ma carte nationale d'identité et trois déclarations de non condamnation».

Selon la même source, "les membres du conseil de surveillance du Monde sont évidemment en majorité opposés à cette nomination". Dans un entretien à Libération publié jeudi, Alain Minc affirme avoir "fait la sourde oreille pour des raisons évidentes" depuis "près d'un an" au souhait de M. Sarkozy de sièger au conseil de surveillance.

Les frères Sarkozy de Naguy Bosca prennent le pouvoir du Monde pour l'un et de "le Monde" pour l'autre !!!

Est ce la fibre monarchique des ex-rois de Hongrie qui renait ?

Alain Minc: «Si Dumay part, je pars aussi» : http://www.liberation.fr/actualite/ecrans/304420.FR.php
Pourquoi n'a-t-il pas droit, comme Minc, Dumay, Beuve-Méry et Colombani, à son mot-clé @si ? Il ne va pas durer ?
C'est une émission passionante, un entretien remarquablement mené, et des réponses qui permettent enfin de se faire une idée précise de la crise au sein du journal. Décidément, j'ai bien fait de m'abonner. Quant aux remarques sur la qualité des décors, laissez-les dire... On sent qu'ici, le fond est privilégié et le racolage proscrit, tant mieux.
Content d'apprendre que M. Montebourg se soucie de l'avenir du quotidien. Mais il en faudra probablement plus pour sauver les meubles. Un mouvement populaire, peut-être ? Mais initié par qui ?
Pourquoi aussi peu de réaction de la part des politiques et de l'opinion ? A mon avis parce que Le Monde a perdu son image de journal de gauche.
Fut un temps où l'on parlait même de soutien à Balladur ou Sarkozy : quelle différence avec le Figaro ?
Au niveau de la qualité rédactionnelle, on est loin des années 70 80 et du temps où il fallait (disait-on) 24 heures pour tout lire....
Cherchez l'erreur...
La consolation c'est que les journalistes ont l'air de se réveiller un peu...Pourvu que ça dure !
Merci, merci , merci, merci , merci, merci , merci, merci , merci, merci , merci, merci , merci, merci , merci, merci , merci Daniel Scheidermann.
Je pourrais bla... bla... bla... commenter, mais tout est dit. Si Fandasi pour clavier vous embrasse, sachez que moi j'ai eu les larmes aux yeux....
Nous avons la possibilité de voter sur le site, ce que j'ai fait avec humour ou coup de coeur. Et puis souvent j'ai lu... qu'il nous fallait réagir... Alors je propose aujourd'hui que notre vote "devienne plus qu'utile, mais économiquement viable". Qu'@si se positionne et que nous soutenions des causes ? NON plus que cela... un autre modèle économique. Une signature et un soutien financier.
Daniel, c'est la plus "belle" émission. Madeleine
C'est le meilleur plateau depuis le début. Sur le fond, j'ai compris quelque chose au conflit du MONDE (et je constate que je ne suis pas la seule ). Sur la forme, preuve est faite qu'un bon dialogue basique vaut mieux que des interlocuteurs superflus surtout quand ils "jouent" les contradicteurs.
Quant au décor (= forme aussi) trouvez autre chose ! Il n'y a pas quelqu'un dans votre entourage pour vous conseiller des solutions plus imaginatives et qui ne coûtent pas forcément cher.
Tiens la rentabilité financière et les journalistes redeviennent des salariés comme les autres! Ils auraient pu en prendre conscience avant! Et faire un journalisme de combat!
Très bonne émission. J'aime bien votre profil Colombo, Daniel, dans cet entretien. Excellentes questions et re-centrage jusqu'à obtenir les réponses. Passionnant.
Enfin du vrai journalisme. Je ne sais pas pourquoi on ne peut plus avoir cette qualité d'info ailleurs. Incompréhensible. C'est si intéressant, intelligent.

A liftt123.
Il me semble que la démission groupée, cela a été dit par Dumay, était un stratagème de Minc pour déstabiliser Le Monde. Cet hommes est un coquin, au sens ancien du terme.

http://anthropia.blogg.org
....et si c'est Minc qui les a poussés à partir (la nouvelle direction), est-ce que Dumay ne serait pas tombé dans un piège en poussant aussi loin son désir de transparence, ce qui expliquerait son air vaguement géné quans DS lui parle de l'épisode sur le salaire de Fottorino (sur qui il compte maintenant pour les sortir de cette impasse) et son admission que la transparence à ces limites.
Ce qui n'est pas dit clairement c'est pourquoi la nouvelle équipe dirigeante a démissioné. Est-ce que c'est le fait que la SRM ait révélé leur souhait d'augmentation de salaire? Ou plus généralement le rôle de la SRM qui serait trop indépendante à leur yeux? Est-ce que Minc les a poussés ou encouragés à démissioner pour pouvoir mettre en place son plan machiavélique?
Cher Daniel,
Cher Jean-Michel,
Big bisou @ tous les @sinautes,

"C'est une bataille de pouvoir" selon Jean-Michel Dumay. Mais qu'est-ce vraiment le pouvoir ? Le pouvoir des financiers influe sur la ligne éditorial d'un journal, c'est une évidence. mais il ne faut pas que si ce pouvoir est aux journalistes, qu'il s'auto-censurent pour ne pas déplaire au contre-pouvoir. "Le monde " est malade de son désir de plaire à 53% des électeurs. Le monde doit être plus indépendant, c'est ça qui fera sa richesse.
plateau réellement intéressant, qui pose en toutes lettres le débat de l'indépendance économique des médias (en attendant celle du reste)...

Mais peut être, si je peux me permettre, un chouille léger sur deux points (reliés). La 'baisse de niveau' du journal, des fois un peu a pleurer, et qui a sûrement impacté sur les ventes et donc les revenus (cf commentaire plus haut). Et surtout les plans a terme pour sortir de la crise structurelle que la société des rédacteurs oppose à ceux de Lagardère and co. : comment faire, dans la vraie vie et une fois les professions de foi passé, pour faire garder son indépendance au monde. Parce que là, effectivement, ça fait un peu réac, an sens du "on est contre!" sans réel alternative (se qui transparaît un peu dans le dramatisant 'l'indépendance ou la mort' de la fin).

D'autre part, maintenant que le problème est posé, un plateau avec débat contradictoire sera pas mal aussi. (aller hop! ^^)
@ lifft123
l´ambiance anxiogène serait parqit-il créée de toute pièce pour nous pousser à la consommation. En cas de crise , on se dépêche de remplir les frigos.
Cela dit, le discours deu ptit président sur la laicité est réelement inquiétant . Il organise la destruction du lien social tout en mettant en avant le rôle " civilisateur" de la religion.
Il voudrait remplir les églises qu´il ne s´y prendrait pas autrement.
C´est un réflexe classique des classes bourgeoises, l´enfermement
enfermer dans des ghettos , les pauvres , les différents les "autres". La prison sarkozyenne devient peu à peu une extension de ces ghettos, à l´instar des USA, le traitement social du chômage.
enfermer les gens dans des castes , des églises est du même ressort. les mettre dans des situations de dépendance, comme dans les colonies, comme dans les corons. Si notre petit président veut nous démontrer que le colonialisme est une prolongation du capitalisme, il s´y prend bien.
S´il veut nous démontrer que les églises peuvent s´acoquiner avec le pouvoir dans l´espoir de remplir leurs temples et faire rentrer des sous, il s´y prend bien.
Bien sur, il n´est pas raciste, la preuve la composition de son gouvernement . non seulement noires et arabes MAIS EN PLUS FEMMES!!!!
bien sur, il n´est pas raciste, la boutin non plus, et Raymond Barre n´était pas antisémite
Je vais sans doute vous paraitre caricatural, mais c´est notre époque qui l´est.
nous avons un président caricatural, qui se croit populaire alors qu´il n´est que vulgaire.
si notre ptit président veut nous faire croire que la modernité consiste à renoncer aux progrès effectués depuis 1789, il s´y prend bien.
Malheureusement pour lui, l´époque on l´on racontait des histoires meerveilleuses au bon peuple sur les faits d´armes des seigneurs et des saints est révolue.
La révolution internet est équivalente à celle de l´imprimerie.

@si sur le net est la pour nous le montrer, ainsi que ses forums

@bondurant
lol la rédaction au boulot en fond de toile !!
C´est drôle et touchant de voir que @si essaie malgré tout d´animer le plateau

Bravo pour cette émission sur Le Monde, et cette liberté de ton et de temps, c´est reposant et jouissif à la fois
Tout ce que vous voulez savoir sur Le Monde et que vous n´osez pas demander
Où l´on découvre comment le pouvoir politique actuel essaie de mettre la main sur un grand quotidien par sbires interposés, comme alin minc
Par hommes d´affaire devenus des frères.
Bravo pour cette excellente émission. Je comprends mieux maintenant ce qui se passe actuellement au Monde. J'aimerais soutenir l'action de jean Michel Dumay pour garder l'indépendance des journalistes de ce grand quotidien.Comment fait-on ? et est-il envisageable un apport financier des lecteurs du Monde ? En tout cas, je suis fière d'avoir contribué à la création du site d'ASI. Merci Daniel et à votre équipe.
Daniel , bravo et merci . Si je pouvais , je vous embrasserais.

A titre personnel , je rajouterais simplement que lorsque Jean-Michel Dumay assommé de fatigue , dit qu' il se battra jusqu'au bout , je me dis vraiment que le capitalisme que nous propose Sarkozy est à visage inhumain.
je ne suis pas sûr qu'un format "cinémascope" apporte un plus à la pertinence de votre site... à moins que tous nos amis internautes aient de graves déficiences oculaires. ..et qui seraient préjudiciables à leur entendement. la télévision des "pionniers" - desgraupes, dumayet, tchernia, j'en passe...- qui semblent en ces temps de com susciter de grands (légitimes) regrets, reposait essentiellement sur le contenu, la forme y étant soumise et en découlant. C'était une école, où l'on apprenait d'ailleurs en défrichant, et une nouvelle manière de faire du journalisme. C'était en fait proche des grands documentaristes de l'époque, resnais, marker, ivens. Il me semble qu'à sa manière, @si se rapproche de cette méthode et par là-même invente un journalisme "par internet" enfin responsable et assumé. Et on y entend des choses, et on les creuse, et le silence et les hésitations ne sont pas oblitérés, ils donnent aussi du sens. cette "émission" avec dumay est pour moi la première d'un genre qu'il serait bon de voir essaimer sur la toile. il n'est, enfin, pas indifférent d'avoir écouté les paroles d'un homme courageux, fatigué certes, mais combatif encore, et qui se bat, comme il le dit si bien, pour nous tous. Bravo, Daniel, vraiment.
Quelle jubilation dans l'oeil de DS lors de la conclusion; l'indépendance économique comme ligne rouge a ne pas franchir pour garantir l'indépendance éditoriale.
Alors DS heureux?

PS: Dumay a été me semble-t-il un peu trop encouragé a depasser le point Godwin.
PPS: c'est sympa de voir des figurants faire semblant de travailler en arriere-plan, ca fait sérieux...
Très bonne interview, que je suis toujours en train de regarder, mais à quand un véritable plein écran ? ^^
Même si tout le monde avait entendu parler de la crise du Monde, sans vraiment comprendre en ce qui me concerne, votre émission l'expose clairement comme rarement. En ces temps d'omerta généralisée, c'est vraiment rafraichissant, et même rassurant, d'entendre une parole qu'on sent libre et investie. Ca doit être ça, l'esprit d'indépendance.

Il était difficile de présenter un autre point de vue pendant l'émission, les tensions devant être vives (Cf. l'article d'Eric Le Boucher), mais peut-être bientôt ?

@+
Ca fait froid dans le dos !! Merci à @SI. Sans vous je n'aurai jamais été au jus !! De toute façon derrière tous les chefs d'état se cachent de gros groupes financiers. Qui dirige le monde ?? La politique ou la finance ?
Très bon plateau : les réponses sans langue de bois de l'interviewé permettent de bien situer les enjeux de la crise actuelle.
En ce qui me concerne, je soutiens sans restriction la société des journalistes et je suis bien décidé à résilier mon abonnement si cette société de journalistes perd la majorité.
J'ai beaucoup apprécié cette émission, mais j'aurais cependant deux remarques à formuler:

1. La question du contenu du journal papier n'a pas été abordée (au profit d'un recentrage sur l'activité internet du groupe): ne peut-on pas non plus estimer qu'il manque aujourd'hui au Monde une certaine exigence qui était celle des décennies précédant l'avènement de Plenel, Minc et Colombani? J'en veux pour preuve les derniers billets de la médiatrice du monde de l'année 2007, où par deux fois elle est revenue sur les critiques acerbes des lecteurs, avouant la deuxième fois qu'au finale les journalistes étaient souvent piégés par une communication effrénée dans tous les domaines et qu'ils n'avaient plus le temps de faire de l'analyse fouillée, mais seulement un digest. Cette baisse de niveau globale depuis quelques années n'est sans doute pas pour rien dans les difficultés du journal et a certainement éloigné certains lecteurs traditionnels du quotidien.

2. Ne serait-il pas possible de recréer, au moins lorsque le sujet des émissions s'y prête, la rubrique "cyber-voyage" qui était présente sur le site de l'émission lorsqu'elle passait sur France 5, histoire de permettre à l'@sinaute d'avoir les éléments nécessaires à son information avant de visionner les vidéos? Cela m'aurait semblé nécessaire pour poser le problème actuel du Monde et élargir les vues de faire une revue internet de c qui s'est récemment dit sur le Monde. Pour donner un exemple quant à la qualité du contenu du journal, la critique du maljournalisme (tous médias confondus) est en sport très en vogue sur la blogosphère, car dans certains domaines les blogueurs se font un malin plaisir à épingler les erreurs, voire les monstruosités journalistiques sur leurs domaines de compétence (je pense par exemple à Maître Eolas, qui n'hésite pas à pointer les inexactitudes juridiques de certains articles de journaux, mais ce n'est pas le seul): il aurait été plaisant dans le cadre d'un cyber-voyage plus global de voir comment la blogosphère lisait le Monde...
Il était où, le Monde quand je me débâtais avec mes amis pour "résister aux puissances financières" ?
Ben il était du côté des puissances financières à nous gueuler dessus et à nous traiter d'archaïques encroutés. Qu'ils crèvent. Rien à foutre. La seule lecture intéressante, c'est le Figaro. Là, pas de faux semblants, pas de blagues. La pure expression de haine et mépris, sans coup de poignards dans le dos. Si il ne doit rester qu'un gros quotidien national, à tout choisir, je préfère encore que ce soit celui-là.
whaou!!! ça fait peur, qu'est-ce qu'on va devenir?? Ca c'est du psycho-drame!! "resistance", "collaboration", pendant ce temps là sarko veut faire la peau à la laïcité...j'en peux plus de cet environnement anxiogène...
Merci 1000 fois pour cette émission, sans doute une des plus passionante et utile d'@SI / ASI confondus.
Enfin on comprends vraiment ce qui se trame !

M. Dumay s'étonne que l'opinion publique ne soutienne pas plus la société des rédacteurs dans ses démarches, mais c'est parce que nous n'y comprenons rien au départ ! (et je suis pourtant régulièrement sur LeMonde.fr et ses équivalents de droite comme de gauche, et j'ai déjà lu 2 ou 3 articles sur le sujet). Après avoir compris, c'est bon, je suis catastrophé et maintenant je voudrais savoir où se trouve la pétition pour les soutenir. Mais avant...

Et c'est là qu'@SI m'apparaît d'utilité publique : la structuration du monde des média et du monde politique actuellement a pour effet de systématiquement noyer les informations et la compréhension. C'est quelque chose que Paul Moreira décryptait dans son dernier livre : le problème de notre époque n'est pas tant que l'information ne serait pas disponible mais qu'elle est noyée sous les tonnes de com' des différents acteurs de pouvoir. Et les médias traditionnels sont dépassés pour remplir leur rôle de décryptage, de synthèse, d'analyse...

Alors heureusement, les médias s'adaptent : @SI en est un bon exemple, mais ces membres de la société des rédacteurs du Monde qui se mettent à l'analyse comptable c'est pas mal non plus. Très clairement, pour décrypter le monde actuel, le niveau de culture générale moyen des journalistes doit monter dans certains domaines crucieux aujourd'hui comme l'économie (non pas que leur niveau actuel soit mauvais, mais il leur faut être très bon pour pouvoir vulgariser un minimum les concepts économiques complexes aux lecteurs).

Très bon aussi pour certains d'entre eux en psycho par exemple, pour décrypter les stratégies de communications et leurs effets sur nous à l'ère moderne... Il faut vul-ga-ri-ser.
Mais si on pouvait remplacer le mot "vulgarisation" par un mot qui n'aurait pas la même racine que "vulgaire" et qui exprimerait mieux la noblesse de la tâche à mon sens, on gagnerait 10 ans de maturité de société d'un coup (aujourd'hui on a au mieux "décryptage", employé partout, mais qui suppose la logique du "caché" chère aux magazines modernes : le "vrai" salaire de N. Sarkozy, le "vrai" coût de la réforme... nia nia nia). J'offre toute ma considération à celle ou celui qui trouve mieux :).
Bonsoir,
Une observation et une idée:
Observation: il aurait été intéressant qu'ASI présente dans un fichier pdf la composition du capital du Monde (qui détient quoi, combien) + quelques autres chiffres, compte de résultas, bilan sur les 2 - 3 dernières années.
Idée: de nombreux lecteurs seraient surement prêt a faire un apport au capital du monde. Ceci pourrait se faire de la manière suivante: des actions dont le droit de vote serait délégué à la société des journalistes du monde (ce qui annule l'ingérence politique) mais qui en échange aurait droit à une rémunération "intéressante". Le reportage parle de 12%, entre 0 et 12% il y a peut être moyen de trouver un modus vivendi !
Amicalement, Makaevitch
La. men . table.
Sans commentaire.
gamma
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.