Vivian Maier et l'instant décisif
De Rembrandt à Tarzan
De Rembrandt à Tarzan
chronique

Vivian Maier et l'instant décisif

Réservé à nos abonné.e.s
Ce 2 juillet est parue sur les écrans une bobine intitulée À la recherche de Vivian Maier qui raconte comment, grâce à l'achat par un inconnu d'une malle remplie de négatifs, une obscure garde d'enfants est devenue la plus célèbre des photographes de rue.


L'histoire (dont nous avions rendu compte ici en 2011 et en 2013) est désormais connue : en 2007, un jeune agent immobilier du nom de John Maloof, qui ambitionnait d'écrire des tas de livres sur l'histoire de Chicago, acheta dans une salle des ventes et pour la somme de 400 dollars plusieurs centaines de pellicules photographiques développées ou non, mises aux enchères parce que saisies dans un entrepôt dont la location n'était plus acquittée. Quand il fit l'emplette de ce lot de photos, John Maloof ne savait pas exactement ce qu'il achetait. Il s'agissait de 100 000 négatifs, de centaines de tirages papier et d'une quantité astronomique de rouleaux non d&eacute...

Il vous reste 91% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

La maison du docteur Hitchcock, essai de généalogie clinique

(Avec digression qui dit du mal de l'art conceptuel)

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.