Mais qu'est-ce qu'on fait avec les rebelles ?
Sur le bout de la langue
Sur le bout de la langue
chronique

Mais qu'est-ce qu'on fait avec les rebelles ?

(à part des biopics bankables)

Réservé à nos abonné.e.s
C’est quand même bizarre cette nouvelle manie : aller chercher un rebelle bien costaud du siècle passé, pour en faire au cinéma un biopic plus ou moins bankable.


On se souvient que le Che de Soderbergh avait mis la critique à la peine, en proposant un long film méditatif façon hagiographie, un peu trop joli pour être honnête…

Et voici que vient sur nos écrans Carlos, le dernier Assayas, et que surgit dans la lumière de notre émoi le très charismatique Edgar Ramirez, dont il est certain qu’on reparlera.

Le corps de la Révolution...

Car le film vaut surtout pour ça : la révélation d’un acteur qui crève l’écran, fascine par l’économie de ses moyens et la puissance de ses effets, doté, ce qui ne gâte rien, d’un physique inte...

Il vous reste 94% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.