Goldman Sachs et Frankenstein
Sur le bout de la langue
Sur le bout de la langue
chronique

Goldman Sachs et Frankenstein

Banques et documentaires, comment les créatures échappent à leur créateur

Réservé à nos abonné.e.s

Difficile de dire l’état de stress extrême (c’est aussi dur à vivre qu’à prononcer) où m’a plongée le visionnage, la semaine dernière, du doc « Goldman Sachs, la banque qui dirige le monde » de Jérôme Fritel et Marc Roche. A tous ceux qui l’ont vu, le film a fait vive impression : «dingue, putain, quelle saloperie! Non mais c’est fou quoi, c’est vraiment dégueulasse!», entendait-on ici et là. J’avoue que de mon côté, l’indignation portait moins sur la puissance maléfique de cet empire de la finance (indiscutablement détestable) que sur la forme du documentaire en ...

Il vous reste 97% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Bien choisir son régime

Dictature, démocratie ou oligarchie ?

Eric Piolle, cet autre ami de la "bonne finance"

Le maire de Grenoble, actionnaire d'une société "d'optimisation de portefeuille" (et pas fiscale)

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.