running tragique à Verdun
Le matinaute
Le matinaute
chronique

running tragique à Verdun


Verdun drone
Verdun parapluie
Partager cet article Commenter
154
154 commentaires
Remonter en haut de fil
Commentaires

running tragique à Verdun


Derniers commentaires

Si Muray est l'idole de la droite et de Finkielkraut, c'est assurément qu'ils l'ont mal lu ????
Faut remplacer Muray par Mollet (Guy), le gars qui disait qu'on a la droite la plus bête du monde.
Tant de personnes et aucun contestataire.
J'ai imaginé la rangé de soldat s'arrêtant puis pris pour cible par une poignée de «soldat» de son propre camp, d'autre restant bien à l'abri ne mettant jamais les pieds dans le conflit mais ordonnant aux autres de se jeter sous les pieds de leur adversaires ou d'autres encore entonnant la chanson de Craonne. Qu'elle aurait été belle la cérémonie si quelques trublions avaient essayé de commémorer jusqu'au bout. Mais finalement tous on choisi d'obéir aux ordres d'un personne qui n'était pas sur le terrain comme ceux qu'ils représentaient.
C'est curieux que les tambours du Bronx passent à travers toutes les mailles du filet... Rien n'est à sa place sauf eux?
Et pourtant ce n'est pas banal de les faire commémorer.
Des tambours, comme dans les armées napoléoniennes, qui font des bruits de coups de feu, d'obus, c'est forcément raccord?
Mais enlever aux soldats leur aspect uniforme, les faire sortir du noir et blanc du passé, en faire des gens singuliers dont la perte est donc irréparable, tout en les rendant tous pareils ni Allemands, ni Français, c'est dissonant.
Il fallait attendre que les derniers poilus, les dernières gueules cassées soient parties, comme si on les consolait avec les honneurs, de leurs malheurs. C'est ça qui coince le plus non? De rompre l'accord tacite. Sinon tout le monde aurait compris pourquoi les jeunes ont couru entre les croix.
Quel âge ont-ils ces jeunes qui courent ?

L'âge du Dormeur du Val .

Alors courez , n'en déplaise aux radoteurs ,
courez , joyeux , avant que les Grands ne vous disent de vous entretuer .
Étrange que Daniel parle du silence de Hollande sur l'affaire Black M ...
Le président n a pas hesité a déclarer qu'il serait prêt à fournir les moyens de l'État si le maire de Verdun voulait revenir sur sa décision
Moui...un carnage.
Des gens braves? Des gens envoyés aux massacre et à qui on a pas laissé le choix.
Des gens naïfs aussi.
Des hommes (et parfois des femmes) qui n'ont pas eu le possibilité, la force, le courage, de part et d'autre de poser les armes et de dire MERDE à tous ces cinglés qui les ont envoyés comme de la viande dans une boucherie.
Alors leur bla blas...
A Tatanka
https://www.youtube.com/watch?v=s6DKKFw9xzc
On se prend encore la tête pour un carnage centenaire!
A croire que les occidentaux n'ont rien d'autres à foutre et aucune préoccupation plus importante...

"Si tu crois que les fruits de l'arbre que tu plante aujourd'hui nourrira toute ta descendance, regarde autour de toi, vois s'approcher la nuit."
Bon, quand même, au final, on voit des couillons courir entre des tombes. Je reste sceptique...
Honorer qui?
De pauvres disparus pendant qu'au chaud d'autres regardaient le spectacle
Transmettre quoi?
ça c'est plus dur en effet!... La dérision? Le cynisme des dirigeants?
La mémoire mais pourquoi faire?
Si ce n'est nous faire réfléchir et faire retour sur notre présent et le peu de progrès fait par l'espèce humaine.
mais moi, ce qui m'a le plus choquée, voyez vous, c'est cette propagande revendue en douce, servie en pleine cérémonie à un ado en lui parlant des gaz en Syrie qui sont bien les mêmes, m'entends tu, les mêmes!
Comme quoi à peine une boucherie finie, préparons vite les enfants à accepter la prochaine!
De quoi vomir!
Mais de quel droit lui laisse t-on encore dire de telles choses en notre nom!!
Je ne crois pas qu'il y ait une "bonne" manière de "commémorer" une telle boucherie. Toute tentative d'échapper à l'indécence est vouée à l'échec. La seule bonne manière, ce serait de revenir "avant", d'annuler tout ce qui a eu lieu, et de redonner vie à tous ces fiancés, ces maris, ces pères, ces frères, ces fils qui ne sont jamais revenus. De rendre leur santé aux gazés, leur visage aux "gueules cassées"...
Une sorte de monde parallèle... une histoire des possibles...
Ça nous mènerait peut être à supprimer aussi les camps et le grand massacre de la guerre suivante? À court-circuiter les guerres coloniales? Chiche?
Si toi aussi, tu veux exercer ta plume sur les commémorations de Verdun, voici un kit de 12 mots-clefs qui te permettra d'atteindre les sommets Taubiresques du lyrisme engagé :

"Boucherie", "Jeunesse", "Innocence", "Fauchée", "Sanguinaires", "Généraux", "Paris", "Orphelins", "Veuves", "Boue", "Sang", "Pleurs"
Si toi aussi, tu veux exercer ta plume sur les commémorations de Verdun, voici un kit de 12 mots-clefs qui te permettra d'atteindre les sommets Taubiresques du lyrisme engagé :

"Boucherie", "Jeunesse", "Innocence", "Fauchée", "Sanguinaires", "Généraux", "Paris", "Orphelins", "Veuves", "Boue", "Sang", "Pleurs"
"Quand voici qu'apparait un autre plan, aérien, filmé d'un drone. Surprise : cette course apparemment désordonnée avait une forme, celle de deux lignes qui se précipitent, dans un tragique ralenti, vers la collision inéluctable. Les ados qui, filmés au sol, se contentaient de courir entre les tombes, façon pub pour chewing gum des années 70, prennent la forme de deux armées se jetant l'une contre l'autre, et que vient faucher la mort, longue silhouette grise sur échasses."

Faudrait voir la vidéo pour s'en rendre compte, sur l'unique photo c'est pas évident.

Pourquoi cette commémoration est-elle si lamentable ?
Je crois que ce n'est pas tant par manque d'imagination que par intention de ne surtout donner aucun message.
Du vide en spectacle, du vide orchestré.

Ils ne pouvaient pas donner le message clair que la guerre, et celle-ci en exemple, est une saloperie où des millions qui ne se connaissent pas s'entretuent pour quelques-un qui se connaissent bien.

On risquerait de causer actualité, avec des hashtags au mot responsabilité.
Si ces jeunes ont couru, c'est sûrement pour ressembler aux poilus lorsque, en plein effort, la pluie aidant, essayant de passer entre les gouttes et les morts, ils ont été fauché, laissant un peu de cette terre glaise jusque sur leur visage.

Je les revois encore avec leur chaines au cou, même s'ils n'y avaient pas toujours de montre accroché à la chaîne. Ils sont venus se faire prendre de 14 à 18, par wagons entiers, des wagons à bestiaux. Les monuments aux morts, pffft plus personne ne les regardent...

On reproche si souvent aux hommes politiques de ne plus toucher terre. Ils ont raté là une bien belle occasion. Ces adolescents se sont comportés comme leurs aînés.
Voire ...
Hollande à quand même réussi l'exploit de faire que Raymond Depardon loupe la photo officielle
Quelle drôle d'idée !
Faire appel à un tâcheron du cinéma allemand pour réaliser cette pompeuse et ridicule chorégraphie, alors qu'en France on a Philippe Decouflé, et parmi sa troupe Christophe Salengro, président de Groland, qui aurait pu effectuer d'aériens et gracieux entrechats au dessus des tombes des poilus...
Vraiment trop de concessions faites à la lourdeur teutonne.
Hollande abritant Merkel de son parapluie ...
En creux une critique de sa propre défense de l'épisode surréaliste de l'île de Sein:
« Hollande voulait être traité comme les participants à la cérémonie et cela démontre qu’il est résistant et dur au mal, qu’il peut affronter la tempête » avait justifié l'Élysée à l'époque ...
C'est très loin et pourtant chacun de nous a eu quelqu'un dans sa famille qui a traversé cette horreur que fut Verdun. Pas choquée par la mise en scène et d'accord avec son dénouement car ce qui compte avant tout c'est de penser à ceux qui ont été sacrifiés. La cérémonie c'est l'hommage et la mise en garde à la fois même si la folie des hommes perdure un peu partout.
Mis sur le forum Black-M hier:

Lors de la commémoration du centenaire de la bataille de Verdun, le discours de Merkel a été nettement supérieur à celui de Hollande.

Hollande a trouvé judicieux de parler de l'Ukraine, de se féliciter de l'accueil des réfugiés en Europe alors qu'il a sous-traité cet "accueil" au grand démocrate Erdogan, moyennant finances -et alors que plusieurs centaines de réfugiés viennent de se noyer dans trois naufrages ces derniers jours, venant de Libye où la France sous la houlette de Monsieur Sarkozy a fait ce que bon lui semblait.

Quand il s'est entretenu avec un jeune lycéen, il a parlé des gaz utilisés en14-18 et lui a demandé s'il savait quand ont de nouveau été utilisés ces gaz mortels; le jeune a commencé à parler de la seconde guerre mondiale et s'apprêtait manifestement à évoquer les chambres à gaz; Hollande l'a vite interrompu pour lui fournir la réponse qu'il attendait: la Syrie.

Bref: Hollande a pensé davantage à justifier ses guerres et sa politique qu'à rendre hommage aux morts de Verdun.

Quant à la chorégraphie des 3400 jeunes courant au début les uns vers les autres, je m'attendais à ce qu'ils se jettent dans les bras les uns des autres et j'ai vraiment été estomaquée de voir que non; ils se jetaient les uns sur les autres pour se battre Ah c'était bien fichu ils avaient dû beaucoup répéter, c'était violent. Après tout le monde étalé par terre. Tous morts. Au cas où on n'aurait pas compris qu'à la guerre on se bat et on meurt.

Sinon à la télé à part la retransmission pas grand chose: rien dans les rares émissions littéraires; pas de film, aucune des nombreuses chaînes en ce 29 mai n'a jugé bon d'évoquer Verdun et 14-18.

14-18: première guerre industrielle. Bientôt: salon de l'armement.[www.eventseye.com]
Je dirais que Hollande joue "la force tranquille" comme Mitterrand... qu'il se place au-dessus de la mêlée (posture gaullienne, reprise aussi par Chirac avant lui, avec succès : ce sont ces présidents-là qu'on réélit, pas ceux qui vont à la polémique tous les 15 jours, tendance Sarkozy ou Giscard).

Heureusement pour nous, Hollande n'a pas le machiavélisme mitterrandien, mais il n'est pas si mauvais stratège qu'on pourrait le croire au fond. Et ses gestes officiels sont plutôt réussis, pas comme sa politique économique - pour le moment ?
Pas faux, que transmet-on? Perso toutes ces commémorations posent-la question, perso du haut de mes 24 ans quand j'penses a la première GM j'y vois une boucherie organiser par des gouvernants estiment plus les accords conclu avec les autres pays que les vies humaines et pas plus en phase avec la réalité de la vie de leur population que les actuels. Alors quand je regardes Hollande et Angela en bon représentant de la classe gouvernante actuelle faire leur cinéma hypocrite j'le resent comme une insulte a mes ancêtres mais aussi comme une piqure de rapel: ne jamais s'engager dans l'armée car c'est s'engager a être pret a amener la mort et la désolation a d'autres, une désolation qui retomberas tôt ou tard sur les siens.
J'imagine la réaction de Cabu à cette guignolade. L'occasion de constater qu'après son assassinat, les beaufs ne se sentent plus pisser.
Je crois l'avoir déjà écrit (plusieurs fois même) mais quand je serai grand, j'écrirai comme Daniel Schneidermann
On a tout de même le droit (enfin il me semble?) de trouver cette mise en scène hideuse, ridicule et déplacée sans se voir soupçonné d avoir des accointances avec l'extrême droite...
« Plus largement, à quoi sert une commémoration ? A honorer ? A transmettre ?... »
Dans ce cas, aussi (surtout ?) sans doute à conforter l’image infantile d’une Europe unie et insouciante qui surmonte les divisions du passé sous la conduite de François Hollande et d’Angela Merckel. Les soldats français et allemands enterrés sous les croix ont ainsi laissé la place aux « ados franco-allemands vêtus de T-Shirt de couleurs vives » ;o)
Quand on n'a plus rien à offrir à l'espoir, restent les commémorations.

Il y a plein de communes* en France dont les édiles n'ont pas attendu les états d'âmes pré-électoraux de Mutti Angela et de Moudugenou François pour ériger des monuments aux morts qui pleuraient les morts et ne célébraient aucun sacrifice.

Certes, il faut rendre hommage à Volker Schlöndorff d'avoir su mettre en scène le symbole de la tuerie pour rien.
Mais il ne fut pas oublier que cette commémoration s'inscrit dans un plan comm' dont on se demande à quoi il sert.

* de mémoire, Saulxure sur Moselotte (Vosges) et Termignon (Savoie), plus quelques autres.
J´connais un´ grue qu´a pas d´principes
Les dents longu´s comme un jour sans pain
Qui dégrafait tous les gamins
Fumant leur vie dans leur cass´-pipe

C´est dans les champs qu´ell´ traîn´ son cul
Où y a des croix comm´ des oiseaux
Des croix blanch´s plantées pour la peau
La peau des autr´s bien entendu

Cell´-là on peut jamais la voir
A moins d´y voir les yeux fermés
Et l´périscop´ dans les trous d´nez
Bien allongé sous le boul´vard

Suffit d´leur filer quat´ bouts d´bois
Et d´fair´ leur lit dans un peu d´glaise
Et d´leur chanter la Marseillaise
Et d´leur faire un´ bell´ jambe de bois

La Marseillaise, Léo Ferré, 1967 - Ici en Musique
“Mais, là, à l’instant du paroxysme des sentiments, ils se sont juste serré la main, un peu gauches, mal à l’aise – comme écrasés par la grandeur des lieux, l’ampleur de l’horreur."

Le Soir de Belgique (Courrier I.)
Bonjour,
Peut être tout simplement veut-on se souvenir de ces vies sacrifiées, de ces villages dévastés, de ces jeunes qui n'avaient d'autre choix que de mourir, tués par les balles allemandes ou françaises ou exécutés par leurs collègues sur ordre des chefs s'ils voulaient abandonner le combat. L'Histoire nous enseigne qu'il suffit parfois de quelques individus pour mettre un pays à feu et à sang. C'est bien d'y réfléchir.
Vite, vite
Il ne me reste qu'une pique, seule et éplorée, réclamant sa tête
Les mois de juillet en mai, n'est-ce pas trop tôt?

D' à Pauline, je préfère Réage mais, vu le temps d'hier, c'était toujours une Histoire d'eau.

La "réaction" est là partout présente.
Bien installée, au chaud, des salons feutrés.
Propre sur elle, elle sourit et se complet à ressasser son doux refrain de l'inversion de la hiérarchie des normes.

Quand fond la neige, où va le blanc?
Les têtes en sciure, continuent-elles à sourire?
C'est surtout les gens qui donnent leur avis à la seconde près qui passent pour des idiots, plutôt que juste essayer de commémorer un évènement marquant pour la construction de notre pays, et montrer qu'aujourd'hui on l'a dépassé. Enfin certains non.
"Si l'on honore, qu'honore-t-on ? Un sacrifice ? Une boucherie ?"

De fait, Hollande a déclaré que la guerre de 14 était un combat pour la liberté. Son ministre des Anciens Combattant osant même la comparaison avec les missions de la France en Afrique.

J'ai toujours entendu que ce confit fut une boucherie sans but. Qu'un gouvernement socialiste le re-badge combat pour la liberté est aussi inepte que prévisible. Après tout, le démantèlement du code du travail est selon lui une avance pour les salariés, n'est ce pas ?
"les cris de la droite murayienne"
d'abord, lire Muray avant de dauber

ensuite, se demander si au-delà des postures, la mise en scène de V.S. n'était pas complètement, fondamentalement, sévèrement ridicule, grotesque, ces ados courants dans les champs, rejouant une boucherie apple watch au poignet, une deux une deux, petit footing coloré, comme si on pouvait transmettre autre chose que de la festivité débile.

enfin bref, comme d'habitude, c'est la droite qui le dit ergo c'est forcément non pertinent.
fatigant, à la longue.
"M. le conseiller général prit la parole. Ce fut très beau. Il parla de la sainte mission remplie par ceux que l'on honorait aujourd'hui, de la grandeur de leur sacrifice, des droits des morts sur les vivants et, dans une belle envolée, s'adressant aux conscrits, il s'écria :

- Leur exemple n'est pas perdu ! En vous, il vivra éternellement et si, un jour, le besoin s'en fait sentir, comme eux, vous saurez porter des gerbes de sacrifices dans les granges de l'idéal !

Sans qu'il sût pourquoi, il parut au Jules qu'on se foutait d'Agnin. Au lieu de la pyramide, il voyait le trou où dormait le Louis. Il imaginait le gros type débitant ses phrases solennelles au-dessus de son copain, pendant qu'un peu plus loin, les amis du bonhomme l'attendaient, ayant déjà étalé les provisions sur l'herbe. Une fureur dure commença à le faire trembler. Un moment, il espéra trouver, parmi les anciens combattants, les signes d'une colère pareille à la sienne, mais il les découvrit, souriants et niais, occupés seulement à bomber le torse parce qu'on les regardait. Alors, Matrat sortit de la foule.

Isolé entre les hommes et les femmes, Jules aspira un grand coup d'air puis s'avança vers le conseiller général qui, les bras en l'air, ne parvenait pas à achever sa période, l'imagination tarie par la gueule de celui-là qui lui arrivait dessus."

"Jules Matrat" de Charles Exbrayat
Bonjour
Décidément les 1% n'aiment pas les porteurs de tee shirt et préfèrent le costume 3 pièces même pour aller pêcher l'anguille
Qu'un guignol étiquetté Ps fasse le singe me conforte dans mes opinions mais qu'un préfet se prête à ce genre de mascarade me hérisse.
Verdun, morne plaine.
Appolherbe de Maline, celle qui ressasse que l'inversion de la hiérarchie des normes donne plus de pouvoir aux salariés...
Ensuite, si la gauche se casse la gueule, c'est aussi parce que l'extrême droite est la seule à déplorer qu'on sautille sur des cadavres ou qu'on rappe le soldat inconnu.
C'est Philippe Muray (un "r") le bon Dieu d'Elisabeth Levy et de Finkielkraut.

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.