Rentrée : comme un parfum d'insurrection...
Sur le bout de la langue
Sur le bout de la langue
chronique

Rentrée : comme un parfum d'insurrection...

Barricades, impôts, évasion fiscale, en romans, essais et documentaires

Réservé à nos abonné.e.s
La rentrée littéraire s'avère une déferlante chargée en textes à forte intensité insurrectionnelle : romans et essais puissamment critiques, tribunes invitant explicitement à la révolution... Fantasme de papier ou authentique moment pré-révolutionnaire ? Difficile de trancher pour l'instant : on n'a pas eu le temps de tout lire en entier... En attendant, un aperçu de l'arsenal permet tout de même de tirer cette conclusion provisoire : ça sent la poudre !

Quelle ambiance ! Depuis plusieurs semaines, les textes s’amoncellent, des phrases s’érigent, les mots s’y hérissent, drus – tout ça s’élève de partout, un peu épars et sans concertation, façon préparatifs de barricade : on dirait que quelque chose d’assez violent se prépare...

nouveau media

Ce sont des romans, tous ces romans de la rentrée, qui ont l’insurrection pour objet, pour paysage, pour horizon ou pour souvenir –Télérama y consacre un dossier: «Le roman montre ses dents», et fait l’inventaire des pavés que la rentrée littéraire balance dans nos canapés :

pictoL’espri...

Il vous reste 94% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.