56
Commentaires

Rentrée : comme un parfum d'insurrection...

La rentrée littéraire s'avère une déferlante chargée en textes à forte intensité insurrectionnelle : romans et essais puissamment critiques, tribunes invitant explicitement à la révolution... Fantasme de papier ou authentique moment pré-révolutionnaire ? Difficile de trancher pour l'instant : on n'a pas eu le temps de tout lire en entier... En attendant, un aperçu de l'arsenal permet tout de même de tirer cette conclusion provisoire : ça sent la poudre !

Derniers commentaires

Comme disait Cyrano, c'est un peu court...cette chronique, intéressante au demeurant, ne développe sur la thèse.Quid de l'antithèse, qui voudrait que ces livres, à force de parler d'insurrection, conduisent à une catharsis plutôt qu'à un passage à l'action?
Ca nous promet de chouettes D@ns les texte ?
J'aimerais avoir l'optimisme de Judith.
Mais nous pouvons déjà voir comment se dessine notre avenir : en Grèce, au Portugal, en Espagne, en Italie ...
Et çà ne ressemble pas à une insurrestion.
Bonjour,

Merci pour votre article. Voici un bon sujet d'émission.
Ne croyez vous pas que l'apathie des classes populaires est dûe au fait qu'elles attendent. Elles attendent les prochaines éléctions et Marine Le Pen comme le messie. Elle représenterait l'espérance d'un changement après le rejet de la constitution européenne balayée par nos représentants politiques. Chacun l'a compris, l'UMP et les socialistes ont adoptés la politique néo libérale et la mettent en application via les réglementations européennes.

Qui incarne un ensemble d'objections populaires (gouvernement européen, populations émigrés coupablent de tous les maux, compétitions religieuses...) ?

Il y a des questions à se poser sur la façon dont les médias et les partis politiques présentent la voie de l'extrême droite, Monsieur Schneidermann.
Une voix d'opposition envisageable ?
Permettrait-elle une coalition des droites comme ont la vue dans d'autres pays européens peut-être même l'institution d'un tachérisme à la française ? A qui profite le crime ?

Plutôt qu'exprimer un mécontentement dans des manifs "silencieuses" où baladée au son de la sono dans un brouhaha de fête foraine, la France profonde des provinces et des quartiers populaires attend t-elle les prochaines éléctions pour faire trembler les biens pensants en se jetant dans les bras de l'extrême droite ?

Elles attendent.. Et l'insurrection dans les urnes risque de ne pas être très humaniste.
Voilà qui est bien pensé, malheureusement, il me semble que les français ont une envie "folle" de voir ce que donnerait le FN! ensuite, oui, pourquoi pas l'insurrection? triste tout çà.
La révolution viendra quand les gens arrêterons de pérorer sur les grands principes, discuter sur les formes de gouvernement...
Elle viendra quand chacun, à son niveau, fera quelque chose de rigoureusement non-capitaliste:
- manger local,
- produire sa nourriture sans usage du pétrole,
- abandonner la voiture
- arrêter de consommer auprès des multinationales (que ce soit les sodas que les produits culturels)
- arrêter les réseaux sociaux type Facebook
- refuser l'emploi...

Tout un tas de chose que chacun peut faire, avec ses moyens en AGISSANT sur ce qu'il a à portée de main. Le jour ou chacun passera à l'action pour construire un nouveau monde sans le capitalisme, à son niveau de compétence, la révolution aura lieu.

Mais chacun préfère pérorer dans son coin et refuse de remettre en question son mode de vie et le questionner.
La révolution, l'insurrection... il faut pour cela que "les gens" aient moins a perdre qu'a gagner. Malheureusement (ou heureusement selon le point de vue), nous en sommes fort loin.
Depuis ma tendre enfance j'entends mes parents me parler de la révolution... j'ai grandi, le temps c'est écoulé... je n'y crois plus.
Personne n'est d'accord, jusque même sur le fait que ce soit bien une insurrection (un peu trop fantasmée ?) qui vienne.
Certains prévoient plutôt que ce sont les idées d'extrême-droite qui vont devenir majoritaires, et les arguments sont hélas assez convaincants.
Le succès du Piketty n'implique pas nécessairement, loin s'en faut, un esprit séditieux.

Taxer le capital, si cela séduit autant de lecteurs, c'est aussi parce que cela détourne la taxation, pour la plupart d'entre nous, de son petit chez soi. Ce qui va, hélas, tout à fait dans le sens de ce sondage fort inquiétant dont nombre de journaux se font aujourd'hui l'écho.
Or, on connait déjà les bénéficiaires de ce genre d'impatience, de ras-le-bol et ce n'est pas l'idéologie de gauche.

yG
Merci, en tout cas (que l'insurrection vienne ou pas), pour cette chronique qui nous sortira peut-être du "débat" étouffant sur le forum Dieudonné etc.
Pfff !
La révolution n'aura pas lieu prochainement en France.
Sinon,ou plutôt sioui, Emmanuel Todd nous l'aurait annoncée.
Pour le Grand Soir, prière d'attendre mardi, lundi j'ai piscine.
Le jour où tous les journalistes parleront la langue de Judith Bernard, le monde se portera mieux...
J'ai vu hier le docu de Xavier Harel d'Arte, vraiment très bien fait, édifiant et déprimant.
Merci pour cette kro de rentrée.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.