Leclerc a flairé le gros poisson avec sa pub écolo
Plateau télé
Plateau télé
chronique

Leclerc a flairé le gros poisson avec sa pub écolo

mais Greenpeace n'a pas mordu à l'hameçon

Réservé à nos abonné.e.s
Sauver le thon rouge et le pêcheur, c'est la nouvelle mission de Leclerc. Depuis la semaine dernière, l'enseigne annonce partout, à coup de publicités dans la presse, qu'on peut "retirer de la vente certains poissons menacés" sans "faire du pêcheur une espèce en voie de disparition". C'est le double effet Leclerc. Pour réussir ce tour de force, l'enseigne a retiré certains poissons de ses rayons mais continue à commercialiser du thon rouge "provenant exclusivement de la pêche artisanale, qui respecte les quotas et les périodes de pêche imposés". C'est beau... mais ce n'est pas aussi clair, comme l'a noté Greenpeace qui n'a pas mordu à l'hameçon.

De la pub écolo à la réclame soixante-huitarde, petite balade dans l'arrière-boutique des magasins Leclerc.


 

Vous êtes certainement tombés sur cette publicité en feuilletant la presse. Un petit texte indique qu'après "l'échec de Copenhague, la préservation des ressources naturelles est plus que jamais l'affaire de tous. Il faut agir !" Alors forcément, quand la planète est en danger, on pense à Greenpeace, Europe écologie, Hulot, Leclerc. Ainsi, on apprend que "les centres E.Leclerc ont décidé de retirer de la vente le Siki, le Flétan blanc, la Lingue bleue et de ne proposer que du Thon rouge provena...

Il vous reste 95% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.