Berdah, l'influenceuse qui veut influencer (les jeunes électeurs)
Plateau télé
Plateau télé
chronique

Berdah, l'influenceuse qui veut influencer (les jeunes électeurs)

Réservé à nos abonné.e.s
Salut les jeunes ! Vous vous désintéressez de la politique et préférez regarder les "Marseillais à Dubaï" ? Marine et Éric veulent à tout prix entrer dans la grande villa du Faubourg Saint-Honoré, mais vous ne savez pas qui éliminer ? Magali Berdah, l'agent de Nabilla et de ses copains influenceurs, veut vous aider. Celle qui squatte les plateaux de "TPMP" et de W9 avec ses princes et ses princesses a lancé sa chaîne YouTube pour suivre les candidats en campagne. Objectif ? "Apprendre à les connaître" et inciter les jeunes à aller voter. Zemmour, Mélenchon et Le Pen ont essuyé les plâtres dans l'espoir d'attirer de jeunes électeurs. Du pur divertissement ? Pas vraiment. Car dans une ambiance en apparence bon enfant, Berdah, la spécialiste du placement de produits, permet aux candidats de faire du placement d'idées.

"Je viens apprendre à vous connaître, on va papoter." Il y a sûrement eu un vent de panique dans l'équipe de campagne de Jean-Luc Mélenchon pendant les premières minutes de sa rencontre avec Magali Berdah.

"Ça doit être impressionnant de faire des meetings ? Ça y est, vous êtes à l'aise ? Ça se voit que vous aimez les gens."

"Vous êtes cool en fait !"

Jean-Luc, on se fait un selfie pour mes réseaux ?

Pour une équipe de campagne habituée aux dispositifs télés défavorables (...

Il vous reste 95% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Alma Dufour, une activiste Nupes en Fabiusie

La militante des Amis de la Terre appelée par les urnes en Seine-Maritime

Macron à Saint-Denis : plongée dans le cirque médiatique

Trois bus ont été affrétés pour transporter 150 journalistes de Paris... à Saint-Denis (93)

Nupes : radiographie d'une panique éditoriale

"Le soleil bolivarien sur une piscine municipale envahie de burkinis" ("Le Figaro")

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.