C'est chaud, c'est fourré, c'est échauffourées
Les mots d'Anne-So
Les mots d'Anne-So
chronique

C'est chaud, c'est fourré, c'est échauffourées

Réservé à nos abonné.e.s
Des "échauffourées" à Beaumont-sur-Oise ? C’est le mot utilisé par de nombreux médias pour qualifier les tensions suscitées par la mort d’Adama Traoré lors d’une interpellation mardi après-midi. Ce mot est d’ailleurs sorti de la bouche du présentateur du JT de 20 heures sur TF1, qui a consacré à l’affaire 22 petites secondes – ce qui n’a pas manqué d’irriter la journaliste (et bientôt directrice) du Bondy blog Nassira El Moaddem comme nous le racontions ici.

Mais d’où vient ce mot, échauffourées, également utilisé ces derniers jours pour qualifier les violences en marge de la convention républicaine à Cleveland aux Etats-Unis ou encore à Toulouse suite à une tentative d’interpellation ? En 2009, notre journaliste Anne-Sophie Jacques – à l’époque chasseuse de mots des médias – avait décortiqué l’histoire des échauffourées très prisées par la presse ou la télé. L’occasion pour nous de republier sa chronique.

 



Il y a des mots lus, entendus ou vus uniquement dans les médias et que nous, simple foule, ne p...

Il vous reste 95% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.