Travail du dimanche et juge d'instruction, d'un fumigène l'autre
Le matinaute
Le matinaute
chronique

Travail du dimanche et juge d'instruction, d'un fumigène l'autre

Vous ne l'avez peut-être pas vu ou entendu

, si vous avez écouté les radios du matin, ou regardé les jités du soir, d'une oreille distraite ou d'un oeil baladeur, mais le grand projet de loi incarnant la réforme permanente que-si-elle-n'avance-pas-elle-recule, sur le travail du dimanche, est enterré. Oublié. En novlangue, on dit "reporté, sine die". C'était bien la peine ! Tant de visites ministérielles télégéniques dans des magasins d'ameublement suédois de grande banlieue, tant de beaux sondages dans le JDD, tant de créativité dépensée par l'Hyper dans son sketch préféré, celui des Champs Elysées, avec leur trottoir ouvert et leur trottoir fermé le dimanche, pour cette capitulation sans gloire !

Heureusement, les jités et les radios ont eu le bon goût de ne pas y insister. Tout va si vite ! Il y a le froid, les soldes, un grand colloque sur l'avenir du capitalisme avec de vrais morceaux de Merkel à l'intérieur, et évidemment Gaza (avec création d'un "corridor humanitaire" directement imputable à l'hyper-tournée-éclair): que pèse, face à ces poids lourds, la dispersion d'un pauvre petit fumigène de rien du tout ?

Et puis surtout, il y a la suppression du juge d'instruction, rajoutée en dernière minute à l'agenda, comme si on avait voulu faire le bon poids. Ca c'est du solide, du prometteur, du gorgé de vitamines, la suppression du juge d'instruction. Ah les belles controverses théologiques en perspective, Outreau (colonne passif) contre le sang contaminé (colonne actif) ! Ah les belles références littéraires à "l'homme le plus puissant de France" (Balzac, pour ceux qui ne suivent pas). Ah les belles angoisses: Sarkozy va-t-il étouffer les zaffaires ? Ah les beaux pataugeages de plateau promis à la pauvre Dati, comme hier à l'infortunée Albanel. Ah les belles crises de nerfs des députés uèmepé qui, lors de la commission Outreau, avaient conclu au maintien dudit juge d'instruction. Devant tant de professionnalisme, on ne peut que s'incliner. Et rendre un hommage discret au travail-du-dimanche, vieux cheval de labour qui aura bien servi la République.

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.