Transparence et partis schtroumpfs
Le matinaute
Le matinaute
chronique

Transparence et partis schtroumpfs

Réjouissons-nous citoyens : l'Elysée est désormais transparent.

Il n'a jamais été si transparent. Tout au moins, pour les magistrats de la Cour des comptes, qui viennent de rendre leur rapport sur le budget présidentiel. Résultat : il y a du mieux partout. Finis, parait-il, les sondages commandés à l'ami Buisson (vous vous souvenez ?) Le Monde en est tout émerveillé, qui consacre à cet avènement de la transparence son éditorial de première page. Il faut plonger dans les profondeurs de l'article, en page intérieure, pour prendre connaissance des découvertes autorisées par cette transparence. Les délégations pléthoriques dans les voyages officiels de Sarkozy, par exemple : à New York, il était accompagné par 132 personnes (sans compter les 31 membres d'équipage des trois avions) . Et le prix des plateaux-repas dans les avions de ces délégations : entre 115 et 169 euros, selon les déplacements. Voilà ce que l'on lit en page intérieure, tandis que la Une se félicite de la transparence élyséenne. On aurait pu imaginer une répartition inverse. Cela s'appelle, une vision du monde. Pardon pour cette minute de populisme.

Tout aussi indulgent, RTL, vendredi matin : le président , croit savoir l'éditorialiste politique, aurait été le premier surpris, à la lecture du rapport, de se découvrir si bien accompagné à New York. Eh oui. Il n'avait pas remarqué, le pauvre. Il faut comprendre : il avait l'oeil sur la planète. Une distraction fatale. C'est comme les cigares : on est surmené, on plonge la main dans la cave à cigares, on ne se rend pas compte. C'est machinal. Peut-être ces 132 accompagnateurs (sans les membres d'équipage) étaient de petits, de très petits accompagnateurs, des accompagnateurs schtroumpfs, qui passent sous les radars. Inconvénients du casting.

Small is beautiful. Avez-vous entendu parler du parti de poche ? Effaré, Julien Dray, pourtant fin connaisseur de la vie politique, assurait ce matin, toujours sur RTL, qu'il découvrait l'existence, à droite, de ces mini-partis, certainements logés, comme les schtroumpfs, dans des maisons-champignons, fort utiles pour ramasser les dons, et contourner les lois sur le financement de la vie politique. Woerth, Wauquiez, Sarkozy, avaient, ou ont encore, leur parti de poche. Il est probable qu'ils se sont passé le mot. Qu'ils ont fait circuler des bréviaires : le parti de poche, mode d'emploi. Comment éviter que votre parti dépasse de votre poche. Où mettre votre parti de poche pendant une soirée, un dîner, une cérémonie d'anciens combattants. Qui a inventé le parti de poche ? Quelle est la cartographie des partis de poche ? La transparence a de beaux jours devant elle.

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.