Sondages : les questions qu'on pose, et les autres...
chronique

Sondages : les questions qu'on pose, et les autres...

Une amie francilienne, qui a la chance d'effectuer chaque jour le trajet ferroviaire Melun-Paris, a récemment été sondée, par "Ile de France Mobilités". Elle ne l'a pas réalisé immédiatement, mais elle fait partie des 525 000 abonnés Navigo et Imagin'R qui, ayant laissé leur adresse mail, ont été pareillement sondés (opération groupée d'un tas de bidules régionalo-ferroviaires, tous placés sous la haute autorité de Mme Valérie Pécresse).

C'est toujours agréable, d'être sondé (e). Mon amie était toute prête à répondre en détail sur les retards des TER, sur les suppressions inopinées de TER, ou sur la récente mise en service de nouveaux TER sans toilettes, qui constituent son quotidien depuis quelque temps. Mais ce n'est pas ce qui intéresse Ile de France Mobilités.

Ce qui intéresse Ile de France Mobilités, c'est de savoir si dans les trois dernières années, elle a été victime d'une agression physique (hors agressions sexuelles), d'un vol avec violences, ou d'une agression verbale (insultes, menaces, injures).  

Et si, dans un tel cas, elle se sentirait capable de parer cette agression par sa force physique ("non pas du tout, non plutôt pas, oui plutôt", etc), ou par l'échange verbal ("diplomatie, dialogue, humour").

A priori, rien de répréhensible, à lancer une grande enquête sur l'insécurité dans les transports pour écouter les Franciliens.  Et nul doute que les résultats seront éloquents. Mais on ne recueille jamais que des réponses aux questions posées, pas aux autres.  Mon amie francilienne, qui n'a que de vulgaires soucis de retards et de suppressions de trains (et encore, elle est plus chanceuse que les habitants de PACA ou de Languedoc-Roussillon), ne doit pas être dans la cible. Elle me prie en revanche de faire savoir qu'elle est parfaitement disponible pour répondre à tout questionnaire sur les retards et annulations de trains, pour le cas où la question intéresserait les bidules sondeurs de Mme Pécresse.

Partager cet article

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.