Retraites : cynisme et poteaux carrés
Le matinaute
Le matinaute
chronique

Retraites : cynisme et poteaux carrés

Réservé à nos abonné.e.s

Dans les nouvelles qui assaillent le matinaute au réveil, cette apostrophe du vice-rapporteur du projet de loi sur les retraites, Nicolas Turquois (MoDem), aux députés des oppositions : "vous n'êtes rien !". Emoi général, suspension de séance, admonestation, et excuses du fautif. Simple pétage de plombs d'un parlementaire en burn out qui a révélé auparavant ne pas avoir vu sa femme et ses enfants depuis trois semaines ? Peut-être. Mais alors, pétage de plombs charpenté et construit, comme le montre la totalité de son intervention, tout entière sur le mode sarcastique, sur le choix de la date de 1975 comme année-limite de l'application de la réforme.

Il vous reste 73% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.