Quelques simples questions de vocabulaire
Le matinaute
Le matinaute
chronique

Quelques simples questions de vocabulaire

Sans doute est-il temps de poser quelques simples questions de vocabulaire. "Macron tenté par une réponse sécuritaire" titre Le Figaro, dans un article où le sujet est successivement désigné comme "l'exécutif", "Matignon", "le gouvernement", "au sommet de l'Etat", "le chef de l'Etat", etc.  Quant aux mesures envisagées, le journal parle "renforcement de la riposte policière", "contre-offensive", "réponse d'une grande fermeté", etc. Si le même article devait rendre compte d'une situation insurrectionnelle au Venezuela ou en Ukraine, il prendrait moins de précautions. Il titrerait simplement : "le régime se radicalise".

Abusif ? De fait, derrière la revendication du RIC, ou celle de la démission d'Emmanuel Macron, c'est bien le régime (la Ve République), qui est attaqué aujourd'hui dans la rue, et pas seulement la politique du gouvernement. Faites un test : dans tout ce que vous lisez ces jours-ci dans la presse institutionnelle, remplacez "gouvernement" ou "exécutif" par "régime", avec toutes ses déclinaisons médiatiques habituelles ("les médias du régime", "les durs du régime", "l'homme fort du régime" etc). Remplacez "casseurs" ou "émeutiers" par "insurgés", ou "révolutionnaires" : que l'on désigne ainsi les choses, et tout change d'aspect. Et l'on prend la mesure de la situation où l'on se trouve (on avait joué à ce petit jeu, sur ce site, en 2010 ? Vous vous souvenez du Sarkozistan ?)

J'exagère ? Peut-être. Pourtant, qu'exprime d'autre l'adhésion massive et exclusive du mouvement à une floraison de "medias jaunes", (on vous raconte ici le dernier en date, "Vécu")sinon sa défiance à l'égard des médias "du régime", quels qu'ils soient, si consciencieux qu'ils se veuillent ?

Je ne dis pas pour autant que je partage cette défiance généralisée, ou bien, dans un autre domaine, que je soutiens par exemple le boxeur Christophe Dettinger. Toute violence physique me fait horreur. Je dis simplement que Dettinger, dont la cagnotte de soutien sur Leetchi atteint près de 120 000 euros moins de 24 heures après sa mise en ligne (avec près de 7000 donateurs) sera peut-être, dans cinquante ans, un héros national. Il aura peut-être des rues, des squares, des statues. Seront-elles moins légitimes que les statues de généraux des répressions coloniales, qui font aujourd'hui, sur nos places, le bonheur des pigeons ? (A l'heure où je mets en ligne, il semble que le montant de cette cagnotte a été pudiquement masqué, pour une raison encore inconnue à l'instant).

C'est ce que j'ai tenté, difficilement,  d'expliquer à Ali Baddou, l'autre jour, sur France Inter (au coeur, donc, des médias du régime. Je taquine). C'est la réflexion que j'aurais bien aimé mener jusqu'à son terme, si Baddou avait été mû par un autre désir que celui de faire la peau à un mal-pensant, et si j'avais eu davantage d'à-propos. Tout indique que nous ne sommes plus aujourd'hui dans une actualité "ordinaire", telle que les journalistes doivent en couvrir tous les jours. Tout indique que nous sommes, pour le meilleur et le pire, dans un moment historique -ou au moins, disons, inédit-, comme ma génération n'en a jamais connu dans son parcours. Il nous faut donc trouver les mots de l'inédit, et ce n'est pas facile. Le principal enseignement que je retire de mon enquête sur la presse internationale face au nazisme, c'est que la presse traditionnelle n'est ni techniquement, ni intellectuellement armée face à un événement hors-normes. D'où mon obsession, quand j'écris, de pouvoir être relu dans vingt ans, sans être -trop- épinglé pour myopie.

Dans cette émission, Ali Baddou m'a objecté Mai 68. S'il faut chercher pourtant la béquille d'une analogie historique, ce n'est pas à mon sens avec 68, mais plutôt dix ans plus tôt, avec 58, quand la IVe République, ce...régime pourtant jeune et déjà à bout de souffle -"le régime des partis" disait de Gaulle-, remettait les clés au général, sous menace de putsch militaire. Il capitulait devant ce que les Baddou de l'époque n'appelaient pas encore la guerre d'Algérie, mais pudiquement "les événements d'Algérie". Une simple question de vocabulaire, déjà.

de Gaulle coty


Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.