Pour un vertiport à Notre Dame !
chronique

Pour un vertiport à Notre Dame !

Au lendemain de l'expérimentation en grande pompe du "service national universel" macronien, 26 jeunes volontaires sont pris de malaise. Cela se passe à Evreux, au cours de la cérémonie d'inauguration d'une statue (grandeur nature) du général de Gaulle. Obligés de rester debout, en plein soleil, par 30° ressentis, avec la seule protection de leur casquette, les jeunes sont évacués l'un après l'autre à l'ombre bienfaisante de la mairie. 

Heureusement sans gravité, l'incident est néanmoins révélateur de l'improvisation et de l'amateurisme de l'expérience, placée sous l'autorité du jeune ministre Gabriel Attal, et de l'absence de tout encadrement, de tout dispositif de sécurité. A ce titre, il serait digne d'intérêt pour les medias qui, la veille encore, consacraient leurs titres enthousiastes au lancement de l'opération (voir notre magnifique montage). Croit-on que les télés vont s'en emparer ? Non. Rien du tout ou pas grand chose sur les chaînes d'info (un reportage toutefois au 20 Heures de TF1). C'est que les caméras sont déjà reparties. Seule est apparemment restée une journaliste locale, Claire Huille. Seule comptait l'image désirée par le gouvernement. Et pourtant, il y en a, des images, comme la photo ci-dessus, ou encore cette séquence, tournée elle à Tourcoing, d'une jeune fille vacillant, évacuée pendant une Marseillaise, vidéo supprimée du compte Twitter officiel du Service National Universel

Partager cet article

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.