Niches, le grand ballet des exemptions
Le matinaute
Le matinaute
chronique

Niches, le grand ballet des exemptions

A peine annoncé par Fillon le méga-plan d'économie de onze milliards

, avec ses mesures phares et ses mesures cachées, il est fascinant d'observer le déploiement du grand ballet des "pas moi pas moi". Il faut dire que l'inspection des finances n'a pas facilité la tâche de Fillon. A peine connu ce plan de rigueur, ces hauts fonctionnaires (mandatés d'ailleurs par le même Fillon, un an plus tôt) laissaient fuiter dans Le Figaro un rapport révélant que des niches inefficaces coûtent à l'Etat 11,7 milliards d'euros par an.

Au premier rang de ces niches inefficaces, l'abattement fiscal de 10% sur les pensions et retraites. "Cet abattement qui se justifiait dans les années 1970 devrait évoluer pour plusieurs motifs", notamment car "le niveau de vie des personnes âgées a désormais atteint un niveau équivalent à celui des actifs", estiment les inspecteurs des finances. Premier ex-aequo dans l'inefficacité, les avantages consentis aux employeurs à domicile: 67% de cet avantage, note l'inspection des finances, est consommé par les 10% de Français les plus riches. Or donc, qu'arriva-t-il ? Ministre du Budget, Valérie Pécresse s'empressa de rassurer: il n'est pas question de porter atteinte aux emplois à la personne, pas plus, au nom de la "cohésion sociale", qu'aux 10% d'abattement sur les retraites.

picto Entretemps, entre autres, Le Parisien avait consacré sa Une aux "emplois à domicile menacés."

La mécanique est toujours la même. Toute mesure (ou menace de mesure) de suppression d'un avantage dirige automatiquement les projecteurs médiatiques vers la "victime" de cette mesure (ou menace de mesure). On verra au 20 Heures le jeune couple méritant employant une aide à domicile, et l'inévitable retraitée à petite pension, ayant tant de mal à joindre les deux bouts. Expliquer que le jeune couple si sympathique, oui, se range bien parmi les 10% de Français les plus riches, ou bien que cet autre couple de retraités, voguant de voyage en croisière, bénéficie bel et bien, au regard de la pyramide des âges, d'un mini-privilège, est au-dessus de la capacité pédagogique de la machine médiatique. Quant aux millions de citoyens, de contribuables, d'usagers des services publics, lésés par cette faveur consentie à de mini-privilégiés, la machine ne les montrera jamais.

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.