Mélenchon dans le traquenard Hanouna
Le matinaute
Le matinaute
chronique

Mélenchon dans le traquenard Hanouna

On me dira que Mélenchon est venu de lui-même. Que personne ne l'a forcé. Qu'il est entré flambard, check check, dans ce qui devait être "son" émission, après celle de Zemmour, accompagné d'une fière escorte insoumise. Qu'il était sans doute lui-même un peu fier d'être une fois de plus adoubé  meilleur adversaire de Zemmour par Hanouna, son pote Hanouna, si loyal, tellement plus fréquentable que les journalistes politiques.

On me dira qu'il a parfaitement joué ce rôle de meilleur adversaire, qu'il a bien secoué l'autre. Qu'il a sagement placé des punchlines, donné le quota de coups requis, a su encaisser comme il faut, offert l'image du combat pied à pied contre le fascisme, et donc bien joué son rôle dans le cirque Face à Baba, on me dira tout ce qu'on voudra. On me dira qu'il a reçu sa contrepartie tard dans la soirée, après que Zemmour a fini de taper l'incruste, avec la parole enfin donnée à l'escorte, Aymeric Caron et l'écologie, Sofia Chouviat et les violences policières, et Sabrina Ali Benali, magnifique : "Le grand remplacement dont parle M. Zemmour, c'est moi, un médecin qui soigne ses concitoyens".

N'empêche. Quel incroyable traquenard pour Mélenchon dans l'arène Hanouna. Une heure interminable de mêlée confuse, de combat dans la boue sur les thèmes de l'adversaire, identité, immigration, sécurité, roman national, tous les tubes, une heure de bouillie Michelet-Renan-Saint Louis-Philippe le Bel, bouillie d'où surgit soudain l'animateur, que l'on avait oublié : "Parlons maintenant de l'islam !"

On me dira qu'on le savait, que sur un plateau de Hanouna on est toujours chez Bolloré, et que Zemmour y est donc à domicile, glorifié quand ses sondages sont en hausse, réconforté quand ils sont en baisse, soutenu d'une émission spéciale quand il est en panne de signatures d'élus, et comment le gladiateur Mélenchon n'y gagne que des lots de consolation. Je ne saurais trop vous recommander la très riche étude que vient de publier la chercheuse Claire Sécail sur la pré-campagne d'automne chez Hanouna, le texte le plus éclairant sur la manipulation médiatique qu'il m'a été donné de lire depuis longtemps. Lisez, faites lire autour de vous. On ne peut pas faire grand-chose, mais on peut faire ça.


Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.