Mediapart contre Blanc, commentaire live
Le matinaute
Le matinaute
chronique

Mediapart contre Blanc, commentaire live

Résumons donc le début de ce match inattendu entre Mediapart et la Fédération française de football.

Le match commence par une attaque fulgurante de Mediapart, selon qui le sélectionneur de l'équipe de France de foot, Laurent Blanc, aurait imposé "dans le plus grand secret", des quotas de noirs et d'arabes à l'entrée des centres de formation et des écoles de foot. Aucun document écrit à l'appui de ces consignes, mais des propos rapportés par des témoins des réunions auxquelles Blanc a participé. Réplique indignée des défenseurs (manifestement surpris) de la FFF: jamais il n'a été question de quotas "raciaux"! Nous sommes seulement préoccupés par la question des joueurs "bi-nationaux", que nous formons, et qui partent ensuite jouer dans le pays de leur seconde nationalité. Par ailleurs (je résume la stratégie de défense de la FFF) nous souhaitons recruter moins de "grands costauds puissants", et davantage de joueurs qui aient "l'intelligence du jeu". Or, aurait ajouté Blanc, (selon Mediapart) "qu'est-ce qu'il y a comme grands costauds puissants ? Des blacks. C'est comme ça".

Pour évaluer la bonne foi de la FFF, et ses chances de renverser la partie en seconde mi-temps, quelques vérifications complémentaires seraient nécessaires. Par exemple, donner une idée précise du nombre de "bi-nationaux" dont la défection en équipe de France, dans la dernière période, aurait posé problème. Mediapart n'a pas, pour l'instant, poussé l'enquête jusque là, mais posé la question à Erick Mombaerts, entraineur de l'équipe de France espoirs. Les réponses de Mombaerts à l'interview téléphonique sont livrées en annexe, sous un onglet "prolonger" (excellente innovation, d'ailleurs. On pourrait bien faire la même chose ici). Sur ce point, les voici: "Il y a beaucoup, de joueurs concernés, ne serait-ce que le meilleur buteur du championnat de France aujourd'hui. Qui d'autre? Heu, Plein. Heu, Ryad Boudebouz. Euh... Euh. Younès Belandha... Oui, bien sûr que c'est la règle qu'ils puissent choisir. Mais (...) on est un des seuls pays d'Europe où il y a autant de binationaux". Pour résumer, pas de chiffre (il est vrai que Mombaerts, intrerrogé au téléphone, n'a sans doute pas eu le temps de bûcher le dossier), mais beaucoup de "euh", que l'on soupçonne Mediapart d'avoir laissés dans la transcription pour bien souligner l'embarras de l'adversaire.

En l'absence de documents écrits, les adversaires risquent d'être difficiles à départager. Si l'on ne craignait pas de faire de l'ironie sur un sujet si grave qu'il a piqué l'ouverture du journal de 8 heures de France Inter au mariage princier, on suggérerait bien à la FFF de chercher des "grands costauds puissants", de toutes races, dotés d'un cerveau (ce qui doit bien exister), ou bien des noirs ou arabes de moins d'un mètre soixante-dix, et également dotés d'une "intelligence de jeu", ce qui doit tout autant exister. Ne souhaitant pas risquer le carton jaune, j'arrête là les suggestions.

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Lire aussi

Foot/Quotas : Mediapart et Jouanno sur deux terrains différents

Jouanno parle de droit, et Mediapart de racisme rampant

Malaise d'Eriksen : les images "voyeuristes" pointées du doigt

En cause : la réalisation de Jean-Jacques Amsellem pour l'UEFA

Pegasus : trois journalistes espionnés par le Maroc témoignent

Rosa Moussaoui (L'Humanité), Lénaïg Bredoux (Mediapart) et Ignacio Cembrero (Orient XXI) racontent

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.